« Le Lunetier aveugle »

Entretien-lectures
autour du livre qui vient de paraître de

Thieri Foulc
 « Le Lunetier aveugle »
éditions Al Manar

Entretien avec l’écrivain Paul Fournel

Dimanche 16 juin 2019 à 15h30 – entrée libre

Halle Saint Pierre – à l’auditorium
Réservation conseillée : 01 42 58 72 89

L’expérience du désert.
Un ensemble de contes drôlatiques, par le grand Publicateur
du Collège de Pataphysique.
(éditions Al Manar)

« Ce que j’allais faire à Tétouan n’est pas clair, en fait je cherchais le Sahara. Ou plutôt, je cherchais le désert, celui-ci ou un autre, mon désir n’était pas d’ordre géographique, je cherchais le désert en soi, ou mieux : le désert en moi – pour naître, même si je ne le savais pas. À Tétouan, ville plaisante, je mangeai un couscous dans la médina, en plein après-midi. J’étais seul. Quand je voulus payer, le patron m’annonça : « Aujourd’hui c’est gratuit, c’est le premier jour. » Il saluait ma naissance, mais j’étais aveugle, je l’ai dit. » …

Thieri Foulc est notamment l’auteur de poèmes (Vingt écrits, 1968 ; Whâââh, 1972 ; Œuvres complètes tome 2, 1992), imprégnés comme les présents contes de son expérience du désert, et a longtemps édité la revue et autres publications du Collège de Pataphysique.

 

 

Paul Fournel écrivain ( à Saint-Étienne), auteur de romans, de nouvelles, de poésies, de pièces de théâtre et d’essais. Il a également écrit des romans pour la jeunesse. Il a reçu, entre autres prix littéraires, le Prix Goncourt de la nouvelle en 1989 pour son recueil de nouvelles Les Athlètes dans leur tête, et reçu le Prix Renaudot des lycéens en 1999 pour son roman Foraine. Régent du Collège de ’Pataphysique et président de l’Oulipo, président de la Société des gens de lettres de 1992 à 1996. Il occupe ensuite des postes de l’administration culturelle comme directeur de l’Alliance française de San Francisco (1996-2000), attaché culturel de l’ambassade de France au Caire (2000-2003) et directeur littéraire du Centre régional des lettres de Languedoc-Roussillon.

[Performances]
Yannick Unfricht

LES DATES A VENIR – 15h30

Samedi 15+ dimanche 16 juin
Samedi 6 + dimanche 7 juillet

Performances au sein de l’exposition HEY! #4
accès avec le billet d’entrée à l’exposition.

*

LA SÉRIE DE PHOTOGRAPHIES PRÉSENTÉES DANS LE CADRE DE HEY! #4
Tandis qu’il se photographie lui-même depuis vingt ans de façon quasi automatique, Yannick Unfricht entreprend en 2017 une série photographique dans les règles, suite à une rencontre : «  Tout est né après avoir trouvé un canapé abandonné sur un trottoir ; il était enfoui sous d’autres objets qui le cachaient entièrement… J’ai dû inconsciemment répondre à son S.O.S. car je l’ai sauvé d’un broyage assuré – destin des encombrants. Il s’agit d’un des premiers canapés lits convertibles fabriqués dans les années 30 en Allemagne. Habitant en France à coté de la frontière allemande, ce genre de trouvaille n’est pas rare. Une fois chez moi, je l’ai pris en photo, et sur l’image, il dégageait quelque chose de fort, une énergie particulière. Par le passé, afin de mettre en place une de mes performances de butô, je me suis intéressé de près à cette croyance japonaise appelée Tsukumogami – elle raconte qu’un objet ayant atteint l’âge de 99 ans est alors forcément habité par un esprit. J’ai donc tenté d’imaginer quelle était, pour ce canapé, la forme de cette entité… Mais j’ai compris que, dans ce cas précis, c’est le canapé lui-même qui est l’entité. Pour nourrir son âme, il fallait juste faire en sorte qu’il continue de servir le pourquoi de sa conception : (sup)porter des gens. »

L’installation
La représentation d’une pièce sombre de la maison d’enfance de l’artiste où il venait régulièrement s’enfermer pour tester le pouvoir de ses frayeurs – la première restant l’expérience de l’effondrement de sa foi. Abritant un Christ vieux de 200 ans et des tas de racines d’arbres aux formes monstrueusement humanoïdes amassées par son grand père, cette pièce consolida des visions traumatisées aujourd’hui transformées par l’artiste en performances, spectacles et photographie. Cette installation est, pour Y. Unfricht, un extrait d’acte de naissance de son imaginaire.

La série de performances
Chaque mois, Y. Unfricht vient habiter son installation, et se livrer à une performance au long cours. Chaque performance mettra en scène un objet de son enfance, et une entité née de ses souvenirs transformés. Chaque entité présentée au fil des performances mensuelles sont également des émanations des mythes de la région natale de l’artiste (Moselle). Ces dix performances ont été pensées pour former un ensemble au travers duquel l’artiste dessine les plans de son architecture émotionnelle fondamentale.

BIOGRAPHIE

Yannick Unfricht – Né en 1970. France. Vit et travaille à Bitche (France). Artiste autodidacte. Performer de culture franco-allemande, Yannick Unfricht est un membre historique de HEY! La Cie depuis sa création en 2010. Dans les années 90, il découvre    « l’art du mouvement », et l’explore de façon instinctive. Durant les années 2000, il fait la connaissance d’Atsushi Takenouchi (maître de butô). Depuis, il expérimente cette discipline lors de performances, interprétant des combinaisons libres observées avec intérêt  par l’ensemble de la communauté butô. Il additionne à son geste un jeu de masques et accessoires qu’il crée à partir d’éléments de son environnement (objets de récupération et fragments naturels d’écorce, bois, pierre, mousse…). Au travers d’une tactique d’ombre et de transformation, les personnages aux allures fantastiques qu’il s’invente sont poétiques, épiques, et questionnent. Après une phase de « test », nu et seul, dans sa forêt natale de Bitche, ils « se révèlent » à l’artiste, prêts à « être appelés » en performance. L’art du rituel ou le passage ritualisé restant l’alpha et l’oméga de son expression, l’exercice de la photographie n’est en soi pour l’artiste qu’un médium de plus à sa palette pour exprimer « son instant présent ». Gravement atteint de la maladie de Lyme depuis 2015, la photographie et la sculpture en bois brûlé au chalumeau augmentent son périmètre identitaire. Le chant diphonique fait aussi partie de ses talents.

  • Textes de Anne De HEY!