Yoma

Les monstres
dessins de YOMA
exposition du 16 février au 15 mars 2015

Halle Saint Pierre – Librairie

Série de dessins au crayon et fusain sur papier sur le thème des monstres
et des centaures

Mise en page 1

Mise en page 1

LES CAHIERS DESSINES

LOGO-VSD

 

 

2015-02-26~1829@VSD

 

 

 

 

VSD – du 26 fèvrier au 4 mars 2015

“De Victor Hugo à Reiser, l’expo ‘Les Cahiers Dessinés’ offre un panorama de la discipline en cinq cents dessins”

_

tele

Interview de Frédéric Pajak (ici)
TELERAMA SORTIR / 2015-02-12

_

logo

Le Rendez-Vous de Laurent Goumarre
avec Frédéric Pajak
(écouter à la minute 08:50)

FRANCE CULTURE – 10/02/2015

_

tl

telerama telerama2

Avant que le dessin ne fasse couler beaucoup de larmes et d’encre, la Halle Saint-Pierre  avait déjà programme «Les cahiers dessinés», son expo inaugurale de l’année (…)
TELERAMA – du 11au17 fév. 2015

telerama3
“L’Allumeur”, un dessin d’Anna Sommer (détail)

_

A la Halle Saint Pierre tous les contours du dessin (lire la suite)
Qu’appelle-t-on dessin? La Halle Saint Pierre répond à la question en proposant un très vaste état des lieux du genre. Avec, pour la première fois dans la même exposition, la réunion – sous la houlette de Frédéric Pajak – de dessins d’artistes, d’humour et d’art brut.

A NOUS PARIS / 9 février 2015

gorouben jp
ANNE GOROUBEN. Le cours de danse, elle y est si bien, mais la danseuse est « folle » !
JOË L PERSON. L’HOMME ASSIS

_

rts
Frédéric Pajak, la tête à l’envers (écouter)

pajak

Actualité pour le moins chargée pour Frédéric Pajak. A peine vernie, l’exposition, “Les cahiers dessinés” attire la foule à la Halle Saint Pierre de Paris. [...]
“La tête à l’envers” vous propose d’emboîter le pas d’un passionné de dessin et d’édition. Rendez-vous au pied des œuvres. Frédéric Pajak vous emmène au cœur du dessin. Celui des autres, mais pas seulement. [...]

Radio Suisse – 7 fév. 2015

_

Sans titre-7

Les Cahiers dessinés s’exposent à Paris
Interview de Frédéric Pajak ( ici)

fp

_

l hb
Les Cahiers dessinés, une aventure au fil du trait (lire l’article)

Revue 10 – L’Hebdo / 05-02-2015
L E STADE TAV ERNI E R E T L E S USI N E S RO S I ÈR E S • 1 9 55 • ENCR E E T LAVI S • 3 2 x 4 5, 5 cm.
MARCEL BASCOULARD • 1955
MARCE L BASCOULAR D DE S S INANT DANS L E S RUE S DE BOURGE S , À L A F I N DE S ANNÉ E S 19 5 0 .
MARCEL BASCOULARD DESSINANT DANS LES RUES DE BOURGES FIN DES ANNÉES 1950 .

_

alc

Les Cahiers dessinés à la Halle Saint Pierre : le dessin serait-il le propre
de l’Homme ? (lire l’article)

The Artchemists

expo-les-cahiers-dessines-halle-st-pierre-paris-2-2220455999
Anna SOMMER, L’allumeur, 2013

_

polic
Une illustration du dessin, dans sa diversité, par le fondateur de la revue
“Les Cahiers dessinés” (lire l’article)
JAN/FEV 15

poli2 poli1psd

_

logo
Toutes les formes de dessins à la Halle Saint-Pierre de Montmartre (écouter)
Lundi 09 février 2015

_

libe next libe next2
« Le dessin est la probité de l’art » soutenait Ingres.
Créées en 2002 les éditions les Cahiers dessinés sont dès lors
sans doute ce qui rassasie le mieux Ies regardeurs
honnêtes (lire la suite)

LIBÉRATION SUPPLÉMENT NEXT / 2015-02-07

_

LES VERTIGES DU DESSIN (lire ici)
L’Obs – 05/11 FEV 15

FRED DEUX
Fred Deux, Les choses de moi. 1995.

_

Tout, tout, tout, vous saurez tout sur le dessin
février 2015

logo

expo-cd-mixetremix

_

Parfum d’interdit (ici)
EXPRESS STYLES – 04/10 FEV 15

topor

_

logo

Les Cahiers dessinés, sur France 3 (à la 13 ème minute) – jeudi 29 janvier 2015
http://france3-regions.francetvinfo.fr/paris-ile-de-france/emissions/jt-1920-paris-ile-de-France

_

basc

LE CLOCHARD MAGNIFIQUE (ici)
Il est mort assassine sur un terrain vague en 1978. Avant cela, le Français Marcel
Bascoulard, né en 1913, aura vécu une vie pour le moins particulière, que raconte un volume des excellents Cahiers dessinés.

Revue 10 – Le Courrier / 29-01-2015

_

” Les cahiers dessinés, le goût de la liberté ”
TOUTELACULTURE.COM - 2015-01-29

cartonkatuOK/5

_

Retrouvez le plateau avec Frédéric Pajak chez Taddéi sur Europe 1 (26/01/2015)

TADDEI_REECOUTE_1280x640http://www.europe1.fr/mediacenter/emissions/europe-1-social-club-frederic-taddei/sons/europe-1-social-club-26-01-15-2354923

_

Traits sélectifs à la Halle Saint Pierre (lire l’article)
LIBÉRATION – 29 janvier 2015
anna-sommer1_0

L’Allumeur (2013), d’Anna Sommer. 

_

Le temps des dessins à la Halle Saint Pierre (lire l’article)

CONNAISSANCE DES ARTS.COM 2015-01-28

109572_1422452287_44-topor-therapien-15-4c-wf_623x187-2

Roland Topor, Happy-End, 1977, stylo, encre et crayon de couleur, 32,2 x 24 cm (©Roland Topor, ADAGP Paris 2015 / Œuvres publiées dans Thérapien, 1982, Diogenes)

_

LIBÉRATION - 2015-01-24 (ici)
Partenaire de l’exposition Les Cahiers dessinés

libé2  libe3
_

RFI

Entretien avec les commissaires de l’exposition “Les Cahiers dessinés” : Frédéric Pajak, Martine Lusardy et les artistes Marcel Katuchevski et Muzo.
http://www.rfi.fr/emission/20150121-cahiers-dessines/

_

logo
La Petite minute de Thibaut Sardier
nous présente l’exposition “les Cahiers dessinés” à la Halle Saint-Pierre. (à la 27 mn)
http://www.franceculture.fr/emission-la-grande-table-1ere-partie-rueben-ostlund-2015-01-21

_

Déluge de dessins à la Halle Saint-Pierre
L’exposition revient sur deux siècles de créations dessinées. Panorama du médium aussi vivifiant que débordant. (lire la suite)
EXPONAUTE.COM – 2015-01-23

Sans titre-6

KIKI SMITH – TEETH DRAWI NG 3 • 1 9 8 3 • ENCRE, GRAPHITE ET ACRYLIQUE SUR PAPI E R • 5 6 , 8 x 7 6 , 5 c m .

_

La Halle Saint-Pierre aussi célèbre les Cahiers Dessinés (lire la suite)
Le monde se nourrit comme jamais d’esquisses et de caricatures depuis l’attentat révoltant perpétré contre Charlie Hebdo le 7 janvier dernier. Et parce qu’on n’en a jamais assez (de dessins), on vient en prendre plein les yeux à l’exposition Les Cahiers Dessinés organisée à la Halle Saint-Pierre du 21 janvier au 14 août 2015.
Hauts les crayons
PARISBOUGE.COM – 2015-01-21

Sans titre-4
NOYAU, Faire surface, 2008-2009, gouache, 18 x 18 cm. © Yves Nussbaum

_

tele Sans titre-3
On aime beaucoup
par Laurent Boudier
TELERAMA SORTIR2015-01-21

_

RÊVES DE PAPIER
DIRECT MATIN – 2015-01-23

topor

_

La Halle Saint Pierre dédie sa première grande exposition de l’année au dessin, en
collaboration avec Les Cahiers dessinés, à partir du mercredi 20 janvier.
LIVRESHEBDO.FR – 2015-01-21

_

La Halle Saint Pierre de Paris fête le dessin
RELAXNEWS – 2015-01-12

ROLAND TOPOR
Roland Topor

_

Entretien FRÉDÉRIC PAJAK « Faire un livre est l’art suprême »
LIVRES HEBDO (02/01/2015)

FP

_

La Collection de l’Art Brut de Lausanne participe à l’exposition “Les cahiers dessinés” à la Halle Saint Pierre

913cda9071f7bdf11759f4f9555b82c5_th3Laure Pigeon, encre bleue sur papier. Collection de l’art brut.

 

LES CAHIERS DESSINES

OEILbd

Frédéric Pajak, sans titre, encre de Chine, 29, 7 x 21 cm. 2014

Exposition
LES CAHIERS DESSINES
du 21 janvier au 14 août 2015
67 artistes internationaux + 500 œuvres
Halle Saint Pierre

Communique de presse (ici)

*

L’ ART DU DESSIN

Les Cahiers dessinés sont une maison d’édition créée à Paris en octobre 2002. Celle-ci a pour vocation de publier des ouvrages consacrés au dessin, sous toutes ses formes, de tous les pays, de toutes les époques, dessins de peintres, dessins d’écrivains, dessins d’humour… Près d’une centaine d’albums ont paru, ainsi que neuf numéros de la revue Le Cahier dessiné.

Depuis vingt ans la Halle Saint Pierre œuvre, au carrefour de l’art brut, à parcourir et rendre compte des territoires hétérodoxes de l’art. Cette tâche passionnée et passionnante a pour but d’ouvrir des trajectoires différentes au sein d’un monde de l’art qui se parcourt sans qu’on puisse jamais le fermer ou le posséder. Cette tension vers cet Autre de l’art anime un projet artistique qui, échappant aux concepts préalablement formatés, s’inscrit dans une pensée non exclusive.

C’est avec cet esprit que la Halle Saint Pierre et les éditions les Cahiers Dessinés se sont associées pour organiser une exposition célébrant le dessin comme l’accomplissement d’une aventure humaine à part entière.  Dessins classiques, art brut ou dessins d’humour sont ici autant de propositions graphiques singulières qui nous séduisent, nous étonnent ou nous dérangent. Mais qu’elles fassent fi d’un savoir-faire technique, le revendiquent où le subvertissent, elles n’œuvrent pas à servir ou opposer des courants artistiques. Bien au contraire, elles font naître, au sein de leur pluralité, un jeu d’échos basé sur l’impératif intime de l’expérience du dessin, ouvrant un potentiel infini de résonance sémantique autant que sensible.

Pour la première fois à Paris, ce « mélange des genres » est rendu possible. D’étranges liens se nouent entre des œuvres ; ils disent à quel point le dessin, longtemps considéré comme le parent pauvre de la peinture, est un langage essentiel, capable de révéler nos sentiments les plus communs, comme les plus inavoués. Nous passons du portrait le plus expressif à la figure presque abstraite, de l’allégorie foisonnante à l’esquisse d’une attitude, du trait d’esprit le plus drôle ou le plus provoquant au rêve le plus doux, avec chaque fois le peu d’outils que réclame cet art : un crayon, une plume, un pinceau, de l’encre, de la couleur, du papier.

Commissaires de l’exposition
Martine Lusardy, directrice de la Halle Saint Pierre
Frédéric Pajak, commissaire invité, créateur et directeur des éditions
« Les Cahiers dessinés », Prix Médicis essai 2014.

9791090875302-cb1f6

Un important catalogue, reproduisant plus de 500 œuvres, accompagne cette exposition. Il s’intitule tout simplement :
LE CAHIER DESSINE (n°10)

Halle Saint Pierre
2 rue Ronsard 75018 Paris
Métro : Anvers/Abbesses
Ouvert tous les jours : semaine de 11h à 18h
samedi de 11h à 19h/ dimanche de 12h à 18h
Tarif : 8€ ; tarif réduit 6,50€

 

Visite guidée pour les groupes :

Les visites guidées sont réservées aux groupes déjà constitués
entrée exposition + visite guidée :
étudiants 6.5€ / plein tarif 8€
Visite guidée d’une heure environ.
Lundi – mardi – mercredi – jeudi de 11h à 12h

Réservations uniquement par mail : exposition@hallesaintpierre.org

 

 

 

Denis Pouppeville

Denis Pouppeville
exposition du 1er au 30 juin 2013

rencontre avec l’artiste autour de l’ouvrage Ubu enchaîné d’Alfred Jarry,
illustré par Denis Pouppeville,
éditions Fata Morgana, 2012

samedi 8 juin à 16 heures
Vernissage
& signature

Halle Saint Pierre – Librairie (entrée libre)

Écrite par Alfred Jarry en 1899, Ubu enchaîné est la contrepartie d’Ubu Roi.
Cette édition est enrichie par de nombreux dessins de Denis Pouppeville qui vient conforter les traits de cet univers grotesque.

Monstre sanguinaire et sans vergogne, malmené par ses ennemis alors qu’il part à la conquête de la Pologne dans le premier opus, Père Ubu décide dans ce nouvel épisode «de devenir bon et de se rendre utile», quitte à se faire esclave et être attelé aux galères. Mais rien ne change vraiment dans sa nature essentielle, féroce et outrancière, et sa tyrannie indomptable le conduira à devenir roi des prisonniers. Échappant à toute interprétation définitive, l’œuvre d’Alfred Jarry traverse les époques, alliant toujours modernité et parodie. (éd. Fata Morgana)

***

Œuvres de Denis Pouppeville

 

Denis Pouppeville ou Les Mystères d’un humaniste

Denis Pouppeville, artiste inclassable à la fois peintre, dessinateur, illustrateur, est né au Havre en 1947. Il vit et travaille à Montreuil (93).

Dans son univers règnent la dérision et la tendresse. L’artiste, qui porte un regard sarcastique et altruiste sur le théâtre de la vie, fait jaillir un monde traversé de lueurs crépusculaires où rôdent d’énigmatiques personnages portant Gibus et Galuron.

« Figures de dérisions, aimables, minables, drolatiques et inquiétants, ce sont mes joyeux, mes tendres et pauvres compagnons. Allez, mes amis, encore un tour, un tour de piste pour s’étonner une fois de plus. » écrivait l’artiste en 2005.

Une technique éblouissante, un art de travailler la toile ou le papier « à l’ancienne » qu’on aurait pu croire perdu : son style intemporel, Denis Pouppeville l’inscrit dans la grande tradition classique qui a nourri son enfance, à l’instinct, dès les premières révélations, le choc des «grands maîtres» et qu’il s’est senti transpercé par cet art-là.

Son univers étrange, souvent inquiétant, imprègne chacune de ses créations d’une atmosphère, d’une tension devenues, au fil du temps, sa signature. «Rien n’est humain qui n’aspire à l’imaginaire» disait Romain Gary.
Celui de l’artiste, peintre, dessinateur ou graveur, révèle une humanité, tout en clair-obscur, attendrissante et pitoyable à la fois. Mais derrière l’oeuvre, une personnalité se découvre : généreuse, discrète, d’une incroyable modestie. Il fait partie des « êtres rares qui vous donnent à penser que l’on a bien de la chance de les connaître, de les fréquenter et, honneur suprême, de les exposer » confie sa galeriste Béatrice Soulié. Il est le seul artiste pour lequel, un jour, elle a vraiment eu envie de prendre la plume pour exprimer, au-delà de son admiration artistique, sa profonde affection.

Le Fil et le filin

L’histoire de Denis Pouppeville débute au Havre dans l’après-guerre. Fils unique d’une modiste et d’un pêcheur de la rude tradition des Terre-neuvas, il passe une enfance sans histoire,marquée cependant par les longues absences paternelles et l’univers exclusivement féminin qui entoure sa mère : les employées et les clientes. Dans l’atelier maternel règne une ambiance feutrée d’essayages, d’aiguilles et de rubans, de grands paquets… animée parfois de légères incursions proches de l’interdit !… « Je me souviens que mon oncle regardait derrière un rideau les femmes qui fréquentaient l’atelier » raconte-t-il en souriant. Comme beaucoup d’enfants, il aime dessiner, autant pour meubler son ennui que par passion pour les bateaux qu’il connaît parfaitement et reproduit jusqu’au moindre boulon. D’ailleurs, dès qu’il se trouve en promenade, son attention se porte systématiquement vers les artistes. On pratique alors beaucoup la peinture en plein air, à la manière naturaliste. Malgré sa « timidité extraordinaire », il n’avait de cesse que de s’en rapprocher, rêvant peut-être déjà de les égaler un jour. De santé fragile, sa scolarité est plutôt erratique. Le jeune Denis « cultive le cancre en lui ». Sans être vraiment mauvais élève, il est ailleurs. Dans les livres de classe, seules les illustrations l’attirent, notamment celles de l’incontournable Lagarde et Michard.

(Arts Hébdo médias)

***

le bonhomme en chef

la vie sans queue ni tête
ou avec beaucoup de queues et beaucoup de têtes
denis pouppeville grand faiseur de bonhommes 
s’en donne à cœur joie
pour nous faire voir que la vie n’a aucun sens
et qu’il faut donc la mettre sans attendre sens dessus dessous
filles et bonhommes
sont emportés dans le grand manège du désir
cette ronde bidouillée avec encre aquarelle gouache huile et lavis
est tout éclaboussée et griffée de vie
des scènes grotesques et érotiques
allient la violence à la tendresse
dans un carnaval qui dure toute l’année
allons les bonhommes
si comme on le dit tout est vain
vivons en vin

                                                                             daniel hachard

 

Le travail de Denis Pouppeville a été présenté à plusieurs reprises sur les cimaises de la Halle Saint-Pierre, et aussi à la Fondation Rustin et à la galerie Béatrice Soulié.

en savoir plus : http://www.galeriebeatricesoulie.com/denis-pouppeville/