Anne Sibran

RENCONTRE / SIGNATURE
ANNE SIBRAN
À l’occasion de la parution de
Le premier rêve du monde
Collection Haute Enfance, Gallimard, 3 fév. 2022

LECTURE
par Bruno Podalydès 

Dimanche 13 février à 15 heures – entrée libre

Réservation indispensable au 01 42 58 72 89
Halle Saint Pierre, à l’auditorium

“Écriture, Voyages et Utopies”

L’écriture m’a poussée au voyage et depuis 2007, entre la France et l’Equateur,
j’essaie de bâtir des ponts et de nourrir quelques utopies.
– Anne Sibran

LE LIVRE

Une amitié insolite qui réunit un grand artiste, un homme de sciences et une indienne aux pouvoirs chamaniques. De leur différence et de leur rêve commun naîtra un autre regard sur le monde.

Les trois personnages de ce roman n’auraient jamais dû se rencontrer.

Paul Cézanne, le peintre en pleine possession de son art, sillonne la campagne aixoise toujours à la recherche d’un regard nouveau, naïf et pur. Barthelemy, ophtalmologue de génie, a vécu enfant avec des aveugles dans l’institution dirigée par son père. Étudiant brillant, il se consacre à l’étude de l’œil et met au point avec succès l’opération de la cataracte. Pendant la Commune, il soigne les blessés, puis sera contraint de s’exiler aux Amériques. Il y rencontrera Kitsidano, jeune amérindienne aveugle de naissance, qui voit ce qui ne se voit pas, et qui deviendra son épouse.

Leur rencontre aura lieu à Paris au cabinet de Barthelemy où Paul Cézanne vient consulter. Leur amitié naît de leur passion commune du premier regard. Si Cézanne se passionne pour le travail de Barthelemy, il est saisi par la personnalité étonnante de cette jeune indienne avec laquelle il partage une sensibilité quasi chamanique. La jeune femme refusera l’opération qui lui redonnerait la vue, préférant conserver son regard intérieur. La singularité du roman est dû au fait que l’auteur traite Cézanne comme un personnage à part entière, se permettant toutes les licences du roman.

Anne Sibran déploie ici un imaginaire poétique dans ce style lumineux qui lui avait valu, pour Enfance d’un chaman, le prix Écritures et spiritualités 2018, remis par François Cheng.

L’auteure
Anne Sibran est romancière, auteure de pièces radiophoniques et de livres pour la jeunesse. Elle vit entre la France et l’Équateur.

 

 

L’art brut

sous la direction de Martine Lusardy
Préface de Michel Thévoz
Editions Citadelles & Mazenod

PRIX BERNIER de l’Académie des Beaux-Arts 2019,
( 6 novembre 2019)

Les auteurs :
Maria Azzola, Émilie Champenois, Déborah Couette, Laurent Danchin,
Marc Décimo, Gustavo Giacosa, Marcel Katuchevski, Jean-Pierre Klein,
John Maizels, Claire Margat, Randall Morris, Lucienne Peiry, Thomas Röske.

Disponible à la librairie de la Halle Saint Pierre

CONFÉRENCES ANNUELLES 
Penser l’art brut.Penser avec l’art brut
par Martine Lusardy
Les mardi 19 novembre et 17 décembre 2019 à 15 heures – entrée libre
Réservation conseillée : 01 42 58 72 89

TÉLÉCHARGER Brochure L’Art brut

Cette synthèse originale menée par une équipe pluridisciplinaire internationale (historiens d’art, critiques, psychologue, psychiatre, artiste), réunit un corpus foisonnant de quelques  550 œuvres de plus de 250 artistes. À la fois étranges, inquiétantes et familières, elles sont les métaphores d’un « voyage-aventure » au tréfonds de notre sensibilité, qui donne à saisir la mesure de l’être humain.

Martine Lusardy, spécialisée dans l’étude de l’art brut et de ses apparentés, elle est directrice de la Halle Saint-Pierre depuis 1994. Elle y a organisé de nombreuses expositions sur le sujet.

Préface rédigée par Michel Thévoz, historien de l’art et initiateur de la Collection de l’Art Brut à Lausanne, aux côtés de Jean Dubuffet.

Les auteurs : Maria Azzola, Émilie Champenois, Déborah Couette, Laurent Danchin, Marc Décimo, Gustavo Giacosa, Marcel Katuchevski, Jean-Pierre Klein, John Maizels, Claire Margat, Randall Morris, Lucienne Peiry, Thomas Röske.

  • Une étude pluridisciplinaire internationale
    (historiens d’art, critiques, psychologues, psychiatres, artistes)
  • Un ouvrage de référence nouveau et original sur l’art brut
  • Plus de 250 artistes et 550 illustrations couleur
Prix : 205,00 €
Disponible à la librairie de la Halle Saint Pierre
*

LE LIVRE

Hier méconnu du grand public, l’art brut est aujourd’hui institutionnalisé et médiatisé. Loin de se cantonner à “l’art des fous”, il recouvre une variété infinie de créations. Au-delà des œuvres associées aux asiles psychiatriques, des réalisations médiumniques, cet ouvrage met en lumière les réalisations protéiformes de “l’homme du commun” (Jean Dubuffet) – celles qui sont en dehors des circuits artistiques. D’autres appellations ont vu peu à peu le jour : hors normes, singuliers, outsider, habitant-paysagiste …

SOMMAIRE

  • Introduction : la naissance d’une notion
  1. L’irruption des exclus sur la scène de l’art
  2. L’art brut : le manifeste artistique de Jean Dubuffet
  3. Sous le vent de l’art brut
  4. L’ouvrage du commun
  5. L’art brut et l’esprit contemporain
  • Conclusion : devenirs de l’art brut

LA PRESSE EN PARLE

Savant, séduisant et international, l’ouvrage est aussi une impressionnante somme visuelle, secouée par une énergie débridée“.
Connaissance des arts – Décembre 2018

Belle maquette, iconographie impressionnante, articles des meilleurs spécialistes, ce pavé concrétise ce que Jean Dubuffet a inventé dans les années 1950, donner à voir “la naissance d’une notion“.
Télérama (n° 3593) – du 24 au 30 novembre 2018

Ébouriffant, l’ouvrage des éditions Citadelles & Mazenod est une odyssée sémantique, esthétique et politique vers ces œuvres de la marge et de l’ailleurs (…) Reliée, la présente publication souscrit à l’élégance et au luxe qui distinguent les éditions Citadelles & Mazenod : sa couverture rouge feutrée est recouverte par une jaquette dont le bariolage chromatique et la profusion formelle, empruntés à une oeuvre majeure d’Aloïse Corbaz, sont emblématiques du corpus hébergé par ces quelques six cent pages”.
Le Journal des Arts – Décembre 2018

Un collectif international d’historiens d’art, de critiques, de psychologues, psychiatres et artistes fait aujourd’hui le point dans un ouvrage monumental, richement illustré“.
Le Figaro – 3 décembre 2018

“S’il devait y avoir une bible de l’art brut, ce serait ce splendide livre (…). Sous la direction de Martine Lusardy, l’ouvrage donne une dimension internationale à cet art multiple fort heureusement indéfinissable’.
Le Matin Dimanche – 9 décembre 2018

Ce superbe ouvrage fait le tour du monde de ces productions qui ne répondent à aucun critère“.
Femme Actuelle Senior – Janvier 2019

“Un somptueux panorama de l’oeuvre d’artistes longtemps ignoré, aujourd’hui recherchés (…). Comme tous les ouvrages de Citadelles & Mazenod, il est très gros et superbement illustré de reproductions de grande qualité”.
Le Monde – 14 décembre 2018

“Des oeuvres novatrices signées Aloïse, Darger, Walla, Zinelli, Traylor ou Sawada qui bouleversent et modifient notre regard sur la peinture, sont réunies dans cette magnifique anthologie”.
Le Figaro Magazine – Du 14 au 15 décembre 2018

Ce magnifique ouvrage, auquel ont contribué une quinzaine de spécialistes lève le voile sur les ateliers et entreprises qui ont vu le jour aux quatre coins du monde, depuis la Chine jusqu’à la Californie en passant par la Bretagne ou l’Afrique du Sud. Visions mystiques, peinture vagabonde, dessins méticuleux, constructions folles et ce que Dubuffet appelait une “invention sans frein, haute ivresse, liberté totale”. Liberté, l’autre nom de l’art“.
L’Obs – 20 décembre 2018

À la fois savant et humble, le pavé se lit, généreux, avec des vitesses différenciées. Offrant aussi la possibilité de ne vivre que l’aventure en immersion dans ce trouble créateur et son infinitude“.
Tribune de Genève – 20 décembre 2018

Les belles éditions Citadelles & Mazenod viennent de faire paraître un nouvel opus dans leur célèbre collection « L’Art et les grandes civilisations », cette fois-ci sous la direction éclairée de Martine Lusardy, et préfacé par Michel Thévoz : « L’art brut ». Un titre d’où crépitent les bruits d’un bouillon de culture ! Car la notion d’ « art brut » est tout autant question à une interrogation non formulée sur l’art comme méditation, que réponse sans point final dans un effort de médiation entre connu et inconnu. La magie absolue de ce livre opère quelque part entre les deux. De quoi brosser un large panorama non exhaustif d’un continent artistique rétif à la logique, et qui résiste encore et toujours aux mornes sangles de la norme…
Le Mot & La Chose – Décembre 2018
http://www.lemotlachose.com/lart-brut-citadelles-mazenod/

*
*
*