« Transpercer »

PERFORMANCE

A l’occasion du lancement du 3ème numéro de la revue
« Transpercer »
revue universelle faite à la main (300 pages) créé par les éditeurs
Daniel Besace, Francine Chatelain
et l’artiste Patrick Navaï,
éditions Carnets-Livres

Chaque Homme Comme Une Ile
texte musical joué le
Samedi 29 avril 2017 à 15 heures – entrée libre

Il s’agit d’un échange entre quatre musiciens, une illustratrice qui dessine en direct et un comédien qui joue des extraits du texte.
Cette performance dure environ 50 minutes.

Halle Saint Pierre – à l’auditorium
Réservation conseillée : 0 14 2 58 72 89

 

Agir en fulgurance

Agir en fulgurance
Éphéméride et Quatrains de la Rose

Jacques Roman & Sarah Jalabert

Conversation en fulgurance à deux, puis à trois,
puis à quatre (au fait combien serez-vous, serons-nous,
ce jour-là, premier avril deux mille dix-sept?
Non ! Pas combien mais comment, pourquoi,
avec qui et pour qui !)

Samedi 1er avril 2017 à 15 heures – entrée libre

Halle Saint Pierre – auditorium
Réservation conseillée : 01 42 58 72 89

Photo Sarah Jalabert – DR

Rencontre /Lecture … sur le fil

Ephéméride & Quatrains de la Rose

Une fin d’après-midi d’été, lui, chez lui sous les combles à Lausanne, elle, chez elle sur sa terrasse à Paris, ils se sont mis, au téléphone, sans se souvenir comment, à se parler, lui en tercets, elle en quatrains. Une heure ivre s’écoula en lecture croisée des tercets de  l’ Éphéméride et des Quatrains de la Rose, chacun à puiser ça et là selon l’action de la parole échangée. Une heure durant laquelle naquit un étonnant dialogue, spontané, que vous allez entendre, ou plutôt un autre, puisque tout aussi spontané mais cette fois sur scène, dans le désir venu d’une invitation à étendre l’échange, que nous avons nommé :

Sarah Jalabert

Agir en fulgurance

Fut un temps, un jour lointain, si étendu que nos sens, tous nos sens s’y étendaient : à perte de vue, à perte d’ouïe, à perte de toucher, à perte d’odorat, à perte de saveur… Oui, un temps d’écoute et de partage à profusion … Et si la culture, livrée à l’économie, de ces temps-ci ne nous offrait plus que part marchande mesurée ? Pas plus loin que le bout du nez, pas plus loin que l’oreille aux ragots, pas plus loin que l’œil prédateur, pas plus loin que la main baladeuse, pas plus loin que le palais fait au hamburger… Alors, oui agir en fulgurance à deux, puis à trois, puis à quatre (au fait combien serez-vous, serons-nous, ce jour-là, premier avril deux mille dix-sept ? Non ! Pas combien mais comment, pourquoi, avec qui et pour qui !) Sarah et Jacques écrivent à perte comme on dit à perte de vue, etc…, écrivent au plus près comme les funambules pour être au plus près de chacun, proches, puisque chacun ce matin, cet après-midi, ce soir, cette nuit marchera sur le fil, sur le même fil … Agir en fulgurance c’est cela – marcher le même fil – et partager le vertige en grand …

Jacques Roman

*


Notices biographiques
Sarah Jalabert
Comédienne, lectrice publique et radiopho-
nique, auteure. Elle mène un travail de 
recherche entre la littérature et la voix 
dans l'espace scénique. Elle donne 
régulièrement des lectures publiques, et 
des lectures-concerts, parmi lesquelles : 
La douleur, de M. Duras, avec la comédienne
Isabelle Miller, pour le Festival Cultures
en mémoire de Levallois.
Le chas de l'aiguille, de A. Guglielmetti,
solo au théâtre de l'Ile St-Louis. 
Vers l'Ange, (Vie du poète R.M. Rilke), 
avec le comédien Redjep Mitrovitsa, pour le
colloque de Cerisy-la-Salle.
L'irrésistible ascension d'Arturo Uï, de B. Brecht, lecture chorale, 
dir. Jean-François Perrier, Festival Lecteurs-et-Lectures de St-Pierre
Toirac. Une chambre à soi, de V. Woolf,avec les musiciennes 
canadiennes de viole de gambe « Les voix humaines », pour les Festival
d'Ile-de-France.
Hugo et ses femmes, d'après l’œuvre de V. Hugo, avec le comédien 
Jean-Claude Drouot, pour le Festival du Romantisme d'Allauch.Don Juan
(raconté par lui-même), de P. Handke, avec le contrebassiste Eric 
Recordier, dir. Catherine Pont-Humbert, pour l'Abbaye de Port-Royal 
des Champs.
Jardins, conception de Sarah Jalabert, avec le multi-instrumentiste 
Alexis Kowalczewski, pour l'Abbaye de Port-Royal des Champs.
La poésie de Mahmoud Darwich, pour le Festival des Lectures sous 
l'Arbre de Cheyne éditeur.
La Poésie Palestinienne, pour les Jeudis de l'Institut de Monde Arabe.
Et de nombreuses lectures publiques pour les manifestations de la 
Bibliothèque Nationale de France, la Bibliothèque de l'Arsenal, le 
Centre national du Livre (Belles Étrangères), la Biennale 
Internationale des poètes en Val-de-Marne...
Elle travaille pour la radio, suisse et française, en lectures et en 
fictions dramatiques. Elle fait aussi des livres audio.
Auteure,elle a publié trois récits aux éditions de l'Âge d'Homme : 
Toujours Autre(2001),Des tombereaux de désir(2007),
Celui qui ouvre (2012).
& :
Rue de l'Anturie, long poème paru dans le revue « Supérieur Inconnu » 
(1998).
Héloïse, nouvelle à paraître aux éditions en ligne 15K (2017).
Elle a reçu une bourse d'écriture du Centre National du Livre (2005).

*

Jacques ROMAN, né en 1948 à Dieulefit, 
dans la Drôme. Il estime primordiale, 
dans sa formation et dans sa vie, la 
rencontre avec des auteurs qu’il tente de
servir avec passion sous des formes 
d’expression différentes – d’où ses 
nombreuses activités : théâtre, 
enseignement, cinéma, lecture et mise en 
scène, écriture personnelle toujours sur 
le qui-vive. Parmi les écrivains qu’il 
explore continuellement:Artaud, Barthes,
Kafka, Michaux, Bernard Noël, Perec, 
Pasolini, Heiner Müller, Schnitzler … 
C’est aussi un grand découvreur d’œuvres 
rares,de textes oubliés,d’écrits marginaux
qu’il revisite pour en dégager l’urgence et 
l’actualité. Il est l’auteur d’une trentaine d’ouvrages,dont L'ouvrage
de l'insomnie, éd. de l'Aire, Du monde du chagrin (avec Bernard Noël),
éd. Paupières de terre, Notes vives sur le vif du poème, éd. Isabelle 
Sauvage, Les rencontres emportées, éd. de l'Aire.
Une étude sur son travail est parue récemment aux éd.de l'Âge d'homme:
Les voix de Jacques Roman.
Le Prix Virgile 2016, remis lors du Marche de la Poésie, vient 
couronner l’ensemble de son œuvre.


Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer