Eric Le Blanche

ART BRUT – PROJECTION

ERIC LE BLANCHE,
L’homme qui s’enferma dans sa peinture

Film de Bruno Montpied et Jacques Burtin

Samedi 22 juin 2019 à 15 heures – entrée libre

Halle Saint Pierre – à l’auditorium
Réservation Conseillée : 01 42 58 72 89

Eric Le Blanche, l’homme qui s’enferma dans sa peinture est présenté en
avant-première à la Halle Saint Pierre, en présence de Bruno Montpied,
qui débattra du film avec le public.

 (Film 85 min, mars 2019, Zoom back productions)

 Photos de Bruno Montpied

En juillet 2017, deux cousins d’Eric Le Blanche (1951-2016), après la mort de ce dernier, visitent sa maison abandonnée, à Vouvant, village historique de la Vendée, proche de Fontenay-le-Comte, non loin du Marais Poitevin.

Cet homme, qui partageait son temps depuis plus de vingt ans entre un établissement où il était suivi pour schizophrénie et son logis où il poursuivait une quête artistique en autodidacte absolu (il avait quitté l’école depuis la fin du collège), avait recouvert ses façades de graffiti peints, et, à l’intérieur de la maison, les murs, les plafonds, les portes, les vitres, les volets, les meubles, les chambranles, sur deux niveaux, de fresques, puis, dans un deuxième temps, avait surmonté ces dernières d’un patchwork de dessins schématiques exécutés sur papier et carton qu’il avait punaisés sans souci de ses premières œuvres.

En juillet 2018, Bruno Montpied, alerté par les mêmes cousins, rencontrés à la librairie de la Halle Saint Pierre grâce à l’entremise de Pascal Hecker, effectue une première reconnaissance photographique et filmée de la maison, dans l’idée de sauver le plus possible par l’image ces décors qui sont promis à la destruction.

En août, revenant avec un collaborateur cinéaste, Jacques Burtin, il commence la réalisation d’un film qui sera finalisé en mars 2019. En décembre, suite aux différentes alertes de passionnés du lieu, un certain nombre d’éléments de décors ‒ toutes les portes peintes, et les volets ‒ sont rachetés par le service culturel du département de la Vendée en prévision d’expositions futures. Des collectionneurs récupèrent également un bon nombre de dessins. La postérité de ce créateur secret commence-t-elle, paradoxalement si l’on considère que cet auteur ne fit rien pour faire connaître à l’extérieur sa recherche et ses réalisations qui se déroulèrent dans un dialogue opéré exclusivement avec lui-même, durant près de vingt-cinq ans, jusqu’à ce qu’un cancer l’emporte ?