Sabine Perraudin

Sabine Perraudin
LESSMWAVIV
Humanographies : Vanités? Humilités? Humanités …

1er au 31 mai 2015

Halle Saint Pierre – Librairie
ouvert tous les jours

3

Artiste autodidacte, créér s’est imposé à moi – envie et nécessité

Face au monde, parfois contre le monde, j’assemble en décalé et façonne un univers poétique personnel. Chez moi, en moi, pour moi. Puis vient le désir de partager, de questionner et d’émouvoir.

Les radiographies – matériau stimulant au coeur d’assemblages plus hétéroclites – offrent une métaphore idéale de l’existence en négatif, dévoilant ce qu’on ne voit pas et qui pourtant structure les corps et leur survit.
Pareille mise en scène de ce qui habituellement se dérobe à la vue présente d’évidents accents morbides. Pourtant, la transparence et les jeux de lumières cachent et détournent encore autant qu’ils dévoilent et désacralisent l’intime mis en scène. Le tout sans jamais empêcher le second degré, l’humour et l’ironie, le clin d’oeil à la conscience de la vanité.

Lessmwaviv ! J’aime cette petite phrase créole qui associe liberté et seconde vie donnée à l’objet. J’y retrouve l’idée de créations originales nées d’associations étranges ; l’émergence d’une identité propre, cohérente, née de l’influence de rencontres étonnantes-déroutantes.

Coquette et convoitise

BERTRAND LACY

BERTRAND LACY
du 16 mars au 5 avril 2015

Halle Saint Pierre – Librairie
ouvert tous les jours

P1070791    “Sexus intellectualis” (Technique mixte – 50 x 70cm)


Notice biographique

Après des études d’arts plastiques, Bertrand Lacy se dirige vers la profession de comédien… métier qu’il exerce depuis plus de 30 ans. Mais depuis quelques années il revient à ses premières amours : la peinture, ou plus exactement, le dessin… et cela d’une manière très introspective :
“Enfant, j’avais des souvenirs intra-utérins ; souvenirs à la fois visuels et qui s’accompagnaient également de sons et de senteurs très particulières… Ces souvenirs me parvenaient toujours au moment de m’endormir. Des sensations très fortes, envoûtantes. Elles ont disparu, hélas, vers l’âge de 25 ans. J’essaie de m’en servir dans mon travail, de les retrouver, de les faire renaître en quelque sorte…”

En 2009, il rencontre un éditeur qui lui propose l’édition d’un petit livre regroupant ses peintures, ses dessins, ses pensées et ses humeurs… “Brouillon de lune” (Editions Altamira).

Son site/blog (ici)