Sylvia Katuszewski

Sylvia Katuszewski
« J’ai mémoire de »
Variations autour des écrits de Yaël Cange

V E R N I S S A G E
Vendredi 11 octobre de 18h30 à 21h
(entrée libre)
Exposition du 1er au 30 octobre 2019

Halle Saint Pierre – à la galerie
Ouvert tous les jours 

*

Sylvia Katuszewski

Née en 1946, vit et travaille à Paris.

Ses œuvres ont fait l’objet de diverses expositions en France et à l’étranger, et notamment à la Halle Saint Pierre.

*

« De la flore, de la faune, oui!, tout est est là. Passant du jaune au rouge …

Mais où: là? Où donc? en quelle nature sommes-nous au juste – – qui tant foudroie : trouée, percée qu’elle est de sursauts d’ombres vivantes ?

Les unes, tendues vers le haut, comme implorant l’on ne sait quoi — les autres, perdues, ô combien !, en elle.

Mais pourquoi demander,

Qu’il y ait, si surement, absence de chemin — qui le nierait ?

« Cela vient du dedans », dit Sylvia. « Je ne sais pas. Je ne sais pas. On tremble à l’écouter.

Ses gouaches, il faut les aimer au plus près : jusqu’aux yeux, pensez!, qui se brisent en larmes! Un tel esseulement!

L’oiseau, lui-même, n’y suffit pas ?  »  – Yaël Cange

*

Yaël Cange
A Fleur d’eau

On cherchera longtemps, dans l’actualité des lettres, une poésie comparable à celle-ci. Cette voix de femme – de cette femme qui répond au nom de Yaël Cange, comme si l’Ange des sables l’avait élue pour y froisser ses ailes – est peut-être seule à exprimer, avec une si parfaite exigence de justesse, la déréliction de l’être rejeté non par un décret du Dieu tout-puisant mais par la nécessité propre à l’existence même, sans explication, sans justification, croit-on, sans origine.

– Claude Louis-Combet