Werner Lambersy

RENCONTRE / SIGNATURE

Werner LAMBERSY
à l’occasion de l’anniversaire du poète

Samedi 16 novembre à 15 heures – entrée libre
Réservation conseillée : 01 42 58 72 89

 

LECTURES
par Jean-Luc Debattice
&
Nouvelle parution
 Ligne de fond 
éditions La Rumeur libre

INVITES
Dominique Baur
Jean Claude Bologne
Philippe Bouret
Seyhmus Dagtekin
Otto Ganz
Jean-Louis Giannoni
(sous réserve)
Nadine Monfils
(sous réserve)
Jean-Claude Tardif
Pierre Vanderstappen

& de nombreux autres poètes et amis

Exposition collective

Pierre CARAN + DEMIN
Pascal HECKER + Bruno MONTPIED

Exposition du 1er au 30 novembre 2019
ouvert tous les jours

V E R N I S S A G E
Jeudi 7 novembre de 18h30 à 21 heures
Halle Saint Pierre – à la galerie (entrée libre)

 


Pierre CARAN

Les deux vies de Pierre Caran (1940-2008) 

Né au Havre il vit en famille à Cervens puis à Thonon-les-Bains en Haute-Savoie où depuis 1969 il exerce au sein de la Maison des Arts puis comme directeur de la Médiathèque des actions culturelles très importantes, organise des manifestations mémorables (rencontres littéraires, expositions artistiques, festival de cinéma indépendant) qui irradient dans toute la région Rhône-Alpes et au-delà, tisse des liens avec d’autres structures pour de multiples collaborations.

En l’an 2000 atteint d’une grave maladie, sous l’effet de la douleur, des traitements intrusifs, dévastateurs et un changement psychologique radical, il s’éloigne progressivement de toute vie active pour, dès l’année 2003, plus atteint encore se réfugier dans un monde très fermé, de substitution, de survie et créer avec acharnement, force et détermination, une œuvre singulière, inattendue, très loin des codes et repères qu’il possédait avant sa maladie. Cette oeuvre est réalisée à partir d’un amas hétéroclite de bois, pierres et multiples objets ramassés inlassablement lors de ses nombreuses sorties en solitaire, dans le but de leur donner une nouvelle existence telle une mise en scène tragi-comique, provoquant une confrontation homme/animal. Parmi ses sculptures, ses bas reliefs, la peinture occupe également une place importante dans ses créations d’un autre monde. Épuise c’est avec des dessins qu’il incarne la mort.

Enfermé, interdisant tout accès à son atelier, c’est après sa disparition le 15 juillet 2008 que l’on a découvert l’ampleur de ses créations.


DEMIN

Demin est psychanalyste. Il est né en 1968 dans le sud de la France.  Depuis des années, il griffonnait des figures étranges sur ses notes, jusqu’à ce qu’en octobre 2017, un ami tombe par hasard sur ses croquis et le convainc de commencer à dessiner. Quelques mois plus tard, ses œuvres sont exposées dans plusieurs galeries et intègre le cercle muséal.

Demin est donc un dessinateur autodidacte. Ses dessins racontent des histoires secrètes et émouvantes qu’il décrit comme « fragiles et personnelles, mais pas entièrement siennes ».  L’artiste/psychanalyste décortique  et transfert les désordres fantasmatiques en œuvre pictural. Les organes génitaux sont souvent omniprésents, exposés aux yeux de tous, comme une représentation de pulsions non réalisées. Le dessin est exécuté automatiquement, sans aucune ligne préparatoire.

Technique :  Stylo et  crayons de couleur sur papier.


Pascal HECKER

Né en 1958, Pascal Hecker entreprend des études de psychologie et, par le jeu du hasard, participe à l’aventure de la Halle Saint Pierre en y créant avec Laurence Maidenbaum une librairie spécialisée sur l’art brut et l’art singulier. Il découvre les ouvrages de Jean Dubuffet : Asphyxiante culture et L’homme du commun à l’ouvrage. Ce milieu propice lui permet d’explorer en autodidacte une dimension cachée mais présente en chacun : la créativité, qui le conduit vers le collage et la peinture… De cette activité naissent des personnages un peu étranges qui semblent émerger d’un monde entre visible et invisible. Cette série « Au rendez-vous des solitaires » procède du recyclage de dessins anciens, déchirés et réutilisés.


Bruno MONTPIED

Bruno Montpied, Le Grand mémoriel, 2019

Bruno Montpied, né en 1954, à Boulogne-Billancourt, a commencé à exposer ses peintures en 1977, et depuis, de façon sporadique et irrégulière.
Travaillant en général sur des petits formats, au début à la peinture acrylique, puis par la suite à l’encre, parfois à l’aquarelle, il compose de façon automatique, en jouant du hasard et d’expérimentations diverses, des scènes fouillées, complexes, parfois difficiles à interpréter (la recherche de leurs titres est une occupation essentielle), où se font jour un certain humour noir de même qu’un esprit railleur ou narquois.
Au fil des années, son activité picturale est devenue nettement plus graphique. Il travaille en surlignage par-dessus ses taches de couleur. Ses techniques sont bricolées de façon intuitive et personnelle, sans référence à des techniques apprises en école.
Fidèle au dessin automatique de type surréaliste, il pratique en réalité un sur-automatisme (il n’y a jamais d’esquisse ou de dessin préconçu) aussi bien en ce qui concerne le dessin lui-même que la peinture.
Cette activité graphique est conçue comme un jeu de patience grâce auquel l’auteur part en voyage à la découverte de ses propres secrets, ou de ceux qu’ils s’inventent. Il s’agit d’explorer des voies nouvelles pour bâtir des compositions surprenantes. Cherchant à éviter la répétition, ne travaillant pas en série la plupart du temps, quoique soumis à des thèmes récurrents,  Bruno Montpied a élaboré au fil du temps une « écriture stylistique » reconnaissable.
Pas exempt de références culturelles à l’art moderne et à l’histoire des avant-gardes (notamment du surréalisme), Bruno Montpied exerce, en même temps que son activité picturale, une activité critique et documentaire qu’il mène de façon indépendante (il a publié récemment un inventaire des environnements populaires spontanés français sous le titre Le Gazouillis des éléphants aux éditions du Sandre, en 2017). Il n’est pas inséré pour autant dans les milieux professionnels des Beaux-Arts, se tenant en franc-tireur dans le domaine de la création plastique (où il est tout aussi autodidacte qu’en matière de critique d’art, n’ayant jamais reçu de formation technique ni théorique).

Son blog : Le poignard subtil

Outsider Art Fair

La Librairie de la Halle Saint Pierre
hors-les-murs à la 
Outsider Art Fair – Paris

17 – 20 octobre, 2019
Atelier Richelieu
60, rue de Richelieu – 75002 Paris

Métros:
Bourse – Palais Royal – Pyramide Horaires:
Jeudi 17 octobre : avant-première VIP : 14h00 – 18h00  / Vernissage: 18h00 – 21h30
Vendredi 18 octobre : 11h00 – 22h00  / 
samedi 19 octobre : 11h00 – 20h00
Dimanche 20 octobre : 11h00 – 18h00
*
Librairie de la Halle Saint Pierre – hors les murs

La Libraire est présente, comme chaque année, à la Outsider Art Fair à Paris avec
une sélection d’ouvrages sur l’art brut, l’art outsider, l’art singulier et la culture populaire.
Elle organise à cette occasion des rencontres et signatures avec des auteurs les :
Vendredi 18, samedi 19 et dimanche 20 octobre


R E N C O N T R E S  /  S I G N A T U R E S 

V E N D R E D I  1 8  O C T O B R E 

18 HEURES
Raphaël KOENIG
Cérès Franco
Pour un art sans frontières,
éditions lelivredart


S A M E D I  1 9  O C T O B R E 

14H -15 HEURES
Baptiste BRUN
Jean Dubuffet : un barbare en Europe,
écrit avec Isabelle Marquette, éditions Hazan – Mucem, 2019

Jean Dubuffet et la besogne de l’art brut : critique du primitivisme,
Editions les Presses du Réel, 2019

15H -16 HEURES
Celine DELAVAUXArt Brut. Le guide
Editions Flammarion, 2019

16H – 17 HEURES
Bruno DECHARME, Photo-Brut 
Editions ABCD / Flammarion, 2019


D I M A N C H E  2 0  O C T O B R E

15 HEURES
Bruno MONTPIED,
pour son texte
« Un autre Art brut »
dans les actes du colloque « L’Art Brut existe-t-il? »
aux éditions Lienart (collectif), 2019
&
son étude sur l’origine et l’auteur des
« Barbus Müller »
dans le n°17 de la revue Viridis Candela du Collège de ‘Pataphysique, septembre 2018.

 

16 HEURES
Lorraine Palardy, fondatrice des Impatients
Frédéric Palardy, directeur général des Impatients
Simon ZAGARI, responsable de la collection et des expositions
pour
Les Impatients : un art à la marge
Éditions Somme toute, 2019 (Canada)

Quinze auteurs réunis pour apporter leur réflexion sur la santé mentale, l’art et la créativité. À travers leurs textes, on explore le travail fait aux Impatients, et on ouvre aussi sur d’autres pratiques artistiques de non-professionnels.

Préfacé par l’artiste Rober Racine, ce livre réunit les textes de Jean-François BélislePierre BellemareLouise BlaisAnne-Marie BouchardJean BrassardEllen CorinPauline GoutainAnnie JaimesFrédéric PalardyLorraine PalardyCécile RousseauMichel RoyMélissa SokoloffEmmanuel Stip et Ginette Vallée.

Les Impatients collectionnent, depuis leur fondation en 1992, des œuvres d’art hors norme. Certaines proviennent de collectionneurs, mais pour la plupart, elles ont été créées dans les ateliers d’art que l’organisme offre aux personnes ayant des problèmes de santé mentale. À ce jour, la Collection Les Impatients compte près de 15 000 œuvres. Pionnière au Canada dans son champ, elle se distingue par son potentiel scientifique et artistique.

 

L’art brut

[A LA LIBRAIRIE]

L’art brut
sous la direction de Martine Lusardy
Préface de Michel Thévoz
Editions Citadelles & Mazenod

Les auteurs :
Maria Azzola, Émilie Champenois, Déborah Couette, Laurent Danchin,
Marc Décimo, Gustavo Giacosa, Marcel Katuchevski, Jean-Pierre Klein,
John Maizels, Claire Margat, Randall Morris, Lucienne Peiry, Thomas Röske.

Disponible à la librairie de la Halle Saint Pierre

CONFÉRENCES ANNUELLES 
Penser l’art brut.Penser avec l’art brut
par Martine Lusardy
Les mardi 19 novembre et 17 décembre 2019 à 15 heures – entrée libre
Réservation conseillée : 01 42 58 72 89

TÉLÉCHARGER Brochure L’Art brut

Cette synthèse originale menée par une équipe pluridisciplinaire internationale (historiens d’art, critiques, psychologue, psychiatre, artiste), réunit un corpus foisonnant de quelques  550 œuvres de plus de 250 artistes. À la fois étranges, inquiétantes et familières, elles sont les métaphores d’un « voyage-aventure » au tréfonds de notre sensibilité, qui donne à saisir la mesure de l’être humain.

Martine Lusardy, spécialisée dans l’étude de l’art brut et de ses apparentés, elle est directrice de la Halle Saint-Pierre depuis 1994. Elle y a organisé de nombreuses expositions sur le sujet.

Préface rédigée par Michel Thévoz, historien de l’art et initiateur de la Collection de l’Art Brut à Lausanne, aux côtés de Jean Dubuffet.

Les auteurs : Maria Azzola, Émilie Champenois, Déborah Couette, Laurent Danchin, Marc Décimo, Gustavo Giacosa, Marcel Katuchevski, Jean-Pierre Klein, John Maizels, Claire Margat, Randall Morris, Lucienne Peiry, Thomas Röske.

  • Une étude pluridisciplinaire internationale
    (historiens d’art, critiques, psychologues, psychiatres, artistes)
  • Un ouvrage de référence nouveau et original sur l’art brut
  • Plus de 250 artistes et 550 illustrations couleur
Prix : 205,00 €
Disponible à la librairie de la Halle Saint Pierre
*

LE LIVRE

Hier méconnu du grand public, l’art brut est aujourd’hui institutionnalisé et médiatisé. Loin de se cantonner à « l’art des fous », il recouvre une variété infinie de créations. Au-delà des œuvres associées aux asiles psychiatriques, des réalisations médiumniques, cet ouvrage met en lumière les réalisations protéiformes de « l’homme du commun » (Jean Dubuffet) – celles qui sont en dehors des circuits artistiques. D’autres appellations ont vu peu à peu le jour : hors normes, singuliers, outsider, habitant-paysagiste …

SOMMAIRE

  • Introduction : la naissance d’une notion
  1. L’irruption des exclus sur la scène de l’art
  2. L’art brut : le manifeste artistique de Jean Dubuffet
  3. Sous le vent de l’art brut
  4. L’ouvrage du commun
  5. L’art brut et l’esprit contemporain
  • Conclusion : devenirs de l’art brut

LA PRESSE EN PARLE

« Savant, séduisant et international, l’ouvrage est aussi une impressionnante somme visuelle, secouée par une énergie débridée« .
Connaissance des arts – Décembre 2018

« Belle maquette, iconographie impressionnante, articles des meilleurs spécialistes, ce pavé concrétise ce que Jean Dubuffet a inventé dans les années 1950, donner à voir « la naissance d’une notion« .
Télérama (n° 3593) – du 24 au 30 novembre 2018

« Ébouriffant, l’ouvrage des éditions Citadelles & Mazenod est une odyssée sémantique, esthétique et politique vers ces œuvres de la marge et de l’ailleurs (…) Reliée, la présente publication souscrit à l’élégance et au luxe qui distinguent les éditions Citadelles & Mazenod : sa couverture rouge feutrée est recouverte par une jaquette dont le bariolage chromatique et la profusion formelle, empruntés à une oeuvre majeure d’Aloïse Corbaz, sont emblématiques du corpus hébergé par ces quelques six cent pages ».
Le Journal des Arts – Décembre 2018

« Un collectif international d’historiens d’art, de critiques, de psychologues, psychiatres et artistes fait aujourd’hui le point dans un ouvrage monumental, richement illustré« .
Le Figaro – 3 décembre 2018

« S’il devait y avoir une bible de l’art brut, ce serait ce splendide livre (…). Sous la direction de Martine Lusardy, l’ouvrage donne une dimension internationale à cet art multiple fort heureusement indéfinissable’.
Le Matin Dimanche – 9 décembre 2018

« Ce superbe ouvrage fait le tour du monde de ces productions qui ne répondent à aucun critère« .
Femme Actuelle Senior – Janvier 2019

« Un somptueux panorama de l’oeuvre d’artistes longtemps ignoré, aujourd’hui recherchés (…). Comme tous les ouvrages de Citadelles & Mazenod, il est très gros et superbement illustré de reproductions de grande qualité ».
Le Monde – 14 décembre 2018

« Des oeuvres novatrices signées Aloïse, Darger, Walla, Zinelli, Traylor ou Sawada qui bouleversent et modifient notre regard sur la peinture, sont réunies dans cette magnifique anthologie ».
Le Figaro Magazine – Du 14 au 15 décembre 2018

« Ce magnifique ouvrage, auquel ont contribué une quinzaine de spécialistes lève le voile sur les ateliers et entreprises qui ont vu le jour aux quatre coins du monde, depuis la Chine jusqu’à la Californie en passant par la Bretagne ou l’Afrique du Sud. Visions mystiques, peinture vagabonde, dessins méticuleux, constructions folles et ce que Dubuffet appelait une « invention sans frein, haute ivresse, liberté totale ». Liberté, l’autre nom de l’art« .
L’Obs – 20 décembre 2018

« À la fois savant et humble, le pavé se lit, généreux, avec des vitesses différenciées. Offrant aussi la possibilité de ne vivre que l’aventure en immersion dans ce trouble créateur et son infinitude« .
Tribune de Genève – 20 décembre 2018

« Les belles éditions Citadelles & Mazenod viennent de faire paraître un nouvel opus dans leur célèbre collection « L’Art et les grandes civilisations », cette fois-ci sous la direction éclairée de Martine Lusardy, et préfacé par Michel Thévoz : « L’art brut ». Un titre d’où crépitent les bruits d’un bouillon de culture ! Car la notion d’ « art brut » est tout autant question à une interrogation non formulée sur l’art comme méditation, que réponse sans point final dans un effort de médiation entre connu et inconnu. La magie absolue de ce livre opère quelque part entre les deux. De quoi brosser un large panorama non exhaustif d’un continent artistique rétif à la logique, et qui résiste encore et toujours aux mornes sangles de la norme… »
Le Mot & La Chose – Décembre 2018
http://www.lemotlachose.com/lart-brut-citadelles-mazenod/

*
*
*

Art Brut

L’art brut n’est donc pas « l’art des fous ». À côté des créations associées aux asiles psychiatriques – étudiées dès les années 1920 par le docteur Hans Prinzhorn – et de l’art médiumnique, se rangent celles de « l’homme du commun » selon Dubuffet – celui qui est en dehors des circuits artistiques. Hier confidentiel, aujourd’hui consacré, institutionnalisé et médiatisé, l’art brut a une histoire et la réalité qu’il recouvre échappe à son inventeur et théoricien. D’autres appellations ont vu peu à peu le jour, correspondant à la démarche de nouveaux amateurs et à leur souci de baliser le territoire (hors normes, singulier, outsider, habitant-paysagiste…). Outre l’ouverture à de nouveaux champs de prospection, l’interaction avec l’art contemporain, dans une perspective de décloisonnement et d’élargissement, est une mise à l’épreuve de la notion d’art brut.

Les créations de l’« art brut », sont davantage des énigmes que des productions qui se laisseraient facilement appréhender par notre conceptualité. Aloïse, Wölfli, Darger, Walla, Zinelli, Traylor, Sawada… nous fascinent, nous touchent, nous éprouvent sans que nous puissions établir un rapport formel entre eux. L’enjeu est ailleurs. C’est dans le grand créateur d’art brut, le hors norme, le marginal, que nous voyons l’homme accompli et victorieux. Cet « Autre » de la culture ne réalise-t-il pas les possibilités les plus hautes de l’homme, l’héroïque construction de soi, son humanisation, finalement la fin véritable qu’est la culture ?


Martine Lusardy, spécialisée dans l’étude de l’art brut et de ses apparentés, elle est directrice de la Halle Saint-Pierre depuis 1994. Elle y a organisé de nombreuses expositions sur le sujet.
Elle a dirigé l’ouvrage de référence « L’art brut » aux éditions Citadelles & Mazenod. Une synthèse originale menée par une équipe pluridisciplinaire internationale (historiens d’art, critiques, psychologue, psychiatre, artiste), réunissant un corpus foisonnant de quelques 550 œuvres de plus de 250 artistes. À la fois étranges, inquiétantes et familières, elles sont les métaphores d’un « voyage-aventure » au tréfonds de notre sensibilité, qui donne à saisir la mesure de l’être humain.

Conversation poétique

Trois poètes vont lire, débattre et signer leur livre :
Isabelle Lévesque, Chemin des centaurées
Sylvie Fabre G., Pays perdu d’avance
Pierre Dhainaut, Après
Samedi 12 octobre 2019 à 15 heures – entrée libre
Réservation conseillée : 01 42 58 72 89
Halle Saint Pierre – à l’auditorium
*

Avec ce nouveau recueil, Isabelle Lévesque poursuit sa quête du lien homme-amour-nature. Chemin des centaurées est une longue promenade dans la campagne durant un long printemps, de mars jusqu’au solstice d’été. La campagne, ses herbes, ses fleurs, ses chemins, ses arbres, ses ciels, ses pluies, font naître la pensée — « Seules les pensées qu’on a en marchant valent quelque chose », écrivait Nietzsche.

Le jour ne cesse de paraître,
que cherche-t-il ici ?

Les branches penchées ne se relèvent pas.
Il faut traverser.

Sauras-tu renaître à ce murmure ?

C’est l’aube de la vie, Isabelle Lévesque ressent chaque matin de cette longue saison comme un renouveau, des renaissances, elle craint la nuit, l’obscurité, la sombre lumière, la poésie c’est la lumière : « Dis encore, dis plus fort, que la nuit n’est tombée qu’un instant. » Marcher sur le chemin des centaurées, c’est aller à la rencontre de nous-mêmes : « Courons, derrière le vent, courons ! »

Soyons éphémères et secrets,
allongeons sans fin l’ombre et l’or du cœur serré,
sans regret du passé rompu.
Le jour attend.

La poète invite le lecteur à fouler de tels chemins, et franchir les ponts qui comme une tapisserie, retisserons nos liens avec nous-mêmes, ce nous caché, qui est, dans Chemin des centaurées, un, l’autre et tous.

Les remarquables peintures de Fabrice Rebeyrolle ont su capturer, sur les chemins, les centaurées des poèmes.


Avec Pays perdu d’avance, Sylvie Fabre G. a porté son écriture dans ce qu’elle appelle un « registre lyrique ». Ce tournant, ou plutôt ce passage exceptionnel vers une écriture plus classique s’est imposé à elle avec la disparition de sa mère. En relatant des moments de son enfance, la poète retourne aux sources de l’enfance, et aussi, et surtout, aux sources de sa poésie. Les thèmes de Pays perdu d’avance retrouvent les grandes images et figures fondatrices de la vie et de son œuvre.
« Sans doute reviens-je aux racines réelles et irréelles de la langue, nous dit Sylvie Fabre G., celles qui constituent la mienne en particulier. Le texte est aussi traversé par le souffle des lectures de certains poètes. Le rapport à la mort et à l’origine, les exils, l’amour et la douleur l’habitent aussi. »

Les poèmes qui composent Après, les notes comme le précise l’auteur, Pierre Dhainaut, tentent de restituer l’expérience intérieure de son séjour en hôpital.
Il lui aura fallu attendre plusieurs semaines après sa sortie pour se remettre à écrire, pour se réapproprier le langage, en rédigeant ces notes, avant que la poésie lui soit à nouveau possible.« Sur le coup, ai-je pensé à la poésie ? demande Pierre Dhainaut. Cette question, en d’autres temps, m’aurait paru inconvenante. La place qui était la sienne, la première, fut soudain et pour longtemps inexistante ou presque : avec le recul il me faut remettre en cause ce en quoi j’avais cru. Pourquoi accorder tant d’importance à la poésie si dans les circonstances les plus rudes elle n’offre aucune aide ou pire, si l’on ne songe pas à lui en réclamer une ? »
Après est peut-être sa réponse à sa question.

Les vents ont fui, les mots ont fui, la voix
n’a plus que la force en ce lieu
comme en ce temps de si peu de place
ou de si peu d’heures, de constater
son impuissance, elle n’ira pas au-delà :
nous la raffermirons sans savoir quoi dire
en prenant sur nous de nous tourner
vers la muraille et la fenêtre obscure,
nous pressentirons qu’il n’y a aucune impasse,
mais qu’un poème attend que les mots lui reviennent
avec les vents qui feuillettent les pages
du livre imprévisible…

Rencontres en surréalisme

Rencontres en surréalisme organisées par Françoise Py
à la Halle Saint-Pierre chaque deuxième samedi de novembre à juin 2019
ainsi que le samedi 19 octobre et le dimanche 8 mars de 15h30 à 18h
sauf pour les trois journées d’étude où l’horaire est précisé
dans le cadre de l’Association Pour la Recherche et l’Etude du Surréalisme (L’APRES)

*
PROJECTION
Prenez garde à la peinture …
et à Francis Picabia


Film de Rémy Ricordeau
Seven Doc, Collection Phares, 2019, 100’

En présence du réalisateur
Débat avec le réalisateur et Henri Béhar

Samedi 19 octobre 2019 – entrée libre

Halle Saint Pierre – à l’auditorium
Réservation conseillée :  01 42 58 72 89

*

Le film

Après avoir, avec son ami Marcel Duchamp, décrété la mort de l’art, Francis Picabia est devenu une référence incontournable aux yeux de ceux qui s’intéressent à l’histoire de l’art moderne et son rapport à la liberté.

« Notre tête est ronde pour permettre à la pensée de changer de direction » affirmait-il. Il convient de prendre son humour au sérieux : la cohérence de sa démarche réside en effet dans son insatiable curiosité et son goût immodéré de la vitesse et du jeu, cette soif de vivre désespérée qui ne s’est accommodée d’aucun conformisme ni d’aucune autre règle que celle du désir de tout expérimenter.

S’il a par ailleurs été écrivain, poète et amateur d’automobiles, la vie dans tous ses excès était à ses yeux préférable à son œuvre ; et le jeu des passions à la morbidité des dogmatismes. Ce film se propose ainsi de retracer la vie de Francis Picabia en soulignant l’importance de sa singularité dans l’histoire intellectuelle et artistique du 20e siècle.

*

A venir :
Samedi 9 novembre 2019 : Michel Maffesoli : Du surréalisme à la postmodernité. Conférence suivie d’un échange avec la salle.



PROGRAMME 2019/2020

  • Samedi 19 octobre 2019 : Projection du film de Rémy Ricordeau : Prenez garde à la peinture … et à Francis Picabia  (Seven Doc, Collection Phares, 2019, 100’), en présence du réalisateur. Débat avec le réalisateur et Henri Béhar.
  • Samedi 9 novembre 2019 : Michel Maffesoli : Du surréalisme à la postmodernité. Conférence suivie d’un échange avec la salle.
  • Samedi 14 décembre 2019 :
    11h – 16h30 : Journée d’étude sur Louis Janover, dirigée par Henri Béhar, Michel Carassou et Françoise Py. Avec la participation de Louis Janover, Florian Langlais, Maxime Morel et Georges Rubel.

    16h30 – 17h30 
    : Lecture performance par Charles Gonzales du texte d’Antonin Artaud, Van Gogh le suicidé de la société.
  • Samedi 11 janvier 2020 :
    15h30 – 16h15 : Fabrice Pascaud : André Breton et l’astrologie.16h20 – 17h45 : Projection du film de Fabrice Maze : André Barbault : l’astrologie au coeur (Seven Doc, 2019, 60’). Débat animé par le réalisateur et Fabrice Pascaud.
  • Samedi 8 février 2020 : 11h-18h : Journée d’étude sur Elie-Charles Flamand : poésie et alchimie, dirigée par Henri Béhar et Françoise Py.
    Avec la participation d’Obéline Flamand, de Pierre Geste, Marc Kober,
    Jean-Clarence Lambert, Patrick Lepetit et Michel Passelergue.
  • Dimanche 8 mars 2020 : En compagnie d’Aimé Césaire, poèmes dits et chantés par Bernard Ascal : conception et voix, Yves Morel : arrangements, trombone, accordina, clavier,  Delphine Franck : violoncelle, voix.

Cet événement s’inscrit dans le cadre du Printemps des Poètes 2020 consacré au Courage.

  • Samedi 14 mars 2020 : Fernando Arrabal en performances par Wanda Mihuleac. En présence d’Arrabal. Avec la participation d’Alejandra Jordan et de Valentine Mizzi.

Cet hommage à Arrabal s’inscrit dans le cadre du Printemps des Poètes 2020 consacré au Courage.

  •  Samedi 4 avril 2020 : Journée d’étude sur Charles Fourier dirigée par Henri Béhar et Françoise Py avec la participation de Michel Maffesoli et de René Schérer.

Présentation de la revue Les Cahiers Européens de l’Imaginaire, CNRS Editions, à l’occasion de la sortie du dernier numéro sur La Nuit.

  • Samedi 9 mai 2020 : Picasso poète par Georges Sebbag. Conférence suivie d’une table ronde animée par Georges Sebbag avec Marie-Laure Bernadac, conservatrice générale honoraire, Emmanuel Guigon, directeur du musée Picasso de Barcelone et Androula Michaël, historienne de l’art.
  • Samedi 13 juin 2020 : programme à venir.

Les trois Journées d’étude sont organisées avec le concours de l’université Paris 8, Laboratoire Arts des Images et Art Contemporain (AIAC), équipe de recherche Esthétique, Pratique et Histoire des Arts ( EPHA).

Halle Saint-Pierre, 2 rue Ronsard, métro Anvers.

Françoise Py : 06 99 08 02 63 et francoise.py@univ-paris8.fr

 

Sylvia Katuszewski

Sylvia Katuszewski
« J’ai mémoire de »
Variations autour des écrits de Yaël Cange

V E R N I S S A G E
Vendredi 11 octobre de 18h30 à 21h
(entrée libre)
Exposition du 1er au 30 octobre 2019

Halle Saint Pierre – à la galerie
Ouvert tous les jours 

*

Sylvia Katuszewski

Née en 1946, vit et travaille à Paris.

Ses œuvres ont fait l’objet de diverses expositions en France et à l’étranger, et notamment à la Halle Saint Pierre.

*

« De la flore, de la faune, oui!, tout est là. Passant du jaune au rouge …

Mais où: là? Où donc? en quelle nature sommes-nous au juste – – qui tant foudroie : trouée, percée qu’elle est de sursauts d’ombres vivantes ?

Les unes, tendues vers le haut, comme implorant l’on ne sait quoi — les autres, perdues, ô combien !, en elle.

Mais pourquoi demander,

Qu’il y ait, si surement, absence de chemin — qui le nierait ?

« Cela vient du dedans », dit Sylvia. « Je ne sais pas. Je ne sais pas. On tremble à l’écouter.

Ses gouaches, il faut les aimer au plus près : jusqu’aux yeux, pensez!, qui se brisent en larmes! Un tel esseulement!

L’oiseau, lui-même, n’y suffit pas ? « 

Yaël Cange

*

Yaël Cange
A Fleur d’eau

On cherchera longtemps, dans l’actualité des lettres, une poésie comparable à celle-ci. Cette voix de femme – de cette femme qui répond au nom de Yaël Cange, comme si l’Ange des sables l’avait élue pour y froisser ses ailes – est peut-être seule à exprimer, avec une si parfaite exigence de justesse, la déréliction de l’être rejeté non par un décret du Dieu tout-puissant mais par la nécessité propre à l’existence même, sans explication, sans justification et, croirait-on, sans origine.

Claude Louis-Combet