Benjamin Peret

E X P O S I T I O N

Benjamin Péret :
Du merveilleux, partout, de tous les temps, de tous les instants

du 8 au 28 janvier 2018
Vernissage jeudi 11 janvier 2018, de 18h à 21h – entrée libre

organisé avec les Editions du Sandre et l’Association des amis de Benjamin Péret.

Halle Saint Pierre – à la galerie (entrée libre)

&

P R E S E N T A T I O N   /   L E C T U R E S

Benjamin PÉRET
Les Arts primitifs et populaires du Brésil
Plus de 200 photographies inédites.
 éditions du Sandre

Dimanche 14 janvier 2018 à 15 heures – entrée libre


Une rencontre autour de la parution des Arts primitifs et populaires du Brésil et du dernier numéro des Cahiers Benjamin Péret
animée par
Leonor de Abreu et Jérôme Duwaco-responsabales du livre  
et Gérard Rocheéditeur de la Correspondance Benjamin Péret/ Breton (Gallimard, 2017)
et président de l’Association des Amis de Benjamin Péret qui 
présentera les 
Cahiers Benjamin Péret n°6

Halle Saint Pierre – à l’auditorium

*

LE LIVRE

Entre 1955 et 1956, le surréaliste Benjamin Péret (1899-1959) arpente par trois fois le Brésil, et va à la rencontre du merveilleux, qu’il entrevoit dans les arts primitifs et populaires. Il photographie de nombreuses œuvres, souvent singulières et saisissantes, en vue d’un livre qui ne verra jamais le jour. Retrouvées à la faveur d’un heureux concours de circonstances, ces photographies sont ici pour la première fois réunies.

Préparée par Jérôme Duwa et Leonor Lourenço de Abreu, la présente édition accompagne ces images de plusieurs documents permettant de les éclairer, dont les textes de Péret consacrés au sujet.

Benjamin Péret, né à Rezé, près de Nantes, en 1899, entre après des études sommaires, dans ce qu’on appelle la vie active avec la guerre de 1914-1918, « ce qui a tout facilité » dira-t-il! Cette expérience désastreuse le conduit en effet à chercher comment « changer la vie » et « transformer le monde ». Il rencontre André Breton en 1920 et restera son ami jusqu’à sa mort, en 1959. Non seulement Péret participera à toutes les activités collectives surréalistes – tracts, revues, expositions mais grâce à des textes comme La parole est à Péret (1943), Le Déshonneur des poètes (1945), Le Noyau de la comète (1956), il assure plusieurs fois au cours de l’histoire du mouvement surréaliste, le relais théorique d’André Breton. L’œuvre de Péret est non seulement inséparable mais constitutive du surréalisme . S’il est vrai, comme l’affirme Breton dans le Manifeste du surréalisme, que « le langage a été donné à l’homme pour qu’il en fasse un usage surréaliste », nul mieux que Péret n’a usé du langage de façon plus constamment, plus profondément, plus évidemment surréaliste.

+  d’infos cliquer ici