Lectures

Une double rencontre réunissant deux revues amies :

Alcheringa & Des Pays Habitables

Avec la participation, entre autres, de Sylwia Chrostowska, Joël Gayraud, Guy Girard du groupe surréaliste, Bruno Montpied, Nicolas Eprendre (présence à confirmer) et de Joël Cornuault.

Au programme : lecture de poèmes, rêves éveillés, excédents utopiques et autres réjouissances indescriptibles. 

Signatures et lectures
Samedi 22 octobre à partir de 15 heures, entrée libre
Halle Saint Pierre – à l’auditorium
Réservation conseillée : 01 42 58 72 89

 

L’alchimie des deux revues devrait s’avérer fructueuse : certains des textes de James Ensor figurant au sommaire Des Pays habitables et des textes d’auteurs se retrouvant dans les deux revues seront lus.

Revues disponibles à la librairie de la Halle Saint Pierre.

Alcheringa et le groupe surréaliste

Guy Girard, Louise Michel et Harpo Marx, 1997.

Guy Girard, Louise Michel et Harpo Marx, 1997.

Fondé en 1924 par André Breton, le groupe surréaliste a poursuivi ses activités de recherche, de jeux et de création collective jusqu’à nos jours. Lorsqu’en 1969 Jean Schuster et ses acolytes ont décidé unilatéralement de dissoudre le groupe, Michel Zimbacca, Jean-Louis Bédouin, Joyce Mansour, Marianne van Hirtum, Jorge Camacho, réunis avec plusieurs autres autour de Vincent Bounoure, s’y sont refusé. Résolus à poursuivre l’aventure surréaliste ils sont soutenus dans cette initiative par les surréalistes pragois, et les deux groupes publient en 1976 La Civilisation surréaliste. Dans les années qui suivent, le Groupe de Paris, que n’ont cessé de rejoindre des membres appartenant à de nouvelles générations, organise de nombreuses expositions collectives et publie plusieurs revues – Bulletin de Liaison Surréaliste, Surréalisme, SURR (Surréalisme, Utopie, Rêve, Révolte) et maintenant Alcheringa – ainsi qu’un certain nombre de déclarations collectives, rassemblées dans le volume, édité par Guy Girard, Insurrection Poétique. Tracts, Affiches et Déclarations du groupe de Paris du mouvement surréaliste 1970-2010, Paris, Le Temps des Cerises, 2011.

Comme le note André Breton dans Main première (1962), « Alcheringa » signifie « le temps du rêve », dans la langue aranda des aborigènes d’Australie.

 

S O M M A I R E S

Alcheringa
Numéro 3, septembre 2022
Ni commencement, ni commandement, juste un rêve :  Sylwia Chrostowska

POÈMES :                                                                                                            
Michel Zimbacca, Jean-Pierre Lassalle, Hervé Delabarre, Alice Massénat, Claude Cauët, Michèle Bachelet, Alexis Jallez, Sylwia Chrostowska, Dan Stanciu

ENQUÊTE : L’acte surréaliste le moins simple           

DÉCLARATION COLLECTIVE : Au pied ailé de la lettre. Quand le surréalisme aura cent ans 
De quelques récentes infortunes de l’image : Guy Girard  
Toyen et l’enfer des imbéciles : Bertrand Schmitt       
                                           
POÈME COLLECTIF : Œufs sauf un seul          
Le sol intérieur de la cavité. Le vécu du confinement : Eugenio Castro
Un combat qui n’aura pas lieu : Hervé Delabarre                                          
Le Père Ubu est de retour : Michael Löwy                                                
André Breton. Fiche de police de l’Union des écrivains soviétiques (1938) : Régis Gayraud

EXPOSITION :  La photo surréaliste en 2020
Transformer le monde pour le rendre digne d’être parcouru : Joël Gayraud       

CHRONIQUE DU SCIAPODE :                                              
Peintures domestiques et tentations infernales : Bruno Montpied
Sous le pavillon noir de la tradition de la nuit : Patrick Lepetit        

JEU COLLECTIF : Poèmes écrits à l’envers
Rapport sur un état hypnagogique : Sylwia Chrostowska     

RÊVES :                                                                                                                 
Michèle Bachelet, Massimo Borghese, Sylwia Chrostowska, Hervé
Delabarre, Joël Gayraud, Régis Gayraud, Guy Girard, Michael Löwy

À propos de doubles portraits : Guy Girard    
Aux origines d’un mystère. Jean-Pierre Maury (1932-2021) : Sylwia Chrostowska

NOTES CRITIQUES ET CHRONIQUES :                                                 
Joël Gayraud, Régis Gayraud, Guy Girard, Alexis Jallez, Michael Löwy
L’IMAGINAIRE EST CE QUI TEND À DEVENIR RÉEL                  
À TIRE D’AILES                                                                                      

IMAGES :
Michèle Bachelet, Elizé Bleys, Massimo Borghese, Michel Cadière, Duda Camargo, Louis Carmeil, Eugenio Castro, Sylwia Chrostowska, Hazel Cline, Steven Cline, Kenneth Cox, Dominique Dalozo, William Davidson, Louis Delorme, Sarah Froidurot, Antonella Gandini, Régis Gayraud, Yoan Armand Gil, Guy Girard, Armand Goupil, José Guirao, Sherri Lyn Higgins, Alex Januario,    Gabriel Jenny, Rik Lina, Michael Löwy, Lurdes Martinez, Jean-Pierre Maury, Bruno Montpied, Peter Overton, Ody Saban, Mitzura Salgian, Wedgwood Steventon, Virginia Tentindo, Sasha Vlad, John Welson, Philip West, Ludwig Zeller

Alcheringa N°3 — Venus d’Ailleurs éditeurs, 74 Grand rue, 30730 Gajan
Dépôt légal : 2e trimestre 2022
Maquette et mise en page : Yoan Armand Gil
Comité de rédaction : Sylwia Chrostowska, Joël Gayraud, Guy Girard

Pour tout contact : alcheringa.revue@gmail.com

Des Pays Habitables
Numéro 6, octobre 2022

La devise Des Pays habitables : “Naïveté  Utopie  Exubérance.”
développée dans cet entretien avec Johan Faerber

Anne-Marie Beeckman Horoscope
Patrick Cloux à nulle part rien n’est sûr
La Rédaction Pour Jean Suquet
Jean Suquet Féer, suivi de Cinq lettres à Patrice Cotensin
Rudolf Erich Raspe Un voyage dans la lune
Silvia Majerska Blancs-seings
Yves Leclair Voler dans les plumes
Lionel Bourg Et j’ai vu quelquefois
James Ensor La Danse des mots
Castor Zwieback Rencontre
Sylwia Chrostowska Adorno sur le seuil
Laurent Albarracin À tout le moins

En couverture, gravure de Louis Moreau (1883-1958) : « L’En dehors » (c. 1922).

Photo Jean Suquet