Autour de PHILIPPE SOUPAULT

ROBERT~1
Philippe Soupault, par Robert Delaunay (1922)

le dimanche 17 mai 2015 à 15h00

Rencontre, lecture et signature à l’occasion de la récente sortie du livre

« Pour Philippe Soupault »,
éditions « Les cahiers à l’index »

en présence d’auteurs et d’artistes réunis par le poète Jean-Marc Couvé

soupault

Notice Biographique

Philippe Soupault est un poète français, né à Chaville le 2 août 1897, décédé à Paris le 12 mars 1990.

Avec ses amis André Breton et Louis Aragon il participe à l’aventure Dada, qu’il considère comme une « table rase nécessaire », pour ensuite se tourner vers le surréalisme, dont il est un des principaux fondateurs avec André Breton. Avec ce dernier, ils ont en effet écrit le recueil de poésie Les Champs magnétiques en 1919, selon le principe novateur de l’écriture automatique. Ce recueil de poésie peut être considéré comme une des premières oeuvres surréalistes, alors que le mouvement ne se lancera vraiment qu’en 1924 avec le premier Manifeste du surréalisme d’André Breton.

Il est cependant exclu du mouvement surréaliste en 1926, pour motif de « trop de littérature », alors que le mouvement surréaliste s’engage dans la cause communiste.

Nicolas Dieterlé

Nicolas Dieterlé, une parole sauvage et lumineuse
Un vent sauvage souffle en moi, dans mes veines, un vent qui est aussi lumière et parole
Nicolas Dieterlé, Ici pépie le cœur de l’oiseau mouche, Arfuyen, 2008

EXPOSITION

Le mois d’avril sera une nouvelle occasion de voir et d’entendre l’œuvre lumineuse de Nicolas Dieterlé
avec une présentation de ses dessins
du 02 au 30 avril 2015DSC_5400-e1328723410765
Nicolas Dieterlé – la naissance – 31 x 22 cm – technique mixte

Halle Saint Pierre – Galerie
Ouvert tous les jours – entrée libre

LECTURE

Dimanche 12 avril à 15 heures – auditorium de la Halle Saint Pierre,
avec l’association « La pierre et l’oiseau » aura lieu une lecture de fragments issus de ses différents recueils sous le titre :
« Nicolas Dieterlé, une parole sauvage et lumineuse »
par
Philippe Müller
et Vincent Vernillat de la Compagnie PMVV  le grain de sable,
et Catherine Jarrett avec Jean-Claude Morera, président de l’association
« La Pierre et l’Oiseau »

L’association des amis de Nicolas Dieterlé, La pierre et l’oiseau, a été créée en 2007

*  

HORS LES MURS

La galerie Frédéric Moisan, qui assure la diffusion de son œuvre picturale,
lui ouvre son espace quant à elle du 9 avril au 16 mai 2015.
Vernissage jeudi 9 avril de 18h à 21h
72, rue Mazarine 75006 Paris

*

NOTICE BIOGRAPHIQUE

Nicolas DIETERLÉ (1963 – 2000)

Nicolas Dieterlé est né le 28 août 1963, d’une famille de missionnaires et de pasteurs protestants. Son enfance se passe au Ghana, puis au Cameroun dans un hôpital de brousse de l’Église protestante où son père est chirurgien.
Le retour en France, en 1973, est une rupture douloureuse avec l’Afrique, inséparablement liée pour lui avec le monde de l’enfance. Après des études secondaires à Grenoble, il entreprend des études à l’École du Louvre puis Sciences Po.
Objecteur de conscience de 1987 à 1989, il commence ensuite une vie professionnelle difficile de journaliste free lance. En 1994-95 il est rédacteur en chef adjoint de Valeurs Vertes, spécialisé sur l’environnement, collabore à Témoignage Chrétien puis, dans les derniers mois de sa vie, à Actualité des Religions.
En mars 2000, il s’installe dans le Var et travaille à une biographie de Novalis. Rongé par la maladie, il choisit de se donner la mort le 25 septembre 2000.
Nicolas Dieterlé n’a de son vivant jamais souhaité publier aucun texte, mais laisse des écrits nombreux – récits, proses et poèmes. Il n’a également rien voulu montrer au public de son travail pictural, mais il laisse plus de 500 peintures et dessins. De nombreuses expositions ont eu lieu ces dernières années.

_

Nicolas Dieterlé poète, artiste, visionnaire

Nicolas Dieterlé (1963-2000) se voyait lui-même comme un moine et un poète. Moine il l’était, dit-il, par sa quête de la Beauté divine, poète il l’est autant par la flamboyance et la force évocatrice de son écriture que par la lumière qui émane de ses dessins.

Et c’est bien ainsi qu’il transparaît à travers ses mots semés dans un tiroir « comme les graines » écrivait-il et qui, s’épanouissent aujourd’hui en un bouquet de recueils étincelants : La pierre et l’oiseau, journal spirituel, (Labor et Fides, 2003), L’Aile pourpre, (Arfuyen, 2004), Ici pépie le cœur de l’oiseau mouche (Arfuyen, 2008), Afrique et autres récits (Arfuyen, 2013) et aussi à travers les 250 pages que lui consacrent la revue Diérèse (N° 59-60), le commentaire vibrant qu’en font Annpôl Kassis et Gaetano Persechini dans Nicolas Dieterlé –souffle et couleur poétiques (Éditions du Cygne,2011)

A travers aussi ces images surprenantes et profondes fidèlement recensées dans le catalogue « De la figure au paysage, un art poétique » (LIBEL, 2013)

Nicolas, qui lisait Novalis et les romantiques allemands, et dont nous buvons la leçon d’écriture qui est une leçon de vie qu’il se donnait à lui-même : « Quand tu écris « oiseau », rien qu’« oiseau », imagine quel oiseau bariolé se met à respirer en toi, te brûle les poumons »

Nicolas, qui littéralement nous touche par ses paroles : « Ne vois-tu pas que c’est l’âme qui resplendit ainsi en toi et autour de toi ? »

Nicolas, un frère qui cheminait avec nous sans que souvent nous le sachions, un compagnon atteint par la foudre de l’angoisse mais dont la vision joyeuse éclaire encore nos sentiers.

En visitant le site de La Pierre et l’oiseau, faites connaissance avec Nicolas à travers ses textes, à travers ses œuvres picturales ou par un autre chemin poétique en visionnant le film « Correspondances » réalisé par Joëlle Thienard.

Jean-Claude Morera
Président de l’association « La Pierre et l’Oiseau »

 _

EN SAVOIR PLUS

Voir et entendre l’œuvre de Nicolas Dieterlé : s’offrir au vent sauvage qui, nous dit-il, souffle en lui, dans ses veines, un vent qui est aussi lumière et parole.
L’aile pourpre, Arfuyen 2004

Voir le monde tel qu’il est : cheminant tel un dragon paré de tous les ors et de toutes les pourpres.
Ici pépie le cœur de l’oiseau mouche
Arfuyen 2008

 

DANTE ALIGHIERI 750ème Anniversaire

Insurrection poétique
Thème du Printemps des Poètes 2015
logo_pdp

2015 célèbre les 750 ans de l’anniversaire de Dante !DanteGhislaine Avan et Alexandre Yterce se rencontrent pour la création du spectacle
Un instant entre deux instants
qui sera présenté a Ravenna Festival le 24 juin 2015

Dimanche 22 mars 2015 à 15 heures

Halle Saint Pierre – auditorium (entrée libre)

L’Insurrection poétique, 17ème édition du Printemps des Printemps des Poètes, réunit pour la première fois ces deux artistes exceptionnels en l’honneur de Dante !

“Se lever aujourd’hui en l’honneur du Dante, c’est s’exprimer anonymement au nom d’une immense famille : celle pour qui le nom, le mot Dante, puissant vocable tient la plus haute résonance au fond de l’antre poétique.
Ceux là se lèvent avec nous pour qui le fait dans l’histoire poétique se confond de lui-même avec le grand fait poétique dans l’histoire de l’homme d’Occident.
Avec nous l’ovation jubilaire, et la louange, en toutes langues, sur toute rives d’Occident!… Des feux s’allument sur les cimes, des voix s’élèvent dans les villes et c’est pour l’homme de notre temps comme un saisissement nouveau.
Nous te saluons, poète, homme de terre latine, celui à qui il fût donné d’éduquer une langue, et par la langue créatrice de forger un peuple.
À chaque échéance solennelle où retentit l’appel du nom, sa charge d’honneur est vérifiée. Et nous poètes, homme de parole, nous invoquons d’un grand poète la parole donnée, et nous lui demandons raison. Qu’il porte encore dans le siècle le scandale du poète, et par la grâce du langage, l’altercation suprême de l’homme au plus haut lieu de l’âtre, sa parole!…”

Saint John Perse
_

Notices biographiques

Ghislaine Avan
Chorégraphe, tap-dancer, vidéaste, Ghislaine Avan travaille depuis 1999 à un ensemble chorégraphique et transmedia inspirée du poème.
Devenue centrale dans la vie de Ghislaine, l’œuvre de Dante donne naissance à l’ensemble chorégraphique intitulé Seuil, ainsi qu’à l’œuvre audiovisuelle polyphonique : Le LA du Monde, qui consiste depuis 2006 à filmer dans le monde entier, des personnes de tous horizons, de toutes nationalités, en toutes les langues, lisant un extrait du poème.
Tap-dancer de formation, Ghislaine Avan n’a cessé de conjuguer son art avec tous les autres, et avec toutes les disciplines que son sens surnaturel de la rencontre et de l’échange lui fait aborder. La vie et l’œuvre de Ghislaine sont tellement abreuvées de ces rencontres insolites, de ces collisions explosives, ces hasards fulgurants, qu’on se demande si ce n’est pas ce sens de l’ouverture, cette disponibilité qui est devenue, chez elle, un art. Cela montre en tous cas l’essence de sa recherche; c’est une improvisatrice qu’une discipline spontanée, immédiate comme le tap-dance a mené, au fil de son travail et de ses rencontres, vers la chorégraphie, le cinéma, les arts plastiques, les arts numériques.
_

Alexandre Yterce
Au delà des partitions multiples de Musiques Instrumentales, d’œuvres Électroacoustiques Mixtes ou de Musiques Acousmatiques, Alexandre Yterce, instrumentiste et compositeur indépendant, crée des Actions Scéniques et des ” Dramaphonies ” – sorte de Théâtre Musical où les textes et les poèmes mis en scène sont fragmentés, soutenus, ponctués et modulés de compositions instrumentales, vocales et concrètes.
Participe à divers festivals où il interprète sur Acousmonium, outre ses propres compositions (réalisées au Studio ACCÈS DIGITAL, Rouen), certaines des œuvres formant le répertoire de la Musique Concrète / Acousmatique et de la Poésie Sonore Électronique.
Fonde et anime avec la comédienne Florence GONOT-YTERCE la Revue-Disque LICENCES, consacrée aux Musiques, aux Arts et aux Littératures, et, à Paris, le Festival de Poésie Sonore, Poésie Performance, Musique Électroacoustique Mixte et Musique Concrète / Acousmatique, LICENCES ” Brûlures des Langues “.
En collaboration avec Denis DUFOUR, il crée SONOPSYS, les ” Cahiers Musique Concrète / Acousmatique “, dont le numéro 1 sera consacré à Francis DHOMONT.
écouter ici

Hommage à Rouben Melik

logo_pdp
Performance
dans le cadre du Printemps des Poètes

*

photo-3

Hommage à Rouben Melik,
poète français d’origine arménienne,
Poète en pays partagé
dernier recueil de poèmes écrits entre 1989 et 1994 parût en 2000

Dimanche 15 mars à 15 heures (entrée libre)
Halle Saint Pierre – auditorium
Réservations conseillées : 01 42 58 72 89
*

Récits de vie dits par Séda Melik
Poèmes et textes par : Marianne Auricoste, Claude Barbos, Séda, Nathalie Melik

29626Mise en musique par Sévane Stépanian-Melik et le groupe Lavach’ (nom du pain traditionnel arménien)
Musiciens du Groupe :
Sévane Stépanian : accordéon, chant
,
Yohan Rochetta : violon, chant,
François Roche-Juarez : guitare, trombone, chant
Fred Birau Maliszewski : batterie, chant

*

Notice biographique

Rouben Mélik, né le 14 novembre 1921 à Paris, mort en 2007, est un poète français d’origine arménienne.

Poète et critique d’origine arménienne, Rouben Melik a été l’élève de Gaston Bachelard à la Sorbonne avant de faire son entrée en littérature sous les auspices de la Résistance. Un an après la publication en 1941 de Variations de triptyques aux Cahiers de France, il adhère, sous l’impulsion de Jacques Decour, au Parti communiste où il se lie avec Paul Eluard, côtoie le groupe Manouchian et prend part à la libération de Paris. Après la guerre, il fait partie des fondateurs de la Jeunesse arménienne de France. Lauréat en 1948 du prix Apollinaire pour Passeurs d’horizons publié par le Journal des poètes, Rouben Melik se consacre à la poésie et obtient un emploi à la Caisse nationale des Lettres. Il publie, aux éditions Seghers, A l’opéra de notre joie (1950), Lynch (1954), Le Chant réuni (volume I, 1955 ; volume II, 1967 qui recevra le prix Artaud et celui de l’Académie française). Durant de longues années, il tient une chronique littéraire à France Culture et devient de 1971 à 1981 directeur littéraire des Éditeurs Français Réunis (futures Éditions Messidor). Il y dirige plus particulièrement la collection ‘La petite Sirène’ consacrée à la poésie et, grand ‘passeur’ de la littérature arménienne en France, y publie en 1973 : La Poésie arménienne. Anthologie des origines à nos jours. Rouben Melik cesse d’écrire en 1997, à la mort de son épouse, Ella Kurdian. Un dernier recueil de poèmes écrits entre 1989 et 1994 paraît en 2000 : En pays partagé.

*

Soirée proposée par l’association La Gradiva
lagradiva-librairie@wanadoo.fr
06 85 66 31 02