Un paradis artificiel

S E M I N A I R E  M E N S U E L
Critique de la société cybernétique

u n  s a m e d i  p a r  m o i s  :

9 octobre | 27 novembre | 18 décembre | 22 janvier
26 février | 26 mars | 23 avril | 28 mai | 25 juin
DE 15H A 17H
ENTREE LIBRE, réservation indispensable  : 01 42 58 72 89

Halle Saint Pierre – à l’auditorium

*

P r é s e n t a t i o n

D e p u i s une trentaine d’années, les dispositifs informatiques ont profondément restructuré l’espace social et la vie quotidienne. Mais, à la faveur de la pandémie, ceux-ci ont pris une importance sans précédent: nombre de pratiques sociales essentielles (travail dans le secteur tertiaire, loisirs, etc.) auraient été impossibles sans y avoir recours. Au travers d’une myriade d’applications, de programmes informatiques en tous genres, s’esquisse une vie assistée par Internet, faite de communication à distance — dont l’usage est encore étendu par les mesures étatiques liées à la circulation du virus. L’épidémie de COVID-19 a révélé, même aux plus réticents, que la métamorphose informatique du capitalisme n’est pas une simple suite d’innovations chaotiques et isolées, mais une direction que prend la société tout entière. Ce bouleversement, qui s’intensifie à la faveur de la destruction du milieu vivant, s’appuie sur la logique cybernétique.
A l’opposé de conceptions comme le « numérique » ou les « nouvelles technologies », qui ne désignent que la dimension technique de ce processus de transformation, la notion de cybernétique, telle qu’énoncée par Norbert Wiener pour définir une école de pensée aussi bien qu’un champ de recherches pratiques, contient le projet d’une société révolutionnée par le transfert et le traitement de l’information. C’est cette notion qui sera reprise et déconstruite par la théorie critique (Henri Lefebvre, Paul Mattick, Guy Debord, Tiqqun), et qui fait depuis une quinzaine d’années l’objet d’une mise en perspective historique (Céline Lafontaine, Mathieu Triclot, Jérome Segal, Ronan Le Roux).
À l’heure du crédit social chinois et dans un contexte pandémique, la poursuite de ce travail critique nous paraît urgente. Il s’agira pour nous de penser cette transformation non comme l’extension de l’espace communicationnel, mais comme une nouvelle modalité de production, étendue à la société dans son ensemble.
L’objectif de ce séminaire mensuel est donc de proposer une analyse critique de cette transformation cybernétique. Chaque séance portera sur un thème différent : le travail, les loisirs, l’État, la communication, la ville, la représentation, etc. Chacune d’elle débutera par l’intervention d’un chercheur invité, portant sur un sujet ou une enquête précise, suivie d’une présentation d’un membre de l’équipe et d’une discussion.

M e m b r e s  d u  s é m i n a i r e

Julien Allavena — Doctorant en Sciences Politiques, Paris 8, Cresppa-LabToP
Jérémie Elalouf — MCF Université Toulouse Jean Jaurès en design, Labo Lara-Seppia
David Hoare — Docteur en Esthétique de l’EDESTA, Paris 8, Labo AIAC
Douglas Hoare — Docteur en Esthétique de l’EDESTA, Paris 8, Labo AIAC

B i b l i o g r a p h i e

Caroline Bassett, Sarah Kember, Kate O’Riordan, Furious. Technological Feminism and Digital Futures, Pluto Press, 2019.
James R. Beniger, 1986, The Control Revolution, Technological and Economic Origins of the Information Society, Cambridge-Londres, Harvard University Press.
Jonathan Bourguinon, 2021, Internet, année zéro, Paris, DivergencesCatherine D’Ignazio,
Lauren F. Klein, Data Feminism, MIT Press, 2020.
Alexander R. Galloway, The Interface Effect, Polity, 2012.
Alexander R. Galloway. The Exploit: A Theory of Networks, The University of Minnesota Press, 2007.
Friedrich Kittler, Optical Media: Berlin Lectures 1999, Polity, 2009.
Céline Lafontaine, L’empire cybernétique : Des machines à penser à la pensée machine, Paris, Seuil, 2004
Henri Lefebvre, Vers le cybernanthrope, Paris, Gallimard, 1971.
Janina Loh, MarkCoeckelbergh, Feminist Philosophy of Technology, J.B. Metzler, 2019.
Lev Manovich, Le langage des nouveaux médias, Paris, Les Presses du réel, 2010.
Lev Manovich, Software takes command, New-York, Bloomsbury Academic, 2013.
Armand Mattelart, 2001, Histoire de la société de l’information, Paris, La Découverte
Paul Mattick, Marx et Keynes, Paris, Gallimard, 1972.
Marshall McLuhan, Pour comprendre les médias, Paris, Seuil, 2015.
Internationale Situationniste, Internationale Situationniste, Paris, Arthème Fayard, 1997.
Ronan Le Roux (dir. Éric Brian), La cybernétique en France (1948-1970) : Contribution à l’étude de la circulation interdisciplinaire des modèles et des instruments conceptuels et cognitifs, École des hautes études en sciences sociales (thèse de doctorat en histoire et civilisations), 2010.
Thomas Rid, 2016, Rise of the machines, a cybernetic history, New York, W.W. Norton & Company.
Jérôme Segal, Le Zéro et le Un : Histoire de la notion scientifique d’information au XXe siècle, Paris, Syllepse, 2003.
Mathieu Triclot, Le moment cybernétique : La constitution de la notion d’information, Seyssel, Champ Vallon, coll. « Milieux », 2008.
Fred Turner, 2012, Aux sources de l’utopie numérique, Caen, C&F éditions.
Judy Wajcman, Feminism Confronts Technology, Wiley, 2013.
McKenzie Wark, Capital Is Dead: Is This Something Worse?, Verso, 2019.
Norbert Wiener, La cybernétique : Information et régulation dans le vivant et la machine, Seuil, 2014.
Norbert Wiener, Cybernétique et société, l’usage humain des êtres humains, Paris, Éditions du Seuil, coll. « Points / Sciences », 2014.