Pierre Richard (1802-1879)

 Grimoires illuminés
Inédits d’un outsider

Editions Artulis Pierrette Turlais, déc.2019

PRÉSENTATION / SIGNATURE
Samedi 21 décembre de 17 heures à 19 heures
avec
François Pétry

Historien, archéologue, conservateur en chef honoraire du patrimoine
Lise Maurer
Psychanalyste
Christophe Boulanger
Attaché de conservation, en charge de l’art brut, LaM, Lille Métropole, Musée d’art moderne, d’art contemporain et d’art brut
Pierrette Turlais
Éditrice

Halle Saint Pierre – à l’auditorium (entrée libre)
Réservation conseillée : 01 42 58 72 89

   
Le livre et son étui 

L’ouvrage Pierre Richard (1802-1879). Grimoires illuminés présente une œuvre inconnue à ce jour, celle d’un paysan lorrain qui, au milieu du xixe s., conjura ses terreurs et ses illuminations par une création magistrale, en partie réalisée en Moselle dans la réclusion asilaire.

Il s’agit de 3 « grimoires », ou livres de magie, acquis dans les années 1990 par un libraire de Metz, puis vendus à des collectionneurs en 2010. Ces grimoires, riches d’environ 750 planches, sont constitués de dessins, monogrammes, cercles ornés, mises en scène de la Passion, alphabets et autres écritures cabalistiques que la publication des éditions Artulis met à l’honneur avec plus de 500 illustrations de l’artiste, en partie fac-similées.

La précocité des travaux de Pierre Richard, largement antérieurs à ceux d’Adolf Wölfli et Aloïse Corbaz, fait d’eux des incunables de l’Art Brut. Huit auteurs – artiste, historiens, linguiste, psychanalyste et historien de l’art – tentent de les décrypter et les interrogent tour à tour : Annette Messager, François et Mireille Pétry, Nicolas Weill-Parot, Jean-Pierre Brach, Marc Décimo, Lise Maurer et Christophe Boulanger.

Cette édition, qui ouvre pour la toute première fois un ensemble encore clos, montre qu’il existe désormais une œuvre et un style Pierre Richard.

 

 

 

 



Caractéristiques
Tirage limité à 250 exemplaires numérotés. 40 cm × 25 cm, 280 pages, 500 images. Parution : décembre 2019. 
Prix : 230 €. 

Ouvrage publié avec le concours de la Drac Grand-Est et de la Fondation Michalski.

Les éditions Artulis ont élu les écritures nécessaires, de résistance, de survie, au nombre de leurs voies de recherches. Plusieurs publications sont nées de cette réflexion, notamment les Cahiers de l’île du Diable d’Alfred Dreyfus ; Le Second Enfer, autodafé d’un choix, d’Étienne Dolet et les Tracts et papillons clandestins de la Résistance, papiers de l’urgence. Chacun de ces livres donne à voir sous forme de fac-similés les écritures, dessins ou traces éphémères de ces archives précieuses et les soumet à la pensée d’auteurs contemporains. Ces publications à caractère bibliophilique sont accompagnées d’une version numérique mettant à la disposition des internautes, en libre accès, l’ensemble des contenus.

Balades Culinaires

Signature des Balades Culinaires
Barbès-Quartier Indien-Marché de la Chapelle

Samedi 7 décembre à partir de 11h30 – entrée libre
Avec dégustation d’une soupe chorba pour accompagner la signature. 

Halle Saint Pierre – à la librairie

ÉDITIONS DU NEZ

Les éditions du nez ont vu le jour autour du projet “balades culinaires” de Mathieu Dipace. La maison d’édition a été créée pour réaliser une collection de livres de cuisine. Découvrir un quartier par ses spécificités culinaires.

 

Jean-Luc A. d’Asciano

PRÉSENTATION & SIGNATURE

Souviens-toi des Monstres
de Jean-Luc A. d’Asciano

aux éditions Au Forges de vulcain

En présence de l’auteur et de l’éditeur David Meulemans
Présentation accompagné de lectures faites par David Sidibé

Dimanche 17 novembre 2019 à 15 heures – entrée libre

Halle Saint Pierre – à l’auditorium

« Nous sommes nés monstrueux et notre vie fut belle »

*

L’histoire

Nous sommes en Italie. Dans une Italie fantastique, pleine d’anarchistes, d’assassins, de femmes rebelles, de prêtres défroqués, de diables athées et d’animaux plus ou moins domestiques. Raphaël et Gabriel naissent dans une famille de marins et de contrebandiers. Ils sont siamois. Bien que monstrueux, ils ont un don magique. Leur chant leur permet de tordre la réalité, d’accomplir des miracles, de réveiller des êtres issus du domaine des morts. Leur destin : être les derniers témoins d’un monde effervescent et picaresque, qui est amené à disparaître. Un monde de monstres.

*

La presse en parle

Les siamois enchantés de Jean-Luc A. d’Asciano
« Souviens-toi des monstres », premier roman carnavalesque de Jean-Luc A. d’Asciano, conte les aventures de deux faiseurs de miracles.

Soit on se faufile, soit on fracasse, ­telles sont les deux voies qui s’offrent au primo-romancier. Soit il opte pour la petite porte, mêlant discrètement sa voix au chœur, n’offrant qu’un humble mais prometteur galop d’essai, soit il donne l’assaut, entrant à cheval dans le saloon, hurlant « à boire » et éparpillant un monceau d’or sur la table de poker. C’est la seconde manière, la mauvaise, la meilleure, qu’a choisie l’éditeur et écrivain Jean-Luc ­André d’Asciano pour se propulser romancier et nous offrir, avec ­Souviens-toi des monstres, l’une des plus détonantes razzias littéraires de cette saison, un vol-au-vent somptueux, un cocktail fatal où se mêlent à ravir Fellini et Melville, ­Cronenberg et Giotto, les sortilèges capiteux du baroque méditerranéen, les frénésies du roman d’aventures dumasien et les vertiges du folklore fantastique. Lire la suite ici
– Le Monde
Par François Angelier25 juillet 2019

*

Biographie

Jean-Luc A. d’Asciano est né à Lyon, mais a grandi à Nantes. Passe un doctorat de littérature et psychanalyse. Écrit des articles sur le roman noir, l’architecture, les arts contemporains ou la cuisine. Fonde les éditions de L’Œil d’or où il publie Petite mystique de Jean Genet (2007). Il publie ensuite un recueil de nouvelles, Cigogne aux éditions Serge Safran.
Son premier roman, Souviens-toi des monstres, est publié en 2019 aux éditions Aux forges de Vulcain.

 

 

 

Nadja Berruyer

Exposition du 2 au 30 décembre 2019
&
PROJECTION
“Nadja Berruyer Brodeuse, les monstres et babayaga”
Un film d’Aurélie Martin (62′)
Editions Les mutins de Pangée
Dimanche 22 décembre à 15h00 – entrée libre

Halle Saint Pierre – à la librairie et auditorium

Ouvert tous les jours

*

Nadja Berruyer

Les perles, comme des fils glissent au bout de mes doigts et racontent le cheminement de mon imagination. 

Leurs couleurs et leurs matières me fascinent. Les matières sont le reflet de l’homme dans le sens où elles sont représentatives de notre capacité à créer, à fabriquer de l’inutile indispensable. «Notre part de liberté.»

 

Je me sens « Babayaga » à leur sujet, toujours de nouvelles acquisitions me transportent d’espoir ! L’idée de les capturer et de les organiser selon ma propre volonté… Pour que la lumière qu’elle reflète s’assemble avec celle de mes rêves.

 

Mon travail artistique s’inscrit au croisement du tableau, de la sculpture et de la broderie. Du geste traditionnel des travaux d’aiguilles, réservés aux femmes, naissent des formes et des dessins résolument contemporains qui s’émancipent du simple ornement. Je me reconnais dans cette appellation chère à Louise Bourgeois « Les Nouvelles Pénélope », qui à l’heure du numérique, font l’éloge de la lenteur.

Remplir les surfaces, recouvrir les volumes, j’envahis, avec la répétition minutieuse du travail de la main, et c’est alors que prend vie un univers proche du conte.

– Nadja Berruyer

+ d’infos :
Site 
Facebook :
Instagram

LA BANDE ANNONCE DU FILM, DVD disponible à la librairie de la Halle Saint Pierre

LA PROJECTION

 

L’ouvrage

EXPOSITION
Blaise Perrin
L’OUVRAGE photographies
du 1er novembre – 1er décembre 2019

 

Halle Saint Pierre – à la librairie
Ouvert tous les jours

PRÉSENTATION

À Mejorada del Campo, petite ville en banlieue de Madrid, Justo Gallego Martínez construit depuis près de 60 ans, seul ou presque, et sans aucune formation aux métiers du bâtiment, une cathédrale.

Il utilise uniquement des matériaux recyclés (briques, ciment, gravas…) et conduit tous les jours, à l’exception du dimanche, le chantier sans autre plan que celui qu’il imagine. Ce bâtiment, aux dimensions extraordinaires, qu’il nomme “son paradis sur terre”, s’étend aujourd’hui sur plus 4000 m2 et s’élève à plus de 35 mètres de hauteur.

Cette histoire fut notamment popularisée par la déclaration de l’architecte Norman Foster après sa visite du lieu : ” C’est ce que j’ai vu de plus incroyable au monde! “.

Âgé de 94 ans, Justo Gallego Martínez continue, chaque jour, d’avancer son oeuvre.

NOTICE BIOGRAPHIQUE

Blaise Perrin
Après un Master spécialité “études cinématographiques et audiovisuelles” à l’Université Lumière Lyon II, Blaise Perrin intègre l’École Nationale Supérieure de la Photographie d’Arles en 2006. Diplômé en 2009, il devient la même année lauréat de l’Académie des Beaux-Arts et, à ce titre, réside durant deux ans à la Casa de Velazquez à Madrid.

Il y réalise deux séries photographiques : l’une consacrée aux villages abandonnés de la région de Soria, l’autre sur l’édification d’une cathédrale par Justo Gallego Martínez. Cette série, intitulée L’Ouvrage, fut publiée en 2019 par la maison d’édition espagnole La Fábrica avec, notamment, des textes du romancier et poète Lyonel Trouillot (Actes Sud) ainsi que de la critique d’art brut Graciela García Muñoz.

Lauréat en 2019 de la Villa Kujoyama à Kyoto, Blaise Perrin y séjournera un trimestre en 2020 en qualité de cinéaste pour donner une suite à son premier film documentaire, La Ronde, sur l’histoire de Yukio Shige, un policier à la retraite qui depuis 15 ans consacre sa vie à surveiller les falaises de Tojinbo au Japon.

Sa pratique de la photographie et du cinéma documentaire creuse sa voie dans des lieux retirés, délaissés, anachroniques (carrières, grottes, casses automobiles, villages abandonnés, cathédrale en chantier…) ou auprès de personnages « hors-normes », tels Justo Gallego Martínez ou Yukio Shige.

LE LIVRE
Blaise Perrin, L’Ouvrage
Edition La Fábrica avec, notamment, des textes du romancier et poète Lyonel Trouillot (Actes Sud) ainsi que de la critique d’art brut Graciela García Muñoz.Prix du livre : 38 euros
Disponible à la librairie de la Halle Saint Pierre

PRIX DES PHOTOS
Prix de chaque photo : 750 euros
Chaque image du livre peut être imprimée, contrecollée et encadrée de la même façon que les photographies exposées.

Joël Gayraud

S I G N A T U R E

Joël Gayraud
à l’occasion de la parution de son nouveau livre
L’Homme sans horizon
Parution le 24 octobre 2019
ÉDITIONS LIBERTALIA
SAMEDI 14 DÉCEMBRE 2019 A PARTIR DE 13 HEURES
Halle Saint Pierre – à la librairie

La signature aura lieu à l’occasion du colloque organisé par Françoise Py sur Louis Janover. Le thème du livre, où l’utopie libertaire et le surréalisme se trouvent mêlés, s’inscrit fort bien en écho à cet événement.

*

Matériaux sur l’utopie.

En ce début de millénaire, après l’effondrement du bloc de l’Est, l’horizon de l’humanité s’est brutalement fermé. Sur une planète surexploitée et mutilée, où nul ne croit plus au progrès, le capitalisme apparaît comme une frontière indépassable. Agitée comme un leurre, la démocratie s’est vue ruinée par ses promoteurs mêmes. L’histoire semble close et pourtant les contradictions du système n’ont jamais été plus manifestes. Dans ces conditions, qu’attendre de l’avenir si toute révolte paraît condamnée d’avance à l’échec ou à la reconduction de la tyrannie ? Le manque d’un nouvel horizon d’espérance se fait de plus en plus criant.
Questionnant les grandes théories critiques (Marx, Ernst Bloch, Guy Debord), s’appuyant sur l’anthropologie, poussant des incursions du côté de la philosophie (Aristote, Agamben, Simondon), invoquant après les romantiques et les surréalistes la fonction vitale de l’imagination créatrice, L’Homme sans horizon dessine les lignes de fuite qui permettent de rouvrir un horizon utopique. Au-delà de l’utopie libérale, aujourd’hui épuisée, de l’utopie sociale qui a été défigurée par les régimes totalitaires, la seule issue possible est de reprendre et faire triompher le rêve ancestral de société sans classe ni État, constituée d’individus égaux, librement associés, jouant enfin leur propre histoire. Aujourd’hui où la survie de l’espèce est en jeu, c’est cette espérance qu’il s’agit de réaliser sous peine de voir l’humanité s’effondrer dans la barbarie. L’Homme sans horizon se propose de montrer l’urgence de ce qui est désormais la seule utopie humaine, et de lui apporter les fondements de sa légitimité historique. – ÉDITIONS LIBERTALIA

Joël Gayraud
“[…] Romaniste, Joël Gayraud a traduit notamment Leopardi et Agamben. Nourri de surréalisme, de Fourrier jusqu’à Debord, sans compter ce qui précède ou ce qui suit, il pratique volontiers et assume une sorte d’errance méthodique qui le voit passer d’un plan à un autre, le temps de le dire et d’embarquer. Déporté dans une flânerie qui regarde, il découpe et recompose avec bonheur les parties d’un ordre bouleversé, qui reparaît neuf et à vrai, comme on dirait à cru.” – Médiapart

Outsider Art Fair

La Librairie de la Halle Saint Pierre
hors-les-murs à la 
Outsider Art Fair – Paris

17 – 20 octobre, 2019
Atelier Richelieu
60, rue de Richelieu – 75002 Paris

Métros:
Bourse – Palais Royal – Pyramide Horaires:
Jeudi 17 octobre : avant-première VIP : 14h00 – 18h00  / Vernissage: 18h00 – 21h30
Vendredi 18 octobre : 11h00 – 22h00  / 
samedi 19 octobre : 11h00 – 20h00
Dimanche 20 octobre : 11h00 – 18h00
*
Librairie de la Halle Saint Pierre – hors les murs

La Libraire est présente, comme chaque année, à la Outsider Art Fair à Paris avec
une sélection d’ouvrages sur l’art brut, l’art outsider, l’art singulier et la culture populaire.
Elle organise à cette occasion des rencontres et signatures avec des auteurs les :
Vendredi 18, samedi 19 et dimanche 20 octobre


R E N C O N T R E S  /  S I G N A T U R E S 

V E N D R E D I  1 8  O C T O B R E 

18 HEURES
Raphaël KOENIG
Cérès Franco
Pour un art sans frontières,
éditions lelivredart


S A M E D I  1 9  O C T O B R E 

14H -15 HEURES
Baptiste BRUN
Jean Dubuffet : un barbare en Europe,
écrit avec Isabelle Marquette, éditions Hazan – Mucem, 2019

Jean Dubuffet et la besogne de l’art brut : critique du primitivisme,
Editions les Presses du Réel, 2019

15H -16 HEURES
Celine DELAVAUXArt Brut. Le guide
Editions Flammarion, 2019

16H – 17 HEURES
Bruno DECHARME, Photo-Brut 
Editions ABCD / Flammarion, 2019


D I M A N C H E  2 0  O C T O B R E

15 HEURES
Bruno MONTPIED,
pour son texte
« Un autre Art brut »
dans les actes du colloque « L’Art Brut existe-t-il? »
aux éditions Lienart (collectif), 2019
&
son étude sur l’origine et l’auteur des
« Barbus Müller »
dans le n°17 de la revue Viridis Candela du Collège de ‘Pataphysique, septembre 2018.

 

16 HEURES
Lorraine Palardy, fondatrice des Impatients
Frédéric Palardy, directeur général des Impatients
Simon ZAGARI, responsable de la collection et des expositions
pour
Les Impatients : un art à la marge
Éditions Somme toute, 2019 (Canada)

Quinze auteurs réunis pour apporter leur réflexion sur la santé mentale, l’art et la créativité. À travers leurs textes, on explore le travail fait aux Impatients, et on ouvre aussi sur d’autres pratiques artistiques de non-professionnels.

Préfacé par l’artiste Rober Racine, ce livre réunit les textes de Jean-François BélislePierre BellemareLouise BlaisAnne-Marie BouchardJean BrassardEllen CorinPauline GoutainAnnie JaimesFrédéric PalardyLorraine PalardyCécile RousseauMichel RoyMélissa SokoloffEmmanuel Stip et Ginette Vallée.

Les Impatients collectionnent, depuis leur fondation en 1992, des œuvres d’art hors norme. Certaines proviennent de collectionneurs, mais pour la plupart, elles ont été créées dans les ateliers d’art que l’organisme offre aux personnes ayant des problèmes de santé mentale. À ce jour, la Collection Les Impatients compte près de 15 000 œuvres. Pionnière au Canada dans son champ, elle se distingue par son potentiel scientifique et artistique.

 

L’art brut

sous la direction de Martine Lusardy
Préface de Michel Thévoz
Editions Citadelles & Mazenod

PRIX BERNIER de l’Académie des Beaux-Arts 2019,
( 6 novembre 2019)

Les auteurs :
Maria Azzola, Émilie Champenois, Déborah Couette, Laurent Danchin,
Marc Décimo, Gustavo Giacosa, Marcel Katuchevski, Jean-Pierre Klein,
John Maizels, Claire Margat, Randall Morris, Lucienne Peiry, Thomas Röske.

Disponible à la librairie de la Halle Saint Pierre

CONFÉRENCES ANNUELLES 
Penser l’art brut.Penser avec l’art brut
par Martine Lusardy
Les mardi 19 novembre et 17 décembre 2019 à 15 heures – entrée libre
Réservation conseillée : 01 42 58 72 89

TÉLÉCHARGER Brochure L’Art brut

Cette synthèse originale menée par une équipe pluridisciplinaire internationale (historiens d’art, critiques, psychologue, psychiatre, artiste), réunit un corpus foisonnant de quelques  550 œuvres de plus de 250 artistes. À la fois étranges, inquiétantes et familières, elles sont les métaphores d’un « voyage-aventure » au tréfonds de notre sensibilité, qui donne à saisir la mesure de l’être humain.

Martine Lusardy, spécialisée dans l’étude de l’art brut et de ses apparentés, elle est directrice de la Halle Saint-Pierre depuis 1994. Elle y a organisé de nombreuses expositions sur le sujet.

Préface rédigée par Michel Thévoz, historien de l’art et initiateur de la Collection de l’Art Brut à Lausanne, aux côtés de Jean Dubuffet.

Les auteurs : Maria Azzola, Émilie Champenois, Déborah Couette, Laurent Danchin, Marc Décimo, Gustavo Giacosa, Marcel Katuchevski, Jean-Pierre Klein, John Maizels, Claire Margat, Randall Morris, Lucienne Peiry, Thomas Röske.

  • Une étude pluridisciplinaire internationale
    (historiens d’art, critiques, psychologues, psychiatres, artistes)
  • Un ouvrage de référence nouveau et original sur l’art brut
  • Plus de 250 artistes et 550 illustrations couleur
Prix : 205,00 €
Disponible à la librairie de la Halle Saint Pierre
*

LE LIVRE

Hier méconnu du grand public, l’art brut est aujourd’hui institutionnalisé et médiatisé. Loin de se cantonner à “l’art des fous”, il recouvre une variété infinie de créations. Au-delà des œuvres associées aux asiles psychiatriques, des réalisations médiumniques, cet ouvrage met en lumière les réalisations protéiformes de “l’homme du commun” (Jean Dubuffet) – celles qui sont en dehors des circuits artistiques. D’autres appellations ont vu peu à peu le jour : hors normes, singuliers, outsider, habitant-paysagiste …

SOMMAIRE

  • Introduction : la naissance d’une notion
  1. L’irruption des exclus sur la scène de l’art
  2. L’art brut : le manifeste artistique de Jean Dubuffet
  3. Sous le vent de l’art brut
  4. L’ouvrage du commun
  5. L’art brut et l’esprit contemporain
  • Conclusion : devenirs de l’art brut

LA PRESSE EN PARLE

Savant, séduisant et international, l’ouvrage est aussi une impressionnante somme visuelle, secouée par une énergie débridée“.
Connaissance des arts – Décembre 2018

Belle maquette, iconographie impressionnante, articles des meilleurs spécialistes, ce pavé concrétise ce que Jean Dubuffet a inventé dans les années 1950, donner à voir “la naissance d’une notion“.
Télérama (n° 3593) – du 24 au 30 novembre 2018

Ébouriffant, l’ouvrage des éditions Citadelles & Mazenod est une odyssée sémantique, esthétique et politique vers ces œuvres de la marge et de l’ailleurs (…) Reliée, la présente publication souscrit à l’élégance et au luxe qui distinguent les éditions Citadelles & Mazenod : sa couverture rouge feutrée est recouverte par une jaquette dont le bariolage chromatique et la profusion formelle, empruntés à une oeuvre majeure d’Aloïse Corbaz, sont emblématiques du corpus hébergé par ces quelques six cent pages”.
Le Journal des Arts – Décembre 2018

Un collectif international d’historiens d’art, de critiques, de psychologues, psychiatres et artistes fait aujourd’hui le point dans un ouvrage monumental, richement illustré“.
Le Figaro – 3 décembre 2018

“S’il devait y avoir une bible de l’art brut, ce serait ce splendide livre (…). Sous la direction de Martine Lusardy, l’ouvrage donne une dimension internationale à cet art multiple fort heureusement indéfinissable’.
Le Matin Dimanche – 9 décembre 2018

Ce superbe ouvrage fait le tour du monde de ces productions qui ne répondent à aucun critère“.
Femme Actuelle Senior – Janvier 2019

“Un somptueux panorama de l’oeuvre d’artistes longtemps ignoré, aujourd’hui recherchés (…). Comme tous les ouvrages de Citadelles & Mazenod, il est très gros et superbement illustré de reproductions de grande qualité”.
Le Monde – 14 décembre 2018

“Des oeuvres novatrices signées Aloïse, Darger, Walla, Zinelli, Traylor ou Sawada qui bouleversent et modifient notre regard sur la peinture, sont réunies dans cette magnifique anthologie”.
Le Figaro Magazine – Du 14 au 15 décembre 2018

Ce magnifique ouvrage, auquel ont contribué une quinzaine de spécialistes lève le voile sur les ateliers et entreprises qui ont vu le jour aux quatre coins du monde, depuis la Chine jusqu’à la Californie en passant par la Bretagne ou l’Afrique du Sud. Visions mystiques, peinture vagabonde, dessins méticuleux, constructions folles et ce que Dubuffet appelait une “invention sans frein, haute ivresse, liberté totale”. Liberté, l’autre nom de l’art“.
L’Obs – 20 décembre 2018

À la fois savant et humble, le pavé se lit, généreux, avec des vitesses différenciées. Offrant aussi la possibilité de ne vivre que l’aventure en immersion dans ce trouble créateur et son infinitude“.
Tribune de Genève – 20 décembre 2018

Les belles éditions Citadelles & Mazenod viennent de faire paraître un nouvel opus dans leur célèbre collection « L’Art et les grandes civilisations », cette fois-ci sous la direction éclairée de Martine Lusardy, et préfacé par Michel Thévoz : « L’art brut ». Un titre d’où crépitent les bruits d’un bouillon de culture ! Car la notion d’ « art brut » est tout autant question à une interrogation non formulée sur l’art comme méditation, que réponse sans point final dans un effort de médiation entre connu et inconnu. La magie absolue de ce livre opère quelque part entre les deux. De quoi brosser un large panorama non exhaustif d’un continent artistique rétif à la logique, et qui résiste encore et toujours aux mornes sangles de la norme…
Le Mot & La Chose – Décembre 2018
http://www.lemotlachose.com/lart-brut-citadelles-mazenod/

*
*
*