CURATING OUTSIDER ART

Manfred Teege

Manfred Teege

Conférence de l’EOA
European Outsider Art Association

CURATING OUTSIDER ART
les 15/16 mai 2014

Halle Saint Pierre

The board of EOA is pleased to announce this year’s conference and general assembly at Halle Saint Pierre.

http://www.outsiderartassociation.eu/

*

About the conference :

More and more institutions for contemporary art integrate art works by outsider artists in exhibitions or permanent collections today. As a lot of these artists are not thinking in terms of the art scene or art market they are unfamiliar with ways of presentation and exhibiting their works. Professional art curators, on the other hand, are often unfamiliar with the context of and special ideas behind outsider art and tend to press it into well-known presentation formats, cutting off important dimensions of the works. The conference “Curating Outsider Art” wants to look for ways to mediate between artists and curators in this field. Speakers include: Martine Lusardy, Pierre Muylle, Thomas Röske.

1- Board_EOARaija Kallioinen (Vice president, FI), Jan Ulrik Sakø Juhl (Secretary General, DK), Thomas Röske (President, D), Marc Steene (UK), Marina Giordano (IT)© Helka KetonenEOA Board à Raija Kallioinen (Vice president, FI), Jan Ulrik Sakø Juhl (Secretary General, DK), Thomas Röske (President, D), Marc Steene (UK), Marina Giordano (IT) © Helka Ketonen

2-EOAIngeborg Luscher (Artiste, D) et Thomas Röske (Prinzhorn Collection, D) © Raija Kallioine3-EOADieter de Vlieghere (University of Leuven, B) et Thomas Röske (Prinzhorn Collection, D)© Raija Kallioinen4-EOACarine Fol (Central for Contemporary Art, B) et Thomas Röske (Prinzhorn Collection, D)© Raija Kallioinen5-EOAJohn Maizels (Raw Vision, UK) et Martine Lusardy (Halle Saint Pierre, FR)© Raija Kallioinen

6-EOA
Pierre Muylle (MadMusée, B) et Carine Fol (Central for Contemporary Art, B)© Raija Kallioinen
7-EOAJohn Maizel (Raw Vision, UK) devant les œuvres de Viljo Gusstafsson (FI), esposition Raw Vision © Raija Kallioinen

8-EOASimon McAuley et Julia Krause-Harder Thomas Röske (Prinzhorn Collection, D) © Raija Kallioinen

 *

Programme 2014

May 15, 2014
*
4:30 p.m.: European Outsider Art Association General Assembly (members only)
*
7:00 p.m.: Opening event : “It is a question of atmosphere”
Artist Ingeborg Lüscher (Locarno, Switzerland) talking with Thomas Röske, director of the Prinzhorn Collection and chairman of European Outsider Art Association (Heidelberg,
Germany)
*

May 16, 2014
9:00 a.m.: Reception

9:30 a.m.: Introduction, Dr. Thomas Röske

10:00 a.m.: Understanding Outsider Art as a Curatorial Concept,
Dieter De Vlieghere (University of Leuven, Belgium)

10:45 a.m.: Coffee Break

11:15 a.m.: Exhibiting Outsider Art in Halle Saint Pierre,
Martine Lusardy (Halle Saint Pierre, Paris, Fance)

12:00 a.m.: It’s alive?!,
Carine Fol (Centrale for Contemporary Art, Brussel, Belgium)
and Pierre Muylle (MadMusée, Liège, Belgium)

12:45 p.m.: Lunch Break

2:45 p.m.: Documenting and Exhibiting Environments,
Jo Farb Hernandez (San José State University,California, USA)

3:30 p.m.: Coffee Break

4:00 p.m.: The Artist’s Viewpoint,
Simon McAuley and Julia Krause-Harder talking with Thomas Röske

5:30 p.m.: End of the Conference

 

 

 

Rocaterrania

roc_postcardROCATERRANIA

Film de Brett Ingram,
(USA, 73:47 mn, en VO non sous-titré)

Dimanche 8 juin à 15 heures

Halle Saint Pierre – auditorium
entrée libre
Réservation conseillée : 01 42 58 72 89
*

Rocaterrania est un film documentaire long métrage qui explore le monde secret de l’illustrateur scientifique et artiste visionnaire Renaldo Kuhler.

 *

Au cours des quatre dernières décennies, à l’âge de soixante-seize ans, Renaldo Kuhler a créé des centaines de planches pour la North Carolina Museum of Natural Sciences, illustrant la flore et la faune pour des revues scientifiques et des livres de référence. Avant la réalisation de ce documentaire, on ne savait pas que Kuhler était aussi un artiste visionnaire prolifique.
Entre autres thèmes, le film évoque la nature insidieuse de la conformité, le courage d’être soi, et la puissance rédemptrice de la création artistique.
Le film est également doté d’une bande son originale composé et jouer par le groupe Shark Quest.

- Brett Ingram

*

Notices biographiques

RENALDO Kuhler (1931-2013)
Fils unique de Simone et Otto Kuhler – le célèbre concepteur des locomotives à vapeur aérodynamiques des années Art-Déco – Renaldo Kuhler est né en 1931 à Teaneck, dans le New Jersey et a grandi dans le comté de Rockland, dans l’Etat de New York. A l’âge de 16 ans, Renaldo déménage avec ses parents dans un ranch isolé, situé dans les Rocheuses du Colorado. Pour échapper à l’ennui et la solitude, Kuhler s’invente un pays imaginaire du nom de Rocaterrania et entame son oeuvre secrète, illustrant l’histoire de la nation au crayon, à l’encre et à la peinture.
Diplômé en histoire de l’université du Colorado en 1960, il travaille quelques années à la conception d’expositions à Spokane dans l’Etat de Washington, puis est employé au musée des sciences naturelles de Raleigh, en Caroline du Nord, où il découvre l’art de l’illustration scientifique. Il part à la retraite en 1999. C’est auprès du réalisateur de documentaires, Brett Ingram, que Renaldo Kuhler partage pour la première fois, en 1996, son monde privé de Rocaterrania. L’impressionnante production artistique de Kuhler et l’histoire de Rocaterrania deviennent publiques grâce au film éponyme de Brett Ingram, sorti en 2009. Kuhler meurt le 2 juin 2013 à l’âge de 81 ans.

*

Renaldo KUHLER (1931 – 2013)
Renaldo Kuhler was born in Teaneck, New Jersey, USA in 1931 and raised in Rockland County, NY, the only son of the late Simone and Otto Kuhler, a renowned designer of streamlined steam locomotives during the Art Deco period. At the age of 16, Renaldo moved with his parents to a remote cattle ranch high in the Colorado Rockies. To cope with the boredom and isolation of ranch life, Kuhler invented an imaginary country he called Rocaterrania and began his secret life’s work – illustrating the nation’s history in pencil, ink, and paint.
Kuhler received his B.A. in History from the University of Colorado in 1960 and after working as an exhibits designer in Spokane Washington, took a job at the North Carolina Museum of Natural Sciences in Raleigh where he taught himself the craft of scientific illustration. He retired from the museum in 1999. Renaldo never shared his private world of Rocaterrania with anyone until he met documentary filmmaker Brett Ingram in 1996. Kuhler’s astounding body of work and the story of Rocaterrania was made public in Ingram’s film by the same title, released in 2009.
Kuhler died on June 2, 2013 at the age of 81.

_

Brett Ingram
Ingénieur aérospatial, Brett Ingram commence à réaliser des films en 1990. Il a notamment réalisé Route de Monster (2004) et Rocaterrania (2009), et une dizaine de courts documentaires et films d’animation.
Ingram a obtenu plusieurs bourses : Guggenheim (2007) et du Conseil des Arts Caroline du Nord en arts visuels (1995) et Cinéma (2002).
Il a écrit des articles sur les arts visuels, le cinéma d’animation, et l’éducation aux médias, et est en train d’écrire un livre sur la vie et l’œuvre de l’illustrateur visionnaire Renaldo Kuhler.
Il enseigne le cinéma à l’Université de Caroline du Nord à Greensboro.

*

Brett Ingram
Formerly an electrical engineer on the Space Shuttle Main Engine Program, Brett Ingram starting making films in 1990.
He is the director of two documentary features, Monster Road (2004) and Rocaterrania (2009), and a dozen short documentaries and animated films.
Ingram is the recipient of a Guggenheim Fellowship (2007) and North Carolina Arts Council Fellowships in Visual Art (1995) and Filmmaking (2002).
He has written articles on visual art, film animation, and media education, and is currently writing a book on the life and work of visionary illustrator Renaldo Kuhler.
He teaches filmmaking at the University of North Carolina Greensboro.

*

Le film dans la presse :

“The secret world of Renaldo Kuhler is about to go public”
NY Times

“A weird delight”
Variety

“Lush, penetrating feature-length portrait”
Indy Week

“Fascinating documentary”
San Jose Metro

“Truly inventive documentary”
Review Vancouver

“A fascinating must see for dreamers”
Vancouver Observer

“An endless flow of visions and experiences guided by Kuhler’s voice; a single trip to the loving and overwhelming imagination of an unexpected artist.”
Buenos Aires Festival Internacional De Cine Independiente

“One man’s complex journey into his mind”
CJSF Radio, Vancouver

 

en savoir plus (ici)

Atomium

ATOM4-1 def avec noms des comédiens

Lecture théâtralisée par la
Cie La Lune vague après la pluie

Atomium de Constance Chlore
Éditions Atelier de l’agneau
(récit 72 pages, 2013)

Lecture dirigée par Coralie Emilion

, 2013 76 pages, 15€
, 2013 76 pages, 15€

dimanche 22 juin à 15h

Halle Saint-Pierre – auditorium
Entrée 5€
Réservation conseillée
01 42 58 72 89

Née à Bruxelles, Constance Chlore vit actuellement à Paris. Elle a publié deux romans : Nicolas jambes tordues (Editions La Fosse aux ours); A Tâtons sans bâton (Editions Punctum.) Et vient de terminer le troisième. Elle donne régulièrement à lire ses poèmes dans des revues (Midi, Koan, Fusées, bon-a-tirer.com). On peut entendre un extrait de L’œil dans la verticale sur : http://www.youtube.com/watch?v=Tk3FxsPRCP4 – See more at: http://www.recoursaupoeme.fr/po%C3%A8tes/constance-chlore#sthash.xxarJS2k.dpuf

Mon corps est si lourd, me dit :
Oseras-tu cette aventure ?

Et nous voici entraînés dans l’exposition universelle de Bruxelles en 1958.
De vers et de proses mêlés, quelle belle bousculade ! avec des notes, et des citations d’études ethnographiques. Qui parle ? Accords masculins, puis féminins. Des voix viennent de droite ou de gauche, c’est écrit normal, puis petit, puis de nouveau normal, qui du coup paraît gros.
Constance Chlore revendique l’aile nombreuse de Michaux. Oui, ça grouille, en dehors comme en dedans ! Il est une foule belge, ou plutôt une manière belge de dire la foule. Je pense bien sûr à Ensor :

On découvrait des robots, des fausses mains articulées : on ouvrait grands les yeux (…) ça cliquetait, ça scintillait d’un feu de dix mille lampes…

- See more at: http://www.recoursaupoeme.fr/critiques/atomium-de-constance-chlore/eric-pistouley#sthash.u6wGRTMt.dpuf

Mon corps est si lourd, me dit :
Oseras-tu cette aventure ?

Et nous voici entraînés dans l’exposition universelle de Bruxelles en 1958.
De vers et de proses mêlés, quelle belle bousculade ! avec des notes, et des citations d’études ethnographiques. Qui parle ? Accords masculins, puis féminins. Des voix viennent de droite ou de gauche, c’est écrit normal, puis petit, puis de nouveau normal, qui du coup paraît gros.
Constance Chlore revendique l’aile nombreuse de Michaux. Oui, ça grouille, en dehors comme en dedans ! Il est une foule belge, ou plutôt une manière belge de dire la foule. Je pense bien sûr à Ensor :

On découvrait des robots, des fausses mains articulées : on ouvrait grands les yeux (…) ça cliquetait, ça scintillait d’un feu de dix mille lampes…

- See more at: http://www.recoursaupoeme.fr/critiques/atomium-de-constance-chlore/eric-pistouley#sthash.u6wGRTMt.dpuf

Mon corps est si lourd, me dit :
Oseras-tu cette aventure ?

Et nous voici entraînés dans l’exposition universelle de Bruxelles en 1958.
De vers et de proses mêlés, quelle belle bousculade ! avec des notes, et des citations d’études ethnographiques. Qui parle ? Accords masculins, puis féminins. Des voix viennent de droite ou de gauche, c’est écrit normal, puis petit, puis de nouveau normal, qui du coup paraît gros.
Constance Chlore revendique l’aile nombreuse de Michaux. Oui, ça grouille, en dehors comme en dedans ! Il est une foule belge, ou plutôt une manière belge de dire la foule. Je pense bien sûr à Ensor :

On découvrait des robots, des fausses mains articulées : on ouvrait grands les yeux (…) ça cliquetait, ça scintillait d’un feu de dix mille lampes…

- See more at: http://www.recoursaupoeme.fr/critiques/atomium-de-constance-chlore/eric-pistouley#sthash.u6wGRTMt.dpuf

Mon corps est si lourd, me dit :
Oseras-tu cette aventure ?

Et nous voici entraînés dans l’exposition universelle de Bruxelles en 1958.
De vers et de proses mêlés, quelle belle bousculade ! avec des notes, et des citations d’études ethnographiques. Qui parle ? Accords masculins, puis féminins. Des voix viennent de droite ou de gauche, c’est écrit normal, puis petit, puis de nouveau normal, qui du coup paraît gros.
Constance Chlore revendique l’aile nombreuse de Michaux. Oui, ça grouille, en dehors comme en dedans ! Il est une foule belge, ou plutôt une manière belge de dire la foule. Je pense bien sûr à Ensor :

On découvrait des robots, des fausses mains articulées : on ouvrait grands les yeux (…) ça cliquetait, ça scintillait d’un feu de dix mille lampes…

- See more at: http://www.recoursaupoeme.fr/critiques/atomium-de-constance-chlore/eric-pistouley#sthash.u6wGRTMt.dpuf

Mon corps est si lourd, me dit :
Oseras-tu cette aventure ?

Et nous voici entraînés dans l’exposition universelle de Bruxelles en 1958.
De vers et de proses mêlés, quelle belle bousculade ! avec des notes, et des citations d’études ethnographiques. Qui parle ? Accords masculins, puis féminins. Des voix viennent de droite ou de gauche, c’est écrit normal, puis petit, puis de nouveau normal, qui du coup paraît gros.
Constance Chlore revendique l’aile nombreuse de Michaux. Oui, ça grouille, en dehors comme en dedans ! Il est une foule belge, ou plutôt une manière belge de dire la foule. Je pense bien sûr à Ensor :

On découvrait des robots, des fausses mains articulées : on ouvrait grands les yeux (…) ça cliquetait, ça scintillait d’un feu de dix mille lampes…

- See more at: http://www.recoursaupoeme.fr/critiques/atomium-de-constance-chlore/eric-pistouley#sthash.u6wGRTMt.dpuf

 *

Née à Bruxelles, Constance Chlore vit actuellement à Paris. Elle a publié deux romans : Nicolas jambes tordues (Editions La Fosse aux ours); A Tâtons sans bâton (Editions Punctum.) Et vient de terminer le troisième. Elle donne régulièrement à lire ses poèmes dans des revues (Midi, Koan, Fusées, bon-a-tirer.com). On peut entendre un extrait de L’œil dans la verticale sur : http://www.youtube.com/watch?v=Tk3FxsPRCP4 – See more at: http://www.recoursaupoeme.fr/po%C3%A8tes/constance-chlore#sthash.xxarJS2k.dpuf
Née à Bruxelles, Constance Chlore vit actuellement à Paris. Elle a publié deux romans : Nicolas jambes tordues (Editions La Fosse aux ours); A Tâtons sans bâton (Editions Punctum.) Et vient de terminer le troisième. Elle donne régulièrement à lire ses poèmes dans des revues (Midi, Koan, Fusées, bon-a-tirer.com). On peut entendre un extrait de L’œil dans la verticale sur : http://www.youtube.com/watch?v=Tk3FxsPRCP4 – See more at: http://www.recoursaupoeme.fr/po%C3%A8tes/constance-chlore#sthash.xxarJS2k.dpuf

ConstanceChlorePortait Recours_0915Née à Bruxelles en 1967, Constance Chlore vit actuellement à Paris. Elle a publié deux romans, et donne régulièrement à lire ses poèmes dans des revues. Elle fait des lectures publiques dans des librairies, café-littéraire, salon du livre etc. Elle collabore avec le compositeur Alain Bonardi (lieder, livret d’opéra, spectacle poétique et musical.)

Bibliographie
Romans
– Nicolas jambes tordues, éd. La Fosse aux ours, 1999
– A Tâtons sans bâton, éd. Punctum, 2005

Née à Bruxelles, Constance Chlore vit actuellement à Paris. Elle a publié deux romans : Nicolas jambes tordues (Editions La Fosse aux ours); A Tâtons sans bâton (Editions Punctum.) Et vient de terminer le troisième. Elle donne régulièrement à lire ses poèmes dans des revues (Midi, Koan, Fusées, bon-a-tirer.com). On peut entendre un extrait de L’œil dans la verticale sur : http://www.youtube.com/watch?v=Tk3FxsPRCP4 – See more at: http://www.recoursaupoeme.fr/po%C3%A8tes/constance-chlore#sthash.xxarJS2k.dpuf
Née à Bruxelles, Constance Chlore vit actuellement à Paris. Elle a publié deux romans : Nicolas jambes tordues (Editions La Fosse aux ours); A Tâtons sans bâton (Editions Punctum.) Et vient de terminer le troisième. Elle donne régulièrement à lire ses poèmes dans des revues (Midi, Koan, Fusées, bon-a-tirer.com). On peut entendre un extrait de L’œil dans la verticale sur : http://www.youtube.com/watch?v=Tk3FxsPRCP4 – See more at: http://www.recoursaupoeme.fr/po%C3%A8tes/constance-chlore#sthash.xxarJS2k.dpuf
Née à Bruxelles, Constance Chlore vit actuellement à Paris. Elle a publié deux romans : Nicolas jambes tordues (Editions La Fosse aux ours); A Tâtons sans bâton (Editions Punctum.) Et vient de terminer le troisième. Elle donne régulièrement à lire ses poèmes dans des revues (Midi, Koan, Fusées, bon-a-tirer.com). On peut entendre un extrait de L’œil dans la verticale sur : http://www.youtube.com/watch?v=Tk3FxsPRCP4 – See more at: http://www.recoursaupoeme.fr/po%C3%A8tes/constance-chlore#sthash.xxarJS2k.dpuf
Née à Bruxelles, Constance Chlore vit actuellement à Paris. Elle a publié deux romans : Nicolas jambes tordues (Editions La Fosse aux ours); A Tâtons sans bâton (Editions Punctum.) Et vient de terminer le troisième. Elle donne régulièrement à lire ses poèmes dans des revues (Midi, Koan, Fusées, bon-a-tirer.com). On peut entendre un extrait de L’œil dans la verticale sur : http://www.youtube.com/watch?v=Tk3FxsPRCP4 – See more at: http://www.recoursaupoeme.fr/po%C3%A8tes/constance-chlore#sthash.xxarJS2k.dpuf
Née à Bruxelles, Constance Chlore vit actuellement à Paris. Elle a publié deux romans : Nicolas jambes tordues (Editions La Fosse aux ours); A Tâtons sans bâton (Editions Punctum.) Et vient de terminer le troisième. Elle donne régulièrement à lire ses poèmes dans des revues (Midi, Koan, Fusées, bon-a-tirer.com). On peut entendre un extrait de L’œil dans la verticale sur : http://www.youtube.com/watch?v=Tk3FxsPRCP4 – See more at: http://www.recoursaupoeme.fr/po%C3%A8tes/constance-chlore#sthash.xxarJS2k.dpuf

Née à Bruxelles, Constance Chlore vit actuellement à Paris. Elle a publié deux romans : Nicolas jambes tordues (Editions La Fosse aux ours); A Tâtons sans bâton (Editions Punctum.) Et vient de terminer le troisième. Elle donne régulièrement à lire ses poèmes dans des revues (Midi, Koan, Fusées, bon-a-tirer.com). On peut entendre un extrait de L’œil dans la verticale sur : http://www.youtube.com/watch?v=Tk3FxsPRCP4 – See more at: http://www.recoursaupoeme.fr/po%C3%A8tes/constance-chlore#sthash.xxarJS2k.dpuf
Née à Bruxelles, Constance Chlore vit actuellement à Paris. Elle a publié deux romans : Nicolas jambes tordues (Editions La Fosse aux ours); A Tâtons sans bâton (Editions Punctum.) Et vient de terminer le troisième. Elle donne régulièrement à lire ses poèmes dans des revues (Midi, Koan, Fusées, bon-a-tirer.com). On peut entendre un extrait de L’œil dans la verticale sur : http://www.youtube.com/watch?v=Tk3FxsPRCP4 – See more at: http://www.recoursaupoeme.fr/po%C3%A8tes/constance-chlore#sthash.xxarJS2k.dpuf
Née à Bruxelles, Constance Chlore vit actuellement à Paris. Elle a publié deux romans : Nicolas jambes tordues (Editions La Fosse aux ours); A Tâtons sans bâton (Editions Punctum.) Et vient de terminer le troisième. Elle donne régulièrement à lire ses poèmes dans des revues (Midi, Koan, Fusées, bon-a-tirer.com). On peut entendre un extrait de L’œil dans la verticale sur : http://www.youtube.com/watch?v=Tk3FxsPRCP4 – See more at: http://www.recoursaupoeme.fr/po%C3%A8tes/constance-chlore#sthash.xxarJS2k.dpuf
Née à Bruxelles, Constance Chlore vit actuellement à Paris. Elle a publié deux romans : Nicolas jambes tordues (Editions La Fosse aux ours); A Tâtons sans bâton (Editions Punctum.) Et vient de terminer le troisième. Elle donne régulièrement à lire ses poèmes dans des revues (Midi, Koan, Fusées, bon-a-tirer.com). On peut entendre un extrait de L’œil dans la verticale sur : http://www.youtube.com/watch?v=Tk3FxsPRCP4 – See more at: http://www.recoursaupoeme.fr/po%C3%A8tes/constance-chlore#sthash.xxarJS2k.dpuf
Née à Bruxelles, Constance Chlore vit actuellement à Paris. Elle a publié deux romans : Nicolas jambes tordues (Editions La Fosse aux ours); A Tâtons sans bâton (Editions Punctum.) Et vient de terminer le troisième. Elle donne régulièrement à lire ses poèmes dans des revues (Midi, Koan, Fusées, bon-a-tirer.com). On peut entendre un extrait de L’œil dans la verticale sur : http://www.youtube.com/watch?v=Tk3FxsPRCP4 – See more at: http://www.recoursaupoeme.fr/po%C3%A8tes/constance-chlore#sthash.xxarJS2k.dpuf

Atomium, Constance Chlore – L’Atelier de l’agneau

Texte hybride, Atomium est le voyage initiatique d’un personnage qui erre au travers des neuf boules d’acier de cet atome agrandi 165 milliards de fois et des pavillons de l’Exposition universelle de 1958. Bruxelles baigne alors dans une atmosphère d’émerveillement et d’euphorie et devient, avec l’Atomium, le symbole d’une croyance profonde en la technologique et ses possibles. A l’instar de la construction métallique, le livre de Constance Chlore arbore de multiples facettes, de la rêverie poétique à une déclaration d’amour à ce géant d’art et de science.

Extrait :

Force qui ordonne la structure de l’atome
Force qui règle l’orbite des étoiles
Force qui crée des monde
Force où s’achemine
Le proche et le lointain
Mystère à Mystère
Sphère de secrets miroirs
Tout vécu ne sera pas vain
Ces boules en fusion existent en-dehors et au-dedans de moi
Je ne regarde plus les choses, les objets, les formes, les êtres
Mais ce qu’il y a entre et leur permet d’exister

Il s’agit d’illuminer la traversée
Ce pont large, incertain
Des brillances jaunes se réfugient dans mes pupilles
La lumière n’est plus la même
De noeud en noeud j’avance
En un repli fait de battements et d’infini
Le passage se fait incantatoire
Etendues en arrêt, béantes C’est l’instant de l’angle droit
Au visage manquant
La minéralité de mon crâne
Qui peut voir dessous
Est appelé à voir

Née à Bruxelles, Constance Chlore vit actuellement à Paris. Elle a publié deux romans : Nicolas jambes tordues (Editions La Fosse aux ours); A Tâtons sans bâton (Editions Punctum.) Et vient de terminer le troisième. Elle donne régulièrement à lire ses poèmes dans des revues (Midi, Koan, Fusées, bon-a-tirer.com). On peut entendre un extrait de L’œil dans la verticale sur : http://www.youtube.com/watch?v=Tk3FxsPRCP4 – See more at: http://www.recoursaupoeme.fr/po%C3%A8tes/constance-chlore#sthash.xxarJS2k.dpuf

 

Couv-Atomium-1(5)

 

La presse en parle :

Mon corps est si lourd, me dit :
Oseras-tu cette aventure ?

Et nous voici entraînés dans l’exposition universelle de Bruxelles en 1958.
De vers et de proses mêlés, quelle belle bousculade ! avec des notes, et des citations d’études ethnographiques. Qui parle ? Accords masculins, puis féminins. Des voix viennent de droite ou de gauche, c’est écrit normal, puis petit, puis de nouveau normal, qui du coup paraît gros.
Constance Chlore revendique l’aile nombreuse de Michaux. Oui, ça grouille, en dehors comme en dedans ! Il est une foule belge, ou plutôt une manière belge de dire la foule. Je pense bien sûr à Ensor : – See more at: http://www.recoursaupoeme.fr/critiques/atomium-de-constance-chlore/eric-pistouley#sthash.u6wGRTMt.dpuf

Et nous voici entraînés dans l’exposition universelle de Bruxelles en 1958.
De vers et de proses mêlés, quelle belle bousculade ! avec des notes, et des citations d’études ethnographiques. Qui parle ? Accords masculins, puis féminins. Des voix viennent de droite ou de gauche, c’est écrit normal, puis petit, puis de nouveau normal, qui du coup paraît gros.
Constance Chlore revendique l’aile nombreuse de Michaux. Oui, ça grouille, en dehors comme en dedans ! Il est une foule belge, ou plutôt une manière belge de dire la foule. Je pense bien sûr à Ensor :

On découvrait des robots, des fausses mains articulées : on ouvrait grands les yeux (…) ça cliquetait, ça scintillait d’un feu de dix mille lampes…

lire la suite in recours au poeme,

Mon corps est si lourd, me dit :
Oseras-tu cette aventure ?

Et nous voici entraînés dans l’exposition universelle de Bruxelles en 1958.
De vers et de proses mêlés, quelle belle bousculade ! avec des notes, et des citations d’études ethnographiques. Qui parle ? Accords masculins, puis féminins. Des voix viennent de droite ou de gauche, c’est écrit normal, puis petit, puis de nouveau normal, qui du coup paraît gros.
Constance Chlore revendique l’aile nombreuse de Michaux. Oui, ça grouille, en dehors comme en dedans ! Il est une foule belge, ou plutôt une manière belge de dire la foule. Je pense bien sûr à Ensor :

On découvrait des robots, des fausses mains articulées : on ouvrait grands les yeux (…) ça cliquetait, ça scintillait d’un feu de dix mille lampes…

- See more at: http://www.recoursaupoeme.fr/critiques/atomium-de-constance-chlore/eric-pistouley#sthash.u6wGRTMt.dpuf

Mon corps est si lourd, me dit :
Oseras-tu cette aventure ?

Et nous voici entraînés dans l’exposition universelle de Bruxelles en 1958.
De vers et de proses mêlés, quelle belle bousculade ! avec des notes, et des citations d’études ethnographiques. Qui parle ? Accords masculins, puis féminins. Des voix viennent de droite ou de gauche, c’est écrit normal, puis petit, puis de nouveau normal, qui du coup paraît gros.
Constance Chlore revendique l’aile nombreuse de Michaux. Oui, ça grouille, en dehors comme en dedans ! Il est une foule belge, ou plutôt une manière belge de dire la foule. Je pense bien sûr à Ensor :

On découvrait des robots, des fausses mains articulées : on ouvrait grands les yeux (…) ça cliquetait, ça scintillait d’un feu de dix mille lampes…

- See more at: http://www.recoursaupoeme.fr/critiques/atomium-de-constance-chlore/eric-pistouley#sthash.u6wGRTMt.dpuf

*

« Sur fond de mystère
La beauté ose un genou à terre »

Je le dis d’emblée, avec d’autant plus de force et de conviction, que je ne connais pas son auteur, et ne sais pour ainsi dire rien d’elle : Atomium, le livre de Constance Chlore, est une petite merveille d’écriture et de poésie. Qui fera date.

lire la suite in blog.lemonde.fr/

*

En 1958, Bruxelles inaugurait sa tour Eiffel. En l’occurrence, l’Atomium, une structure d’un alu mirobolant, rien moins que fantaisiste, d’un moderne de bombe, d’un design jamais dépassé. C’était à l’occasion d’une exposition universelle, ces machins hérités du XIXe siècle, remplacés dans les esprits par les coupes du monde de football et les jeux olympiques, signe qu’on ne croit plus trop au progrès et que l’on se méfie et des machines et des architectes. Sans parler du sort que l’on réserve aux muséographes.

Cinq francs la gaufre.

 lire la suite in lekti-ecriture

 *

Hors les murs

Rencontre signature  de deux écrivains belges vivant à Paris, Constance Chlore et Frédéric Baal, qui publient chacun un texte atypique.

jeudi 5 juin à 19h à La Librairie Wallonie-Bruxelles

(46, rue Quincampoix 750O4 Paris Métro Châtelet, Etienne- Marcel)
en compagnie de l’écrivain Frédéric Baal pour son livre Chronique de l’ère mortifère.

 

 

Les doubles vies de Romain GARY

COUV-GARY Vin des mortsLES DOUBLES VIES DE ROMAIN GARY

A l’occasion du centenaire de la naissance de Romain Gary (21 mai 2014)

et de la parution de son roman de jeunesse jusqu’à présent inédit,

Le Vin des morts,
Cahiers de la NRF, Gallimard, mai 2014 (édition établie et préfacée par Philippe Brenot).

 Dimanche 15 juin 2014 de 15h à 17h

Halle saint Pierre – auditorium
Réservation conseillée :  01 42 58 72 89

Diaporama et conférence-signature de Philippe Brenot, les doubles vies de Romain Gary, avec Serge Safran, critique littéraire et éditeur.

*

Le Vin des morts de Romain Gary, pseudonyme de Roman Kacew, roman qu’il écrivit en 1933 à l’âge de 19 ans, est une pièce maîtresse pour comprendre l’édifice Kacew-Gary-Ajar. Il contient l’œuvre à venir, celle de Gary mais aussi celle d’Ajar (Le Vin des morts contient des passages que l’on retrouvera, quarante ans plus tard, sous la plume d’Ajar et notamment la clé de Gros-Câlin). On comprend mieux cette transmutation de Gary en Ajar lorsqu’on sait qu’Ajar a existé avant Gary : Romain Gary n’est pas devenu Ajar, il est en quelque sorte redevenu Kacew, c’est-à-dire « lui-môme ». Seront notamment évoquées les « dix identités » de Romain Gary.

 *

Couv Gary BATPhilippe Brenot est psychiatre et écrivain, enseignant à l’université Paris-Descartes. Il a publié, entre autres ouvrages, Le Génie et la folie en peinture, musique et littérature (Odile Jacob, 2007). En outre, il a établi et préfacé l’édition première du Vin des Morts publiée dans les Cahiers de la NRF (Gallimard, 2014).

Quatre parutions témoignent de l’actualité de l’écrivain et de l’homme Romain Gary :

- Romain Gary, Le Vin des morts, Cahiers de la Nrf, Gallimard, mai 2014. (édition établie et préfacée par Philippe Brenot)

- Romain Gary, Le Sens de ma vie (entretien inédit, mai 1980), préface de Roger Grenier, Gallimard, mai 2014.

- Philippe Brenot, Romain Gary, de Kacew à Ajar, histoire d’un manuscrit inédit, L’Esprit du Temps, mai 2014.

- Revue Europe, Numéro consacré à Romain Gary, avril 2014.

 

 

 

Débat sur l’Art et l’éthique

Element du tryptique Médiatrice culturelle Biennale 2014 (2)
Débat sur l’Art et l’éthique
«  L’Art, une chance pour l’éthique ?
Et vice versa ? »

vendredi 23 mai 2014 de 16h00  à 18h00

Halle Saint Pierre – Auditorium
Réservation conseillée : 01 42 58 72 89
Entrée : 8 €/ 4 € pour les étudiants, gratuit pour les sans-emploi et sans abri

Brochure Débat 23 mai 2014 à Paris

 

La démarche du Collectif (CA.RE) à travers sa pratique artistique est d’interroger, plus que jamais, le monde de l’art aujourd’hui dans sa relation à la société et sa contribution au “mieux vivre ensemble”.

Ce débat, qui est une première en France, fait suite à l’intervention artistique du Collectif (CA.RE) intitulée – Fundraising « TOUSANSABRI.COM » – autour de la 12e BIENNALE DE LYON (12 septembre 2013 au 5 janvier 2014). Les œuvres du Collectif (CA.RE) questionnent la relation entre l’Art et l’éthique.

Si l’artiste travaille « à partir du déjà existant », comme le dit Foucault, peut-on reconsidérer le statut du créateur co- auteur ? et après… »

Les intervenants sont :

Introduction par le COLLECTIF ( CA.RE ) du projet artistique  « TOUSANSABRI.COM »

  • Françoise MONNIN : Modératrice du débat. Rédactrice en Chef du magazine ARTENSION et Critique d’Art.
  • Carole TALON HUGON (Philosophe et Professeure des Universités à l’Université de Nice – Sophia Antipolis)
  • Martina CORGNATI (Critique d’art/Curator, Chaire Professorale en Histoire de l’Art auprès de l’Academia Albertina di Belle Arti de Turin)
  • Bernhard RüDIGER (Plasticien/Professeur à l’ENSBA de Lyon)

Si la précarité croissante est une situation sociale alarmante quel rôle peut jouer le système de l’art ? De « Guernica » de PICASSO aux « sacs vides » de Kader ATTIA, ou encore la performance de VARGA qui expose/explore la condition des animaux abandonnés dans une Galerie, la recherche esthétique questionne l’état du monde dans une dimension éthique. Ces formes/productions à caractère éthique ne restent-elles pas de simples sonneurs d’alerte sans suite ?

  •  Peut-on redéfinir la valeur de l’art dans une perspective engagée au-delà de la construction symbolique ?
  •  Peut-on considérer le monde (l’être/la chose) co-auteur de l’œuvre ?
  • Peut-on lire « les œuvres / situations » de certains artistes contemporains ou collectifs (JR, Heath Bunting, Alterazione Video, le Collectif (CA.RE) comme un nouveau rapport à la société ? « Ethiquable » ? ou encore le « vivre en vérité » introduit par Michel Foucault… 

La conférence sera suivie de la présentation de l’expo des œuvres et de la vente du Collectif ( CA.RE ), de signatures à la librairie de la Halle Saint Pierre d’ouvrages des intervenants.

 

 

Séminaire mensuel “art et thérapie”

VIVRE ET EXPÉRIMENTER LA MÉTAPHORE

Chaque troisième samedi du mois à partir de janvier à juin 2014, de 14h30 à 16h30
Conçu et animé par Jean-Pierre Klein
Psychiatre honoraire des Hôpitaux, pionnier de l’art-thérapie en France et en Espagne

9782363450395FSsamedi 21 juin 2014 de 14h30 à 16h30

Renée-Laetitia Richaud,
Psychanalyste maïeute,

La création esthétique ou la rencontre avec un objet esthétique est thérapeutique

à l’issue de la conférence, Renée-Laetitia Richaud dédicacera son dernier livre
Psychanalyse maïeutique
sortir de la non-pensée à l’adolescence, 2014

Halle Saint Pierre – auditorium
Entrée : 10 € / 5 € pour les élèves INECAT
Réservation conseillée : 01 42 58 72 89


*

Vivre et expérimenter la métaphore

Après quatre années consacrées aux questions : « Pouvons-nous redevenir artistes de nos vies ? », « L’énigme de la création est-elle ineffable ? », « Art-thérapie et changement de  paradigme », « L’avenir est-il oblique ? Pour l’avènement de la métaphore », nous abordons cette année des expériences vives métaphoriques, passant ainsi de la réflexion à sa mise en pratique comme approche du réel.

« Il s’agissait en effet de savoir si les métaphores, et les jeux de mots, et les énigmes, qui ont pourtant bien l’air d’avoir été imaginés par les poètes par divertissement, ne portent pas à spéculer sur les choses de manière nouvelle et surprenante »
Le nom de la Rose, Umberto Eco

DATES

18/01
Michel Maffesoli, Professeur à la Sorbonne, Membre de l’Institut Universitaire de France,
L’expérience de la métaphore
,
la métaphore met en jeu l’entièreté de l’être. Au plus proche de son étymologie, “espérir”, il s’agit de mourir à soi pour naître à l’autre.

15/02
Bernard Rigaud, Dr EHESS, chercheur en psychanalyse et en anthropologie,  
L’être est mis en demeure de devenir autre,
l’Existence selon Maldiney.

15/03
Roberte Hamayon, Anthropologue spécialiste des populations mongoles et sibériennes, directeur d’études émérite à l’EPHE,
‘Jouer’ dans le chamanisme sibérien, exploiter la métaphore et l’aléa pour mieux anticiper l’avenir

19/04
François Dingremont, Dr en esthétique EHESS,
Efficacité de la fiction depuis la Grèce archaïque et antique
 : les muses d’Hésiode, Ulysse, Hermès, leur actualité

17/05
Bernard Chouvier, Psychanalyste, Professeur émérite de psychopathologie, Université de Lyon,
L’objet de hantise, entre deuil et illusion :l’objet de hantise comme le tigre ou le miroir chez Borges est une métaphore de l’angoisse de persécution et de dépersonnalisation

21/06
Renée-Laetitia Richaud, psychanalyste maïeute,
La création esthétique ou la rencontre avec un objet esthétique est thérapeutique 
: sortir de la non-pensée à l’adolescence

Programme susceptible de remaniements

***

Interview de Jean-Pierre Klein à la Halle Saint Pierre saison 2013

Jean Pierre Klein
Pionnier de l’art-thérapie en France et en Espagne, Jean-Pierre Klein est l’auteur de nombreux livres, soutenus notamment par Paul Ricoeur ou Jean Duvignaud, dont le
« Que Sais-je ? » sur L’art-thérapie.
Psychiatre honoraire des Hôpitaux, docteur habilité à diriger des recherches en psychologie, auteur dramatique, il dirige l’INECAT, première école à délivrer des
titres professionnels de « médiateur artistique » et d’« art-thérapeute » reconnus par l’État.

Ouvrages récents :

Penser l’art-thérapie, Paris, PUF. 2012 (postface de H. Maldiney)
Scènes d’une cure ordinaire, roman, Paris, Éditions HD, 2013

*

INECAT
Art et Thérapie/Institut National d’Expression, de Création, d’Art et Thérapie
(Revue, et établissement d’enseignement supérieur délivrant des titres professionnels de médiateur artistique et d’art-thérapeute reconnus par l’Etat)

INECAT/Art et Thérapie, 27, rue Boyer, 75020 Paris

Conférences de l’Association pour la recherche sur le surréalisme (APRES)

les deuxièmes samedis du mois, de novembre 2013 à juin 2014 à 15h
Conférences organisées par Françoise Py, maître de conférences à l’université de Paris8.

TanningBirthday687Projection

Dorothea Tanning

Film de Dominique Ferrandou
(éditions Seven Doc, collection Phares, 2014)

Samedi 14 juin 2014

*

Présentation par Georgiana Colvile
Débat avec le réalisateur, Georgiana Colvile
et Annie Richard

Halle Saint Pierre – auditorium
(entrée libre)
Réservation conseillée : 01 42 58 72 89

 

*

Dorothea Tanning, écrivain et artiste plasticienne américaine est décédée en 2012 à l’âge de 101 ans. 

*

La date de naissance d’un peintre n’est pas celle qu’enregistre l’état civil, mais plutôt le moment lumineux, auroral, où il appose sa signature sur l’œuvre qui doit sceller son destin.” *
Patrick Waldberg – Dorothea Tanning : La Mémoire Ensorcelée

*

Ce phénomène s’est produit pour Dorothea Tanning avec l’autoportrait, Birthday, baptisé ainsi par Max Ernst lors de leur première rencontre à New York, en 1942. Elle exprime une vision très personnelle d’univers troubles, provocants… Le cauchemar n’est jamais loin. Progressivement, elle abandonne le surréalisme narratif et entreprend une mutation esthétique restant toujours en-deçà de l’abstrait. Sous l’influence de la musique de Karlheinz Stockhausen, elle façonne des formes énigmatiques, des sculptures molles, éphémères, en tissu et en laine. Peu d’années après la mort de Max Ernst, elle retourne à New York.

*

Dans le palais ensorcelé de la Belle au Bois dormant, rien ne bouge, rien ne respire …

*

A cette fixité marmoréenne qui attend sa réanimation ultime, il me plaît d’opposer l’univers tumultueux, mouvant, irisé que façonne pour nous celle que je nomme la belle dormeuse aux abois, Dorothea Tanning.” Patrick Waldberg – Numéro Spécial XXe siècle.

*

 *

PROGRAMMATION 2014

Samedi 11 janvier 2014
Après-midi Poésie : lectures et voix.
Carte blanche à Philippe Tancelin
Avec Bernard Bénech, Nasser-Edine Boucheqif, Jean-Pierre Faye, Béatrice Golkar-Velten , Mohand Mounsi, Jean-Clarence Lambert, Roula Safar et Sapho

Samedi  8 février 2014
Rencontre avec le sculpteur Shelomo Selinger
Projection du film d’Alain Braun, Les Sept portes de Shelomo Selinger, 2009,1h15.
Débat avec le réalisateur et Shelomo Selinger.

Samedi 8 mars 2014 (reporté)
Projection du film de Tufic Makhlouf Akl sur Remedios Varo
(éditions Seven Doc, collection Phares, 2014).
Débat avec le réalisateur et Georgiana Colvile.

Samedi 12 avril 2014
Vies croisées : Jean-Clarence Lambert, Serge Pey et Lasse Söderberg dialoguent en poésie, avec la complicité de Daniel Leuwers.

Samedi 10 mai 2014
Poésie et chansons :
Première partie : Marcel Eglin et Françoise Vincent
Deuxième partie : Bernard Ascal, Tufik Makhlouf Akl

Samedi 14 juin 2014
Projection du film de Dominique Ferrandou sur Dorothea Tanning
(éditions Seven Doc, collection Phares, 2014).
Présentation par Georgiana Colvile.
Débat avec le réalisateur, Georgiana Colvile et Annie Richard.

*

Max Jacob, sacré funambule

pp16ème PRINTEMPS DES POÈTES

Dimanche 23 mars 2014 à 15h

Halle Saint-Pierre – auditorium
(entrée libre)

 

Max Jacob, sacré funambule

Hommage à Max Jacob (1876-1944), pour le 70e anniversaire de sa disparition.
Figure majeure de la poésie française de la première partie du XXème siècle (au cœur des débats esthétiques de l’Esprit nouveau et à l’origine de la poésie moderne).

max jacobLecture théâtralisée, conçue par, et avec Patrice Delbourg et Eric Cénat

Poèmes et extraits de lettres…

Se succèdent en alternance sur scène : éléments biographiques d’une destinée hors norme, l’aventure artistique du « Bateau Lavoir » à Paris, la retraite spirituelle à Saint-Benoît sur Loire,  la fin tragique au camp de Drancy.

Réservations : lagradiva-librairie@wanadoo.fr
Tél. : 06 85 66 31 02

Vivre et expérimenter la métaphore

Séminaire mensuel chaque troisième samedi du mois à partir de janvier à juin 2014, Conçu et animé par Jean-Pierre Klein, psychiatre honoraire des Hôpitaux, pionnier de l’art-thérapie.

Roberte HamayonRoberte Hamayon :
“Jouer” dans le chamanisme sibérien
exploiter la métaphore et l’aléa pour mieux anticiper l’avenir
Samedi 15 mars 2014 de 14h30 à 16h30
Halle Saint Pierre – auditorium
Réservation conseillée :  01 42 58 72 89

Entrée : 10 €/ 5 € pour les élèves INECAT

La conférence sera suivie de signatures à la librairie de la Halle Saint Pierre.
Roberte Hamayon, à l’issue de la conférence, signera son ouvrage Jouer. Une enquête anthropologique, La Découverte

*

Roberte Hamayon (née en 1939 à Paris) est une anthropologue française, Directeur d’études émérite à l’École pratique des hautes études (EPHE), dans la section Sciences religieuses (Religions de l’Asie septentrionale), et ancienne directrice du Laboratoire d’ethnologie et de sociologie comparative à l’université Paris Ouest Nanterre La Défense.

Ses recherches portent entre autres, sur le modèle chamanique, substrat religieux traditionnel des peuples autochtones de Sibérie et de Mongolie. Après un premier séjour en Mongolie en 1967 puis dans la République de Bouriatie en Sibérie orientale en 1967, elle participe à la création du Centre d’études mongoles et sibériennes en 1969, puis en prend rapidement la direction jusqu’en 2007.

Entretiens vidéo sur le site des Archives Audiovisuelles de la recherche
Roberte Hamayon et le chamanisme sibérien

*

SÉMINAIRE 2014

Vivre et expérimenter la métaphore

Après quatre années consacrées aux questions : « Pouvons-nous redevenir artistes de nos vies ? », « L’énigme de la création est-elle ineffable ? », « Art-thérapie et changement de  paradigme », « L’avenir est-il oblique ? Pour l’avènement de la métaphore », nous abordons cette année des expériences vives métaphoriques, passant ainsi de la réflexion à sa mise en pratique comme approche du réel.

« Il s’agissait en effet de savoir si les métaphores, et les jeux de mots, et les énigmes, qui ont pourtant bien l’air d’avoir été imaginés par les poètes par divertissement, ne portent pas à spéculer sur les choses de manière nouvelle et surprenante »
Le nom de la Rose, Umberto Eco

DATES

18/01
Michel Maffesoli, Professeur à la Sorbonne, Membre de l’Institut Universitaire de France,
L’expérience de la métaphore
,
la métaphore met en jeu l’entièreté de l’être. Au plus proche de son étymologie, “espérir”, il s’agit de mourir à soi pour naître à l’autre.

15/02
Bernard Rigaud, Dr EHESS, chercheur en psychanalyse et en anthropologie,  
L’être est mis en demeure de devenir autre,
l’Existence selon Maldiney.

15/03
Roberte Hamayon, Anthropologue spécialiste des populations mongoles et sibériennes, directeur d’études émérite à l’EPHE,
‘Jouer’ dans le chamanisme sibérien, exploiter la métaphore et l’aléa pour mieux anticiper l’avenir

19/04
François Dingremont, Dr en esthétique EHESS,
Efficacité de la fiction depuis la Grèce archaïque et antique
 : les muses d’Hésiode, Ulysse, Hermès, leur actualité

17/05
Bernard Chouvier, Psychanalyste, Professeur émérite de psychopathologie, Université de Lyon,
L’objet de hantise, entre deuil et illusion : l’objet de hantise comme le tigre ou le miroir chez Borges est une métaphore de l’angoisse de persécution et de dépersonnalisation

21/06
Renée-Laetitia Richaud, psychanalyste maïeute,
La création esthétique ou la rencontre avec un objet esthétique est thérapeutique 
: sortir de la non-pensée à l’adolescence

Programme susceptible de remaniements

*

INECAT
Art et Thérapie/Institut National d’Expression, de Création, d’Art et Thérapie
(Revue, et établissement d’enseignement supérieur délivrant des titres professionnels de médiateur artistique et d’art-thérapeute reconnus par l’Etat)

INECAT/Art et Thérapie, 27, rue Boyer, 75020 Paris

Vivre et expérimenter la métaphore

71lu1313u3L._SL1500_Bernard RIGAUD
Dr EHESS, chercheur en psychanalyse
et en anthropologie, 

L’être est mis en demeure de devenir autre, l’Existence selon Maldiney.

La transformation de soi par l’altérité
La preuve par l’art :
L’homme est en devenir dans un monde

en devenir

*Samedi 15 février 2014 de 14h30 à 16h30

Halle Saint Pierre – auditorium
Réservation conseillée :  01 42 58 72 89
Entrée : 10 €/ 5 € pour les élèves INECAT

*

*La conférence sera suivie de signatures à la librairie de la Halle Saint Pierre

Séminaire mensuel chaque troisième samedi du mois à partir de janvier à juin 2014, Conçu et animé par Jean-Pierre Klein,
psychiatre honoraire des Hôpitaux, pionnier de l’art-thérapie

*

RigaudBernard Rigaud est docteur de l’École des Hautes Études en Sciences Sociales. Un parcours pluridisciplinaire l’a conduit du droit à la science politique et à l’histoire, en passant par la philosophie. Bernard Rigaud a publié plusieurs articles dans la revue Psychiatrie Française et un livre sur la pensée du philosophe Henri Maldiney en 2012. Il se laisse par ailleurs surprendre par la pratique de la peinture.

Janvier 201

*

Bernard Rigaud : Henri Maldiney, La capacité d’exister (éditions Germina, 2012)

Bernard Rigaud présente la pensée d’Henri Maldiney, à la lumière de ce que fut sa propre rencontre avec cette œuvre. Œuvre faite pour lui de provocations et de sommations. Provocante, cette œuvre l’est en tant qu’elle invite à penser deux impensables : l’être du monde et des autres, accessible sur la seule base d’une rencontre avec eux, et notre propre être, dont la rencontre, elle-même essentielle, ouvre à la surprise d’exister. Quant aux sommations, elles sont d’aller en premier lieu « là où des hommes sont mais n’existent pas », l’asile psychiatrique en particulier, où des êtres ont perdu la capacité d’exister ; mais ils pourraient la trouver à la faveur, précisément, de l’expérience de la rencontre. Un des apports majeurs de la pensée de Maldiney est d’avoir su parcourir les voies thérapeutiques qu’ouvre l’art dans le domaine des dysfonctionnements de l’esprit. En second lieu, c’est dans l’atelier de l’artiste que Maldiney nous invite à entrer, autre lieu privilégiée de la surprise d’exister.
- éditions Germina

Quatrième de couverture :

La pensée d’Henri Maldiney, né en 1912, couvre les champs de la maladie mentale, de l’art, de la philosophie, ouvrant entre ces domaines des chemins inattendus. Il a influencé nombre de psychiatres, de philosophes et d’artistes.

Partant des différentes modalités du mal-être, de la dépression, de la psychose, la pensée d’Henri Maldiney devient une pensée sur l’être. Mais comment penser ce qui est ? Nous serons conduits par cette question vers une nouvelle compréhension de la maladie mentale, découvrant en particulier la dimension humaine de la folie, et faisant une nouvelle expérience de l’art.

La meilleure façon de proposer une introduction à cette pensée est sans doute de faire partager une expérience de rencontre. Bernard Rigaud, en travaillant sur différents sujets, a croisé et recroisé de façon régulière la pensée de ce philosophe. À chaque occasion, il a été éclairé et inspiré.

Extrait

Lyon, 1980. Il fait son cours assis, sans aucune note, voix monocorde. Ses mots semblent sortir des tréfonds de son âme. Ils n’en paraissent pas moins inspirés par un impalpable au-delà. Son élégance toute britannique, arbore tweed ocre brun et kaki ; sa chevelure blanche et dense pèse sur sa tête qui rentre légèrement dans les épaules, comme empreinte d’humilité. Captivés, les étudiants ont de violentes et roboratives respirations, comme sortant d’une apnée.

Henri Maldiney déroule sa pensée faite de sommations et de provocations, comme s’il égrenait un chapelet. J’étais loin d’imaginer que cette pensée serait un point d’ancrage de mon existence : elle ne me renvoyait alors qu’à une certaine perplexité, marquée du malaise de ne pas la saisir. Longtemps je l’ai fréquentée avec un sentiment de précarité dans ma compréhension. Le cordon qui me reliait à cet entendement était incertain et fragile. Je ne me décourageais pas. Il me faudra du temps pour que je comprenne que cette pensée me conduisait à la « chose même » de l’existence.

Cette « chose même », l’existence, c’est « la possibilité toujours ouverte de rencontrer, et la rencontre est en toute situation humaine, le moment de réalité ». Mais ce noyau dur, insécable, est extrêmement volatile, il est comme une image nette sur un support vaporeux… éphémère mais toujours recomposable avec la concentration de l’imagination.

L’œuvre d’Henri Maldiney, né en 1912 à Meursault en Bourgogne et élevé en Franche-Comté (lycéen à Besançon puis à Lyon), pourrait être qualifiée de poétique comme on peut le dire, au sens large, d’une forme de langage qui change une forme de vie, ou inversement d’une forme de vie qui change une forme de langage. En parler, c’est bien sûr faire référence à un ensemble de livres qui constituent l’œuvre écrite. Il s’agit principalement de quatre grands ouvrages : Regard, Parole, Espace (L’Âge d’Homme, Lausanne, 1973), Art et existence (Klincksieck, Paris, 1985), Penser l’homme et la folie (Jérôme Millon, Grenoble, 1991), Ouvrir le rien, l’art nu (Encre marine, La Versanne, 2000). Ces publications ont eu un caractère tardif et Maldiney a d’abord fait « œuvre orale » : celle de son enseignement à Gand d’abord, puis principalement à Lyon.

Élève de l’École normale supérieure, où il a obtenu l’agrégation de philosophie, il a été prisonnier en Allemagne pendant la guerre, puis professeur d’université titulaire de la chaire de Philosophie générale, d’Anthropologie phénoménologique et d’esthétique. Discutant Martin Heidegger, Ludwig Binswanger et Erwin Straus, commentant Freud, Husserl et Szondi, il a contribué de manière décisive à l’analyse existentielle (Daseinsanalyse). Grand lecteur des classiques grecs et allemands, qu’il questionne sans cesse, il est devenu familier de la pensée chinoise et d’œuvres majeures de peinture de la Chine ancienne.

La meilleure façon de proposer une introduction à la pensée d’Henri Maldiney, c’est peut-être de faire partager une expérience personnelle de rencontre. Plus précisément de la rencontre du concept de rencontre, comme fondement de l’existence et de la réalité. En travaillant différents sujets, et ainsi que dans l’activité de l’écriture et de la peinture, j’ai croisé de façon régulière cette pensée, avec le sentiment, parfois fugitif mais réjouissant, d’y voir plus clair… Je comprenais qu’elle me ramenait chaque fois à l’essentiel, me permettant de prendre appui, à partir de « l’irréductible », cet idéal philosophique. Idéal qui prend une coloration particulière, puisqu’en croyant se confronter à du solide, on est face au… « rythme de l’ouverture au monde ». Qu’on ne s’y trompe pas, c’est bien en fait là le « solide », mais comme peut l’être le souple roseau.

*

SÉMINAIRE 2014

Vivre et expérimenter la métaphore

Après quatre années consacrées aux questions : « Pouvons-nous redevenir artistes de nos vies ? », « L’énigme de la création est-elle ineffable ? », « Art-thérapie et changement de  paradigme », « L’avenir est-il oblique ? Pour l’avènement de la métaphore », nous abordons cette année des expériences vives métaphoriques, passant ainsi de la réflexion à sa mise en pratique comme approche du réel.

« Il s’agissait en effet de savoir si les métaphores, et les jeux de mots, et les énigmes, qui ont pourtant bien l’air d’avoir été imaginés par les poètes par divertissement, ne portent pas à spéculer sur les choses de manière nouvelle et surprenante »
Le nom de la Rose, Umberto Eco

DATES

18/01
Michel Maffesoli, Professeur à la Sorbonne, Membre de l’Institut Universitaire de France,
L’expérience de la métaphore
,
la métaphore met en jeu l’entièreté de l’être. Au plus proche de son étymologie, “espérir”, il s’agit de mourir à soi pour naître à l’autre.

15/02
Bernard Rigaud, Dr EHESS, chercheur en psychanalyse et en anthropologie,  
L’être est mis en demeure de devenir autre,
l’Existence selon Maldiney.

15/03
Roberte Hamayon, Anthropologue spécialiste des populations mongoles et sibériennes, directeur d’études émérite à l’EPHE,
‘Jouer’ dans le chamanisme sibérien, exploiter la métaphore et l’aléa pour mieux anticiper l’avenir

19/04
François Dingremont, Dr en esthétique EHESS,
Efficacité de la fiction depuis la Grèce archaïque et antique
 : les muses d’Hésiode, Ulysse, Hermès, leur actualité

17/05
Bernard Chouvier, Psychanalyste, Professeur émérite de psychopathologie, Université de Lyon,
L’objet de hantise, entre deuil et illusion : l’objet de hantise comme le tigre ou le miroir chez Borges est une métaphore de l’angoisse de persécution et de dépersonnalisation

21/06
Renée-Laetitia Richaud, psychanalyste maïeute,
La création esthétique ou la rencontre avec un objet esthétique est thérapeutique 
: sortir de la non-pensée à l’adolescence

Programme susceptible de remaniements

*

INECAT
Art et Thérapie/Institut National d’Expression, de Création, d’Art et Thérapie
(Revue, et établissement d’enseignement supérieur délivrant des titres professionnels de médiateur artistique et d’art-thérapeute reconnus par l’Etat)

INECAT/Art et Thérapie, 27, rue Boyer, 75020 Paris