Frémok

RENCONTRE / EXPOSITION 
Samedi  3 décembre 2022 – de 15h à 18h
Les éditions Frémok
&
La “S” Grand Atelier*
A l’occasion de la parution de la bande dessinée, présentation de :
L’Apocalypse Tonnerre d’Ether Nuée
Du collectif Big Band Doré Bible Brigade, par Yvan Alagbé
La“S” Grand Atelier, par Anne-Françoise Rouche, directrice
Big Band Doré Bible Brigade, par des artistes du collectif

Exposition du 3 au 30 décembre 2022

Estampes figurant dans le livre L’Apocalypse Tonnerre d’Ether Nuée
– à la librairie de la Halle Saint Pierre (entrée libre)

 

RENCONTRE / PROJECTION

Dimanche 4 décembre 2022 – de 15h à 17h30
Autour de JEAN-MARIE MASSOU (1950-2020),figure de l’art brut,
défini dans son sens le plus strict, a vécu 45 ans dans la forêt de
Marminiac dans le Lot.

+ Présentation du livre “Jean-Marie Massou”
par Anne-Françoise Rouche et Julien Bancilhon 

+ Projection du film documentaire
Le Plein pays d’Antoine Boutet sur Jean-Marie Massou (durée : 58 minutes)

Halle Saint Pierre – à l’auditorium – entrée libre
Réservation conseillée : 01 42 58 72 89

 

 

* Les éditions Frémok et La “S” Grand Atelier, centre d’art brut dans les Ardennes Belge, présenteront deux livres récents : L’Apocalypse Tonnerre d’Ether Nuée (27/10) réinterprétation des gravures de Gustave Doré sur l’Ancien testament par un collectif d’artistes brut et d’auteurs de bande dessinée.
Et Jean-Marie Massou (10/11), ouvrage collectif sur la vie de Jean-Marie Massou, sur l’aménagement de la forêt où il vivait, ses pierres gravées ou amoncelées, ses collages, ses enregistrements sur cassette et les nombreuses formes d’expressions artistiques qu’il a développées.

PROGRAMME

Samedi 3 décembre – 15h à 18h
15h : Présentation du livre L’Apocalypse Tonnerre d’Ether Nuée par Yvan Alagbé
16h : Présentation de La “S” Grand Atelier par Anne-Françoise Rouche,
directrice de la “S” Grand Atelier.
& présentation du collectif Big Band Doré Bible Brigade
par Yvan et Anne-Françoise, en lien avec les estampes.

fin à18h00

Dimanche  4 décembre – 15h à 17h30
15h : Présentation du livre Jean-Marie Massou
par Anne-Françoise Rouche et Matthieu Morin (sous réserve)

15h 45 : Jusqu’où va l’art brut ?
discussion avec Anne-Françoise Rouche et  Noëlig Le Roux (sous réserve) et les personnes présentes ; discussion sur l’apport des pratiques de mixité à l’art brut.

16h30 : Projection du Le Plein pays, documentaire d’Antoine Boutet sur Jean-Marie Massou. (durée : 58 minutes)

fin à 17h30

Lilian Philippe pour les éditions Frémok.
– Lilian Philippe éditions FRMK 06 52 26 70 79

L’herbe qui tremble invite

Invite 

GILLES MENTRÉ, auteur de JAUNE et 
CONSTANCE CHLORE, autrice de LE MOT ORAGE.

Deux livres de poésie, deux manières de questionner le monde, avec colère et tendresse, douceur et révolte, beauté et bonté.

Le poète est-il un écrivain engagé ?

Les poètes feront une lecture, s’ensuivra une discussion.
 
Samedi 19 novembre 2022 à 15 heures – entrée libre

Réservation conseillée : 01 42 58 72 89
 
 
 

L’Aracine

RENCONTRE – PROJECTION
L’association L’Aracine fête ses 40 ans
(1982- 2022)
De Neuilly sur Marne à Villeneuve d’Ascq.

Dimanche 20 novembre 2022, de 14H30  à 17H (entrée libre)

Halle Saint Pierre
– à l’auditorium 
Réservation conseillée : 01 42 58 72 89

En présence de :

Michel Nedjar, co-fondateur de L’Aracine
Bernard Chérot, président de L’Aracine
Déborah Lehot-Couette, docteure  en histoire de l’art  
Claude et Clovis Prévost, auteurs, cinéastes et photographes
Savine Faupin, conservatrice en chef en charge de l’art brut et
Christophe Boulanger, attaché de conservation en charge de l’art brut au LaM
(Lille métropole musée d’art moderne, d’art contemporain et d’art brut)

Un pot sera offert à l’issue de la rencontre

Remerciements à Bernadette Chevillion pour sa contribution à cette rencontre.

Josué Virgili, [Visage-soleil] (emblème de l’Aracine), av. 1982 technique mixte, 50 cm (diam.), coll. L’Aracine, LaM

L’Aracine est une collection d’art brut fondée en 1982 par Madeleine Lommel, sa directrice jusqu’en 2009. Elle est intégrée au LaM de Villeneuve-d’Ascq depuis 1999 et comporte plus de 3 900 œuvres de 170 artistes. C’est, depuis 2010, la plus grande collection publique d’art brut présentée en France.

La collection de L’Aracine naît du choc créé par l’annonce de la donation de la collection d’art brut de Jean Dubuffet à la ville de Lausanne en 1971. Le déplacement géographique des collections de Dubuffet, effectif en 1975, provoque chez Madeleine Lommel « un sentiment d’indignation qui se transforma en un désir fou : celui de poursuivre l’aventure sur le sol français. »

Madeleine Lommel et une amie de longue date, Claire Teller, rencontrent Michel Nedjar en 1978 avec lequel elles commencent à constituer une collection d’art brut qui prend une véritable ampleur au début des années 1980.

De 1984 à 1996, celle-ci est présentée au public à Neuilly-sur-Marne. En 1986, la direction des Musées de France lui confère la qualité de musée contrôlé.

En 1995, la demande est faite au musée d’art moderne Lille Métropole (le LaM) d’accueillir la collection en ses murs. Après avoir organisé une grande exposition en 1997, le LaM accepte la donation en 1999.

À la rentrée 2009, le musée de Lille Métropole organise une grande exposition hors les murs de la collection à l’Institut national d’histoire de l’art de Paris.

 

 

 

James Castle

LA VIE SANS HISTOIRE DE JAMES CASTLE
par Luc Vezin
Éditions Arléa, 2022

Avec Nathacha Wolinski qui présentera l’auteur

Dimanche 11 décembre 2022, à 15h (entrée libre)
Halle Saint Pierre – à l’auditorium
Réservation conseillée : 01 42 58 72 89

James CASTLE

Il ne savait pas qu’il était sourd, que les autres ne l’étaient pas, ni même ce que cela signifiait. Il voulait simplement qu’on le regarde, pour s’assurer qu’il n’était pas invisible.

Il récupérait la suie du grand poêle à bois du magasin-bureau de poste, qu’il mêlait à sa salive pour en faire son encre, et dessiner la vallée de son enfance, au nom de jardin. Et bien après qu’il eut quitté la Garden Valley et son enfance, il ne cessa d’y revenir, pour dessiner, encore et sans fin, le théâtre de sa mémoire.
La Vie sans histoire de James Castle est la vie mystérieuse, secrète et fascinante d’un enfant
sourd et illettré né en 1899 en Idaho, où il vécut toute sa vie, et qui est aujourd’hui considéré comme un artiste majeur du XXe siècle.
Son œuvre prolifique et inclassable est faite de dizaines de milliers de dessins, collages, sculptures qu’il cachait dans les murs et sous les toits des maisons, de la glacière et du poulailler des fermes de ses parents qui lui servaient d’atelier.
Découverte tardivement grâce à l’un de ses neveux dans les années 60, l’œuvre de James Castle, rencontre inattendue entre l’Amérique profonde (celle des photos de Dorothea Lange ou de Walker Evans) et l’art contemporain, a fait l’objet d’importantes expositions dans les plus grands musées et galeries américaines ainsi qu’en Espagne, en Angleterre ou au Japon, mais elle demeure quasiment inconnue en France. ()

Site de James Castle

L’Auteur
Luc Vezin, historien d’art, journaliste, a publié plusieurs livres consacrés à l’art du XXe siècle. La Vie sans histoire de James Castle est son premier roman et la révélation d’un exceptionnel talent d’écrivain. Il signe ici le premier livre inspiré par la vie hors du commun de James Castle, et la découverte d’une œuvre énigmatique, sans précédent ni rivale, qui questionne ce que nous pensons de la création artistique et résiste à toute définition.

Natacha Wolinski est critique d’art pour la presse.
Elle a publié de nombreux ouvrages sur la photographie contemporaine et un premier roman, En ton absence (Grasset, 2011).
Avec sa sœur Elsa, elle a dédié un livre aux Demoiselles de Rochefort (La Martinière, 2017). 
Cherchant à définir le lien qui l’unit à son père, Georges Wolinski, tué lors de l’attentat contre Charlie Hebdo, l’auteur revit les jours sombres de janvier 2015 dans Son éclat seul me reste (Arléa, 2020).

LOUMITEA

RENCONTRE
avec
LOUMITEA
Le chemin d’une femme médecine

Présentation par Jean-Philippe de TONNAC et NANOUK,“Esprit de l’Ourse Blanche”.

Samedi 12 novembre 2022, à 15h – entrée libre
Halle Saint Pierre – à l’auditorium
Réservation conseillée : 01 42 58 72 89

Loumitea, femme médecine, est en France en ce mois de novembre pour assurer des enseignements, donner des soins et, exceptionnellement, évoquer devant le public de la Halle Saint Pierre son entrée et son inscription dans le monde chamanique.

Loumitea
Installée entre les Laurentides, et la Gaspésie, la québécoise Loumitea, aux termes d’un long et riche parcours et d’un travail exigeant sur elle-même, a renoué avec ses origines amérindiennes, avec ses ancêtres, avec sa puissance de femme, avec sa nature sauvage pour devenir aujourd’hui femme médecine.

Métis Algonquine (Weskarini) par sa mère et Wendat par son père, elle a côtoyée depuis sa plus tendre enfance les porteurs de pipe (porteurs de la tradition et personnes médecine) de différentes nations algonquiennes, ainsi que des Innus et des Mohawks, qui l’ont initiée aux différentes cérémonies et aux principaux rituels (huttes de sudation, mariages, célébrations des passages de vie). Elle a suivi la formation dispensée par la Foundation for Shamanic Studies (FSS) de Michael Harner et participé aux ateliers de Soul Retrieval conduits par Sandra Ingerman. Fondatrice de l’École de chamanisme transculturel du Québec (ÉCTQ), un cercle de chercheurs et d’enseignants en chamanisme, elle propose des soins individuels, formations, stages et séjours chamaniques.

Nanouk “Esprit de l’Ourse Blanche”.
Je suis praticienne chamanique. 
J’ai été formée pendant plusieurs années aux techniques de guérison chamanique aux Etats-Unis, dans la lignée du “Core Shamanism”. Tout d’abord à la FSS Foundation for Shamanic Studies, fondée par Michael Harner, puis auprès de Sandra Ingerman réputée pour son travail sur le Recouvrement d’Ame et ses nombreux écrits sur le chamanisme.
Aujourd’hui je diffuse et transmets les Enseignements de Sandra Ingerman en France.

Jean-Philippe de Tonnac
Essayiste, journaliste et éditeur, il a publié plusieurs ouvrages, dont notamment, Le Cercle des guérisseuses (éd. Tredaniel La Maisnie, 2019) où Loumitea était en couverture de son livre sur les guérisseuses. Il est également l’auteur de plusieurs autres ouvrages, parmi lesquels des entretiens N’espérez pas vous débarrasser des livres avec Umberto Eco et Jean-Claude Carrière (Grasset, 2010), des biographies, des essais, le Dictionnaire universel du pain rassemblant 150 spécialistes dans le monde entier puis le Larousse du pain avec le boulanger Éric Kayser (2013), Azyme (roman, Actes Sud , 2016), L’ensaignement (2021) et Éloge de la vulnérabilité des hommes (2022) éd. Trédaniel.

J e s s y  d e s h a i s

Rencontre / Signature

L E  J O U R N A L  D’ U N E  C O U R G E  
par J e s s y  D e s h a i s
– Une année dans l’intimité d’une femme crue et sans correction –
Signature de la double page non-pliée

Samedi 29 octobre 2022, de 15h à 18h – entrée libre
Halle Saint Pierre – à la librairie

L’intégralité des planches originales du Journal d’une Courge sont à voir dans l’exposition Hey ! le Dessin à la Halle saint Pierre.

Le journal
Une année dans l’intimité d’une femme crue et sans correction au passage métamorphique de 49 à 50 ans.
Sur les planches botaniques de l’album Andrieux & Vilmorin (1850_1895) l’artiste a étalé, à l’encre noire, sa vie intime sans prendre la précaution des mots ni des fautes d’orthographe mais dans son pur jus de rire, de rage ou de révolte lié à son état hormonal détraqué. Les « courges » deviennent là objets de désir ou de désillusion sans s’attendre à devoir croiser, quelques planches plus tard, le « temps  » celui qui nous relie les uns et les autres au réel, celui du 13 novembre 2015 ou le drame c’est produit.

Les derniers exemplaires de l’édition /100 serons disponibles à la Halle Saint Pierre.

 

 

 

Hélène Bessette

LECTURES

Hommage à Hélène BESSETTE
 

Une balade inattendue dans les romans poétiques d’Hélène Bessette
Avec Gilles Aufray écrivain acteur, Claudine Hunault, actrice écrivaine, Cédric Jullion musicien, Magali Montoya actrice, Marion Privat, comédienne et Benoît Virot qui édite et réédite l’intégrale de l’œuvre au Nouvel Attila, collection Othello. 

Dimanche 27 novembre 2022 à 15 heures

Halle Saint Pierre
– à l’auditorium
Réservation conseillée : 01 42 58 72 89 

Acclamée par plusieurs auteurs et critiques renommés tels que Marguerite Duras, Nathalie Sarraute, Simone de Beauvoir ou Dominique Aury, et par les critiques Alain Bosquet et Claude Mauriac, Hélène Bessette reste encore aujourd’hui étrangement peu connue.
 
Le nouvel Attila publie dans son label Othello l’œuvre intégrale d’Hélène Bessette, qui donne à voir un monde intime, personnel et puissant, à l’image des hommes et des femmes qui y vivent et contribue ainsi a comblé un oubli injustifié.
 
 
 

Hélène Bessette (1918-2000) a publié 13 romans chez Gallimard entre 1953 et 1973, gagné le prix Cazes en 1954, été à deux reprises en lice pour le prix Goncourt et le prix Médicis. Acclamée par plusieurs auteurs et critiques renommés, cette écrivaine majeure reste encore aujourd’hui étrangement peu connue. Ses romans avant-gardistes mettent à mal les codes narratifs traditionnels. En plus de son œuvre romanesque, elle a tenu une série de journaux et d’œuvres autobiographiques dans lesquelles elle analysa ses influences littéraires, de Chandler à la poésie aborigène, et la souffrance causée par l’absence de reconnaissance qui la mena au bord de la folie.

L’éditrice et écrivaine Laure Limongi a contribué à faire connaître Hélène Bessette en publiant sept romans de l’écrivaine aux Éditions Léo Scheer : Le Bonheur de la nuit (2006), MaternA (2007), Suite suisse (2008), Ida ou le Délire (2009), La Tour (2010), Si (2011), N’avez-vous pas froid (2011), tandis que Julien Doussinault lui a consacré une biographie, la première, en 2008.

 
 Dans la presse :
 
“Plutôt que de détricoter ou d’exploser, Bessette va inoculer une métrique libre, voire libertaire, dans la narration, et inventer la théâtralité de l’écriture narrative. […] Comme si elle créait de toutes pièces une sorte de médecine légale narrative, mais en faisant de l’autopsie la véritable scène du crime.”
Claro, Le Clavier cannibale
 

“Hélène Bessette fait s’articuler de façon troublante tous les liens qui peuvent s’élaborer dans une cellule familiale, vite rapprochée à une cellule de prison. Le texte joue avec nos attentes de lecteur de roman policier, mais ce qui fait la force de ces vingt minutes de silence, c’est la langue, l’écriture de Bessette, l’humour avec lequel elle orchestre tout cela.”
Nikola Delescluze, Paludes

“Hélène Bessette écrit du bout de ses ailes d’ange gardienne, la plume posée sur l’épaule de son héros, un garçon de 15 ans qui a tué son père. Elle plaide le droit du garçon à choisir de passer le restant de son existence sans aimer. Elle peut lui faire prendre le risque de l’atrophie apparente des sentiments, puisque son écriture est un cœur qui bat à grand fracas pour deux, pour dix, pour cent.”
Marine Landrot, Télérama

“On est portés par l’œuvre, méconnue et géniale, de ce grand nom de l’avant-garde littéraire des années 50 et 60.”
Emmanuelle Bosc, Grazia

Vingt minutes de silence, initialement paru en 1955, est un polar singulier, qui manipule de façon obsessionnelle les pièces d’un puzzle familial taché de sang. Mais c’est tout sauf un inoffensif exercice de style.”
Grégoire Leménager, L’Obs

“Prenez un Cluedo, secouez-le dans tous les sens. Vous obtenez un roman policier déroutant. Vingt minutes de silence fait le procès subtil et cinglant d’une société encore marquée par la collaboration et condamne l’hypocrisie des mœurs bourgeoises.”
Elisabeth Philippe, Le Monde des livres

“D’un fait divers, Hélène Bessette va faire un théâtre de littérature, une pièce d’avant garde où la vérité se décline au pluriel.”
Aurore, Un dernier livre avant la fin du monde

“S’il y a un assassin dans ce livre, c’est bien elle, Hélène Bessette : elle flingue le vieux monde sans faire de quartier, étrillant aussi bien le modèle hypocrite de la famille traditionnelle que les règles figées du genre romanesque.”
Elisabeth Philippe, France musique

Vingt minutes de silence prétexte le roman policier pour assassiner le convenu, brouiller les limites des genres, flouer les frontières de la littérature et celles des êtres.”
Lou Darsan, Lou et les feuilles volantes

“Dans ce livre étrange (roman, récit, témoignage), l’auteure déconstruit la norme narrative d’un genre mineur (le roman policier), et fait vaciller nos certitudes.”
Véronique Pittolo, Poezibao

“Derrière un pseudo-roman policier se dissimule un roman de mœurs qui raconte le sordide d’une famille en désamour. Le sujet est sinistre, le style jouissif et inventif et le ton caustique.”
Tête de lecture
 
 

Mauritanie

Art de la marge et histoire de Mauritanie
Productions artistiques des populations rurales et opprimées

Samedi 29 octobre de 14 à 17h – entrée libre

Projection du court-métrage : Le fleuve Sénégal, de Siré Camara
Suivi du documentaire : “La Mauritanie et nous”
de Michaël Hoare, en présence du réalisateur, et d’un moment de débat.

Présentation par David Hoare

Halle Saint Pierre – à l’auditorium
Réservation conseillée : 0 14 25 87 28 9

 

La Danse Cosmique

Signature & présentation du livre

La Danse Cosmique
Habiter et représenter les méandres de l’univers
de Stephen Ellcock
Éd. Thames and Hudson 

« Voir le monde en un grain de sable, Un ciel en une fleur des champs,
Retenir l’infini dans la paume des mains, Et l’éternité dans une heure. »
William Blake

Dossier de presse 

Dimanche 9 octobre prochain de 15h-18h – entrée libre

Halle Saint Pierre – à la librairie

Le livre
Créateur d’un musée virtuel en constante expansion sur les réseaux sociaux, Stephen Ellcock s’est fait connaître pour sa capacité remarquable à agencer les iconographies, donnant vie à des harmonies inattendues et à des correspondances qui créent la surprise et l’émotion.
Avec La Danse cosmique, l’auteur entraîne le lecteur dans une odyssée visuelle allant du minuscule à l’infini, sillonnant les cinq continents, traversant les civilisations et les âges. Il nous fait progresser dans ce foisonnement d’images mêlant illustrations naturalistes, planches anatomiques, représentations du nirvana, symboles de la géométrie sacrée et cartographies du cosmos.
Stephen Ellcock montre ainsi comment les croyances ancestrales liées au divin influencent la façon dont l’homme se représente et se situe au sein de l’univers.

L’auteur
Véritable alchimiste de l’image, Stephen Ellcock est curateur, écrivain, chercheur et collectionneur en ligne d’images. Basé a Londres, il a passe les dix dernières années à créer un musée virtuel d’art ouvert à tous via les réseaux sociaux. Son projet de « Cabinet de curiosités » en ligne sur les réseaux sociaux a attiré jusqu’à présent plus de 600 000 followers à travers le monde. Il est également l’auteur de All Good Things, The Book of Change,
England On Fire – avec un texte de Mat Osman – et Jeux de mains, en collaboration avec Cécile Poimboeuf-Koizumi.

https://www.instagram.com/stephenellcock/
https://www.facebook.com/stephen.ellcock

l’éditeur
https://www.instagram.com/thamesandhudsonfrance

 



 

Les Ciné-Rencontres d’Ima(R)gine

PROJECTION

Les Ciné-Rencontres d’Ima(R)gine

En présence du réalisateur Patrice VELUT et de l’artiste MARJAN

Dimanche 16 octobre à 15 heures – entrée libre
Halle Saint Pierre – à l’auditorium
2, rue Ronsard – 75018 Paris
Réservation conseillée : 01 42 58 72 89

 

              Le regard d’un amateur discret

              Adolescent passionné de cinéma Patrice VELUT réalise des films de famille en Super 8 avant d’être accessoiriste de plateau au cinéma et à la télévision pour des films de fiction pendant 44 ans.

              Il y a une dizaine d’années une anecdote sur le peintre Claude MONET fait naître en lui une passion pour l’art mais au-delà des œuvres elles-mêmes c’est le « monde intérieur » des auteur(e)s qui l’intéresse.

              De découvertes en rencontres, il film d’abord en caméra vidéo puis avec un IPad.

              Aujourd’hui Patrice Velut nous emmène dans l’univers de créateurs/artistes (?) d’art brut … ou singuliers (??), laissons les spécialistes palabrer sur ces sujets ! Nous sillonnerons ensuite les routes de la Manche avec un commissaire d’expositions avant de rendre hommage à un peintre et sculpteur précurseur de la Figuration Libre.

              A l’issue de ce moment de partage et d’échanges gardons l’esprit et l’œil curieux et ouvert.

                                                                                                                        Denis Lavaud

 

 

PROGRAMME

Les Ciné-Rencontres d’Ima(R)gine



JABER, L’âne et le boulanger               28’       2022

Adam NIDZGORSKI, La mère et l’enfant         5’30     ?

MARJAN, La lucarne                                        13’       2018

Didier BENESTEAU, Passeur d’art                 27’       2018

Yvon TAILLANDIER, Le précurseur     20’       2022

 

              Ces dernières années 7 films de Patrice VELUT ont été sectionnés pour être présentés au Marché International du Film sur les Artistes Contemporains (MIFAC) en Mans.