Presse Gilbert PEYRE

http://

http://

 

Télérama (Cliquez ici)
document


ANP_0759_20170130.pdf

« Parce que ces objets rescapés sont pleins de la mémoire de leur vie passée, il y a quelque chose de réconfortant à les voir s’animer ainsi dans le monde de l’art, pour une seconde vie. Et quelle vie ! Proposition artistique intelligente, délicate, drôle et poétique, l’exposition de Gilbert Peyre à la Halle Saint Pierre vaut définitivement que l’on y fasse une halte. »
A Nous Paris – Jeanne Gaudin – 30/01/2017


2017-02-01-CAUSETTE-FEV 17 2017-02-01-CAUSETTE-FEV 17-10000000050411758


Gilbert Peyre, L’électromécanomaniaque à la Halle Saint-Pierre.

Si la vallée de l’étrange était faite de récup’
« Le monde de Gilbert Peyre est un monde de machines extravagantes, inventives, poétiques. »
. …

Action parallèle – Oriane Maubert, vu à La Halle Saint-Pierre, Paris – 20 novembre 2016


Qu’est-ce qu’un électromécanomaniaque ?
Gilbert Peyre répond à la Halle Saint-Pierre.

La Gazette Drouot – 6/01/17 (cliquez ici)

2017-01-061604la_gazette_drouot-1


COVER


Poète et bricoleur de génie, il a vidé son atelier d’Aubervilliers pour s’exposer
Gilbert Peyre, la mécanique du rêve (cliquez ici)
Aubermensuel (janv 17)

arton868-14f02

AUBERMENSUEL ( JAN 17 )
2016-12-291424transfuge

logo_france2
Télématin – FRANCE 2
(14/12)
Coulisses – Magiques machines
« Gilbert Peyre, l’électromécanomaniaque » jusqu’au 26 février 2017. Quinze ans après sa première monographie, Gilbert Peyre répond de nouveau à l’invitation de la Halle Saint-Pierre.


Tantôt innocentes et inoffensives, tantôt inquiétantes et dérangeantes, gracieuses, délicates ou monstrueuses, les installations animées imaginées par Gilbert Peyre semblent tout droit sorties d’un cerveau directement connecté à nos cauchemars d’enfants, à nos songes enfouis, à nos rêves sans âge, à notre inconscient écartelé, à nos zones d’ombre bien cachées. Elles témoignent toutes de la propension de l’artiste à toucher aux cordes les plus sensibles de l’imaginaire collectif.”
PARISCOP – Marie Plantin – 17/10/2016

 


MAGIE MÉCANIQUE – Version Fémina (21/27 nov 2016)
Unique en son genre, l’œuvre de Gilbert Peyre est une curiosité. [..]
2016-11-211583version_femina_supplement

MICMAC À LA HALLE – Fluide Glacial /nov 2016 (cliquez ici)
Depuis les années 80 Gilbert Peyre bidouille d’étranges jouets-sculptures articulés qu’il perfectionne dans les années 90 à l’aide de l’électrotechnique puis de la programmation informatique. Cela donnera naissance a la première chaise qui marche,à l’automate bête-machine qui chevauche un vrai bourrin puis à des « chorégraphies d’objets » de plus en plus complexes (6 œuvres de Peyre apparaissent dans Micmacs à tire larigot du camarade Jean-Pierre Jeunet ).
Désormais, des comédiens et des musiciens ont rejoint les dispositifs étranges du mécanicien aberrant (j’ai pas dit ‘foutraque »). Ça méritait bien une rétrospective à la Halle Saint Pierre.
2016-11-051321fluide_glacial

Les mouvements et les sons de deux électromécaniciens

Gilbert Peyre et Jean Tinguely – par Gilbert Lascault

D?bricollage 1970 Jean Tinguely 1925-1991 Purchased with assistance from the Friends of the Tate Gallery 1984 http://www.tate.org.uk/art/work/T03822

Débricollage 1970 Jean Tinguely 1925-1991

tinguely_peyre_article
Œuvre de Gilbert Peyre


Automatismes. Quand les machines prennent vie.
Lire le pdf cliquez ici

2016-11-091864it_industrie___technologies


“Gilbert Peyre est poète. Depuis quelques décennies, ce marginal de génie fait danser ses matériaux de récupération, à moins qu’il n’active, par quelque touche secrète, notre imaginaire et nos émotions. Sa délicieuse exposition à la Halle Saint-Pierre, haut refuge parisien de l’art brut, de l’art naïf, et de toutes sortes d’expressions non académiques, vous fera vivre une expérience unique, parfois un peu dérangeante. Vous y croiserez un haltérophile, des amoureux suspendus à un cintre, et même des bancs de sardines qui semblent vouloir échapper à leur destin de fer blanc.”

Jean- Pierre Denis – La Vie – 3/11/2016

2016-11-031981la_vie


Gilbert Peyre.
Le pataphysiplasticien.

Artension – article de Patrick Le Fur (nov 2016)

artensionplfurgpeyrehstpnov2016on-1artensionplfurgpeyrehstpnov2016on-3artensionplfurgpeyrehstpnov2016on-4


VENEZ FLIPPER AU MUSÉE !
La fin du mois d’octobre arrive avec son cortège de chats noirs, citrouilles, fantômes et autres créatures maléfiques censés vous filer des terreurs nocturnes. Bref, vous l’avez compris : Halloween revient ! … Gilbert Peyre dans son univers de freak show… C’est beau mais ça fait peur… Ce surréaliste des installations métallo-organiques, ce Dali de l’automate nous propose un nouveau voyage. A mi-chemin entre le spectacle « vivant » et l’art contemporain.

TIME OUT (cliquez ici)

image22

TELERAMA SORTIR (cliquez ici)
Une sélection de Bénédicte Philippe
Publié le 27/10/2016.

“16 expos à voir en famille pendant les vacances à Paris – Inventions loufoques à la Halle Saint-Pierre, machines à dessiner aux Arts et Métiers ou street art au Château de Vincennes… Découvrez notre sélection d’expositions pour bien occuper ses enfants pendant la Toussaint.”

187x250


2016-10-261704l_oeil

image

OUTSIDER ART FAIR – 20 au 23 octobre 2016

lci-nouvel-habillage-et-nouveau-logo-pour-la-chaine_news_full
DINGUE – La Halle Saint Pierre, située dans le 18e arrondissement de Paris, propose jusqu’au 26 février une exposition des œuvres de Gilbert Peyre, l’homme qui fait danser, rire et pleurer les machines.

logo_telerama_sortir
LE GÉNIE DU BRICOLAGE
Deux pinces à linge, trois bouts de ferraille, et les machines de Gilbert Peyre se mettent en marche. Une poésie qui a même séduit Jean-Pierre Jeunet
Télérama Sortir (cliquez ici) – 12/10/16

2016-10-121863telerama_sortir-12016-10-121863telerama_sortir-2

Gilbert Peyre, l’électromécanomaniaque expose à la Halle Saint
Pierre


« Toute une vie de Gilbert Peyre s’agite, tape, clignote dans cette extraordinaire rétrospective…burlesques, moqueuses, extravagantes machines issues du regard ironique et pointu d’un artiste bien singulier…..en Fin de Bal, cette robe fait du gringue à ce pantalon… que croyez-vous qu’il arriva ? une œuvre délicate de poésie – à ne pas manquer avec vos enfants ou ados, jusqu’au 26 février 2017 à la Halle Saint-Pierre (une page d’Almanart lui sera dédiée en octobre) »

peyre-gilbert-fin-de-bal-2016-hallestpierre

Almanart (cliquez ici)


“Avec le doigté d’un chef d’orchestre, d’un metteur en mouvement, d’un grand assembleur de matériaux, pièces, fragments dérisoires ou mémoriels avec du vide, Gilbert Peyre fabrique de troublants poèmes visuels.”

Le Horlart – Ema Dée (cliquez ici)
– 28/09/2016


Electromécanomaniaque de l’artiste Gilbert Peyre

A Nous Paris


 “Une exposition poétique mettant en scène des machines extravagantes et pleine d’humour. C’est totalement fou, surprenant, mais le plus incroyable c’est qu’on en redemande….L’humour de Gilbert Peyrebert Peyre, est également surprenant car inattendu. Il aborde la sexualité, l’enfance et la mort avec beaucoup de douceur et de poésie. Sans en être trop conscient….”
 
Mise en page 1

FranceFineArt – Anne-Frédérique Fer – 15/09/2016
1970_gilbert-peyre_11970_gilbert-peyre_31970_gilbert-peyre_21970_gilbert-peyre_audio
 

logo-france-3_114142_wide  REPORTAGE FRANCE 3 – ILE DE FRANCE /
Journal de 19 heures, mardi 20/09/16

Les machines extravagantes de Gilbert Peyre à la Halle Saint Pierre
(cliquez ici)

Le plasticien Gilbert Peyre, poète et bricoleur, expose ses drôles de créatures à la Halle Saint Pierre, à Paris. Un voyage dans un monde enchanté animé par des automates inventifs, drôles et poétiques.

En 1997, le monde artistique découvrait le travail de Gilbert Peyre à la Halle Saint Pierre, au pied de la Butte Montmartre à Paris. Près de 30 ans après, Gilbert Peyre revient sur les lieux de son premier succès avec de nouvelles machines articulées. Une exposition à découvrir jusqu’au 26 février 2017.

voir le Reportage : P. Sorgues / I. Audin / G. Guillot (cliquez ici)

nounours-pisseur-2011-2016

Un monde poétique et mécanique

Gilbert Peyre se définit comme un électromécanomaniaque. « Maniaque, parce que, j’ai le souci du détail », explique t-il. Effectivement, dans son atelier d’Aubervilliers, l’artiste peaufine ses personnages animés fabriqués à partir de ferraille, de mécanique, de pneumatique et d’électronique. Gilbert Peyre fait danser jupe et pantalon sur un air de rock, invente un automate haltérophile, anime des animaux, des ours en peluche… Il redonne vie à des objets. « En fait, il va puiser dans le monde des laissés pour compte, explique Martine Lusardy directrice de la Halle Saint Pierre. Il les réanime en insufflant la vie et la mémoire à ces objets perdus ». Le tout avec beaucoup d’humour.

OLYMPUS DIGITAL CAMERA


photoReportage Gilbert  Peyre (regardez ici)
Exposition Gilbert Peyre : l’effet électricité
Chronique « demandez le programme » de « 64 Minutes »
sur TV5Monde par Jean-Baptiste Urbain.
(de la 2’08 à 5’16)

 


logo_telerama_sortirGilbert Peyre : l’électromécanomaniaque

TT On aime beaucoup

Sorcier, magicien, chorégraphe, Gilbert Peyre est un peu tout cela. L’ancien soudeur devenu sculpteur-électromécanicien fait danser, couiner ses œuvres-machines dans des scénographies inventives et déjantées qui flirtent avec la fête foraine, le théâtre, les arts plastiques… Depuis près de trente ans, il fait ainsi bouger les enfants de son cirque drolatique et grinçant. Quinze ans après sa première exposition monographique, l’artiste revient à la halle Saint-Pierre. Animaux naturalisés montés sur roulettes, rock endiablé entre un pantalon animé et une jupette, tête de poupée démantibulée montée sur abat-jour… Le show est toujours aussi dingue, horrifique et traversé d’humour !

– Bénédicte Philippe


logoartchemists

Exposition Gilbert Peyre : L’électromécanomaniaque ou la cacophonie enchanteresse (cliquez ici)

Avant de les voir, on les entend. Cliquetis des poulies, grincement des rouages, sifflement des glissières comme des zips de body bags … Puis des plaintes éraillées, sanglots à peine audibles, refrains désuets … les automates de Gilbert Peyre possèdent une identité sonore propre, qui confine au bruitisme, à la musique industrielle, au requiem. « J’ai froid » geint l’étrange créature aux cornes de cerf, à la pelisse défraîchie tandis que ses sabots heurtent le sol avec la régularité maladroite d’un vieillard claudiquant. La première fois que je croise cette installation, c’est dans la pénombre de Hey 2, déjà à la Halle Saint Pierre. Je demeure saisie, glacée par ce mécanisme étonnant, ce gémissement d’outre-tombe, dérangée profondément par le caractère résolument grotesque, désarticulé de l’ensemble, sa signification profonde, solitude, peur primale, souffrance morale, abandon, dépouillement face à la mort …


Notre équipe de spécialistes décrypte pour vous
GILBERT PEYRE, L’ ELECTROMÉCANOMANIAQUE
Du 16 septembre 2016 au 26 février 2017
@ Halle Saint Pierre (lire la suite )
Par Thaïs Bihour
le 23 septembre 2016
YPSAR.COM


Gibert Peyre, artiste autodidacte qui se présente comme « plasticien, metteur en scénien, électro-mécanopraticien, fantasmagoricien de la pensée métallique et poéticien de la tôle galvanisée » a acquis une belle notoriété avec ses sculptures animées.
(lire la suite )

froggydelight.com

peyre1

 


6429003-9701263Les machines extravagantes de Gilbert Peyre à la Halle Saint Pierre

Le plasticien Gilbert Peyre, poète et bricoleur, expose ses drôles de créatures à la Halle Saint Pierre, à Paris. Un voyage dans un monde enchanté animé par des automates inventifs, drôles et poétiques.
FRANCE TV INFO – 22/09/16

vlcsnap-2016-09-22-12h17m08s17


Exposition Gilbert Peyre, l’électromécanomaniaque 

evous.com

Visiteurs, vous entrez ici dans un monde imaginaire, métallique, articulé, rythmé et sarcastique. La poésie et l’humour sont nichés partout dans ces automates comme dans leurs décors, qui eux-mêmes sont des personnages. Chacun se nourrit de nos habitudes, de nos rites, et leur créateur sait sur le bout des doigts et pertinemment bien ce qui nous étonnera et où nous piègeront les surprises.

Cet univers de machines extravagantes, inventives et poétiques opère dans les domaines de l’installation, du spectacle vivant et de l’art contemporain, et leur créateur électromécanomaniaque, Gilbert Peyre, livre ses sculptures animées dans une ambiance visuelle et sonore de fête foraine.

Des lanceurs de machines seront présents sur votre passage et les démarreront deux par deux à tour de rôle, au gré de vos attroupements. Prenez patience, vous serez ravis !

Gilbert Peyre devant son installation J’ai froid (1998-2000) Électropneumatique. Curieusement l’artiste semble vouloir prendre la position de sa créature. Il est vrai que le climat de cette scène paraît réfrigérant.

650pey-63991650peyre-d09e4


logo_telerama_sortirTélérama Sortir (cliquez ici)

Gilbert Peyre : l’électromécanomaniaque

Sorcier, magicien, chorégraphe, Gilbert Peyre est un peu tout cela. L’ancien soudeur devenu sculpteur-électromécanicien fait danser, couiner ses œuvres-machines dans des scénographies inventives et déjantées qui flirtent avec la fête foraine, le théâtre, les arts plastiques… Depuis près de trente ans, il fait ainsi bouger les enfants de son cirque drolatique et grinçant. Quinze ans après sa première exposition monographique, l’artiste revient à la halle Saint-Pierre. On est impatient de voir son show de matériaux recyclés, customisés par des technologies dernier cri !

Bénédicte Philippe
187x250

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Gilbert PEYRE

Gilbert PEYRE
L’électromécanomaniaque

PROLONGATION DE L’EXPOSITION
jusqu’au 23 AVRIL 2017

affiche-gilbert-peyre-sans-logo
Dossier de presse (téléchargez ici)

Halle Saint Pierre

Quinze ans après sa première monographie, Gilbert Peyre répond de nouveau à l’invitation de la Halle Saint Pierre. En résulte une proposition artistique originale sous forme de spectacle-performance, entre esthétique foraine et technologie de pointe. Cet artiste qui se définit volontiers comme un « électromécanomaniaque », nous présente ses sculpturesmachines, automates farfelus et poétiques conçus à partir d’objets récupérés qui, d’un coup d’électricité, de mécanique, de pneumatique et d’électronique vont être amenés à la vie et devenir les protagonistes d’un conte cruel et enchanteur. Dans ce jeu aux combinaisons ambivalentes, dramatiques et burlesques, Gilbert Peyre réconcilie le bricolage et le progrès technologique. Il récupère, détourne, recycle ce que la technologie a d’abord condamné comme obsolète pour, contre toute attente, concourir ensuite à sa réhabilitation.

Nul désir donc de soumettre le monde mais plutôt la nécessité de le ré-enchanter afin que création et existence se confondent dans une conception de la vie comme poésie.
Loin des machines «célibataires» ne célébrant que leur ivresse mécanique solitaire, les êtres fictionnels et hybrides de Gilbert Peyre nous ouvrent sur un habiter poétique du monde au sein duquel l’artiste interprète et transfigure le quotidien. Cette métaphore du voyage-aventure au tréfonds de la sensibilité, parce qu’elle donne à saisir la mesure de l’être humain, ne peut qu’entrer en résonance avec l’esprit de la Halle Saint Pierre.

Martine Lusardy
Directrice de la Halle Saint Pierre
Commissaire de l’exposition

La presse en parle

*

Éléments biographiques

Gilbert Peyre
Auteur-metteur en scène, bricoleur, sculpteur, inventeur, musicien, homme de théâtre, poète… l’artiste est inclassable.

Dès son enfance – issu d’une famille de 9 enfants – Gilbert Peyre fabrique ses jouets, crée de mini spectacles de cirque avec ses frères ; rentré à 14 ans dans une école d’apprentissage, il obtient un diplôme de soudeur et pratique différents métiers (sur les chantiers, serveur dans les brasseries). En 1977, il expose ses premiers personnages en pâte dans son propre atelier montmartrois et complètement autodidacte, devient au fil du temps Plasticien Metteur-en-scène au parcours atypique. Les objets mécaniques sont enrichis d’électronique, pneumatique au fil du temps. Il expose d’abord ses sculptures électromécanomaniaques dans des Galeries, des Centres d’Art, à la Fiac des Musées.

Puis il les intègre dans des spectacles de Cirque et d’Art Contemporain et de théâtre ; et en 2009, les spectateurs peuvent admirer ses sculptures animées dans le film de Jean-Pierre Jeunet « Micmacs à tire-larigot » avec Dany Boon ; le cinéaste, tombé sous le charme de ses œuvres découvertes à la Halle Saint-Pierre, a créé le personnage artiste Petit Pierre, dans son film, pour pouvoir les utiliser.

Œuvres présentées dans l’exposition et dans le film : Singe ; Rap Danse ; Tabouret ; Haltérophile ; Jupe qui danse

Dès 1994, il commence à les mettre en scène dans ses propres spectacles – ses sculpturOpéra –  avec chanteurs lyriques, comédiens, musique et sans texte au départ. Il crée sa Cie de spectacle P.P.Dream en 1996. Ses 2 grands spectacles  : « Ce soir on tue le cochon » puis  « Cupidon, Propriétaire de l’Immeuble situé sur l’Enfer et le Paradis«  avec texte voix lyrique 3 comédiens, 2 manipulateurs console et musique ; avec le soutien de Loupi électronique et de Robert Breton, ingénieur et informaticien, le spectacle gagne en fiabilité grâce à l’utilisation des systèmes de programmation propriétaires de puces Loupi, qui télécommandent les sculptures animées.

Avec l’HALTEROPHILE en 1990, il a commencé à intégrer l’électronique, qu’il a apprise en 1 mois. Il fabrique tout depuis la création artistique jusqu’à la réalisation mécanique puis électronique.

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer