BANDITI DELL’ARTE

Francesco Nardi, Portes. Collection privée © Halle Saint Pierre

 
Après le succès de British outsider art,
Art Brut Japonais,
Hey ! modern art & pop culture
,
La Halle Saint Pierre présente pour la première fois en France une exposition entièrement dédiée à la création hors normes, italienne :

BANDITI DELL’ARTE
23 mars 2012 – 6 janvier 2013

Commissariat : Gustavo Giacosa
et Martine Lusardy


BANDITI DELL’ARTE, dans toute sa force poétique, est la première exposition majeure consacrée à la création hors norme italienne. Elle ouvre une porte sur l’univers particulier d’individus ayant créé en dehors de tout système artistique officiel ou d’instances culturelles reconnues.

Bien que le milieu de l’art soit maintenant familiarisé avec l’art brut, ce concept reste encore relativement étranger au public italien même si des artistes comme Giovanni Podestà et Carlo Zinelli jouissent d’une réputation internationale. Pendant plus d’un siècle, malgré les efforts et le soutien de quelques critiques d’art, en Italie la création “marginale” reste aujourd’hui souvent oubliée l par la culture officielle.

L’exposition BANDITI DELL’ARTE à la Halle Saint Pierre est un pas de plus vers une reconnaissance institutionnelle et critique des pratiques artistiques jusqu’ici pensées comme marginales, l’occasion de découvrir ces formes d’art oubliées par les institutions.

Carlo ZINELLI, "Trois Pinocchio", "Serpents et animaux" © Halle Saint Pierre

Giovanni PODESTÀ, Salle à manger, Collection La Fabuloserie © Halle Saint-Pierre

 

LES BANDITS DE L’ART PAR GUSTAVO GIACOSA

Melina RICCIO, Etoffes brodées © Halle Saint-Pierre

“On nomme bandits les rebelles qui fuient. On les a mis au ban de la société et la marge est leur seule issue. Sans terre ni maître, leur devise : tous pour un, un pour tous. Héros, champions, vengeurs, combattant pour leur idée personnelle de la justice, bien aimés et poursuivis. Sur la poussière de leurs errances, ils ont écrit leur histoire et dessiné leur légende.

Ce ne sont pas les bandits applaudis par les touristes anglais à la fin du XIX° siècle, enfermés dans les prisons du Château Saint-Ange, mais des contemporains en fuite pour échapper à un destin d’enfermement et d’oubli que j’ai rencontrés. Hommes seulement armés de pinceaux bien affutés qui défient les lois et les territoires de l’Etat Majuscule de l’Art. Leurs exactions saccagent les concepts, déchirent les définitions, violentent et tuent les catégorisations.

J’ai rencontré ces bandits de l’art. Ce ne fut pas facile de les approcher. Ni de les convaincre de quitter leurs refuges, de déjouer les résistances et, pour les disparus, le zèle de leurs maîtres. Avec certains, j’ai vécu dans la « marge », bu leurs breuvages, appris leurs chants et les ai transmis. Etre avec ces bandits exceptionnellement réunis lors d’un déplacement à l’étranger a formé une caravane bigarrée de nomades exilés.

Bienvenue, mesdames et messieurs, ici commence le Grand Tour au pays des bandits…de l’art ! »

 Gustavo Giacosa, commissaire

Giovanni BOSCO, Dessin © Halle Saint Pierre

 

LA CREATION EN HOPITAL PSYCHIATRIQUE ET EN ATELIER
D’EXPRESSION LIBRE

Avec l’arrivée des neuroleptiques et la naissance d’un mouvement anti institutionnel qui rejoint la contestation politique, le concept d’asile est fortement remis en question. Les changements opérés dans les hôpitaux psychiatriques sont un des aspects d’une transformation plus large. La société des années 60, avec le développement des transports, des moyens de communication de masse, de la scolarisation obligatoire, et d’une contestation des institutions traditionnelles, favorise une plus grande ouverture, échanges, contacts, mobilité donnant naissance à un flux toujours plus important d’informations, de savoirs et d’images partagés.

En 1957, à l’intérieur de l’hôpital San Giacomo alla Tomba de Vérone, les artistes Michael Noble et Pino Castagna initient une expérience pionnière en proposant un atelier qui se démarque à la fois des écoles traditionnelles de dessin mettant en jeu des pratiques autoritaires et contraignantes dans le cadre de  l’ergothérapie et de celles plus contemporaines de l’art thérapie. Michael Noble, miroir silencieux de l’Autre, ne fixait aucune limites, ne donnait ni objectif ni modèles à suivre, mais savait être à l’écoute et laissait émerger dans la spontanéité les visions enfouies. Il est devenu sans le vouloir une référence pour les ateliers ultérieurs.

A partir de 1978, avec la mise en vigueur de la loi 180 et la transformation des anciens hôpitaux psychiatriques en structures ouvertes, les ateliers de création se développent. Parmi ces laboratoires, tous très  différents dans leurs objectifs et leurs motivations, émergent quelques éléments communs. Ces ateliers, surgis spontanément à partir de l’initiative individuelle d’un artiste ou d’un critique d’art, ont tous en commun d’encourager la liberté d’expression des patients, en leur donnant un lieu adéquat, des outils techniques et conceptuels adaptés et en général, un encouragement en  même temps attentif et distancié.

Fausto BADARI, sans titre, 2011 - Atelier La Manica Lunga - Fondazione Sospiro©Halle Saint-Pierre

Parmi les nombreux créateurs formés dans ces laboratoires, beaucoup ont trouvé un accueil dans le monde hétérogène et vaste de l’art brut / art singulier. Parmi les ateliers présents dans cette exposition, Blu Cammello du Centro Residenziale Franco Basaglia de Livourne, La Manica Lunga, officina creativa de la Fondation Sospiro de Crémone, et enfin le plus récent, Asfodelo de Borgo Taro (région de Parme).

Giovanni GALLI, sans titre, 2005 - Collection la Tinai © Halle Saint Pierre

Francesco BELLUCCI, Assemblage, 2007©Atelier Blu Cammello

 

ART POPULAIRE CONTEMPORAIN ET ENVIRONNEMENTS FANTASTIQUES

Rosario LATTUCA, Grisauro, 1985 © Halle Saint Pierre

Le deuxième étage de la Halle Saint Pierre est ainsi consacré à des représentants de l’art populaire contemporain qui, sans procéder de la rupture mentale radicale des auteurs d’art brut proprement dits, sont assez indépendants du système des beaux-arts pour créer une contestation institutionnelle et culturelle. Les portes détournées de Francesco Nardi, les peintures de Pietro Ghizzardi, les sculptures en bois de Rosario Lattuca et de Luigi Buffo, les bas-reliefs en pierre de Nello Ponzi et Joseph Barbiero en sont les témoignages les plus significatifs. Relevant d’une ethnologie imaginaire, le travail de Luigi Lineri, collectant et classifiant systématiquement  des pierres, vient ébranler le concept d’installation. En dehors de toute orchestration collective, Giovanni Bosco et Melina Riccio créent leur propre art de la rue, inscrivant sur les murs de la ville leur parole intérieure.

Pietro Ghizzardi, Spagnola, 1969 © musée Ghizzardi

Focus sur Pietro Ghizzardi                                 

L’œuvre de Pietro Ghizzardi se réclame de cette fusion totale avec une nature dont la totalité lui échappe. Sa peinture surgit d’un corps à corps douloureux avec « l’ingouvernabilité » des lois de la nature comme possibilité de salut et demande de protection. Ghizzardi commence à peindre sur les murs et des feuilles de carton d’emballage accumulés dans la maison, sous la contrainte de ces forces, à la suite d’une crue du fleuve Po. Il transforme les éléments naturels en alliés techniques : de la suie pour tracer les contours, des herbes broyées pour les couleurs. La fougue créative avec laquelle il crée est une amoureuse possession divine, une katakoké socratique, condition d’une dislocation de soi qui le pousse continuellement à désirer et à attendre. L’attraction vers une grande Mère nourricière et protectrice se fait d’instinct. Actrices, saintes, comtesses, paysannes : mères séductrices et putains saintes réunissent à nouveau la tension médiévale entre la sainteté et le démoniaque.

La création spontanée s’exprime également dans des constructions et environnements   fantastiques, comme L’Ermitage de Vincent Brunetti. Impossible à déplacer ou à dupliquer, ils sont présents dans l’exposition grâce à des témoignages photo ou vidéo, seul moyen pour en rendre compte et conserver la mémoire de ces architectures  en plein air.

Vincent Brunetti© Halle Saint-Pierre

Je ne crois pas que le facteur Ferdinand Cheval ait trébuché sur une pierre, le jour où il distribuait le courrier. Je crois plutôt qu’il aimait le raconter à ses visiteurs lorsqu’il se faisait photographier en uniforme devant le Palais Idéal, et nous aimons l’imaginer tandis qu’il trébuche sur la pierre qui donnera naissance à sa vision. Cependant le moment est venu d’entreprendre d’autres chemins, de trébucher sur d’autres pierres, pour affirmer pleinement l’appartenance à la culture des « inspirés du bord des routes ».

Il s’agit d’artistes autodidactes et marginaux qui ont consacré diverses années de leur vie à une œuvre totale, souvent entourée d’indifférence et d’hostilité. Des maçons et des ouvriers qui, dans leurs petits villages d’origine, sur leur maison ou tout autour, ont donné vie à des architectures et à des microcosmes de l’imaginaire, souvent destinés à la destruction : un jardin sculpté, un recueil de la mémoire ou de la merveille, un château aux étages superposés, en utilisant presque toujours des matériaux recyclés.

Le parallèle avec l’histoire de l’anthropologie est fécond. Les monographies classiques de la matière célèbrent la « découverte » de l’autre à travers une rhétorique précise : le héros-anthropologue qui s’éloigne de l’Occident, surmonte les obstacles, rencontre de façon dramatique – dans une sorte d’épiphanie – une civilisation indemne de contacts, il l’étudie et en cueille les sens les plus profonds. A son retour, il pourra traduire les mots en une monographie et les objets en un musée. Pendant longtemps, on a associé des tribus spécifiques à un anthropologue et à ses disciples : si un autre chercheur s’approchait de la tribu, cela pouvait être considéré comme un manque de respect…

Nous avons appris que ceux que nous croyions « non contaminés » par l’Occident avaient en réalité une longue série de contacts, que la sélection et la censure des informations sont comme toujours utilisées pour les théories énoncées, que les stratégies et les obsessions personnelles de l’anthropologue et des informateurs se mélangent. L’appartenance, la mémoire, l’identité sont des processus créatifs et changeants, composés de différents éléments : il s’agit justement d’une construction babélique.

Ces « maçons de l’imaginaire » qui – loin d’être primitifs, maîtres de vie, naïfs ou autre – apparaissent dans ce dialogue comme des « collègues » qui doivent avoir un rôle actif, dans la lecture tout comme dans la tutelle de leurs œuvres. Il s’agit de chercheurs tourmentés, incapables de s’arrêter, pris par un projet qui ne les fait pas dormir la nuit; ou encore des architectes, des scénographes, des restaurateurs, des historiens et des critiques de leur art à travers des explications toujours semblables. Ce sont les créateurs de leur « egomusée », la mémoire historique et le guide idéal, et nous, visiteurs, l’appareil photo en bandoulière, nous perpétuons ce qu’ils disent, en élaborant les clés de lecture qu’ils nous livrent. Ce sont des anthropologues, parce qu’ils synthétisent dans leur entreprise un monde d’une manière significative. En un mot : de « outsiders à insiders ».

 Gabriele Mina, in Insiders, les constructeurs babéliques et nous

COMMISSARIAT                                                                                                                    

Gustavo Giacosa © DR

Argentin d‘origine, Gustavo Giacosa rencontre en Italie Pippo Delbono et sa compagnie en 1991, avec qui il commence son parcours de formation. Depuis lors, il participe activement à toutes ses productions théâtrales et cinématographiques.

Il fonde en 2005 à Gênes, avec un groupe multidisciplinaire d’artistes, l’Association Culturelle ContemporArt et commence à  développer une recherche sur le rapport art-folie dans les arts visuels. Il est le commissaire de nombreuses expositions sur cette thématique, parmi lesquelles Due ma non due. Ouvertures et rencontres artistiques dans les années post-Basaglia (Loggia della Mercanzia, Gênes, 2008) et  Noi, quelli della parola che sempre cammina (Museoteatro della Commenda di Pré, Gênes, 2010).

Il devient en 2010 directeur artistique de l’espace culturel ContemporArt Ospitale D’Arte (Villa Piaggio).

Martine Lusardy © DR

Martine Lusardy est directrice de la Halle Saint Pierre, initiatrice de son projet culturel et commissaire d’expositions depuis 1995.

 

 

 

 

 

 

 

 

AUTOUR DE L’ EXPOSITION                                                                                               

Catalogue de l’exposition
environ 300 pages/500 illustrations
bilingue français/anglais
Editions Halle Saint-Pierre

Concerts mensuels : Carte blanche aux écrivains fous de piano, une programmation de Catherine David.
Activités jeune public : visites contées
Evénements littéraires : rencontres/lectures
Colloques  mensuels de l’association pour l’étude du  surréalisme, organisés par Françoise Py, maître de conférence à l’université Paris VIII
Séminaires mensuels  : Art-thérapie et changement de paradigme , organisés par les docteurs Jean-Pierre Klein et François Dingremont de l’INECAT (Institut National d’Expression, de Création, d’Art et Thérapie)
Festival du film hors-normes : 1ére édition 23-24 mars ; 2ème édition prévue en décembre 2012 (dates à suivre sur le site)