Chaos pour finir et pour recommencer

Art et Thérapie/Institut National d’Expression, de Création, d’Art et Transformation
(Revue, et établissement d’enseignement supérieur de médiation artistique et d’art-thérapie)

Séminaire mensuel à la Halle Saint-Pierre 12ème année
Sous la direction de Jean-Pierre Klein et de François Dingremont


Chaque 3ème samedi de 14H30 à 16H30 de janvier à mai et en juin
,
une journée entière avec des médiateurs artistiques et des art-thérapeutes

HALLE SAINT PIERRE – à l’auditorium
TARIF : 12 € (6 € pour les élèves INECAT carte d’adhérent de l’année)
*

Chaos pour finir et pour recommencer

La destinée de l’être humain est de frôler sans cesse le chaos dès la “catastrophe” de la naissance. Notre ex-istence, ce mouvement vers l’avant-de-soi, serait-elle bâtie sur cette tentative renouvelée de construction contre et sur le chaos ? L’art-thérapie et la médiation artistique ont l’expérience de ceux qui sont habités de chaos : troubles extrêmes de la personnalité, néantisation par des atteintes de l’intégrité corporelle, mentale, sensorielle, exclusions et persécutions, suicides, handicaps, violences graves…  Elle propose une réponse au chaos, sans le méconnaître, ni le nier, ni tenter illusoirement de le combler. Son action est de le border, le contenir, le délimiter, le maintenir pour le transmuer en créativité.

« C’est une vitesse infinie de naissance et d’évanouissement » « Cest chacun de nous qui se trouve sans cesse en pourparlers et en guérilla avec lui-même, grâce à la philosophie » Deleuze. Peut-on en dire  autant de l’art qui se mêle de thérapie ? « L’art me paraît un moyen de vaincre la mort » dit Hans Hartung “interrogé“ par la Gestapo puis en Espagne franquiste, ces deux chaos érigés en absolu.

Ce n’est plus le chaos-néant, mais le chaos qui ouvre au désordre facteur de créations.

Cette dissolution intime de l’univers ordonné, c’est aussi, au-delà des individus, ce qui se fait jour dans un monde en proie au chaos et dans la recherche hésitante de nouveaux paradigmes. Les situations de blocage, d’inertie, de régression, de violence auxquelles nous assistons actuellement révèlent crûment une faille majeure de l’action politique : la créativité. L’expérience de créateurs qui ont su transmuer le chaos en œuvre peut-elle nous aider à réfléchir sur de possibles mutations inventives actuelles ?

 

PROGRAMME 2021

16/01 Dominique Bertrand, musicien voyageur et écrivain, mythologue, auteur de L’art du chaos, éditions Signatura, Le chaos comme source de tous les possibles

20/02 Alexandre Labruffe, romancier, auteur de  Chroniques d’une station-service, de Un hiver à Wuhan, Gallimard et de Chroniques d’un virus annoncé (AOC), Sympathy for the chaos

20/03 Pascal Champvert, président de l’Association des directeurs au service des personnes âgées, Les Ehpad  face aux chaos, Le chaos de la maladie d’Alzheimer, le chaos du confinement, le chaos des morts solitaires

17/04 Pablo Gershanik, artiste, comédien, metteur en scène, pédagogue théâtral, 
Jean-Michel Vives,
professeur de psychopathologie, Les maquettes intimes, du chaos cauchemardesque à la mise en maquette onirique

15/05 Nicolas Poirier, philosophe, auteur de Cornelius Castoriadis, du chaos naît la création, éditions Le bord de l’eau, Du chaos naît la création. Une perspective philosophique (Cornelius Castoriadis) et littéraire (Elias Canetti, Witold Gombrowicz, Doris Lessing).

19/06 Toute la journée de 11H à 18H intervenants (ateliers, performances, études de cas) : art-thérapeutes et médiateurs artistiques issus de l’Inecat

*

Programme détaillé de l’année : klein.jpkev@gmail.com
INECAT/Art et Thérapie, 27, rue Boyer, 75020 Paris, www.inecat.org

 

 

La puissance de la fiction

Séminaire Art et Thérapie
(Institut National d’Expression, de Création,d’Art et Transformation & revue – INECAT)
Sous la direction de Jean-Pierre Klein
Chaque 3ème samedi de janvier à juin 2020
*
Samedi 21 mars 2020 de 14h30 à 16h30 
reporté
Bernard Rigaud,
Philosophe, docteur EHESS, directeur d’un centre d’addictologie

© Manuel Braun

Parole poétique et fiction ;
à partir d’Henri Maldiney et de Giorgio Agamben :
Tout discours est de fiction.
Comment faire de la fiction autrement que par défaut ?

Bernard Rigaud est auteur de Henri Maldiney, la capacité d’exister et de Penser l’addiction, au risque du rien, ouvrages qu’il signera en fin de conférence.

Halle Saint Pierre – à l’auditorium
Réservation conseillée : 01 42 58 72 89
Entrée 12 € (6 € pour les élèves INECAT carte d’adhérent de l’année)

________________

Prochaine séance 18/04 : François Dingremont, anthropologue de l’art, Plaisir de la fiction et fiction du plaisir, réflexions à partir du livre l’Odyssée

*

Thème du séminaire 2020

La puissance de la fiction

Nous avons scandé naguère : « L’imagination au pouvoir ». Plutôt que la notion de «pouvoir» qui signifie pour beaucoup « Pouvoir sur autrui », nous préférons dire maintenant : « L’imagination à la puissance ». Nos rêveries, nos fictions prises pour du réel ou reconnues comme telles participent-elles de notre puissance de vie ? Nos songes au sens large sont-ils plus vrais que nos mensonges que nous croyions la vérité même quand nous ne lui adjoignons pas la majuscule de la Vérité universelle qui n’est au fond que notre propre construction, voire une construction externe qu’on nous inculque.

Le « Peu de réalité » dont parlent les surréalistes se prolonge dans cette formule de Philip K. Dick : « La réalité objective n’est que le produit d’un raisonnement destiné à formuler l’universalisation hypothétique d’une multitude de réalités subjectives ». L’art, l’écriture, le conte et bien sûr l’art-thérapie ont prouvé que la fiction était une façon de dire le monde, de se dire, de transformer le monde et de se transformer. Nous avons décliné dans ces séminaires l’avènement de la métaphore non dévoilée, comme figuration de l’intime, intime dont nous prétendons au contraire de la doxa psy qu’il ne nous regarde pas car c’est lui qui nous regarde sans que nous discernions bien son éclairante obscurité. Cette année, nous avons pour ambition d’ouvrir à la fiction comme avenir structurant et anticipatoire d’un univers en mutation.

Vidéo 1 : Jean-Pierre Klein présente le séminaire 2020 au sein de l’exposition Le monde selon Roger Ballen à la Halle Saint Pierre.

Vidéo 2 suite : Jean-Pierre Klein présente les intervenants 2020.

CONFÉRENCES 2020

18/01 Robin Renucci, metteur en scène, comédien, Directeur des Tréteaux de France

15/02 Marc Petit, romancier, essayiste, auteur d’Eloge de la fiction, Fayard

21/03 Bernard Rigaud, philosophe, docteur EHESS, directeur d’un centre d’addictologie,
Parole poétique et fiction à partir d’Henri Maldiney et de Giorgio Agamben

18/04 François Dingremont, anthropologue de l’art, Plaisir de la fiction et fiction du plaisir, réflexions à partir du livre l’Odyssée

16/05  Bernard Chouvier, Pr de Psychopathologie clinque, psychanalyste, auteur de Le pouvoir des contes, Dunod, Conte, imaginaire et magie

20/06 11H15-17H45 Art-thérapeutes et Médiateurs artistiques : performances, ateliers, études de cas, conférences

+ d’infos 

(INECAT)
Art et Thérapie/Institut National d’Expression, de Création, d’Art et Transformation
(Revue, et établissement d’enseignement supérieur de médiation artistique et
d’art-thérapie)

Programme détaillé de l’année :
klein.jpkev@gmail.com

INECAT/Art et Thérapie, 27, rue Boyer, 75020 Paris,
www.inecat.org

Séminaire 2019

Le Séminaire mensuel 2019 à la Halle Saint-Pierre
sous la direction de Jean-Pierre Klein,

 Chaque 3ème samedi de 14H30 à 16H30 de janvier à mai
suivis d’une journée entière avec des art-thérapeutes en juin.

Violences réelles, violences symboliques  

La violence paralyse le corps de l’être violenté, elle l’empêche de penser, elle s’inscrit en deçà des mots, en deçà de toute remémoration, dans une temporalité figée. C’est l’effondrement, le deuil impossible, la fixation de la personne dans le statut de victime, voire de coupable de la violence subie. Ou bien c’est la fixation de la personne migrante, handicapée, etc., dans la violence d’une stigmatisation. L’évocation du trauma tourne à l’invocation qui le réitère. Essayer d’oublier comme si rien ne s’était passé est un leurre. Comment réagir sans tomber dans la compassion émotionnelle, le psychologisme, ou une réaction limitée à la condamnation des responsables ?

Le monde actuel n’est presque totalement que violence. Cependant, on note partout un début de prise de conscience, de dénonciation, de mobilisation. Assistons-nous au début d’une ère d’alternative violente à la violence ? Mais d’abord comprenons ce qu’est la violence, mesurons en quoi elle n’est perçue que dans sa dimension de destruction, et comment elle peut devenir une force. L’art, la sociologie, la philosophie, la psychanalyse, la pensée humaniste, les sciences de l’éducation, l’art-thérapie peuvent-ils non seulement analyser la violence agie et subie mais aussi donner des pistes de son dépassement, voire de sa transfiguration symbolique ? Qu’en est-il de la violence source de création, d’accomplissement, de dynamisme vital ? À quoi la violence comme qualité – et non comme passage à l’acte – peut-il donner accès ?

Présentation par Jean-Pierre Klein à la Halle Saint Pierre.
Dans l’exposition Art Brut japonais 2 – à voir jusqu’au 10/03/19

*


Intervenants prévus :

19/01 Hervé Benoit, Dr en Sciences de l’éducation, INSHEA,  Violence dans et de l’Education Nationale (titre provisoire).

16/02 Jean-Marc Talpin : professeur de psychologie, psychologue : Violence du vieillir, violence dans  la vieillesse, violence sur les vieux.

16/03 Pascal Coulon, Enseignant en philo et en esthétique, Origines de la violence et violence des origines, L’apport de l’anthropologie de René Girard.

20/04/2019 Ahmed Madani, Metteur en scène

Le 18/05/2019 est en cours de programmation,

Le 15/06 toute la journée : L’art-thérapie, de la violence réelle à la violence symbolique.

*

Programme détaillé de l’année : klein.jpkev@gmail.com
Entrée 12 €  (6€ pour les élèves INECAT carte d’adhérent de l’année)
INECAT/Art et Thérapie, 27, rue Boyer, 75020 Paris, www.inecat.org

Facebook  

*


Jean Pierre Klein
Pionnier de l’art-thérapie en France et en Espagne, Jean-Pierre Klein est l’auteur de nombreux livres, soutenus notamment par Paul Ricoeur ou Jean Duvignaud, dont le
« Que Sais-je ? » sur L’art-thérapie.
Psychiatre honoraire des Hôpitaux, docteur habilité à diriger des recherches en psychologie, auteur dramatique, il dirige l’INECAT, première école à délivrer des titres professionnels de « médiateur artistique » et d’« art-thérapeute » reconnus par l’État.

Ouvrages (seléction)couverture
Initiation à l’art-thérapie

Découvrez-vous artiste de votre vie.

Ed Marabout (2014)
4ème de couvertureLire un extrait
Psychothérapies d’enfants et d’adolescents : une réinvention permanente de Jean-Pierre Klein et Michel Hénin (6 mars 2014)
– Scènes d’une cure ordinaire, roman, Paris, Éditions HD, 2013
– Penser l’art-thérapie, Paris, PUF. 2012 (postface de H. Maldiney)

INECAT, établissement d’enseignement supérieur délivrant des titres professionnels de médiateur artistique  et d’art-thérapeute reconnus par l’Etat.
INECAT/Art et Thérapie, 27, rue Boyer, 75020 Paris,
en savoir plus (ICI)

La Revue (ICI)