[Performances]
Yannick Unfricht

LES DATES à 15h30

samedi 25 + dimanche 26 MAI

samedi 15+ dimanche 16 JUIN
samedi 6 + dimanche 7 JUILLET

Performances au sein de l’exposition HEY! #4
accès avec le billet d’entrée à l’exposition.

*

LA SÉRIE DE PHOTOGRAPHIES PRÉSENTÉES DANS LE CADRE DE HEY! #4
Tandis qu’il se photographie lui-même depuis vingt ans de façon quasi automatique, Yannick Unfricht entreprend en 2017 une série photographique dans les règles, suite à une rencontre : «  Tout est né après avoir trouvé un canapé abandonné sur un trottoir ; il était enfoui sous d’autres objets qui le cachaient entièrement… J’ai dû inconsciemment répondre à son S.O.S. car je l’ai sauvé d’un broyage assuré – destin des encombrants. Il s’agit d’un des premiers canapés lits convertibles fabriqués dans les années 30 en Allemagne. Habitant en France à coté de la frontière allemande, ce genre de trouvaille n’est pas rare. Une fois chez moi, je l’ai pris en photo, et sur l’image, il dégageait quelque chose de fort, une énergie particulière. Par le passé, afin de mettre en place une de mes performances de butô, je me suis intéressé de près à cette croyance japonaise appelée Tsukumogami – elle raconte qu’un objet ayant atteint l’âge de 99 ans est alors forcément habité par un esprit. J’ai donc tenté d’imaginer quelle était, pour ce canapé, la forme de cette entité… Mais j’ai compris que, dans ce cas précis, c’est le canapé lui-même qui est l’entité. Pour nourrir son âme, il fallait juste faire en sorte qu’il continue de servir le pourquoi de sa conception : (sup)porter des gens. »

L’installation
La représentation d’une pièce sombre de la maison d’enfance de l’artiste où il venait régulièrement s’enfermer pour tester le pouvoir de ses frayeurs – la première restant l’expérience de l’effondrement de sa foi. Abritant un Christ vieux de 200 ans et des tas de racines d’arbres aux formes monstrueusement humanoïdes amassées par son grand père, cette pièce consolida des visions traumatisées aujourd’hui transformées par l’artiste en performances, spectacles et photographie. Cette installation est, pour Y. Unfricht, un extrait d’acte de naissance de son imaginaire.

La série de performances
Chaque mois, Y. Unfricht vient habiter son installation, et se livrer à une performance au long cours. Chaque performance mettra en scène un objet de son enfance, et une entité née de ses souvenirs transformés. Chaque entité présentée au fil des performances mensuelles sont également des émanations des mythes de la région natale de l’artiste (Moselle). Ces dix performances ont été pensées pour former un ensemble au travers duquel l’artiste dessine les plans de son architecture émotionnelle fondamentale.

BIOGRAPHIE

Yannick Unfricht – Né en 1970. France. Vit et travaille à Bitche (France). Artiste autodidacte. Performer de culture franco-allemande, Yannick Unfricht est un membre historique de HEY! La Cie depuis sa création en 2010. Dans les années 90, il découvre    « l’art du mouvement », et l’explore de façon instinctive. Durant les années 2000, il fait la connaissance d’Atsushi Takenouchi (maître de butô). Depuis, il expérimente cette discipline lors de performances, interprétant des combinaisons libres observées avec intérêt  par l’ensemble de la communauté butô. Il additionne à son geste un jeu de masques et accessoires qu’il crée à partir d’éléments de son environnement (objets de récupération et fragments naturels d’écorce, bois, pierre, mousse…). Au travers d’une tactique d’ombre et de transformation, les personnages aux allures fantastiques qu’il s’invente sont poétiques, épiques, et questionnent. Après une phase de « test », nu et seul, dans sa forêt natale de Bitche, ils « se révèlent » à l’artiste, prêts à « être appelés » en performance. L’art du rituel ou le passage ritualisé restant l’alpha et l’oméga de son expression, l’exercice de la photographie n’est en soi pour l’artiste qu’un médium de plus à sa palette pour exprimer « son instant présent ». Gravement atteint de la maladie de Lyme depuis 2015, la photographie et la sculpture en bois brûlé au chalumeau augmentent son périmètre identitaire. Le chant diphonique fait aussi partie de ses talents.

  • Textes de Anne De HEY!

Presse Gilbert PEYRE

ENTREE LIBRE – FRANCE 5 RETOUR PUBLIC
présentée par Claire Chazal – Reportage de Sébastien Thème – 01/03/2017


Coulisses – Magiques machines
« Gilbert Peyre, l’électromécanomaniaque » jusqu’au 26 février 2017. Quinze ans après sa première monographie, Gilbert Peyre répond de nouveau à l’invitation de la Halle Saint-Pierre.
Télématin – FRANCE 2 (14/12)


Exposition : Gilbert Peyre, « l’électromécanomaniaque »

Publié le | Le Point.fr


“L’effet électricité : Gilbert Peyre est un autodidacte, bricoleur génial. Il a créé tout un univers d’automates. Un monde drôle, poétique, d’une folle invention, entre cirque, fête foraine et spectacle.

– TV5 Monde –   “64Minutes” – Chronique « Demandez le programme » – Reportage  de Jean-Baptiste Urbain  – 23/09/2016

 


“Gilbert Peyre : un monde poétique et mécanique à la Halle Saint Pierre – Bienvenue dans l’univers de Gilbert Peyre, un vrai régal de poésie et d’étonnement. Il explore l’amour, l’enfance et même réenchante ce qui est passé et mort. Il nous étonne avec des choses simples, mariant à une rigueur d’ingénieur, une sensibilité surprenante, c’est un artiste vraiment singulier”
France3 Ile-de-France JT 19h-23h– Reportage de Pascale Sorgues et Isabelle Audin – 20/09/2016

 

« Ses créations sont un étonnant mariage entre la rigueur d’un « électromécanomaniaque » et la  fantaisie raffinée d’un artiste singulier qui redonne vie à l’inerte. Elles sont aujourd’hui bien vivantes à la Halle Saint-Pierre, dans une symphonie de cliquetis, de grincements et de refrains désuets. »
– Télérama Sortir N°3483 – Thierry Voisin – Rubrique Têtes d’affiche – Gros plan – 12/10/2016
TELERAMA SORTIR


« Décoiffantes chorégraphies d’objets vivants. Formidable inventeur de rêves, singulier « matérialisateur » de fantasmes et de mises en scène d’une incroyable liberté, Gilbert Peyre propose à la Halle Saint-Pierre une caracolante déambulation dans un dédale visuel et sonore de formes, de mouvements, de musiques, en un mot, d’amour de la vie, dans ses fantaisies les plus débridées. « 
Colin Cyvoct –  L’Œil n° 695 – Novembre 2016


“Gilbert Peyre est poète. Les mots qu’il emploie font de drôles de bruits et de curieux mouvements. Gilbert Peyre est poète, donc, mais si vous préférez il est ingénieur autodidacte spécialisé dans l’électronique du rêve. Ou mécanicien de l’inutile, du fragile, de l’improbable. Ou encore, tenez, dompteur de cirque, clown triste, créateur de jouets cassés, démiurge insufflant vie à l’étrange, à l’inquiétant et au drolatique. Depuis quelques décennies, ce marginal de génie fait danser ses matériaux de récupération, à moins qu’il n’active, par quelque touche secrète, notre imaginaire et nos émotions. Sa délicieuse exposition à la Halle Saint-Pierre, haut refuge parisien de l’art brut, de l’art naïf, et de toutes sortes d’expressions non académiques, vous fera vivre une expérience unique, parfois un peu dérangeante. Vous y croiserez un haltérophile, des amoureux suspendus à un cintre, et même des bancs de sardines qui semblent vouloir échapper à leur destin de fer blanc.”
– Jean-Pierre Denis – La Vie – 3/11/2016 

“Un freak-show mécanique, extravagant et poétique”
Approchez, approchez ! Venez voir l’étrange manège – ou manège de l’étrange ? – qu’est l’univers de Gilbert Peyre. De retour à la Halle Saint-Pierre après une première monographie en 2000 – et un passage par l’actuelle exposition ‘Persona’ au Quai Branly –, ce surréaliste des installations métallo-organiques, ce Dali de l’automate, nous propose un nouveau voyage. A mi-chemin entre le spectacle « vivant » et l’art contemporain.
Time Out Paris – Clotilde Gaillard – 15/09/2016


« Gilbert Peyre, le pataphysiplasticien…… A ce poète électromécanomaniaque, il manque un dernier qualificatif : alchimiste. Il transforme le plomb, le fer en l’occurrence, du passé, de l’erreur ou de la culpabilité, en or du rêve et de l’évasion, si ce n’est de la rédemption« .

– Patrick Le Fur – Artension N°140 -Novembre-décembre 2016

Artension lire la suite (cliquez ici)


« De l’art qui bouge et qui chante, une exposition ludique, mécanique. Les obsessions créatrices d’un manipulateur surprenant. Sa vaste exposition – sur deux étages – de la Halle Saint-Pierre est un ensemble saisissant de pièces plus poétiques les unes que les autres. On ne décrit pas les machines du père Peyre, on les reçoit du sourire aux lèvres, comme on recevrait un cadeau du père Noël : la magie est de la partie ».

– La Libre Belgique – Roger Pierre Turine – Février 2017


Qu’est-ce qu’un électromécanomaniaque ?
Gilbert Peyre répond à la Halle Saint-Pierre.

La Gazette Drouot – 6/01/17 (cliquez ici)

2017-01-061604la_gazette_drouot-1

A Nous Paris N° 759 – Jeanne Gaudin – 30/01/2017
« Parce que ces objets rescapés sont pleins de la mémoire de leur vie passée, il y a quelque chose de réconfortant à les voir s’animer ainsi dans le monde de l’art, pour une seconde vie. Et quelle vie ! Proposition artistique intelligente, délicate, drôle et poétique, l’exposition de Gilbert Peyre à la Halle Saint Pierre vaut définitivement que l’on y fasse une halte. »
Télérama n° 3499 – Sophie Cachon – 1er/02/2017
« Toutes les machines-sculptures de Gilbert Peyre présentées à la Halle Saint Pierre, au pied de la butte Montmartre,….parlent d’amour, de sexe ou de ­solitude dans des saynètes douces-amères…  Peluches, armoires à glace, guéridons, sachets de thé usagés ou animaux empaillés se réincarnent en oeuvres à mi-chemin entre l’ours en peluche sans morale de Toy Story et les machines à rêves de Tinguely. Un régal. »

« Le monde de Gilbert Peyre n’est pas une ode à la « récupération » mais le modèle même d’une logique de l’hétéroclite…On a envie de pleurer tellement c’est beau…Les automates boiteux du petit Gilbert s’accommodent très bien de la présence de l’homme et n’ont aucune envie de s’y substituer. On est loin de la prise de pouvoir des robots sur le monde et ça fait du bien, de l’humain, de la tendresse, des trucs qui grincent et qui couinent. Du shadokien. »
Siné Mensuel N°61 – Philippe Lespinasse – février 2017


COVER

Chacune de ses sculptures mécanisées nous raconte une histoire, et comme les contes de notre enfance, elles sont un subtil mélange d’humour et de poésie, le tout teinté d’effroi Car derrière toutes ces machinations, l’univers de Peyre nous touche parce qu’il est simplement …humain” 
– Expo in the City – décembre 2016-janvier 2017

Poète et bricoleur de génie, il a vidé son atelier d’Aubervilliers pour s’exposer
Gilbert Peyre, la mécanique du rêve (cliquez ici)
Aubermensuel (janv 17)
arton868-14f02

AUBERMENSUEL ( JAN 17 )
2016-12-291424transfuge

Tantôt innocentes et inoffensives, tantôt inquiétantes et dérangeantes, gracieuses, délicates ou monstrueuses, les installations animées imaginées par Gilbert Peyre semblent tout droit sorties d’un cerveau directement connecté à nos cauchemars d’enfants, à nos songes enfouis, à nos rêves sans âge, à notre inconscient écartelé, à nos zones d’ombre bien cachées. Elles témoignent toutes de la propension de l’artiste à toucher aux cordes les plus sensibles de l’imaginaire collectif.”

MAGIE MÉCANIQUE – Version Fémina (21/27 nov 2016)
Unique en son genre, l’œuvre de Gilbert Peyre est une curiosité. [..]
2016-11-211583version_femina_supplement

MICMAC À LA HALLE – Fluide Glacial /nov 2016 (cliquez ici)
Depuis les années 80 Gilbert Peyre bidouille d’étranges jouets-sculptures articulés qu’il perfectionne dans les années 90 à l’aide de l’électrotechnique puis de la programmation informatique. Cela donnera naissance a la première chaise qui marche,à l’automate bête-machine qui chevauche un vrai bourrin puis à des « chorégraphies d’objets » de plus en plus complexes (6 œuvres de Peyre apparaissent dans Micmacs à tire larigot du camarade Jean-Pierre Jeunet ).
Désormais, des comédiens et des musiciens ont rejoint les dispositifs étranges du mécanicien aberrant (j’ai pas dit ‘foutraque »). Ça méritait bien une rétrospective à la Halle Saint Pierre.

Réalistes et les néo-dadas. Aujourd’hui l’on assiste, avec les électro-mécaniques de Peyre, à la communion artistique de cet objet usuel, qui a rejoint les arts du spectacle, dans un élan de vie salvateur. Désormais, vous ne… regarderez plus les vieux vêtements, chaises mitées et autres boîtes en métal comme avant. »

En attendant Nadeau – Gilbert Lascault – 08/11/2016


Si la vallée de l’étrange était faite de récup’
« Le monde de Gilbert Peyre est un monde de machines extravagantes, inventives, poétiques. »
. …

Action parallèle – Oriane Maubert, vu à La Halle Saint-Pierre, Paris – 20 novembre 2016

Gilbert Peyre, L’électromécanomaniaque à la Halle Saint-Pierre.


EnregistrerEnregistrerEnregistrerEnregistrerEnregistrerEnregistrerEnregistrerEnregistrerEnregistrerEnregistrerEnregistrerEnregistrerEnregistrerEnregistrerEnregistrerEnregistrerEnregistrerEnregistrerEnregistrerEnregistrerEnregistrerEnregistrerEnregistrerEnregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer