Grand trouble

 

Un mouvement est né

Au commencement, ce sont des expositions, des rencontres, des visites d’atelier, des voyages. De longues soirées à discuter, à se découvrir. Les artistes se connaissent mal, le travail solitaire à l’atelier les absorbe. Pour autant, les artistes ne vivent pas dans une tour d’ivoire : ils ouvrent grand les yeux sur le monde, lisent passionnément, s’imprègnent de musique, explorent les musées, s’en vont à l’étranger, à la rencontre d’autrui. La sensibilité à fleur de peau, ils font preuve d’une conscience humaine peu habituelle. Rien de ce que les hommes font ne leur est indifférent.

Tout artiste appartient à une « famille », à une génération ; il participe d’une filiation éthique et esthétique. Il est capable de gratitude, et surtout d’admiration, dont il ne se prive pas. À force de se rencontrer, un groupe s’est constitué, un groupe informel, sans nom pour le désigner, tissant des liens complices, toujours plus amicaux. « Et si l’on créait  un mouvement pour mieux partager nos goûts,  nos émotions, nos envies ? » L’idée a aussitôt fait son chemin. Chacun s’est proposé d’inviter d’autres artistes, mais aussi des écrivains, des scientifiques, des cinéastes, des musiciens.

Ainsi, la douzaine d’artistes initiaux en a invité une trentaine d’autres, incités par le désir de prolonger ces échanges dans une exposition au titre contemporain et brûlant : grand trouble. Une même nécessité s’est imposée à chacun : échapper aux étiquettes et aux carcans que l’on impose à l’art, à la pensée, à l’existence même des êtres et des choses. Des œuvres vont donc se confronter pour se conjuguer, dans une configuration totalement inédite, sans impératif marchand ou opportuniste. Cette manifestation collective invitera le spectateur à une véritable expérience du décloisonnement où le mot « dialogue » prendra toute sa mesure. Elle explorera les fils ténus qui relient l’individu au collectif, le banal au singulier, l’actualité à l’Histoire.

Quel meilleur lieu que la Halle Saint-Pierre pour les accueillir ? Ce lieu ami, ni musée ni galerie, ce havre de liberté s’affirme depuis quelques années comme un rempart contre la tyrannie de l’anecdotique et de l’éphémère. Il y règne un esprit unique, où l’émotion et la pensée, la main et le regard se joignent pour révéler le monde nu que chacun porte en soi.

Il s’agit dans cette exposition de parler du monde dans sa violence, dans ses peurs et ses paradoxes, mais aussi dans son mystère et sa beauté ; il s’agit de donner à voir à la fois ce que l’époque dévoile et ce qu’elle dissimule.

Les regards des artistes vont se croiser, s’échanger, se compléter ; ils diront les choses avec virulence ou avec délicatesse, chacun dans son langage, dans sa singularité. Aucun dogme, aucune école de pensée, aucun style commun ni système ne s’impose entre les participants de ce mouvement.

L’exposition sera accompagnée de concerts, de conférences et de projections de films, ainsi que d’une publication originale au titre éponyme. Grand trouble, à la fois livre et catalogue, présentera non seulement un large aperçu de l’exposition, mais aussi des entretiens et des textes inédits.

Frédéric PAJAK, 15 janvier 2017

*

Instigateurs du mouvement :

Frédéric Pajak, dessinateur, écrivain et éditeur – Julie Bouvard, traductrice littéraire,
Alexandra Roussopoulos, peintre – Matthieu Gounelle, scientifique, spécialiste des météorites – Sylvie Fajfrowska, peintre – Marc Prudent, graphiste, Philippe Garnier, écrivain – Micaël Queiroz, dessinateur d’humour – Marcel Katuchevski, dessinateur, Joël Person, dessinateur – Mélanie Delattre-Vogt, dessinatrice – Alain Frentzel, peintre – Anna Sommer, dessinatrice – Yves Nussbaum, dessinateur  – Pavel Schmidt, sculpteur.

Artistes invités :

Tomi Ungerer (collages) – Gilles Aillaud (peintures) – Emilienne Farny (peintures)
Ode Bertrand (dessins) – Sinyoung Park (dessins et peintures) – Emmanuel Rivière (sculptures) – Jean-Michel Pancin (sculptures/installation) – Jérôme Cognet (vidéo) – Marc Garanger (photographies) – Uros Toskovic (dessins) – Olivier Estoppey (sculptures) – Edmond Quinche (peintures et dessins) – Al Martin (peintures) – Edith Dufaux (installation/dessins/lithographies) – Isabelle Sobelman (« photographie commentée ») – David Porchy (dessins) – Dirk Nab (dessins) Chantal Petit-Cieslewisz (vidéo) – Jean-Paul Marcheschi (dessins) – Paul-Armand Gette (photographies) – Iris Levasseur (peintures et dessins) – François Aubrun (peintures) – Katharina Ziemke (dessins) – Julien Magre (photographies) – Cathryn Boch (dessins/installation) – Arthur Aillaud (peintures) – Jean Scheurer (peintures) Jean-Michel Jacquet (dessins) – Noyau (dessins) – Anna Sommer (dessins) – Martial Leiter (dessins) – Mix et Remix (dessins) – Liu Jian (dessins) – Thomas Kaniok (peintures).

Contributeurs du catalogue : (Liste provisoire)

Patrick Declerck – Julie Bouvard – Jacques Vallet – Philippe Garnier – Delfeil deTon –  Marius Popescu – Frédéric Pajak – Frédéric Schiffter – Jean-Baptiste Haran.

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Le génie des modestes

Le Centre Abbé Pierre – Emmaüs d’Esteville
et La Halle Saint Pierre présentent :
LE GÉNIE DES MODESTES
Exposition d’art brut et singulier dans le
Lieu de mémoire de l’abbé Pierre à Esteville (76690),
 du 1er avril au 30 juin 2017 
Ouvert tous les jours

Dossier de presse (cliquez ici)

DOSSIER PRESSE_Le génie des modestes 2017

Le Lieu de mémoire de l’Abbé Pierre accueille, à Esteville près de Rouen, une exposition dont La Halle Saint Pierre assure le commissariat d’exposition.  Pour sa quatrième édition, « Le génie des modestes » présente des œuvres originales d’art brut et de d’art singulier. Cette année, les artistes sont choisis par Martine Lusardy, directrice de La Halle Saint Pierre, espace d’exposition situé au pied du Sacré-Cœur à Paris,  qui fait référence dans le domaine de l’art brut depuis de nombreuses années.

Les artistes
Mr ImaginationSylvia KatuszewskiJoseph KuhajecJulien Yemadjè

Les Films
Projection en permanence ldes courts-métrages montrant les œuvres mobiles de
Pierre Avezard et Gilbert Peyre.

L’Art Brut
Concept inventé par Jean Dubuffet au milieu du 20ème siècle pour regrouper les créations spontanées d’artistes autodidactes qui travaillaient en dehors des circuits culturels : l’art des malades mentaux, des marginaux et des mediums. Par la suite, des artistes moins officieux se sont reconnus dans cette démarche, sous le nom d’art singulier.

Le génie des modestes
Depuis quatre ans, « Le génie des modestes » souhaite faire passer le message de simplicité et de générosité de l’abbé Pierre et du Mouvement Emmaüs, par le biais de la création artistique. Les œuvres présentées à Esteville sont surprenantes et l’imagination des créateurs s’y révèle dans un langage accessible à tous. Les arts brut et singulier laissent une place importante à la spontanéité et aux émotions. L’intention du festival est pleinement sous-entendue dans son nom. Il s’agit de montrer qu’il y a du génie dans la modestie : celle des matériaux utilisés, celle des intentions ou bien celle des artistes eux-mêmes.

Chez Emmaüs, la démarche est la même : une chance est donnée aux personnes qui sont en marge de la société pour qu’elles révèlent leur potentiel. A l’inverse de l’assistanat, il s’agit de permettre aux plus exclus de devenir acteur de la solidarité par leur travail. Dans 37 pays, 400 groupes Emmaüs montrent tous les jours que des milliers de personnes modestes peuvent avoir du génie.

Exposition :
Du 1er avril au 30 juin 2017.
Ouvert tous les jours de 10h à 18h.
Tarifs : 6€/4€
Centre abbé Pierre – Emmaüs (Lieu de mémoire)
76690 Esteville (au nord de Rouen, près de Cailly et Clères)
www.centre-abbe-pierre-emmaus.org
contact@centre-abbe-pierre-emmaus.org
02 35 23 87 76

 

 

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Outsider Art Fair

La LIBRAIRIE de la Halle Saint Pierre  hors-les-murs
La Halle Saint Pierre
est partenaire pour la quatrième fois de l’édition parisienne de l’
Outsider Art Fair
14502855_1287719354594527_568444314982899941_n
du 20 au 23 octobre 2016 en parallèle de la FIAC

*
Programme de la Foire:

Espace curated
Autoportrait avec mes névroses
Curated by : Gérard Audinet
Location : 1èr étage
Franz Huemer (1924 – 2012)
Location : 2ème étage

2N2A4209 copy_0
Hôtel du Duc
22, rue de la Michodière, 75002 Paris
Métro : Opéra

Heures d’ouverture
Jeudi, 20 octobre : Early Access & Vernissage 14h – 22h
Vendredi, 21 octobre: 11h – 20h
Samedi, 22 octobre: 11h – 20h
Dimanche, 23 octobre: 11h – 18h


La Librairie de la Halle Saint Pierre,  hors-les-murs à l’Outsider Art Fair

2Institution partenaire, la Halle Saint Pierre installe sa librairie de référence à l’Outsider Art Fair à l’Hôtel du Duc, et propose une sélection de livres sur l’Art Brut, des catalogues d’expositions, des revues, ainsi que des ouvrages inédits.
 *
 sans-titre-1
 *
RENCONTRES/DEDICACES/DECOUVERTES

couv-livre-vinsard

Rencontre/dédicace

Jeudi 20 octobre à partir de 14 heures

avec Bruno Montpied, auteur de
Marcel Vinsard,
L’homme aux mille modèles
éditions de L’Insomniaque,
coll. La Petite Brute
( à paraître 14/10/2016)

à l’Outsider art Fair –  librairie de la
Halle Saint Pierre – hors les murs

 

A côté du livre, il y aura aussi les trois autres titres parus précédemment dans la collection « La Petite Brute », Andrée Acézat, oublier le passé, Visionnaires de Taïwan et Denise et Maurice, dresseurs d’épouvantails.


EN AVANT PREMIÈRE à l’OAF

52f669893e2e1154cc26d13d9c1c7164_th3Almanach de l’Art Brut

A l’occasion des 40 ans de la Collection de l’Art Brut, le musée lausannois et l’Institut suisse pour l’étude de l’art (SIK-ISEA) s’associent pour publier l’Almanach de l’Art Brut, ouvrage conçu par Jean Dubuffet en 1948. Ce manuscrit historique paraît pour la première fois sous forme de fac-similé aux éditions 5 Continents (Milan).

Placé sous la direction de Sarah Lombardi et de Baptiste Brun, l’édition contemporaine de l’Almanach de l’Art Brut est enrichie d’une préface, d’un essai critique, d’une postface et de notices biographiques des auteur-e-s et des rédacteur-trice-s du manuscrit original. Parmi ceux-ci, citons des personnalités de premier plan de la scène littéraire et artistique parisienne tels qu’André Breton, Benjamin Péret, Michel Tapié et Jean Paulhan, ou encore des ethnologues et psychiatres suisses, comme Eugène Pittard, Charles Ladame et Walter Morgenthaler. Les travaux de plus de quarante auteur-e-s y sont rassemblés, certain-e-s inconnu-e-s ou mésestimé-e-s à l’époque du projet initial. C’est ainsi que Jean Dubuffet réunit Aloïse Corbaz, Gaston Chaissac, Henri Salingardes, Scottie Wilson ou encore Adolf Wölfli autour de la notion d’Art Brut, qu’il mûrit alors.

L’ouvrage est assorti d’un cahier iconographique de plus de 80 photographies en noir et blanc reproduisant les œuvres destinées à l’illustration des textes originaux, ainsi que d’une bibliographie et d’un index.

+ d’infos


cover_1852_l HAUSER

Johann Hauser – un des plus grands artistes d’art brut de tous les temps !

par Johann Feilacher
avec des textes de Sarah Lombardi, Roger Cardinal, Maria Parucki et Michaela Strebl-Pühringe

édition musée Gugging

+ d’infos


le-cul-benit-liaisons-sacrees-et-passions-profanesLE CUL BÉNIT

Liaisons sacrées et passions profanes

Textes et photographies de
Bernard Rio
Préface de Marc Maffesoli – Professeur à la Sorbonne
Éditeur COOP BREIZH

L’auteur revisite les dolmens et les chapelles pour dévoiler une Bretagne érotique et amoureuse.

Un dolmen décoré de seins, une Vénus nue au bain, une femme exhibant une croupe généreuse dans le chœur d’une chapelle, un diable coquin dans une église…
Bernard Rio revisite les dolmens et les chapelles pour dévoiler une Bretagne érotique et amoureuse.
Il donne à voir une multitude d’images sculptées, certaines datant de plusieurs milliers d’années, qui reprennent vie dans cette spectaculaire et passionnante évocation de la Grande Déesse » et du Bon Dieu, de la sirène tentatrice et de l’ange amoureux.
L’auteur relève une formidable gageure : parler du sexe et de l’amour sans jamais céder à la vulgarité et toujours avec une érudition plaisante et savoureuse.

+ d’infos


20151014_140238-929x1024DIALECTIQUE DU MONSTRE
Enquête sur OPICINO de CANISTRIS

par SYLVAIN PIRON

Ouvrage publié avec le concours du Centre de recherches historiques
(UMR 8558-EHESS-CNRS), de l’Association de recherche en biologie humaine  et de l’Ecole supérieure d’art de Cambrai.

Art Opicino, enlumineur illuminé

Fraîchement primé, l’ouvrage «Dialectique du monstre» dévoile la folie artistique hors norme du Lombard.
Olivier Lamm 
– LIBERATION (


Jusqu’à présent, cette œuvre n’a été révélée à personne,
si ce n’est à certains qui ne pouvaient comprendre, tandis que je gardais le silence.
Opicino de Canistris, Avignon, 19 septembre 1337

Fonctionnaire de l’administration des papes d’Avignon, Opicino de Canistris (1296-1355) a produit, pour son propre compte, des diagrammes déconcertants où se mêlent cartes et corps, symboles astraux et religieux. Exhumés peu à peu au cours du siècle passé, ses manuscrits suscitent encore de nombreuses interrogations. Sous la forme d’une enquête, Dialectique du monstre explore les différentes facettes d’une œuvre complexe et fascinante.

+ d’infos


ljdr_banalyse_imag1la banalyse

éditions le jeu de la règle

Édition de documents conçue et établie par
Marie-Liesse Clavreul et Thierry Kerserho
Avec une préface de Pierre Bazantay et Yves Hélias, cofondateurs du Congrès ordinaire de banalyse

 

 

 

  • La banalyse et sa grande question : que faisons-nous là ? (écoutez ici)
    par Jean Lebrun – La marche de l’Histoire – France Inter (29 août 2016)Une expérimentation : il s’agissait de se retrouver alors qu’on ne se connaissait pas sur le quai d’une halte ferroviaire facultative au fond d’un pays dont quasi personne ne connaissait le nom : la Combraille, du latin combros : obstacle, difficulté. Et là, d’interroger le temps : le plus étrange dans le temps, c’est qu’il faut le passer. Mais à quoi ? Que faisons-nous ici ?
  • La Banalyse, éloge de la banalité ( lire ici)
    Ouest France (26/02/16)

    Éléments de Banalyse ressuscite une folle expérience visant à se rapprocher de l’essentiel, en se confrontant au banal.
    En marge du centenaire du Dadaïsme, un autre mouvement, bien plus confidentiel mais pas forcément moins subtil, refait surface : la banalyse, jeu de l’esprit lancé en 1982 par deux universitaires rennais, Pierre Bazantay et Yves Hélias. À l’origine, leur seule activité consistait à attendre d’éventuels congressistes en gare des Fades, trou perdu du Puy-de-Dôme, « au risque de l’ennui et de perdre son temps par la libre confrontation au banal ».

     


hey-27-revueHEY ! 27

Depuis 6 ans, la revue HEY! modern art & pop culture célèbre le grand retour de l’art figuratif dans le champ de l’art contemporain ! Une mise en lumière de la vision des rédacteurs en chef Anne & Julien prônant “la résistance par l’imaginaire et résistance aux normes et à la catégorisation ». Ce positionnement a fait de la revue une incontestable pionnière en Europe.

La Foire

L’Outsider Art Fair s’installera pour la deuxième fois l’Hôtel du Duc, près de l’Opéra,Paris, du 20 au 23 octobre en parallèle de la FIAC. Trois mois après le 25e anniversaire de l’édition new-yorkaise, la foire accueillera près de 40 galeries venues de tous horizons pour défendre une esthétique singulière, celle de l’art brut.
Depuis la création de son satellite français par le galeriste Andrew Edlin en 2012, Outsider Art Pair poursuit sa collaboration avec des galeries telles qu’Art Naïve ou Frédéric Moisan, et accueille cette année une quinzaine de nouvelles enseignes.
La foire restera fidèle aux artistes classiques de l’art brut tels Henry Darger, Aloïse Corbaz ou encore Judith Scott, et renouvellera son partenariat avec la Halle Saint Pierre et Raw Vision.
Pendant trois jours, des conférences rythmeront la foire avec, entre autres, la participation du critique d’art Emmanuel Daydé et du directeur de la Maison Victor Hugo, Gérard Audinet.

+ d’infos

La presse en parle

Outsider Art Fair 2016 — Foire de référence de l’art brut
slash-paris.com

Couverture médiatique (cliquez ici)


Outsider Art Fair 2015

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

 

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

« Merci Facteur »

SPECTACLE
« Merci Facteur »
Une création à partir de textes de Jules Mougin, facteur-poète angevin (1912-2010)
par la Compagnie
Les Eléments Disponibles
(cliquez ici)

202fd2_8ebf2f15093c4d7fb6c8051efe5d3603

Les 24, 25, 26, 27 novembre 2016

Halle Saint Pierre – auditorium

A cette occasion les œuvres de Jules Mougin seront exposées à l’espace
Galerie de la Halle Saint Pierre.

Evènement organisé en partenariat avec la Fondation de la Poste
(+ d’infos)

*

Jules Mougin, né le à Marchiennes (Nord), et mort le à Rognes (Bouches-du-Rhône), est un poète français. En raison de sa profession de facteur, il est fréquemment appelé « facteur-poète » voire le facteur Jules Mougin.

Autodidacte, Jules Mougin fréquente à Paris, le Musée du soir, crée par l’écrivain Henry Poulaille, chef de file d’un courant littéraire qu’il initie Littérature prolétarienne. Se revendiquant libertaire, antimilitariste, Jules Mougin n’est pourtant pas réductible au champ que recouvre la Littérature prolétarienne, particulièrement mis en avant par Michel Ragon, dans son Histoire de la littérature prolétarienne de langue française. Au delà de quelques pages de témoignage sur son métier de prolétaire postier, notamment de son expérience de trieur de lettres Mougin fait place à son imaginaire qu’il transcrit sur ce qu’il a à portée de main, tels le dos de papiers administratifs. En relation épistolaire avec Gaston Chaissac, ses poèmes s’intègrent aux supports, papiers et enveloppes, non sans rappeler l’art brut pratiqué par le peintre. De même l’immédiateté de son œuvre, née au cours de ses tournées de facteur, le rapproche de Facteur Cheval, bien qu’il se prétende « un petit garçon à côté de Cheval ».

RYC9710295283


Portrait de Jules MOUGIN Jules MOUGIN, facteur et poète dans Le Maine et Loire (CLIQUEZ ICI)
Télévision Rennes INA (1964)

Portrait de Jules MOUGIN, facteur et poète à Ecouflant dans Le Maine et Loire. Il se définit, parle de son métier, de ses rapports avec les habitants d’Ecouflant. Lecture d’un poème qu’il a écrit sur le bureau de poste. Jules MOUGIN parle ensuite des auteurs qui l’inspirent (STENDHAL, SAINT SIMON et Paul LEAUTAUD), explique pourquoi il écrit, évoque les gens qui ont compté dans son existence.

leselementsdisponibles@gmail.com

Sélection janvier 2016

Les libraires de la Halle Saint Pierre vous recommandent ces livres !
Halle Saint Pierre
– à la librairie (ouvert tous les jours)

*

71s7joP91XL._SL500_SX383_BO1,204,203,200_Ferdinand Cheval est né à Charmes, un petit village proche d’Hauterives en 1836. Il appartenait à une famille paysanne assez pauvre et se mis très tôt à travailler avec son père. Sa fréquentation de l’école fut donc très limitée. Devenu apprenti boulanger, il s’exila quelques années loin de sa famille pour trouver du travail, avant de revenir dans son village, où il deviendra facteur rural.
Avril 1879. Ferdinand Cheval, facteur rural âgé alors de 43 ans, butte sur une pierre si bizarre lors de sa tournée qu’elle réveille un rêve. Véritable autodidacte, il va consacrer 33 ans de sa vie à bâtir seul, un palais de rêve dans son potager, inspiré par la nature, les cartes postales et les premiers magazines illustrés qu’il distribue.


2541798987Un magnifique livre d’Anna Pravdova sur Jan Krizek

C’est une œuvre pie que vient de publier Anna Pravdova à Prague, République tchèque, un magnifique livre d’art sur Jan Křížek édité par les bons offices de la Narodni Galerie de Prague (la Galerie Nationale). On aurait pu croire en effet l’œuvre et la vie de cet artiste extraordinaire en bonne voie d’oubli total tant les aléas de la vie, les persécutions policières, les conditions politiques défavorables (en Tchécoslovaquie en 1948 avec l’avénement du stalinisme, comme en France avec ses lois hostiles aux étrangers), la misère économique avaient conspiré dans son cas à l’empêcher de rester dans nos mémoires, et au point aussi de son vivant à le pousser à cesser de créer dans sa discipline préférée, la sculpture.
Article du Poignard subtil, lire la suite : http://lepoignardsubtil.hautetfort.com/…/un-magnifique…


téléchargementJacques Prevel arrive à Paris durant l’occupation. Autour de Saint-Germain-des-Prés, il connaît l’isolement et la misère car il renonce à toute situation pour écrire. Il publie à ses frais trois recueils de poèmes. En 1946, la rencontre d’Antonin Artaud est son illumination. De ce jour jusqu’à la mort d’Artaud, en 1948, il écrit le roman de sa vie, la quête quotidienne de nourriture, de drogue, de poésie, recueillant les paroles d’Artaud, les textes qu’il lui dicte, les lettres qu’il lui écrit. « L’intensité de sa vie me faisait entrer dans un absolu, le sien. J’étais pris dans un tourbillon. Je le suivais comme un somnambule. Et quand je le quittais à Jussieu ou quelque part dans la nuit, je revenais ivre, étrangement obsédé par ses paroles, par les chants qu’il psalmodiait, par son visage unique. » Epuisé par la tuberculose, Jacques Prevel meurt cinq ans jour pour jour après sa première rencontre avec Artaud, laissant un journal qui ne sera publié à titre posthume qu’en 1974.


Sans titre-1L’Imaginaire et le Réel ; toute sa vie, Charles Duits explora ces deux mondes, jusqu’à « ce point où le haut et le bas cessent d’être perçus contradictoirement ». Dans la continuité du Pays de l’éclairement, cet ouvrage regroupe des textes relatifs à ses incursions dans les contrées oniriques, tout autant que dans le « pays pur » auquel donne accès le peyotl. Méditation, visions, expérience intérieure, enseignement spirituel constituent la matière de ces textes qui décrivent un cheminement intérieur. Toutes ces expériences procèdent de la conscience visionnaire, ou démonique, conscience qui est propre au daimôn, ce génie qui inspire à l’homme qui sait l’entendre ses plus troublantes intuitions. Ces textes sont écrits dans la langue limpide et merveilleusement imagée qui était la sienne.
Inclus dans cette édition renouvelée, le très beau texte sur la vision du Christ que Charles Duits eut à vingt-trois ans : Le 6 décembre 1948.

Charles Duits a 17 ans quand il rencontre André Breton à New York. Il est, quelques saisons, le jeune poète inspiré du groupe surréaliste en exil. A son retour en France, il collabore aux principales revues littéraires, écrit un premier roman. Par-delà des périodes de silence, il construit une œuvre forte, sans concession, qui prend naissance dans son expérience d’homme en quête de lui-même. Explorateur de l’ombre, inventeur de mondes fabuleux, il publie notamment Le pays de l’éclairement, Ptah Hotep, Nefer.
Charles Duits meurt à Paris en avril 1991, peu après la réédition de
André Breton, a-t-il dit, passe.


9782020950275Imaginez une cité-jardin résidentielle offrant des conditions exceptionnelles à des couples choisis qui s’engagent sur un contrat de procréation… Localisée au pied du Parlement européen à Strasbourg, cette expérimentation grandeur nature dura des années 1920 aux années 1980 grâce au soutien des pouvoirs publics.
Synthèse de l’eugénisme britannique, allemand et français, ce projet visait à « accélérer l’évolution de l’espèce humaine ». Le créateur de ce « laboratoire humain », Alfred Dachert, était un homme d’affaires qui se rêvait en poète tragique de l’eugénisme, en Ibsen alsacien.
Paul-André Rosental explore cette entreprise politique et scientifique en se fondant sur des archives inédites. En expliquant l’énigmatique longévité de l’expérience, l’auteur réinterprète les grandes politiques républicaines de l’après-guerre, de la Sécurité sociale à la démocratisation scolaire.
Dans cet essai pionnier de microhistoire politique de la France contemporaine, Paul-André Rosental prend la mesure de l’héritage de l’eugénisme, idéologie scientiste et inégalitaire, en contexte démocratique.
L’eugénisme ne constitue pas seulement une théorie biologique qui hante les débats bioéthiques. De manière inattendue, il se révèle comme une théorie morale ayant pu imprégner cette norme de notre temps qui a pour nom « psychologie du développement personnel ».

L’ESPRIT SINGULIER dans la presse

« Courbet et la nature-Regards croisés » : exposition au Centre d’art de l’abbaye d’Auberive du 5 Juin au 25 Septembre 2016.

« L’Esprit Singulier » : 70 artistes et une collection d’art populaire chinois, une collection de l’Abbaye d’Auberive, exposition jusqu’au 26 août 2016, Halle Saint Pierre.

abbaye_auberive1

_

Les œuvres tourmentées de la collection Jean-Claude Volot

Télérama.fr – juin 2016

l-esprit-singulier,M342663

Muriel Belin, Folla ratt femella, 2007

_

L’ESPRIT SINGULIER

COLLECTION DE L’ABBAYE D’AUBERIVE
PEINTURE SCULPTURE DESSIN
WITKIN, MUSIC APPEL

2016-06-01~1334@TELERAMA

TELERAMA (1 er juin 2016) Cliquez ici

_

2016-05-30~1449@ART_ABSOLUMENT-1  2016-05-30~1449@ART_ABSOLUMENT-2 2016-05-30~1449@ART_ABSOLUMENT-32016-05-30~1449@ART_ABSOLUMENT-4

ART ABSOLUMENT (30 mai 2016) Cliquez ici

_

Céline du Chéné reçoit dans l’Encyclopédie pratique des Mauvais genres, l’artiste Hélène Lagnieu. A retrouver dans le cadre de « L’Esprit singulier », une exposition à la Halle Saint Pierre, à Paris.
Radio France Culture

x510_lagnieu_helene._baroque_visceral_n12_photoatelierdemoulin_cabbaye_dauberive.jpg.pagespeed.ic.EHHgBDf-ul

_

2016-05-12~1986@UNIVERS_DES_ARTS-1  2016-05-12~1986@UNIVERS_DES_ARTS-2

UNIVERS DES ARTS (lire l’article ici)

_

L’esprit singulier : une collection de choc(s)
ARTENSION (Cliquez ici)

2016-04-28-1661@ARTENSION-1  2016-04-28-1661@ARTENSION-2

_

Le PDG squatte les artistes (Cliquez ici) – Le Parisien (10 avril)

2016-04-10~1566@LE_PARISIEN-1

_

La différence homme-femme au Japon (Cliquez ici)

Daisuke Ichiba
Daisuke Ichiba
Libération – blog par Agnès Giard

_

« L’esprit singulier » à la Halle Saint-Pierre, portrait d’un collectionneur
Naja 21, par Véronique Giraud

DEUX Fred. Je Feu, 1960, laque et encre de Chine reproduit sur livre, 72x98cm ©atelier Démoulin
Fred DEUX. Je Feu,1960, laque et encre de Chine ©atelier Démoulin

_

Beautés viscérales
Mouvement.net

143-music_zoran._nous_ne_sommes_pas_les_derniers_1971_hst_73x92cm_atelier_d_moulinZoran Mušič, Nous ne sommes pas les derniers, 1971 © Atelier Démoulin

_

Halle Saint Pierre : Les bonheurs d’un collectionneur (Cliquez ici)

CHAISSAC-Gaston-Sans-titre-circa-1960-GSP-58x41cm-©-Atelier-Démoulin
Gaston Chaissac© Atelier Démoulin
LINDSTROM-Bengt.-Le-mariage-à-laube-N.D.-HST-130x162cm-©-atelier-Démoulin-e1459837784858
Bengt Lindström. Le mariage à l’aube©atelier Démoulin

_

2016-03-30~1138@TELERAMA_SORTIR

2016-03-25~1167@L_OEIL

2016-02-05~1871@LE_JOURNAL_DE_LA_HAUTE_MARNE

 

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Hors les murs

3-6ALa Halle Saint Pierre
participe à la troisième édition parisienne de
l’Outsider Art Fair
elle y installe sa LIBRAIRIE hors les murs

Hôtel du Duc
22 rue de la Michodière, 75002 Paris

En continuité avec son édition new-yorkaise, l’Outsider Art Fair 2015 met les créateurs du monde entier à l’honneur. Folk art américain, art brut japonais, art outsider venu d’Afrique et d’Amérique du Sud… avec une sélection d’œuvres provenant de trente sept galeries internationales, une exposition inédite consacrée à l’un des artistes les plus emblématiques de l’art brut japonais, Shinichi Sawada, et le programme OAF Talks qui réunira les penseurs de l’ar t brut et contemporain autour de la thématique Sexe et Art brut.

La Librairie de la Halle Saint Pierre – hors les murs –

 *

Institution partenaire, la HALLE SAINT PIERRE installe sa librairie de référence hors-les-murs, dans l’enceinte de l’Outsider Art Fair à l’Hôtel du Duc, et propose une sélection de livres sur l’Art Brut, des catalogues d’expositions, des revues, ainsi que des ouvrages inédits disponibles pour la première fois en France.

En vedette vous trouverez le livre inédit dédié à Charlotte Salomon et les dernières parutions de Bruno Montpied et Remy Ricordeau avec séance de dédicaces.

51p9gWEDeWL._SY497_BO1,204,203,200_ Mise en page 1Mise en page 1

Autour de l’Art Brut et outsider :

Facicules de l’Art Brut
Les catalogues Banditi dell’arte, Raw Vison : 25 ans d’art Brut
L’art Brut – L’art Outsider et Au-Delà de John Maizels, La Fabuloserie
Monographies :  Robillard, Chaissac, Louis Soutter, H. Darger
Des revues : Création Franche, l’Oeuf Sauvage

RV1Paris-20120618-000161 Maizels-John-L-art-Brut-L-art-Outsider-Et-Au-Dela-Livre-895863227_ML

Autour de l’exposition en cours Hey! modern art & pp culture / act III :
les catalogues Hey! I, II, III
une sélection des revues Hey!

catalogue1 Catalogue-Hey catalogue11
des monographies : Mark Ryden, Joe Coleman, Alex Grey …
Les Diableries, Hey! Tattoo, Cabinets de curiosités

41R-z0XIAdL._SX374_BO1,204,203,200_61mm0shGAoL._SY437_BO1,204,203,200_61Xgr2C18uL._SX387_BO1,204,203,200_

&
Les éditions Les Cahiers dessinés, le livre sur Marcel Bascoulard

9791090875302-cb1f6b
La revue Art & Thérapie de l’INECAT
l_enjeu_des_objets-2

et bien d’autres encore …

Un tour d’horizon de l’art brut, outsider et underground international

_

Informations pratiques

22 – 25 octobre 2015

Heures d’ouverture:

Jeudi, 22 octobre: Vernissage 17h – 22h
Vendredi, 23 octobre: 11h – 20h
Samedi, 24 octobre: 11h – 20h
Dimanche, 25 octobre: 12h – 17h

En savoir plus et tarifs (ici)

Contact
T +33 (0)6 23 26 19 56
E info@outsiderartfair.com

Site : Outsider art Fair

Hôtel du Duc
22 rue de la Michodière
75002 Paris, France

 


LA PRESSE EN PARLE

BFM TV, The New York Times, France Culture, Le Parisien, Libération, Les Echos, Télérama, Les Inrocks, Figaroscope, A Nous Paris, Raw Vision, Artension, Art Magazine, Beaux Art, L’Oeil…

Revue de presse (lire le pdf ici)

et plus encore …

Paris’ Outsider Art Fair Attracts a Dedicated and Growing Collector Base ArtNet

La Diagonale de l’art – D’une foire à l’autre – Libération.fr

–  Outsider Art Fair 2015 – reportage SlashParis

3ème édition de l’Outsider Art Fair. La petite a grandi   PaperBlog

 

L’Art Brut 25

f29c795bc48fbda21c64c654edd18c76_th3L’Art Brut 25
Laure Pigeon

par Lise Maurer, psychiatre et psychanalyste, préface de Sarah Lombardi

Les fascicules L’Art Brut sont une série de publications de référence historique, inaugurée par l’artiste français Jean Dubuffet, à partir de 1964. Ce dernier a été le premier à définir la notion d’Art Brut et à constituer une collection d’œuvres réunies sous cette appellation.
Depuis leur conception, les fascicules réunissent des textes monographiques sur divers auteurs qui figurent dans les collections de la Compagnie de l’Art Brut, à Paris, puis dans celles du musée lausannois.

L’année 2014 marque l’anniversaire des 50 ans de cette publication.
Pour cet événement, la Collection de l’Art Brut a publié un numéro spécial entièrement consacré à l’œuvre de
Laure Pigeon.
Des oeuvres de Laure Pigeon sont montrées actuellement dans l’exposition Les Cahiers dessinés à la Halle saint Pierre.

Disponible à la Librairie de la Halle Saint Pierre – 29€ (novembre 2014)

De l’Art Brut aux Beaux-Arts Convulsifs

Sans titre-6 Jean DUBUFFET & Marcel MOREAU
De l’Art Brut aux Beaux-Arts Convulsifs

Editions L’Atelier Contemporain (nov. 2014)

Édition complète de la correspondance inédite échangée entre le peintre et l’écrivain entre 1969 et 1984, suivie d’un essai de Marcel Moreau écrit spécialement pour cette publication.
Avec la reproduction de 20 documents (lettres et dédicaces) tous inédits.

Ils ont échangé une soixantaine de lettres, denses, ardentes, incandescentes. « Vos lettres sont admirables, avec une charge énergétique hautement opérante » dit Dubuffet à son correspondant qu’il surnomme Marcel Moreau de feu ou frère en doctrine, qu’il qualifie d’incendie et d’ouragan. « Moi aussi je flambe et j’explose » ajoute le peintre.
Ils se sont rencontrés plusieurs fois. Lorsqu’à présent, Marcel Moreau pense à Dubuffet, il le revoit dans son atelier où il l’avait emmené en voiture. Il se souvient d’une conduite au volant très maîtrisée, à l’instar de la « graphie sage, impeccable, civilisée » de ses lettres. Cette rigueur, se rappelle Marcel Moreau, contrastait avec l’artiste convulsif qu’il était. Ce « quelque chose de cartésien » chez Dubuffet, le désarçonnait, lui, qui dit être dans l’incontrôlable.
Mais ils ont admiré leur travail respectif : « Avant vous, je n’aimais pas la peinture. Depuis vous, je l’aime, mais je n’aime que la vôtre. »
Et Marcel Moreau d’ajouter aujourd’hui : « Il y a de l’Art Brut dans ma façon de ne pas me souvenir avec précision de mes rencontres avec Dubuffet. Je jouis d’une amnésie qui en efface les contours et remet le chaos à l’aube de la réminiscence. Ce qui se passait entre nous : une certaine manière de s’accompagner, toutes différences acceptées, dans telle descente aux origines du Sens, à commencer par celui de l’Insensé ».

Éditeur : L’ATELIER CONTEMPORAIN
Parution : 7 novembre 2014
Façonnage : broché
Pagination : 96 pages
Prix : 20€

Disponible à la librairie de la Halle Saint Pierre

SOUS LE VENT DE L’ART BRUT/2

fig3 fig

La folie de l’art brut – LE FIGARO ET VOUS (18/12/2014)

fig2

L’art brut gagne ses lettres de noblesse lire l’article

_

TK

«Bascoular, dessinateur virtuose, clochard magnifique, femme inventée» in
TECHNIKART
(lire l’article ici)

Les œuvres de Bascoulard seront montrées dans l’exposition
« Les Cahiers dessinés» » du 21 janvier au 14 août 2015

_

Sans titre-1elle

« Match de brut . » (Lire l’article)
Toujours intrigant, l’art brut est à l’honneur dans deux expos de collectionneurs,
à Paris. »

ELLE – 05 déc 2014

_

lib lib2

Filon d’art brut néerlandais (lire l’article ici)
LIBÉRATION– 04/12/2014

VGAutoportrait, 1978, de Willem Van Genk. PHOTO MARCEL KOPPEN. COLLEC DE STADSHOF- MUSEE DOCTEUR GUISLAIN – GAND

_

siteon0

Sous le vent de l’art brut/2 : Collection De Stadshof

L’Insatiable – Revue Cassandre/Horschamp (nov 2014)

Cassandre/Horschamp
Peintures, sculptures, broderies, installations, dès le premier coup d’œil jeté aux créations, l’immersion dans le monde de l’art brut est saisissant et immédiat. Une bonne occasion de tirer un trait sur un certain nombre de considérations, préjugés et autres clichés usuels sur l’Art, pour découvrir, l’espace d’un instant, une création autre, atypique et souvent lumineuse. – See more at: http://linsatiable.org/?Sous-le-vent-de-l-art-brut-la#sthash.kzXNgBjn.dpuf

brooklyn_2Willem Van GENK – Brooklyn bridge -1960 (Museum Dr Guislain)

-1960, 98x168cm, Muséum Dr Guislain Gand (Ph. DR)

_

Peintures, sculptures, broderies, installations, dès le premier coup d’œil jeté aux créations, l’immersion dans le monde de l’art brut est saisissant et immédiat. Une bonne occasion de tirer un trait sur un certain nombre de considérations, préjugés et autres clichés usuels sur l’Art, pour découvrir, l’espace d’un instant, une création autre, atypique et souvent lumineuse. – See more at: http://linsatiable.org/?Sous-le-vent-de-l-art-brut-la#sthash.kzXNgBjn.dpuf
Peintures, sculptures, broderies, installations, dès le premier coup d’œil jeté aux créations, l’immersion dans le monde de l’art brut est saisissant et immédiat. Une bonne occasion de tirer un trait sur un certain nombre de considérations, préjugés et autres clichés usuels sur l’Art, pour découvrir, l’espace d’un instant, une création autre, atypique et souvent lumineuse. – See more at: http://linsatiable.org/?Sous-le-vent-de-l-art-brut-la#sthash.kzXNgBjn.dpuf
Peintures, sculptures, broderies, installations, dès le premier coup d’œil jeté aux créations, l’immersion dans le monde de l’art brut est saisissant et immédiat. Une bonne occasion de tirer un trait sur un certain nombre de considérations, préjugés et autres clichés usuels sur l’Art, pour découvrir, l’espace d’un instant, une création autre, atypique et souvent lumineuse. – See more at: http://linsatiable.org/?Sous-le-vent-de-l-art-brut-la#sthash.kzXNgBjn.dpuf
Peintures, sculptures, broderies, installations, dès le premier coup d’œil jeté aux créations, l’immersion dans le monde de l’art brut est saisissant et immédiat. Une bonne occasion de tirer un trait sur un certain nombre de considérations, préjugés et autres clichés usuels sur l’Art, pour découvrir, l’espace d’un instant, une création autre, atypique et souvent lumineuse. – See more at: http://linsatiable.org/?Sous-le-vent-de-l-art-brut-la#sthash.kzXNgBjn.dpuf
Peintures, sculptures, broderies, installations, dès le premier coup d’œil jeté aux créations, l’immersion dans le monde de l’art brut est saisissant et immédiat. Une bonne occasion de tirer un trait sur un certain nombre de considérations, préjugés et autres clichés usuels sur l’Art, pour découvrir, l’espace d’un instant, une création autre, atypique et souvent lumineuse. – See more at: http://linsatiable.org/?Sous-le-vent-de-l-art-brut-la#sthash.kzXNgBjn.dpuf

Peintures, sculptures, broderies, installations, dès le premier coup d’œil jeté aux créations, l’immersion dans le monde de l’art brut est saisissant et immédiat. Une bonne occasion de tirer un trait sur un certain nombre de considérations, préjugés et autres clichés usuels sur l’Art, pour découvrir, l’espace d’un instant, une création autre, atypique et souvent lumineuse. – See more at: http://linsatiable.org/?Sous-le-vent-de-l-art-brut-la#sthash.kzXNgBjn.dpuf
Peintures, sculptures, broderies, installations, dès le premier coup d’œil jeté aux créations, l’immersion dans le monde de l’art brut est saisissant et immédiat. Une bonne occasion de tirer un trait sur un certain nombre de considérations, préjugés et autres clichés usuels sur l’Art, pour découvrir, l’espace d’un instant, une création autre, atypique et souvent lumineuse. – See more at: http://linsatiable.org/?Sous-le-vent-de-l-art-brut-la#sthash.kzXNgBjn.dpuf
Peintures, sculptures, broderies, installations, dès le premier coup d’œil jeté aux créations, l’immersion dans le monde de l’art brut est saisissant et immédiat. Une bonne occasion de tirer un trait sur un certain nombre de considérations, préjugés et autres clichés usuels sur l’Art, pour découvrir, l’espace d’un instant, une création autre, atypique et souvent lumineuse. – See more at: http://linsatiable.org/?Sous-le-vent-de-l-art-brut-la#sthash.kzXNgBjn.dpuf

Peintures, sculptures, broderies, installations, dès le premier coup d’œil jeté aux créations, l’immersion dans le monde de l’art brut est saisissant et immédiat. Une bonne occasion de tirer un trait sur un certain nombre de considérations, préjugés et autres clichés usuels sur l’Art, pour découvrir, l’espace d’un instant, une création autre, atypique et souvent lumineuse. – See more at: http://linsatiable.org/?Sous-le-vent-de-l-art-brut-la#sthash.kzXNgBjn.dpuf
Peintures, sculptures, broderies, installations, dès le premier coup d’œil jeté aux créations, l’immersion dans le monde de l’art brut est saisissant et immédiat. Une bonne occasion de tirer un trait sur un certain nombre de considérations, préjugés et autres clichés usuels sur l’Art, pour découvrir, l’espace d’un instant, une création autre, atypique et souvent lumineuse. – See more at: http://linsatiable.org/?Sous-le-vent-de-l-art-brut-la#sthash.kzXNgBjn.dpuf

Peintures, sculptures, broderies, installations, dès le premier coup d’œil jeté aux créations, l’immersion dans le monde de l’art brut est saisissant et immédiat. Une bonne occasion de tirer un trait sur un certain nombre de considérations, préjugés et autres clichés usuels sur l’Art, pour découvrir, l’espace d’un instant, une création autre, atypique et souvent lumineuse. – See more at: http://linsatiable.org/?Sous-le-vent-de-l-art-brut-la#sthash.kzXNgBjn.dpuf
Peintures, sculptures, broderies, installations, dès le premier coup d’œil jeté aux créations, l’immersion dans le monde de l’art brut est saisissant et immédiat. Une bonne occasion de tirer un trait sur un certain nombre de considérations, préjugés et autres clichés usuels sur l’Art, pour découvrir, l’espace d’un instant, une création autre, atypique et souvent lumineuse. – See more at: http://linsatiable.org/?Sous-le-vent-de-l-art-brut-la#sthash.kzXNgBjn.dpuf
Peintures, sculptures, broderies, installations, dès le premier coup d’œil jeté aux créations, l’immersion dans le monde de l’art brut est saisissant et immédiat. Une bonne occasion de tirer un trait sur un certain nombre de considérations, préjugés et autres clichés usuels sur l’Art, pour découvrir, l’espace d’un instant, une création autre, atypique et souvent lumineuse. – See more at: http://linsatiable.org/?Sous-le-vent-de-l-art-brut-la#sthash.kzXNgBjn.dpuf
Depuis le 17 septembre, la Halle Saint-Pierre à Paris héberge l’exposition « Sous le vent de l’art brut 2 – collection De Stadshof ». Au menu plus de 350 œuvres provenant de 41 artistes d’horizons divers et variés, (re)connus et anonymes. Peintures, sculptures, broderies, installations, dès le premier coup d’œil jeté aux créations, l’immersion dans le monde de l’art brut est saisissant et immédiat. Une bonne occasion de tirer un trait sur un certain nombre de considérations, préjugés et autres clichés usuels sur l’Art, pour découvrir, l’espace d’un instant, une création autre, atypique et souvent lumineuse. – See more at: http://linsatiable.org/?Sous-le-vent-de-l-art-brut-la-806#sthash.ByJsPMbL.dpuf
Depuis le 17 septembre, la Halle Saint-Pierre à Paris héberge l’exposition « Sous le vent de l’art brut 2 – collection De Stadshof ». Au menu plus de 350 œuvres provenant de 41 artistes d’horizons divers et variés, (re)connus et anonymes. Peintures, sculptures, broderies, installations, dès le premier coup d’œil jeté aux créations, l’immersion dans le monde de l’art brut est saisissant et immédiat. Une bonne occasion de tirer un trait sur un certain nombre de considérations, préjugés et autres clichés usuels sur l’Art, pour découvrir, l’espace d’un instant, une création autre, atypique et souvent lumineuse. – See more at: http://linsatiable.org/?Sous-le-vent-de-l-art-brut-la-806#sthash.ByJsPMbL.dpuf
Depuis le 17 septembre, la Halle Saint-Pierre à Paris héberge l’exposition « Sous le vent de l’art brut 2 – collection De Stadshof ». Au menu plus de 350 œuvres provenant de 41 artistes d’horizons divers et variés, (re)connus et anonymes. Peintures, sculptures, broderies, installations, dès le premier coup d’œil jeté aux créations, l’immersion dans le monde de l’art brut est saisissant et immédiat. Une bonne occasion de tirer un trait sur un certain nombre de considérations, préjugés et autres clichés usuels sur l’Art, pour découvrir, l’espace d’un instant, une création autre, atypique et souvent lumineuse. – See more at: http://linsatiable.org/?Sous-le-vent-de-l-art-brut-la-806#sthash.ByJsPMbL.dpuf
Depuis le 17 septembre, la Halle Saint-Pierre à Paris héberge l’exposition « Sous le vent de l’art brut 2 – collection De Stadshof ». Au menu plus de 350 œuvres provenant de 41 artistes d’horizons divers et variés, (re)connus et anonymes. Peintures, sculptures, broderies, installations, dès le premier coup d’œil jeté aux créations, l’immersion dans le monde de l’art brut est saisissant et immédiat. Une bonne occasion de tirer un trait sur un certain nombre de considérations, préjugés et autres clichés usuels sur l’Art, pour découvrir, l’espace d’un instant, une création autre, atypique et souvent lumineuse. – See more at: http://linsatiable.org/?Sous-le-vent-de-l-art-brut-la-806#sthash.ByJsPMbL.dpuf
Depuis le 17 septembre, la Halle Saint-Pierre à Paris héberge l’exposition « Sous le vent de l’art brut 2 – collection De Stadshof ». Au menu plus de 350 œuvres provenant de 41 artistes d’horizons divers et variés, (re)connus et anonymes. Peintures, sculptures, broderies, installations, dès le premier coup d’œil jeté aux créations, l’immersion dans le monde de l’art brut est saisissant et immédiat. Une bonne occasion de tirer un trait sur un certain nombre de considérations, préjugés et autres clichés usuels sur l’Art, pour découvrir, l’espace d’un instant, une création autre, atypique et souvent lumineuse. – See more at: http://linsatiable.org/?Sous-le-vent-de-l-art-brut-la-806#sthash.ByJsPMbL.dpuf

artension  Sans titre-2

« L’art régénéré »

Artension – nov/déc. 2014

_

logo_france3
Soir 3 du vendredi 24 octobre 2014

France 3 à la 21 eme minute la Outsider Art Fair

http://www.francetvinfo.fr/replay-jt/france-3/soir-3/jt-soir-3-vendredi-24-octobre-2014_722617.html

_

logo_france2

SOUS LE VENT DE L’ART BRUT/2. Collection De Stadshof

FRANCE 2 – Télématin 16/10/2014

_

quinzaine 15

Créateurs singuliers des Pays-bas

LA QUINZAINE LITTÉRAIRE – 16/31 oct 2014

Lamy
Lamy, sans titre, non daté

_

Le jardin oublié de l’art : entretien avec Martine Lusardy, directrice de
la Halle Saint Pierre

ARTISTIK REZO.COM – 09/10/2014

univers des arts

SOUS LE VENT DE L’ART BRUT

Initié par Dubuffet, l’art brut se porte bien. Nombreux sont les artistes qui s’expriment avec cette liberté, éloignés de tout enseignement, de toute culture reconnue. Un art qui échappe à toute définition.
Depuis plusieurs années, la Halle Saint Pierre organise des expositions consacrées à cette expression artistique qui échappe à toute définition, avec des œuvres parfois déconcertantes. Est exposée actuellement une partie de l’importante collection de Stadshof, 350 pièces, constituée en 1985 par Lisbeth Keith et Frans Smolders. « … ll n’est

pas interdit d’imaginer pour l’interprétation du monde, d’autres déchiffrements, d’autres
ordonnancements que ceux auxquels nous avions fait jusqu’à maintenant pleine confiance… », écrit Dubuffet.[…]

UNIVERS DES ARTS – OCT/NOV 2014

sefolosha
Sefolosha, Sans titre Collection De Stadeshof, non daté.

_

LeMondeLogo

LES « AUTRES » DE L’ART

A l’instar du Centre Pompidou, musées et galeries font désormais la part belle aux créations des fous et des marginaux. Jusqu’à effacer les frontières entre l’art brut et l’art contemporain ?

LE MONDE CULTURE & IDÉES  / LE MONDE.FR
(03/010/2014)

_

Sous le vent de l’art brut, saison 2

Télérama like passionnément et quand on prend son billet une Zoé de 5 ans explique à sa mère de quoi il retourne à la Halle Saint-Pierre : «l’art brut c’est l’art plastique pour zinzins». […]

ANIMULA VAGULA – 02/10/2014

3729252667

_

2014-10-01~1086@METRONEWSImage-33-196x98
Télérama aime passionnément

Sous le vent de l’art brut 2 – La collection De Stadshof

Au top, la Halle poursuit son tour d’Europe avec la collection De Stadshof, premier ensemble néerlandais consacré à l’art brut […]

Lortet, Marie-Rose 45x62 Marie-Rose Lortet © Collection De Stadshof, musée Dr Guislain, Gand

_

 logo  Paris Ile-de-France

Paris : l’art brut est exposé à la Halle Saint Pierre jusqu’au 4 janvier

van_genk-_1
© Willem van Genk Willem van Genk est l’un des artistes présentés dans le cadre de l’exposition « ‘Sous le vent de l’art brut 2 », Collection de Stadshof, jusqu’au 4 janvier à la Halle Saint Pierre à Paris.

_

Un nouveau vent de folie à la Halle Saint Pierre !
in METRONEWS (24/09/14)

cartonkatuOK/5

_

RAW AND REFRESHING
A delightful show of original and uninfluenced creation is being played out at the
Halle Saint Pierre …
WHERE PARIS – sept. 2014

2014-08-28~1502@WHERE_PARIS-2

_

siteon0
L’Insatiable
– Cassandre/Horschamp (sept 2014)
« Sous le vent de l’art brut 2 »  la Halle saint Pierre