Mip Ruberto Sanquer

 P R É S E N T A T I O N  /  D É D I C A C E
par
Mip Ruberto Sanquer
auteure de
La Marque Rouge
Editions Scrineo, à paraître le 18 janvier 2018

Samedi 20 janvier à 12 heures, entrée libre
Halle Saint Pierre – auditorium

A la suite de L’Aura noire, sélection au Prix Elbakin.net 2017, catégorie meilleur roman de fantasy jeunesse, La Marque Rouge poursuit le récit des aventures de la jeune Louyse. La Citadelle est confrontée à une nouvelle malédiction… Louyse, apprentie sorcière, saura-t-elle protéger son peuple ? Qu’en sera-t-il de ses amours interdites…?

 L’Aura noire
De Ruberto Sanquer
Illustration de Daniele Gaspari

L’apocalypse a anéanti la Terre Arcane voilà 3 157 ans. Depuis, les arbres ont acquis une conscience et les humains, des pouvoirs singuliers. Louyse et ses douze camarades entrent en apprentissage pour devenir des sorcières-guérisseuses, capables de protéger leur peuple en s’unissant à la Nature. Un beau jour, cette symbiose est brisée par un Démon assoiffé de vengeance et de conquête, qui jette une malédiction sur Louyse. Celle-ci voit ses proches disparaître les uns après les autres, mais nie l’évidence, jusqu’à la mort de son amour adolescent. Elle va alors se battre pour se défaire de l’Aura noire et sauver son peuple des griffes du démon ! Mais comment porter le poids d’un tel destin lorsque l’on est une adolescente timide et secrète ?

Date de parution : 26 janvier 2017
352 pages

Notice biographique

Mip Ruberto Sanquer
Travaille et vit à Paris.

Directrice administratrice et financière, Ruberto Sanquer s’est lancée dans l’écriture tandis que son fils se passionnait pour les grandes sagas contemporaines. Elle a conçu l’ensemble de l’univers de la Terre Arcane et, riche de cette colossale matière, s’est inscrite à un atelier d’écriture. Trois ans plus tard, le premier tome d’une trilogie est écrit… Le deuxième et le troisième sont conçus et en cours de rédaction.

Collection coréenne

RENCONTRE/DEDICACE

Collection coréenne
de Jean-Pierre Julien
éditions galerie média

Le récit illustré de 120 photographies d’une réédition mouvementée
dans une Chine d’un autre siècle

Collection Coréenne, tel un journal de bord, retrace la réédition, à Paris, Pékin et Baoding, de la mythique collection de Victor Segalen (1914)

Samedi 16 décembre à 15  heures – entrée libre

Halle Saint Pierre – à l’auditorium

Stèles, Odes et Connaissance de l’Est, livres importants de la littérature contemporaine, publiés à un tirage confidentiel en 1914 à Pékin, n’avaient pas été réédités dans leur format d’origine depuis cette époque.
En 1994, Frédéric Chatelain et Jean-Pierre Julien, entreprirent ce travail et se lancèrent dans ce qui allait devenir une funambulesque aventure.

Après de nombreuses recherches, ils quittèrent le train à Baoding, comme autrefois
V. Segalen et Gilbert de Voisins. Là, le directeur d’une petite unité de travail qui dépendait de l’armée de l’air chinoise accepta d’imprimer leurs ouvrages. Une ouvrière qui travaillait avant la révolution se chargea de montrer, à l’atelier de brochage, les gestes disparus qu’il fallait retrouver pour mener à bien cette réédition.

De la préparation du projet à la finalisation des ouvrages, tout partit ou partirait en vrille. Une odyssée inédite libre de toute logique.
Un hommage à Victor Segalen et en souvenir des « Éditions Chatelain-Julien » disparues en 2002, avec l’incendie de l’entrepôt des éditions « Les Belles Lettres ».

+ d’infos cliquer ici

Jean-Pierre Julien
Taille-doucier – Photographe – Plasticien  – Graphiste – Éditeur
Auteur :
Escale au New Morning – Éditions Syros-Alternatives (1993)
Paris-Pékin – Éditions Chatelain-Julien (2001)
Collection coréenne – Éditions Galerie Média 2016

Ody Saban

D É D I C A C E

Ody Saban
peintures 1981-2017

Préface par Françoise Monnin
Entretien avec Thomas Mordant
œuvres et thèmes choisis
Édition Lelivredart – déc 2017

Samedi 30 décembre 2017 à partir de 15 heures 

Halle Saint Pierre – à la librairie

Couverture et rabats cliquez ici

LE LIVRE
Préface et biographie de Françoise Monnin, entretien avec Thomas Mordant
Bilingue Français-Anglais
68 pages, avec 46 reproductions grand format en couleur
Disponible à la librairie de la Halle Saint Pierre
Prix public 35 € TTC

+ d’infos sur Ody Saban ici

 

ART DES FOUS et ART BRUT

ATTENTION
la conférence de 15 heures est complète, pour celle de 16h15 il est recommandé
de s’inscrire au 01 42 58 72 89

Rencontre-conférence autour de l’ouvrage

ENTRE
ART DES FOUS
ET ART BRUT


LA COLLECTION SAINTE-ANNE

présentée par Anne-Marie Dubois

Conservateur du Musée d’Art et d’histoire de l’Hôpital Sainte-Anne – MAHHSA –, Paris

Dimanche 12 Novembre à 15 heures et à 16h15 – entrée libre
Réservation conseillée : 01 42 58 72 89

La rencontre sera suivie d’une séance de dédicaces
Merci de confirmer votre présence par téléphone au : 01 42 58 72 89

*

LE CONTEXTE

Cette année, l’hôpital Sainte-Anne fête ses 150 ans. Aussi paraissait-il important à la Halle Saint Pierre de rendre compte au travers du livre d’Anne Marie Dubois de l’histoire de la Collection Sainte-Anne et des deux expositions retraçant son parcours :

– Elle était une fois. Acte I : la Collection Sainte-Anne, les origines
du 15 septembre au 26 novembre 2017
Elle était une fois. Acte II : la Collection Sainte-Anne, autour de 1950
du 30 novembre 2017 au 28 février 2018

Site de l’exposition ici

_

LE LIVRE

Au-delà de l’engouement du monde artistique et psychiatrique pour « l’art des fous », puis pour « l’art brut », la Collection Sainte-Anne a toujours su garder sa singularité, comme support de réflexion quant à l’identité de l’homme qui s’engage dans un processus de création, qu’il soit malade ou non.
Ce livre présente les œuvres, parfois fort anciennes et rares, qui sont à l’origine de ce fonds. Elles sont remarquables par la multiplicité de leurs styles et de leurs intentions. Certaines ont permis, en 1949 et en 1950, à l’artiste Jean Dubuffet et au médecin psychiatre Robert Volmat de confronter leurs conceptions respectives de l’art et de la folie, au travers de la présentation inédite des mêmes artistes.

_

LE SOMMAIRE 

Acte I

LA COLLECTION SAINTE-ANNE. LES ORIGINES
Paul-Ferdinand Gachet
Le voyageur français
H.A.R.
Les classiques : Justin Gesp, Melitt, C. Mottale
G. Martin
Anonyme aux appareils autolocomoteurs
Anonyme aux manuscrits
Charles Macario
René-Ernest Brédier
Anonyme polonais
Auguste Millet
Louis-Émile Gros-Brun
René Héroult
Charles-Octave Leg ( ?)
Godier
Marcel de Valoy
Hillairet
Témoignages singuliers : Albert Vecchiarelli, Oannès, P. G. et quelques anonymes
Les artistes du Vinatier : C. Gay, Marius Génin, J. de Golberry, Tray, E. Vernus, J. Housset, Jean Carreau, Katharine van Oss et anonyme

Acte II
LA COLLECTION SAINTE-ANNE AUTOUR DE 1950
Les artistes emblématiques
Guillaume Pujolle
Aloïse Corbaz
Gaston Duf
Adolf Wölfli
Les artistes brésiliens de la Collection
Maria Alves C.
Francisca Baron
Antonio Bragança
Haydée de Carvalho
João S. Carvalho
João Rubens Neves Garcia
Ozorio Prado
Sabato Quinterni
José Romanho Santos
José Théofilo R.
Albino Braz
Alexandre Nélidoff
Les artistes de la période 1949-1950 : Even, R. Neveu, Bézard, Henning et quelques anonymes
Guido Ferrari

Coédition Musée d’Art et d’Histoire de l’Hôpital Sainte-Anne, Paris
Somogy éditions d’Art, 20/09/2017

+ d’infos et feuilleter un extrait ici

La Revue K

La Revue K
présente deux nouveaux livres parus dans la collection L’Instant

crôa-crôa
Poèmes de Radek Fridrich traduits du tchèque par Xavier Galmiche
avec quatorze aquarelles de Martin Kolář
&

in sole nostrum
rencontre entre le poète Philippe Agard et le peintre Jean-Pierre Plundr

Mise en voix Marion Bonassies, Anne-Marie Stikel-Martinez,
Benoît Martinez, Markéta Zatloukalová et Radek Fridrich


Dimanche 29 octobre à 15 heures – entrée libre
Halle Saint Pierre – à l’auditorium
Réservation conseillée au 01 42 58 72 89

in sole nostrum
est une rencontre entre le poète Philippe Agard qui a publié ses derniers textes aux Éditions Champ Vallon et Jean-Pierre Plundr, peintre, dont l’œuvre a été mise en mots par Bernard Noël, Michel Butor, Yves Peyré, J. Roudaut …
Ce livre restitue l’accord de l’écriture et des images et crée un espace de lumière, de couleurs et de légerté.

crôa-crôa
Poèmes de Radek Fridrich traduits du tchèque par Xavier Galmiche
avec quatorze aquarelles de Martin Kolář
Au paysage des Sudètes (un ensemble de régions frontalières majoritairement peuplées jadis d’Allemands de Bohême, expulsés après la Seconde Guerre mondiale), Radek Fridrich rend un culte obscur. Il prête sa bouche à son gémissement, comme dans les contes de fées un être surgit pour délivrer des génies prisonniers d’un mauvais sort. L’interférence lexicale étrangère, cultivée jusqu’à la manie dans les titres même des recueils (Erzherz, Molchloch, crôa-crôa), a la puissance archaïque de formules magiques. Service rendu au-delà de la mort et de la disparition, la poésie de Fridrich réactive la voix oubliée d’autrui, assure les âmes en peine qu’elles ne sont pas oubliées. Parole rituelle, elle rompt l’ensorcellement et ramène la paix.
X.G.

Radek Fridrich (1er décembre 1968) poète et plasticien, vit à Děčín et y enseigne.
Sa poésie est habitée par la Bohême du Nord et les paysages des Sudètes.

Martin Kolář (12 juin 1969) à Ústí nad Labem où il réside et enseigne à l’université. Peintre à ses heures, il est l’auteur de nombreux ouvrages du domaine d’esthétique et de philosophie de l’art.

LA REVUE K

Fondée à Paris, en mars 1981, sous l’égide du poète et plasticien Jiri Kolar — figure emblématique de la dissidence artistique tchèque qui entamait alors un exil de près de vingt ans dans la capitale française —, l’association Revue K s’est appliquée, dans son périodique trimestriel, à faire connaître surtout des représentants de la diaspora tchèque et slovaque de l’après-1968. Les cinquante-trois numéros parus à ce jour réunissent ainsi des échantillons de l’œuvre de plus d’une centaine de peintres et de sculpteurs dispersés aux quatre coins du monde. Au-delà d’une simple recension, le propos est d’observer et d’étudier dans la durée l’évolution des sensibilités de ces artistes intégrés aux milieux et aux cultures les plus divers. Depuis 1989, l’association a élargi son horizon éditorial avec des collections de poésie et des livres d’art : portfolios, estampes, catalogues d’exposition, monographies et albums photographiques. Elle organise également des expositions et d’autres événements.

Enregistrer

Enregistrer

Bruno Montpied

Le Gazouillis des éléphants
Premier inventaire des environnements populaires spontanés en France

Un livre de Bruno Montpied
Editions du Sandre,  2017

Samedi 9 décembre à 15 heures, entrée libre

Halle Saint Pierre – à l’auditorium
Réservation conseillée : 01 42 58 72 89

Le Gazouillis des éléphants
Premier inventaire des environnements populaires spontanés en France
Un livre de Bruno Montpied

          On publie en France des ouvrages sur la question des autodidactes bâtisseurs et sculpteurs naïfs ou bruts, type Facteur Cheval, Picassiette ou abbé Fouré (les rochers sculptés de Rothéneuf) depuis les années 1960 (depuis les Inspirés et leurs demeures de Gilles Ehrmann, livre préfacé par André Breton). Mais les ouvrages parus sur la question ne traitaient à chaque fois que d’une infime partie du corpus (une quarantaine de sites, grosso modo). Personne n’avait tenté jusqu’à présent un panorama tendant à l’exhaustivité de ce qui s’avère comme un patrimoine populaire méconnu, les environnements mobiliers ou immobiliers créés par des amateurs, absolument non-professionnels en matière de création artistique. C’est chose faite avec ce livre véritablement monumental (950 pages, plus de 1000 photos).

          Récemment publié aux Editions du Sandre, il rassemble exactement 305 notices décrivant des sites de styles naïf ou brut, qu’ils soient disparus (les plus anciens furent créés il y a près de deux cents ans, bien avant le Palais Idéal du Facteur Cheval), ou encore présents, parfois toujours en chantier. La majorité des photos ont été prises par les soins de l’auteur, d’autres ont été prêtées par diverses institutions muséales ou des collectionneurs privés (Aube Elléouët, la Collection de l’art brut à Lausanne, le LaM de Villeneuve d’Ascq, ou encore le musée d’art populaire de la collection Raymond et Jacqueline Humbert à Laduz).

          L’ordre alphabétique prévaut par régions, puis à l’intérieur de celles-ci par départements, enfin, à l’intérieur de ceux-ci, par noms d’auteur. Des cartes avec l’emplacement des sites mentionnés (les présents comme les disparus) sont placées en tête de chaque région. Une introduction générale explique les critères qui ont prévalu dans le choix des sites retenus. Des statistiques d’ordre sociologique ont été placées à la fin de l’ouvrage (par exemple, sont indiqués le nombre de sites par régions, les métiers qu’exerçaient les créateurs avant leur retraite, les origines étrangères d’une portion non négligeable d’entre eux, le nombre de femmes, certains motifs qui ont déclenché la création, les sites nouvellement découverts par l’auteur, les patronymes insolites, etc.), permettant aux chercheurs de disposer ainsi de précieux éléments d’information utiles à l’analyse du phénomène. Avec un tel outil documentaire, le public des amateurs d’inspirés dispose enfin du corpus à partir duquel il est possible de se faire une représentation plus objective du phénomène de la création autodidacte en plein air, phénomène qui, comme on sait, est loin de se limiter à la seule France.

          Il est systématiquement fait mention de l’état dans lequel se trouve le site inventorié, dans la mesure des informations disponibles. La question de la conservation de ces réalisations naïves en plein air étant particulièrement et fréquemment posée, l’auteur a essayé d’indiquer pour chaque site ce qui a été fait, ou tenté, pour le conserver après la disparition de son auteur, dans quelle collection privée ou institutionnelle on peut trouver des éléments ou des documents provenant des sites disparus ou déplacés.

          Ces créations de plein air révèlent un insolite patrimoine populaire auquel le service français des Monuments Historiques s’intéresse depuis de nombreuses années, avec une attention inégale selon les régions. On voit par ailleurs s’ébaucher ici et là un tourisme culturel centré sur les environnements spontanés, apportant une ressource touristique supplémentaire à des communes peu fournies en matière de monuments culturels réputés. Le livre permet de créer des passerelles entre les différents sites encore actifs.

          On peut en effet l’utiliser aussi comme un guide de voyage dans une France d’origine populaire, mais véritablement parallèle. C’est une mine de curiosités, apportant la révélation d’une créativité française hors-normes, un art sans «artistes» (au sens professionnel du terme), de même qu’il y a une architecture sans architectes. Son titre plaisant, le Gazouillis des Éléphants, est emprunté à une inscription relevée dans un des sites recensés (celui d’Alexis Le Breton en Bretagne). Il renvoie à un aspect curieux de cet inventaire, la récurrence insolite des figurations d’éléphants, qui deviennent au fil du livre un véritable leitmotiv, comme si ces animaux jouaient un rôle totémique, ou à tout le moins, un rôle de mascottes pour ces créateurs hors du commun.

          Il est à noter que l’ouvrage a reçu le soutien de la direction du Patrimoine du Ministère de la Culture.

Bruno Montpied, Le Gazouillis des éléphants, tentative d’inventaire général des environnements spontanés et chimériques créés en France par des autodidactes populaires, bruts, naïfs, loufoques, excentriques, brindezingues, ou tout simplement inventifs, passés, présents et en devenir, en plein air ou sous terre (quelquefois en intérieur), pour le plaisir de leurs auteurs et de quelques amateurs de passage, Editions du Sandre, Paris, 2017 (diffusion Harmonia mundi, disponible en librairie à partir du 2 novembre), 39€.

          Le livre est disponible à la librairie de la Halle Saint Pierre.

Marc Décimo

Rencontre/Signature

Marc DECIMO
des fous et des hommes

Dimanche 8 octobre 2017 à 15 heures – entrée libre
Réservation conseillée : 01 42 58 72 89

Halle Saint Pierre – à l’auditorium

A l’occasion de la parution de deux ouvrages, éditions Les Presses du réel, 2017

                      

Présentation par Marc Décimo, septembre 2017
*

 *

Un essai introductif sur l’art asilaire, depuis la belle époque jusqu’à la théorisation de l’art brut, suivi d’une réédition critique et augmentée de la célèbre étude de l’aliéniste français du début du XXe siècle Marcel Réja sur la production artistique chez les « fous ».

Quand Jean Dubuffet cristallise l’art brut, André Breton rappelle la gêne croissante qu’avaient les aliénistes à s’accorder autour de l’art des fous. Cette quête – à la fois esthétique et médicale – trouve, autour du Musée de la folie du docteur Marie et du livre-phare de Marcel Réja, une réflexion nouvelle qui vient interroger le sens commun à propos des limites de l’art et de la folie, question qui va hanter le XXe siècle.

 
 
Une somme consacrée aux liens étroits entre littérature et folie, du XVIIIe siècle jusqu’à nos jours.
 
Où commence et finit la Littérature ? Où commence et finit la folie ? De l’histoire de ces limites traitent depuis le XVIIIe siècle jusqu’à nos jours Disraeli, Philarète Chasles, Gabriel Peignot, Nodier – autour de la question des « fous littéraires » –, Delepierre, les Agathopèdes, les deux Brunet, de nombreux érudits, Alfred Jarry, et des aliénistes, Calmeil, Sentoux, Lombroso, Nordau, Réja, puis Chambernac, Queneau, Breton, Perec, Blavier, des universitaires et tant d’autres…
Ainsi que faire du Journal de Madopolis, du prêtre adamite Fulmen Cotton, des pré-oulipiens, de Gleïzès (l’inventeur du végétarisme), des farfadets de Berbiguier de Terre-Neuve du Thym, de Jules Allix (atteint d’escargotomanie), de la philanthropophagie de Paulin Gagne, de Jean-Pierre Brisset (atteint de grenouillomanie), du marquis de Camarasa et de ses brouettes, de Perreaux (l’inventeur de la moto), de Normand Lamour et de tant d’autres ?
 
 _
Notices biographiques
 
Professeur d’histoire de l’art contemporain à Paris-X Nanterre, Régent du Collège de ‘Pataphysique (chaire d’Amôriographie littéraire, ethnographique et architecturale), Marc Décimo est linguiste, sémioticien et historien d’art. Il a publié un vingtaine de livres et de nombreux articles sur la sémiologie du fantastique, sur les fous littéraires (Jean-Pierre Brisset – dont il a édité l’œuvre complète aux Presses du réel –, Paul Tisseyre Ananké) et sur l’art brut, sur Marcel Duchamp (La bibliothèque de Marcel Duchamp, peut-êtreMarcel Duchamp mis à nuLe Duchamp facile, les mémoires de Lydie Fischer Sarazin-Levassor, Marcel Duchamp et l’érotisme) et sur l’histoire et l’épistémologie de la linguistique.
 
Tanka G. Tremblay est professeur au collège Jean-de-Brébeuf de Montréal, associé à l’O. Québécois de ‘Pataphysique.
 *
*

Laurent Danchin

Journée d’hommage à Laurent Danchin
Portrait du critique d’art Laurent Danchin par Jean-Luc Giraud

Samedi 7 octobre de 14h à 19h – entrée libre

Halle Saint Pierre – à l’auditorium
entrée libre
Réservation conseillée au 01 42 58 72 89

Au programme

Projections
de trois films réalisés par Bernard Gazet :

  • Confidences autour d’un petit verre de porto avec Laurent Danchin, film documentaire inédit avec Chomo et Laurent Danchin en 1988 (90mn)
  • Raphael Lonné, facteur et dessinateur médiumnique (12mn)
    découvert par Jean Dubuffet.
  • Simone le Carré Gallimard, artiste d’art brut (5mn)

Projection des trois films à 14 h et de nouveau à 16h30

Rencontre

avec les membres de l’association les amis de Chomo après les projections

*

Laurent Danchin

Né le 1er octobre 1946 à Besançon. Décédé le 10 janvier 2017 à Paris.
Ancien élève de l’École Normale Supérieure , agrégé de Lettres Modernes, Laurent Danchin a enseigné aux lycées de Nanterre et de Boulogne-Billancourt de 1972 à 2006, ainsi qu’à l’École Émile Cohl à Lyon (illustration, bande dessinée, infographie, dessin animé) de 1985 à 1990.
Écrivain, conférencier et critique d’art, il a été commissaire d’une série d’expositions à la Halle Saint Pierre, à Paris, depuis 1995.
Membre du Conseil Consultatif de la Collection de l’Art brut, à Lausanne, il est le correspondant français de la revue  Raw Vision.
Parmi ses ouvrages : Dubuffet, peintre-philosophe (La Manufacture, 1988), Artaud et l’asile – Le cabinet du Docteur Ferdière (Séguier, 1996), Art brut – L’instinct créateur (Gallimard Découvertes, 2006), Le dessin à l’ère des nouveaux médias (lelivredart, 2009).

Plus d’infos sur le blog du Mycelium (cliquez ici)

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

L’herbe qui tremble

RENCONTRE
Lectures, discussions, signatures

avec les poètes Christophe Mahy pour son recueil Le vieil automne
et Gilles Mentré pour son recueil Le bruit de la langue
Éditions L’herbe qui tremble

Ils seront entourés des peintres Anne Slacik et Christian Gardair
qui ont accompagné leurs poèmes.

Samedi 23 septembre 2017 à 15 heures, entrée libre

Halle Saint Pierre – à l’auditorium

 

Christophe Mahy : La difficulté d’être n’est pas la préoccupation de Christophe Mahy. Cela ne l’empêche pas d’explorer l’intimité de la solitude et de la vie intérieure.

Gilles Mentré : Le bruit de la langue est son premier recueil de poésie.
Gilles Mentré raconte des histoires et parallèlement s’interroge sur le lyrisme du langage.

Un temps de la rencontre laissera la parole aux peintres, qui nous diront leur relation avec la poésie, et si la peinture est elle aussi poésie.

 

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Jean SEBAN

PROJECTIONS
des deux derniers longs métrages
de Jean SEBAN
en présence du réalisateur

Ganga 2020 
Requiem pour un père
Première projection du film (1h 39 min 2017)
Scénario inspiré par Charles Péguy et
Auguste de Villiers de L’Isle-Adam
suivi d’une discussion avec le réalisateur
Samedi 11 novembre à 15 heures – entrée libre
Halle Saint Pierre – à l’auditorium
Réservation conseillée : 01 42 58 72 89

*
L’Invention de l’année 2018
Un film, (1h 33 min 2017)
Scénario inspiré par Charles Péguy

Samedi 4 novembre à 15 heures – entrée libre


Ganga 2020. Requiem pour un père

     L’art lutte perpétuellement pour s’affranchir de l’intelligence pure, pour devenir affaire de pure perception, pour se libérer de ses liens à l’égard de son sujet, de son argument primitif. Les réussites de la poésie et de la peinture sont celles où les éléments constitutifs de la composition sont si bien fondus que le canevas anecdotique ne frappe plus l’intellect seul, ni la forme l’œil ou l’oreille seulement ; forme et fond au contraire, dans leur union parfaite, offrent un objet unique à « la raison imaginative », cette faculté complexe à laquelle toute pensée, tout sentiment se présente originairement jumelé avec l’analogue sensible qui est comme son symbole.
     C’est l’art de la musique qui réalise le plus totalement cet idéal, cette identification parfaite du fond et de la forme. Dans ses moments accomplis, la fin n’y est pas distincte des moyens, la forme du fond , le sujet de son expression ; ils sont inséparables, ils se saturent complètement l’un l’autre ; c’est vers la musique par conséquent, vers sa condition de perfection que tous les arts, est-on en droit de conjecturer, tendent et aspirent constamment. En elle dès lors, plus que dans la poésie comme on se l’imagine souvent, doit être trouvé l’idéal exact, le critère de l’achèvement artistique.

                                                                        Walter Pater, « Que tout art soit musique », 1877

                                                                                                           


L’Invention de l’année 2018

Notes sur le film par Anne Schneider et Isidore Gracián

 » Le film ne cache rien, le titre de l’œuvre nous dit tout, il nous dit ce que nous ne devons pas refuser d’entendre : non pas représentation, mais Invention…  Le monde n’est plus ici un spectacle que l’art confierait à notre regard indiscret, regard sur le monde mais protégé de ses anfractuosités, immunisé contre son écoulement sans répit, contre son souffle qui ne laisse rien indemne. Dans le film L’Invention de L’Année 2018 le monde… ( Notes sur le film par Anne Schneider et Isidore Gracian)
suite du texte, ici 

Site Jean Seban (cliquez ici)  

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer