Atomium

ATOM4-1 def avec noms des comédiens

Lecture théâtralisée par la
Cie La Lune vague après la pluie

Atomium de Constance Chlore
Éditions Atelier de l’agneau
(récit 72 pages, 2013)

Lecture dirigée par Coralie Emilion

, 2013 76 pages, 15€
, 2013 76 pages, 15€

dimanche 22 juin à 15h

Halle Saint-Pierre – auditorium
Entrée 5€
Réservation conseillée
01 42 58 72 89

Née à Bruxelles, Constance Chlore vit actuellement à Paris. Elle a publié deux romans : Nicolas jambes tordues (Editions La Fosse aux ours); A Tâtons sans bâton (Editions Punctum.) Et vient de terminer le troisième. Elle donne régulièrement à lire ses poèmes dans des revues (Midi, Koan, Fusées, bon-a-tirer.com). On peut entendre un extrait de L’œil dans la verticale sur : http://www.youtube.com/watch?v=Tk3FxsPRCP4 – See more at: http://www.recoursaupoeme.fr/po%C3%A8tes/constance-chlore#sthash.xxarJS2k.dpuf

Mon corps est si lourd, me dit :
Oseras-tu cette aventure ?

Et nous voici entraînés dans l’exposition universelle de Bruxelles en 1958.
De vers et de proses mêlés, quelle belle bousculade ! avec des notes, et des citations d’études ethnographiques. Qui parle ? Accords masculins, puis féminins. Des voix viennent de droite ou de gauche, c’est écrit normal, puis petit, puis de nouveau normal, qui du coup paraît gros.
Constance Chlore revendique l’aile nombreuse de Michaux. Oui, ça grouille, en dehors comme en dedans ! Il est une foule belge, ou plutôt une manière belge de dire la foule. Je pense bien sûr à Ensor :

On découvrait des robots, des fausses mains articulées : on ouvrait grands les yeux (…) ça cliquetait, ça scintillait d’un feu de dix mille lampes…

- See more at: http://www.recoursaupoeme.fr/critiques/atomium-de-constance-chlore/eric-pistouley#sthash.u6wGRTMt.dpuf

Mon corps est si lourd, me dit :
Oseras-tu cette aventure ?

Et nous voici entraînés dans l’exposition universelle de Bruxelles en 1958.
De vers et de proses mêlés, quelle belle bousculade ! avec des notes, et des citations d’études ethnographiques. Qui parle ? Accords masculins, puis féminins. Des voix viennent de droite ou de gauche, c’est écrit normal, puis petit, puis de nouveau normal, qui du coup paraît gros.
Constance Chlore revendique l’aile nombreuse de Michaux. Oui, ça grouille, en dehors comme en dedans ! Il est une foule belge, ou plutôt une manière belge de dire la foule. Je pense bien sûr à Ensor :

On découvrait des robots, des fausses mains articulées : on ouvrait grands les yeux (…) ça cliquetait, ça scintillait d’un feu de dix mille lampes…

- See more at: http://www.recoursaupoeme.fr/critiques/atomium-de-constance-chlore/eric-pistouley#sthash.u6wGRTMt.dpuf

Mon corps est si lourd, me dit :
Oseras-tu cette aventure ?

Et nous voici entraînés dans l’exposition universelle de Bruxelles en 1958.
De vers et de proses mêlés, quelle belle bousculade ! avec des notes, et des citations d’études ethnographiques. Qui parle ? Accords masculins, puis féminins. Des voix viennent de droite ou de gauche, c’est écrit normal, puis petit, puis de nouveau normal, qui du coup paraît gros.
Constance Chlore revendique l’aile nombreuse de Michaux. Oui, ça grouille, en dehors comme en dedans ! Il est une foule belge, ou plutôt une manière belge de dire la foule. Je pense bien sûr à Ensor :

On découvrait des robots, des fausses mains articulées : on ouvrait grands les yeux (…) ça cliquetait, ça scintillait d’un feu de dix mille lampes…

- See more at: http://www.recoursaupoeme.fr/critiques/atomium-de-constance-chlore/eric-pistouley#sthash.u6wGRTMt.dpuf

Mon corps est si lourd, me dit :
Oseras-tu cette aventure ?

Et nous voici entraînés dans l’exposition universelle de Bruxelles en 1958.
De vers et de proses mêlés, quelle belle bousculade ! avec des notes, et des citations d’études ethnographiques. Qui parle ? Accords masculins, puis féminins. Des voix viennent de droite ou de gauche, c’est écrit normal, puis petit, puis de nouveau normal, qui du coup paraît gros.
Constance Chlore revendique l’aile nombreuse de Michaux. Oui, ça grouille, en dehors comme en dedans ! Il est une foule belge, ou plutôt une manière belge de dire la foule. Je pense bien sûr à Ensor :

On découvrait des robots, des fausses mains articulées : on ouvrait grands les yeux (…) ça cliquetait, ça scintillait d’un feu de dix mille lampes…

- See more at: http://www.recoursaupoeme.fr/critiques/atomium-de-constance-chlore/eric-pistouley#sthash.u6wGRTMt.dpuf

Mon corps est si lourd, me dit :
Oseras-tu cette aventure ?

Et nous voici entraînés dans l’exposition universelle de Bruxelles en 1958.
De vers et de proses mêlés, quelle belle bousculade ! avec des notes, et des citations d’études ethnographiques. Qui parle ? Accords masculins, puis féminins. Des voix viennent de droite ou de gauche, c’est écrit normal, puis petit, puis de nouveau normal, qui du coup paraît gros.
Constance Chlore revendique l’aile nombreuse de Michaux. Oui, ça grouille, en dehors comme en dedans ! Il est une foule belge, ou plutôt une manière belge de dire la foule. Je pense bien sûr à Ensor :

On découvrait des robots, des fausses mains articulées : on ouvrait grands les yeux (…) ça cliquetait, ça scintillait d’un feu de dix mille lampes…

- See more at: http://www.recoursaupoeme.fr/critiques/atomium-de-constance-chlore/eric-pistouley#sthash.u6wGRTMt.dpuf

 *

Née à Bruxelles, Constance Chlore vit actuellement à Paris. Elle a publié deux romans : Nicolas jambes tordues (Editions La Fosse aux ours); A Tâtons sans bâton (Editions Punctum.) Et vient de terminer le troisième. Elle donne régulièrement à lire ses poèmes dans des revues (Midi, Koan, Fusées, bon-a-tirer.com). On peut entendre un extrait de L’œil dans la verticale sur : http://www.youtube.com/watch?v=Tk3FxsPRCP4 – See more at: http://www.recoursaupoeme.fr/po%C3%A8tes/constance-chlore#sthash.xxarJS2k.dpuf
Née à Bruxelles, Constance Chlore vit actuellement à Paris. Elle a publié deux romans : Nicolas jambes tordues (Editions La Fosse aux ours); A Tâtons sans bâton (Editions Punctum.) Et vient de terminer le troisième. Elle donne régulièrement à lire ses poèmes dans des revues (Midi, Koan, Fusées, bon-a-tirer.com). On peut entendre un extrait de L’œil dans la verticale sur : http://www.youtube.com/watch?v=Tk3FxsPRCP4 – See more at: http://www.recoursaupoeme.fr/po%C3%A8tes/constance-chlore#sthash.xxarJS2k.dpuf

ConstanceChlorePortait Recours_0915Née à Bruxelles en 1967, Constance Chlore vit actuellement à Paris. Elle a publié deux romans, et donne régulièrement à lire ses poèmes dans des revues. Elle fait des lectures publiques dans des librairies, café-littéraire, salon du livre etc. Elle collabore avec le compositeur Alain Bonardi (lieder, livret d’opéra, spectacle poétique et musical.)

Bibliographie
Romans
– Nicolas jambes tordues, éd. La Fosse aux ours, 1999
– A Tâtons sans bâton, éd. Punctum, 2005

Née à Bruxelles, Constance Chlore vit actuellement à Paris. Elle a publié deux romans : Nicolas jambes tordues (Editions La Fosse aux ours); A Tâtons sans bâton (Editions Punctum.) Et vient de terminer le troisième. Elle donne régulièrement à lire ses poèmes dans des revues (Midi, Koan, Fusées, bon-a-tirer.com). On peut entendre un extrait de L’œil dans la verticale sur : http://www.youtube.com/watch?v=Tk3FxsPRCP4 – See more at: http://www.recoursaupoeme.fr/po%C3%A8tes/constance-chlore#sthash.xxarJS2k.dpuf
Née à Bruxelles, Constance Chlore vit actuellement à Paris. Elle a publié deux romans : Nicolas jambes tordues (Editions La Fosse aux ours); A Tâtons sans bâton (Editions Punctum.) Et vient de terminer le troisième. Elle donne régulièrement à lire ses poèmes dans des revues (Midi, Koan, Fusées, bon-a-tirer.com). On peut entendre un extrait de L’œil dans la verticale sur : http://www.youtube.com/watch?v=Tk3FxsPRCP4 – See more at: http://www.recoursaupoeme.fr/po%C3%A8tes/constance-chlore#sthash.xxarJS2k.dpuf
Née à Bruxelles, Constance Chlore vit actuellement à Paris. Elle a publié deux romans : Nicolas jambes tordues (Editions La Fosse aux ours); A Tâtons sans bâton (Editions Punctum.) Et vient de terminer le troisième. Elle donne régulièrement à lire ses poèmes dans des revues (Midi, Koan, Fusées, bon-a-tirer.com). On peut entendre un extrait de L’œil dans la verticale sur : http://www.youtube.com/watch?v=Tk3FxsPRCP4 – See more at: http://www.recoursaupoeme.fr/po%C3%A8tes/constance-chlore#sthash.xxarJS2k.dpuf
Née à Bruxelles, Constance Chlore vit actuellement à Paris. Elle a publié deux romans : Nicolas jambes tordues (Editions La Fosse aux ours); A Tâtons sans bâton (Editions Punctum.) Et vient de terminer le troisième. Elle donne régulièrement à lire ses poèmes dans des revues (Midi, Koan, Fusées, bon-a-tirer.com). On peut entendre un extrait de L’œil dans la verticale sur : http://www.youtube.com/watch?v=Tk3FxsPRCP4 – See more at: http://www.recoursaupoeme.fr/po%C3%A8tes/constance-chlore#sthash.xxarJS2k.dpuf
Née à Bruxelles, Constance Chlore vit actuellement à Paris. Elle a publié deux romans : Nicolas jambes tordues (Editions La Fosse aux ours); A Tâtons sans bâton (Editions Punctum.) Et vient de terminer le troisième. Elle donne régulièrement à lire ses poèmes dans des revues (Midi, Koan, Fusées, bon-a-tirer.com). On peut entendre un extrait de L’œil dans la verticale sur : http://www.youtube.com/watch?v=Tk3FxsPRCP4 – See more at: http://www.recoursaupoeme.fr/po%C3%A8tes/constance-chlore#sthash.xxarJS2k.dpuf

Née à Bruxelles, Constance Chlore vit actuellement à Paris. Elle a publié deux romans : Nicolas jambes tordues (Editions La Fosse aux ours); A Tâtons sans bâton (Editions Punctum.) Et vient de terminer le troisième. Elle donne régulièrement à lire ses poèmes dans des revues (Midi, Koan, Fusées, bon-a-tirer.com). On peut entendre un extrait de L’œil dans la verticale sur : http://www.youtube.com/watch?v=Tk3FxsPRCP4 – See more at: http://www.recoursaupoeme.fr/po%C3%A8tes/constance-chlore#sthash.xxarJS2k.dpuf
Née à Bruxelles, Constance Chlore vit actuellement à Paris. Elle a publié deux romans : Nicolas jambes tordues (Editions La Fosse aux ours); A Tâtons sans bâton (Editions Punctum.) Et vient de terminer le troisième. Elle donne régulièrement à lire ses poèmes dans des revues (Midi, Koan, Fusées, bon-a-tirer.com). On peut entendre un extrait de L’œil dans la verticale sur : http://www.youtube.com/watch?v=Tk3FxsPRCP4 – See more at: http://www.recoursaupoeme.fr/po%C3%A8tes/constance-chlore#sthash.xxarJS2k.dpuf
Née à Bruxelles, Constance Chlore vit actuellement à Paris. Elle a publié deux romans : Nicolas jambes tordues (Editions La Fosse aux ours); A Tâtons sans bâton (Editions Punctum.) Et vient de terminer le troisième. Elle donne régulièrement à lire ses poèmes dans des revues (Midi, Koan, Fusées, bon-a-tirer.com). On peut entendre un extrait de L’œil dans la verticale sur : http://www.youtube.com/watch?v=Tk3FxsPRCP4 – See more at: http://www.recoursaupoeme.fr/po%C3%A8tes/constance-chlore#sthash.xxarJS2k.dpuf
Née à Bruxelles, Constance Chlore vit actuellement à Paris. Elle a publié deux romans : Nicolas jambes tordues (Editions La Fosse aux ours); A Tâtons sans bâton (Editions Punctum.) Et vient de terminer le troisième. Elle donne régulièrement à lire ses poèmes dans des revues (Midi, Koan, Fusées, bon-a-tirer.com). On peut entendre un extrait de L’œil dans la verticale sur : http://www.youtube.com/watch?v=Tk3FxsPRCP4 – See more at: http://www.recoursaupoeme.fr/po%C3%A8tes/constance-chlore#sthash.xxarJS2k.dpuf
Née à Bruxelles, Constance Chlore vit actuellement à Paris. Elle a publié deux romans : Nicolas jambes tordues (Editions La Fosse aux ours); A Tâtons sans bâton (Editions Punctum.) Et vient de terminer le troisième. Elle donne régulièrement à lire ses poèmes dans des revues (Midi, Koan, Fusées, bon-a-tirer.com). On peut entendre un extrait de L’œil dans la verticale sur : http://www.youtube.com/watch?v=Tk3FxsPRCP4 – See more at: http://www.recoursaupoeme.fr/po%C3%A8tes/constance-chlore#sthash.xxarJS2k.dpuf

Atomium, Constance Chlore – L’Atelier de l’agneau

Texte hybride, Atomium est le voyage initiatique d’un personnage qui erre au travers des neuf boules d’acier de cet atome agrandi 165 milliards de fois et des pavillons de l’Exposition universelle de 1958. Bruxelles baigne alors dans une atmosphère d’émerveillement et d’euphorie et devient, avec l’Atomium, le symbole d’une croyance profonde en la technologique et ses possibles. A l’instar de la construction métallique, le livre de Constance Chlore arbore de multiples facettes, de la rêverie poétique à une déclaration d’amour à ce géant d’art et de science.

Extrait :

Force qui ordonne la structure de l’atome
Force qui règle l’orbite des étoiles
Force qui crée des monde
Force où s’achemine
Le proche et le lointain
Mystère à Mystère
Sphère de secrets miroirs
Tout vécu ne sera pas vain
Ces boules en fusion existent en-dehors et au-dedans de moi
Je ne regarde plus les choses, les objets, les formes, les êtres
Mais ce qu’il y a entre et leur permet d’exister

Il s’agit d’illuminer la traversée
Ce pont large, incertain
Des brillances jaunes se réfugient dans mes pupilles
La lumière n’est plus la même
De noeud en noeud j’avance
En un repli fait de battements et d’infini
Le passage se fait incantatoire
Etendues en arrêt, béantes C’est l’instant de l’angle droit
Au visage manquant
La minéralité de mon crâne
Qui peut voir dessous
Est appelé à voir

Née à Bruxelles, Constance Chlore vit actuellement à Paris. Elle a publié deux romans : Nicolas jambes tordues (Editions La Fosse aux ours); A Tâtons sans bâton (Editions Punctum.) Et vient de terminer le troisième. Elle donne régulièrement à lire ses poèmes dans des revues (Midi, Koan, Fusées, bon-a-tirer.com). On peut entendre un extrait de L’œil dans la verticale sur : http://www.youtube.com/watch?v=Tk3FxsPRCP4 – See more at: http://www.recoursaupoeme.fr/po%C3%A8tes/constance-chlore#sthash.xxarJS2k.dpuf

 

Couv-Atomium-1(5)

 

La presse en parle :

Mon corps est si lourd, me dit :
Oseras-tu cette aventure ?

Et nous voici entraînés dans l’exposition universelle de Bruxelles en 1958.
De vers et de proses mêlés, quelle belle bousculade ! avec des notes, et des citations d’études ethnographiques. Qui parle ? Accords masculins, puis féminins. Des voix viennent de droite ou de gauche, c’est écrit normal, puis petit, puis de nouveau normal, qui du coup paraît gros.
Constance Chlore revendique l’aile nombreuse de Michaux. Oui, ça grouille, en dehors comme en dedans ! Il est une foule belge, ou plutôt une manière belge de dire la foule. Je pense bien sûr à Ensor : – See more at: http://www.recoursaupoeme.fr/critiques/atomium-de-constance-chlore/eric-pistouley#sthash.u6wGRTMt.dpuf

Et nous voici entraînés dans l’exposition universelle de Bruxelles en 1958.
De vers et de proses mêlés, quelle belle bousculade ! avec des notes, et des citations d’études ethnographiques. Qui parle ? Accords masculins, puis féminins. Des voix viennent de droite ou de gauche, c’est écrit normal, puis petit, puis de nouveau normal, qui du coup paraît gros.
Constance Chlore revendique l’aile nombreuse de Michaux. Oui, ça grouille, en dehors comme en dedans ! Il est une foule belge, ou plutôt une manière belge de dire la foule. Je pense bien sûr à Ensor :

On découvrait des robots, des fausses mains articulées : on ouvrait grands les yeux (…) ça cliquetait, ça scintillait d’un feu de dix mille lampes…

lire la suite in recours au poeme,

Mon corps est si lourd, me dit :
Oseras-tu cette aventure ?

Et nous voici entraînés dans l’exposition universelle de Bruxelles en 1958.
De vers et de proses mêlés, quelle belle bousculade ! avec des notes, et des citations d’études ethnographiques. Qui parle ? Accords masculins, puis féminins. Des voix viennent de droite ou de gauche, c’est écrit normal, puis petit, puis de nouveau normal, qui du coup paraît gros.
Constance Chlore revendique l’aile nombreuse de Michaux. Oui, ça grouille, en dehors comme en dedans ! Il est une foule belge, ou plutôt une manière belge de dire la foule. Je pense bien sûr à Ensor :

On découvrait des robots, des fausses mains articulées : on ouvrait grands les yeux (…) ça cliquetait, ça scintillait d’un feu de dix mille lampes…

- See more at: http://www.recoursaupoeme.fr/critiques/atomium-de-constance-chlore/eric-pistouley#sthash.u6wGRTMt.dpuf

Mon corps est si lourd, me dit :
Oseras-tu cette aventure ?

Et nous voici entraînés dans l’exposition universelle de Bruxelles en 1958.
De vers et de proses mêlés, quelle belle bousculade ! avec des notes, et des citations d’études ethnographiques. Qui parle ? Accords masculins, puis féminins. Des voix viennent de droite ou de gauche, c’est écrit normal, puis petit, puis de nouveau normal, qui du coup paraît gros.
Constance Chlore revendique l’aile nombreuse de Michaux. Oui, ça grouille, en dehors comme en dedans ! Il est une foule belge, ou plutôt une manière belge de dire la foule. Je pense bien sûr à Ensor :

On découvrait des robots, des fausses mains articulées : on ouvrait grands les yeux (…) ça cliquetait, ça scintillait d’un feu de dix mille lampes…

- See more at: http://www.recoursaupoeme.fr/critiques/atomium-de-constance-chlore/eric-pistouley#sthash.u6wGRTMt.dpuf

*

« Sur fond de mystère
La beauté ose un genou à terre »

Je le dis d’emblée, avec d’autant plus de force et de conviction, que je ne connais pas son auteur, et ne sais pour ainsi dire rien d’elle : Atomium, le livre de Constance Chlore, est une petite merveille d’écriture et de poésie. Qui fera date.

lire la suite in blog.lemonde.fr/

*

En 1958, Bruxelles inaugurait sa tour Eiffel. En l’occurrence, l’Atomium, une structure d’un alu mirobolant, rien moins que fantaisiste, d’un moderne de bombe, d’un design jamais dépassé. C’était à l’occasion d’une exposition universelle, ces machins hérités du XIXe siècle, remplacés dans les esprits par les coupes du monde de football et les jeux olympiques, signe qu’on ne croit plus trop au progrès et que l’on se méfie et des machines et des architectes. Sans parler du sort que l’on réserve aux muséographes.

Cinq francs la gaufre.

 lire la suite in lekti-ecriture

 *

Hors les murs

Rencontre signature  de deux écrivains belges vivant à Paris, Constance Chlore et Frédéric Baal, qui publient chacun un texte atypique.

jeudi 5 juin à 19h à La Librairie Wallonie-Bruxelles

(46, rue Quincampoix 750O4 Paris Métro Châtelet, Etienne- Marcel)
en compagnie de l’écrivain Frédéric Baal pour son livre Chronique de l’ère mortifère.