David Rochline

[Projection / présentation du livre]

Le film
Rochline Rhapsodie

Un film d’Olivier Garouste
France | 2018 | 113 minutes
&
Le livre
« David Rochline, La Vie Rêvée »
Collectif : Anne Brochet, Bernard Chapuis, Francis Dorléans,
Benoît Duteurtre, Elizabeth et Gérard Garouste.
Editions du Regard.
Disponible à la librairie de la Halle Saint Pierre.

Dimanche 9 juin à partir 15 heures – entrée libre

Dans le cadre de l’exposition HEY! 4

Au programme :

15h00 : présentation du film par Olivier Garouste, le réalisateur (à l’auditorium)

16h15 : échanges – débat autour de l’artiste (à l’auditorium)

17h00 : table avec présentation du livre « David Rochline, La Vie Rêvée »,
éditions du Regard (espace de la galerie du bas)

Livre disponible à la librairie de la Halle Saint Pierre.

Le film 

David Rochline était un homme incroyable. David chantait, peignait, composait, faisait des photos. Il a écrit et joué des pièces de théâtre dont il a conçu l’univers de A à Z. Un grand artiste inclassable qui a influencé beaucoup d’artistes célèbres. Sa maison était très certainement sa pièce maîtresse, son œuvre cachée, l’antre dans laquelle il invitait quelques privilégiés. Alors pour une dernière fois, et sans sa permission, visitons son univers et retrouvons chez lui Philippe Starck, Sophie Calle, Annette Messager, Jean- Michel Ribes, Bertrand Burgalat, Fifi Chachnil, Gérard et Elizabeth Garouste nous raconter qui était David Rochline : “cet ombre qui nous éclairait“ comme le dit si bien Philippe Starck.

Le livre

« David Rochline, La Vie Rêvée »
Collectif : Anne Brochet, Bernard Chapuis, Francis Dorléans,
Benoît Duteurtre, Elizabeth et Gérard Garouste.
Editions du Regard.

Notice biographique

David Rochline, 1951-2015, a vécu et travaillé à Malakoff.

Après des études aux Arts décoratifs de Paris, ses multiples talents lui interdisent de choisir entre la peinture, la photographie, la chanson, le théâtre, l’illustration, la scénographie, la comédie… Bref ! Il sera tout ça, et avec le même don. Son oeuvre principale, celle qui concentre toutes les facettes de son art, est sans conteste, sa maison de Malakoff, dont de nombreuses photographies sont reproduites dans ce livre. Il crée et interprète Paris-Gypsy dans le cadre du Festival d’Automne, Coulisses-Cocktail pour le Palace, ainsi que biens d’autres spectacles pour lesquels il crée les décors et les costumes. Il est également scénographe d’expositions : Les Trois Suisses au Grand Palais, Le Velvet Underground à la Fondation Cartier… Il est aussi illustrateur pour de nombreux magasines : Lui, Rock and Folk… Décorateur pour le cinéma dans les années 90 et bien évidemment peintre et photographe. Cet ouvrage réalisé avec la complicité de sa soeur Elisabeth Garouste et de son neveu Guillaume, tente de restituer avec l’aide de ses amis, artistes, auteurs et photographes, l’oeuvre d’un artiste authentique, tenant à distance les modes tout en créant un univers des plus personnels. Ecoutons Bernard Chapuis :  » Si, parcourant ces images, vous découvrez David Rochline, vous aurez sans doute ressenti d’emblée qu’il est simultanément la scène et la coulisse de son oeuvre, le personnage principal et tous les autres (…) ».

Eric Le Blanche

ART BRUT – PROJECTION

ERIC LE BLANCHE,
L’homme qui s’enferma dans sa peinture

Film de Bruno Montpied et Jacques Burtin

Samedi 22 juin 2019 à 15 heures – entrée libre

Halle Saint Pierre – à l’auditorium
Réservation Conseillée : 01 42 58 72 89

Eric Le Blanche, l’homme qui s’enferma dans sa peinture est présenté en
avant-première à la Halle Saint Pierre, en présence de Bruno Montpied,
qui débattra du film avec le public.

 (Film 85 min, mars 2019, Zoom back productions)

 Photos de Bruno Montpied

En juillet 2017, deux cousins d’Eric Le Blanche (1951-2016), après la mort de ce dernier, visitent sa maison abandonnée, à Vouvant, village historique de la Vendée, proche de Fontenay-le-Comte, non loin du Marais Poitevin.

Cet homme, qui partageait son temps depuis plus de vingt ans entre un établissement où il était suivi pour schizophrénie et son logis où il poursuivait une quête artistique en autodidacte absolu (il avait quitté l’école depuis la fin du collège), avait recouvert ses façades de graffiti peints, et, à l’intérieur de la maison, les murs, les plafonds, les portes, les vitres, les volets, les meubles, les chambranles, sur deux niveaux, de fresques, puis, dans un deuxième temps, avait surmonté ces dernières d’un patchwork de dessins schématiques exécutés sur papier et carton qu’il avait punaisés sans souci de ses premières œuvres.

En juillet 2018, Bruno Montpied, alerté par les mêmes cousins, rencontrés à la librairie de la Halle Saint Pierre grâce à l’entremise de Pascal Hecker, effectue une première reconnaissance photographique et filmée de la maison, dans l’idée de sauver le plus possible par l’image ces décors qui sont promis à la destruction.

En août, revenant avec un collaborateur cinéaste, Jacques Burtin, il commence la réalisation d’un film qui sera finalisé en mars 2019. En décembre, suite aux différentes alertes de passionnés du lieu, un certain nombre d’éléments de décors ‒ toutes les portes peintes, et les volets ‒ sont rachetés par le service culturel du département de la Vendée en prévision d’expositions futures. Des collectionneurs récupèrent également un bon nombre de dessins. La postérité de ce créateur secret commence-t-elle, paradoxalement si l’on considère que cet auteur ne fit rien pour faire connaître à l’extérieur sa recherche et ses réalisations qui se déroulèrent dans un dialogue opéré exclusivement avec lui-même, durant près de vingt-cinq ans, jusqu’à ce qu’un cancer l’emporte ?

 

Aimé Nouma’Social Club

AIME NOUMA’SOCIAL CLUB
présente
une après-midi autour de la projection du film musical
« Aux oubliés de 14/18  »
tiré d’un slam d’Aimé Nouma mis en musique par Jean-Paul Miotto

Echanges en présence de l’équipe du film, avec la participation du conférencier
Pape Cissokho et de la professeure Valérie de Schaetzen.

Suivi d’un récitai poétique et d’un show case d’Aimé NOUMA’SOCIAL CLUB.

Samedi 27 avril 2019 de 15h à 18 h – entrée libre

Halle Saint Pierre – à l’auditorium
Réservation conseillée : 01 42 58 75 89