La Table des Manières

Performance proposée par les Éditions Macula
dans le cadre de leur présence à la Halle Saint Pierre jusqu’au 30 juillet

La Table des Manières

Lecture-performance par
Esmé Planchon et Helena de Laurens 

à partir d’extraits de livres du catalogue Macula



Dimanche 18 juin 2017 à 16 heures – entrée libre
Halle Saint Pierre – à l’auditorium

*

La Table des Manières met en jeu les textes et ce qui les entoure : titre, illustrations, légendes, prix, sommaire, couverture, index, papier. 
Durée : 40 minutes

Helena est artiste chorégraphique et comédienne, Esmé est conteuse, auteure et comédienne. Nous inventons des lectures-performances qui côtoient de près ou de loin les formes du conte, du récital, de la comédie musicale et du cut-up. En 2016, nous créons Les Sextes, un récital érotico-historique, collection d’anecdotes burlesques et extravagantes sur l’Histoire. Et en 2017, Les Gextes, une pièce où : « Nous jouons aux textes, Nous lisons les textes joueurs, Nous gestons les jeux du dire ».

Les éditions Macula nous ont invitées à nous emparer de leur catalogue pour imaginer une performance, il sera question de récits de feux d’artifice, du bois qui se réduit en pierre, du calcul de la courbe du jet de la pisse, d’une folle qui réveille ses beaux-parents à coups de massue, je ne tremble pas, je me trémousse pour faire un menuet de ma peur, d’une danse de la pluie où l’on tient un serpent dans sa bouche.

 

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

EXIL MON AMOUR

CONCERT – POÉSIE
EXIL MON AMOUR
Duo
Catherine WARNIER / Violoncelle
Salah AL HAMDANI / Poèmes et voix

Concert – lecture entre des univers musicaux d’orient et d’occident

Dimanche 11 juin 2017 à 15 heures – entrée libre

Halle Saint Pierre – à l’auditorium
Réservation conseillée : 01 42 58 72 89

 Salah Al Hamdani
Poèmes de lus, extraits des recueils :

* Une blessure pour grandir, inédit
* Je te rêve, Editions Pippa, 2015
* Bagdad mon amour, Editions Le temps des cerises, 2014
* Bagdad Jérusalem avec Ronny Someck, traduit de l’arabe avec Isabelle Lagny, Editions Bruno Doucey, 2012
* Saisons d’argile, avec des peintures de Yousif Nasser, Editions Al Mariar, 2011
* Mirage, avec des peintures de Danielle Loisel, Editions Signum, 2011, et in Rebâtir les jours, Edition Bruno Doucey, 2013
* Le Balayeur du désert, 1ère partie traduite de l’arabe avec Isabelle Lagny, Editions Bruno Doucey, 2010
* Le retour à Bagdad, traduit de l’arabe avec Isabelle Lagny, Editions Les points sur les i, 2006
* Ce qu’il reste de lumière, Editions l’Harmattan, 1999
* L’arrogance des jours, traduit de l’arabe avec Isabelle Lagny, Editions l’Harmattan, 1997

Programme de la soirée :

1ère  Partie / Poèmes et voix / Salah Al Hamdani / lecture seule
2ème Partie / SARABANDE de la 4ème suite de J.S. BACH pour violoncelle seul / Accompagné de 3 courts poèmes
3ème Partie / Extrait de la 2ème pièce populaire de Robert SCHUMANN / Poème Présence brumeuse
4ème Partie / Supplication d’Ernest BLOCH. Poème Miroir inversé
5ème Partie / Prélude de la 5ème suite de J.S. BACH pour violoncelle seul / Poèmes L’apôtre du chagrin suivi de Le moi dans le vide (en Arabe)

6ème Partie / Poème Toujours à toi Salah Al Hamdani / lecture seule
7ème Partie / IRAKIA violoncelle seul
8ème Partie / D’après le mode HIJAZ / Poème Le deuil rouge
9ème Partie / Inspirée de l’ÉGYPTE / Poème L’inconnu
10ème Partie / Chant traditionnel IRAKIEN/ Poèmes Rencontre et Des soucis imprévus
11ème Partie / Iraqi Gipsy Song / Poème Le retour à Bagdad
12ème Partie / SOLAF / Poème Seul le vieux tapis fleurissait le sol
13ème Partie / HISSAR- KOURDI / Poème L’exilé
14ème Partie / Sarabande de la 5ème suite de de J.S. BACH pour violoncelle seul / Poème Bagdad mon amour
15ème Partie / Gigue de la 5ème suite de J.S. BACH pour violoncelle seul

*

NOTICES BIOGRAPHIQUES 

Catherine Warnier, âgée seulement de quatre ans, Catherine Warnier rêve de devenir violoncelliste. Son rêve prend forme lorsqu’elle accède au Conservatoire National de Région de Reims, sa ville natale. Elle obtient à 16 ans le 1er prix à l’unanimité du jury présidé par Maurice Maréchal. Catherine devient ensuite l’élève de Paul Tortelier pendant 4 ans et rentre dans la classe d’André Navarra à l’école Normale Supérieure de Musique de Paris. Elle obtient le diplôme d’exécution à l’unanimité avec félicitations du Jury. Lauréate du Conservatoire National Supérieure de Musique de Paris, le Ministère de la Culture la sélectionne pour rejoindre l’Orchestre des Jeunesses musicales d’Europe au Canada sous la direction de Zubin Mehta. Sélectionnée de nouveau par le Ministère de la Culture pour un festival au Brésil, elle y donne des concerts en musique de chambre et avec orchestre. Quelques années plus tard, Catherine obtient le poste de violoncelliste titulaire à l’Orchestre National de Lyon. Elle devient ensuite professeur au Conservatoire National d’Annecy et violoncelliste solo à l’Orchestre de Savoie sous la direction de Claire Gibault. Parallèlement à l’enseignement, elle donne régulièrement des concerts en soliste et en musique de chambre. Ces dernières années, Catherine Warnier crée des événements qui rapprochent les différentes formes d’art, « musique, écriture, photographie et peinture ».

_

Salah Al Hamdani, poète, écrivain et homme de théâtre français d’origine irakienne, est né en 1951 à Bagdad. Ecrit en français et en arabe. Ancien opposant à la dictature du parti Baath, il commence à écrire des poèmes en prison politique en Irak vers l’âge de 20 ans. Puis il choisit la France pour terre d’asile en 1975 après avoir découvert Albert Camus traduit en arabe dans les cafés de Bagdad. C’est à Paris qu’il devient auteur de plus d’une quarantaine d’ouvrages (roman, poésies, nouvelles et récits) dont plusieurs sont traduits de l’arabe avec Isabelle Lagny. Dernières parution : Contrejour amoureux (Dialogue poétique avec Isabelle Lagny), Editions Le Nouvel Athanor, Paris, 2016 ; Je te rêve, poèmes, Editions Pippa, Paris, 2015 : En écho de lumière, poèmes avec photographies de Fabien Pio, Editions Glc, Montpelier, 2015 ; Deux enfants de Bagdad, Salah Al Hamdani et Ronny Someck entretiens avec Gilles Rozier, Éditions des Arènes, Paris, 2015 ; Adieu mon tortionnaire, récits, ainsi que Bagdad mon amour suivi de Bagdad à ciel ouvert, poèmes, (nouvelle édition), aux Editions Le Temps des Cerises, Paris, 2014 ; Oublier Bagdad, CD poésie et musique avec Salah Al Hamdani, auteur et récitant et Arnaud Delpoux, guitare et piano, Paris, 2015.

 

Ice cream et châtiments

Nadine MONFILS
Ice cream et châtiments
Éditions Fleuve, parution le 11 mai 2017

Samedi 10  juin à 15 heures – entrée libre

Halle Saint Pierre – Auditorium
Réservation conseillée : 01 42 58 72 89

*

Présentation par Pascal Hecker – libraire de la Halle Saint Pierre

*

LE LIVRE

Ice cream et châtiments

Elvis est seul sur la route, au volant de sa Cadillac, avec sa chienne Priscilla à ses côtés. On the road again ! Il profite d’un petit concert dans un home ardennais, à Chimay (réputée pour sa Trappiste) pour prendre quelques jours de vacances. Cool ! Il se penche pour mettre un cd du King et soudain, bang ! Il percute quelque chose…D’abord, il pense que c’est un sanglier. Il s’arrête et constate qu’il vient de renverser quelqu’un. Panique à bord !
Planqué derrière un arbre,un mec louche observe la scène…
La victime ne respire plus. Pas la peine de l’emmener à l’hosto.
Elvis décide d’installer le gars dans sa bagnole et de rentrer au bercail. Il réfléchira plus tard.
Petit problème, la veille il s’est tapé une grosse majorette rencontrée au bistrot. Pas de bol ! Elle est encore là et semble vouloir s’incruster. Il va inventer un bobard à la nana et raconter qu’il a trouvé le type mort au bord de la route. Sauf que ce gars-là, elle le reconnaît …C’est Joël Bermude, une vedette de la série télé « Bouffi et les vampires ». Cette pétée va vouloir faire un selfie avec lui !
Pas question d’aller chez les flics, Elvis n’a pas confiance et ne veut pas risquer de se faire accuser de meurtre. La majorette a une idée de génie : et si on le balançait dans le puits au fond du pré ? Il est profond, l’endroit est désert, c’est la planque idéale.
Tout irait comme sur des roulettes si on ne les surveillait pas et si l’infernale mémé Cornemuse n’avait pas débarqué dans la vie d’Elvis, pour lui pourrir son séjour.
Sans compter non plus son coach Bouli, ancien boucher devenu cul-de-jatte depuis que ses guiboles ont été prise dans le broyeur de viande hachée, Miss Moulinex qui passe ses frustrations à astiquer sa collection de nains, et un autre abruti qui empaille des rats et les habille. Ceci n’est qu’un échantillon des personnages hauts en couleurs qui gravitent autour d’Elvis.
Mais il y a aussi une mystérieuse rousse au passé sulfureux et un artiste d’art brut, art autour duquel tourne ce suspense déjanté, à la sauce Fargo, mais pimentée à la belge ! Avec un parfum de surréalisme et de poésie.
Une fois de plus, Elvis Cadillac parviendra à dénouer les fils de cette intrigue grâce au King himself qui l’appelle sur son portable pour lui filer des tuyaux. Qui a dit qu’il était mort ? Tu ne sais pas qu’il vit sur une île avec Mickael Jackson ?

Nadine Monfils

4éme de couverture

Elvis Cadillac, roule à fond les ballons sur une petite route du côté de Chimay dans les Ardennes où la Trappiste coule à flots. Invité dans un « home » de vieux pour y donner un concert, le sosie officiel du King est chaud boulettes. Tout baigne ! La banane rose fluo de sa chienne Priscilla vole au vent. Soudain, crac ! Il croit avoir renversé un sanglier et ô cauchemar, s’aperçoit qu’il s’agit d’une ancienne vedette de la télé.
Qu’est ce qu’il va raconter à la majorette qui l’attend encore dans son lit, avec ses bottes et l’espoir de lui mettre le grappin dessus? Il va se retrouver emberlificoté dans un drôle de drame à la sauce Fargo, avec en guest star mémé Cornemuse, tombée du ciel, qui va le mener à la catastrophe.
Sur son chemin, une coupeuse de têtes de nains de jardin, deux branques dont un accro à la glace aux spéculoos, un empailleur de rats et quelques autres tapés bocal… Le tout dans un univers déjanté et coloré, autour de Boris Vian et de l’art brut.
Ca va swinguer !

*

NADINE MONFILS

Le mystère avec Nadine Monfils, c’est qu’on ne sait pas si elle écrit sous l’influence de l’alcool ou si elle est née pétée. La sœur cachée de Poelvoorde a un goût immodéré pour les serial killers en tongs et les troquets mal famés. On sait qu’elle a grandi place Clochemerle, dans un petit village au milieu de la Belgique, qu’elle a été prof de morale ce qui l’a amenée à écrire des contes pour petites filles perverses, qu’elle a fait un film avec Lavanant qui depuis, l’abreuve de textos sur la picole ( ces deux-là s’entendent copain comme cochon), qu’elle a sauté sur les genoux d’Annie Cordy à l’âge de 5 ans, ce qui lui a donné la vocation du théâtre, et qu’elle est raide dingue de JCVD. Paraît que quand elle n’écrit pas, elle tricote des paletots très moches pour son chien Léon qui finit ses fonds de Trappiste, sur la musique d’Elvis.
Y’a des écrivains qu’il vaut mieux pas connaître, pour garder ses illusions du genre mignonne blondinette qui fait des cures thermales et mange bio…

Plus sérieusement …

Nadine Monfils est une artiste belge iconoclaste. Auteur de plus de 60 romans, et l’une des premières femmes publiée à la « Série Noire », elle a aussi écrit et réalisé un long-métrage, Madame Edouard, avec un casting prestigieux.
Elle a reçu de nombreux prix dont le prix Polar au salon de Cognac, le prix Saint-Maur en poche, et le prix de la Griffe Noire, pour l’ensemble de son œuvre.
Après l’immense succès de Mémé Cornemuse, héroïne récurrente dont la première aventure a connu un immense succès en librairie, Nadine invente un nouveau personnage barré, Elvis Cadillac, dont la première aventure est parue chez Fleuve Éditions en 2016.

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer