Séminaire Art &Thérapie 2022

Chaos pour finir et pour recommencer

Séminaire mensuel à la Halle Saint Pierre – 2022
Sous la direction de Jean-Pierre Klein, psychiatre honoraire des Hôpitaux,
et de François Dingremont, Dr Esthétique et anthropologie
 Chaque 3ème samedi de 14H30 à 16H30 de janvier à mai et en juin 2022,
une journée entière avec des médiateurs artistiques et des art-thérapeutes

*
SAMEDI 19 FEVRIER 2022 DE 14H30 à 16H30
Florian Gaité
docteur en philosophie, chercheur associé à l’institut ACTE
Chaos cérébral et création artistique


Thème du séminaire 2022

Chaos pour finir et pour recommencer

La destinée de l’être humain est de frôler sans cesse le chaos dès la “catastrophe” de la naissance. Notre existence, ce mouvement vers l’avant-de-soi, serait – elle bâtie sur cette tentative renouvelée de construction contre et sur le chaos ? L’art-thérapie et la médiation artistique ont l’expérience de ceux qui sont habités de chaos : troubles extrêmes de la personnalité, néantisation par des atteintes de l’intégrité corporelle, mentale, sensorielle, exclusions et persécutions, suicides, handicaps, violences graves…  Elle propose une réponse au chaos, sans le méconnaître, ni le nier, ni tenter illusoirement de le combler. Son action est de le border, le contenir, le délimiter, le maintenir pour le transmuer.

« C’est une vitesse infinie de naissance et d’évanouissement » ; « C’est chacun de nous qui se trouve sans cesse en pourparlers et en guérilla avec lui-même, grâce à la philosophie » Deleuze. Peut-on en dire  autant de l’art qui se mêle de thérapie ? « L’art me paraît un moyen de vaincre la mort » dit Hans Hartung “interrogé“ par la Gestapo puis en Espagne franquiste, ces deux chaos érigés en absolu.Ce n’est plus le chaos-néant, mais le chaos qui ouvre au désordre facteur de créations.

Cette dissolution intime de l’univers ordonné, c’est aussi, au-delà des individus, ce qui se fait jour dans un monde en proie au chaos et dans la recherche hésitante de nouveaux paradigmes. Les situations de blocage, d’inertie, de régression, de violence auxquelles nous assistons actuellement révèlent crûment une faille majeure de l’action politique : la créativité. L’expérience de créateurs qui ont su transmuer le chaos en œuvre peut-elle nous aider à réfléchir sur de possibles mutations inventives actuelles ?

PROGRAMME 2022

15/01 reporté Pablo Gershanik, artiste, comédien, metteur en scène, pédagogue théâtral, 
Jean-Michel Vives, professeur de psychopathologie, Les maquettes intimes, du chaos cauchemardesque à la mise en maquette onirique.

19/02 Florian Gaité, docteur en philosophie, chercheur associé à l’institut ACTE, Chaos cérébral et création artistique

19/03 Dominique Bertrand, musicien voyageur et écrivain, mythologue, auteur de L’art du chaos, éditions Signatura, Le chaos comme source de tous les possibles

16/04 : Nicolas Poirier, philosophe, Du chaos naît la création, une perspective philosophique (Cornelius Castoriadis) et littéraire (Elias Canetti, Witold Gombrowicz, Doris Lessing).

21/05 : Kati Basset, artiste du spectacle vivant, spécialiste de Bali et d’Antonin Artaud, « Rajeunir », défragmenter, réarticuler, réinitialiser, le choeur Kecak balinais et le retour à l’unitotalité.

18/06 Toute la journée de 11H à 18H
Les Ehpad  face aux chaos, avec Pascal Champvert, président de l’Association des directeurs au service des personnes âgées, et des médiateurs artistiques et des art-thérapeutes (ateliers, performances, études de cas)

Programme détaillé de l’année : klein.jpkev@gmail.com
Entrée 12 € (6 € pour les élèves INECAT carte d’adhérent de l’année)
Tel : 01 42 58 72 89 INECAT/Art et Thérapie, 27, rue Boyer, 75020 Paris,
www.inecat.org


SAMEDI 15 JANVIER 2022 de 14H30 à 16H30 (reporté)

Les maquettes intimes
du chaos cauchemardesque à la mise en maquette onirique.

Avec Pablo Gershanik, artiste, comédien, metteur en scène, pédagogue théâtral, 
Jean-Michel Vives, professeur de psychopathologie

Réservation indispensable au : 01 42 58 72 89
Entrée 12 € (6 € pour les élèves INECAT carte d’adhérent de l’année)

Afin d’interroger le lien entre art et résilience, Pablo Gershanik est parti d’expériences traumatiques causées par la répression politique vécue en Argentine dans les années 70 et de la reconstruction permise par l’art, associée à la psychologie et aux droits humains. Le processus de “mise en maquette» est apparu comme un outil de transposition pour travailler sur des cas de traumatismes sociaux qu’un sujet, une famille, une communauté (guerre, attentats, luttes sociales, migration, etc.) ont pu subir en essayant de contribuer, via une approche esthétique, à la capacité de résilience et d’épanouissement de nos peuples.

 

Jean-Michel Vives est professeur de psychopathologie. Ses travaux de recherche portent sur la dimension pulsionnelle de la voix et sur la gestion sociale de la jouissance qui lui est liée. D’autre part, il s’intéresse à la théorisation des enjeux psychologiques de la pratique théâtrale et, plus largement, de l’utilisation de l’art dans une relation thérapeutique. En qualité de dramaturge il a participé et réalisé de nombreuses mises en scène (Festival d’Avignon, Opéra de Montpellier, Théâtre de la ville – Paris, Théâtre National de Toulouse, Festival de Gattières…). En 2021, il a mis en scène le concert de l’ensemble Rassegna :« Qui-vive !