UnicaS

[SPECTACLE]

Le Théâtre du Verseau
présente
UnicaS
Miniature poétique et théâtrale d’après l’oeuvre et la vie d’ Unica Zürn

Samedi 1er juin à 15h et 17h et le dimanche 2 juin à 15h

Halle Saint Pierre – à l’auditorium
Réservation conseillée : 01 42 58 72 89
Tarif unique : 5 euros

Mise en scène de Philippe Labaune
avec
Leïla Brahimi & Pierre Dumond et la voix de Cécilia Steiner
Lumière de Loris Gemignani
Musiques originales de Klimperei (Christophe Petchanatz)

Chargée de diffusion et communication – Daria Ivanova

Avec des textes extraits de
LHomme Jasmin,
Sombres printemps
MistAKE
Le blanc au point rouge

« Les quelques trésors qui remontent encore à l’enfance, ça brûle, ça bouge,
ça prend forme ».
Unica Zürn Sombre printemps

Dossier de présentation UnicaS (cliquez ici)

*

Unica Zürn a vécu 54 ans. Le 19 octobre 1970 elle se jette de la fenêtre de son appartement. Elle a passé une grande partie des dix dernières années de sa vie en hôpital psychiatrique, « traitée » pour des troubles schizophréniques.
Elle a écrit et dessiné, réalisé des centaines d’anagrammes. Proche des surréalistes, on la      « classe » parfois du côté de l’Art Brut. Elle fut également la compagne d’Hans Bellmer.

UnicaS, le spectacle, est une traversée sensible de son univers littéraire et pictural, de sa vie.
Ce n’est pas une biographie c’est un poème qui, parlant d’elle, parle de nous.
Explorant cette matière, nous voudrions proposer au spectateur un territoire mental et sensible où chacun invente son propre chemin.
Où chacun puisse faire œuvre.

Prendre tout Unica.
Sa peinture, ses dessins, ses récits, ses anagrammes, ses poèmes, son histoire, sa vie, les photos de sa vie, les hommes et les femmes de sa vie.
Et écrire un poème théâtral qui serait comme la trace qu’elle laisse sur nos âmes et nos corps. Un poème sur un plateau comme un rêve d’Unica.
Images et langues qui se croisent pour dessiner un moment de théâtre suspendu, hors du temps, hors du récit.
Deux acteurs comme des figures de ces êtres là, Unica, Bellmer, Michaux…
Deux acteurs qui parlent. Ou non.
Des objets, éclairés. Ou non.
Des sons perceptibles. Ou à peine…

Unica Zürn parle une langue libre, une langue de rêves et de désirs. Une langue comme encore en prise avec les temps secrets de l’enfance.
Une langue qui creuse à rebours pour retrouver la source d’enfance, comme un retournement révolutionnaire.
Une langue qui dit « l’éternelle félicité du territoire des indiens de (son) enfance ».
Quand on lit L’Homme Jasmin ou Sombre printemps, ce qui frappe c’est sa capacité à rendre par l’écriture les labyrinthes mentaux de la folie et, cela fait, d’en proposer un regard distant, presque analytique.
Une langue sidérante et drôle. Tragique et grotesque.
On n’a pas réussi à tuer l’enfant qui est en nous. On en est là.
Unica Zürn ce n’est pas « la folie d’une femme artiste et schizophrène soumise à l’emprise d’un autre artiste ».Unica ce n’est pas la « poupée de Bellmer ».

Unica c’est une enfant qui ne peut pas grandir.

– Philippe Labaune

*

Le Théâtre du Verseau, la compagnie

Le Théâtre du Verseau est une compagnie de théâtre contemporain. Nous créons un théâtre «de poésie» où la parole fait naître des images et les images la parole. Un théâtre d’humanité à partager pour rêver et désirer.
Nous travaillons sur les écritures contemporaines, poétiques et théâtrales. Nos goûts nous mènent du côté de Rilke, Pessoa, Zürn, Prigent, Dubost, Gleize mais aussi auprès de la jeune génération de dramaturges comme Samuel Gallet, Magali Mougel, Sabine Tamisier, Sandrine Roche, Gwendoline Soublin, Lysiane Durand …
Pourquoi ces écritures ? Parce qu’elles génèrent chez nous et le spectateur, une hésitation, une inquiétude face au parler faux de la «société du spectacle». Ces écritures appellent le désir de jouer, comme jouent les enfants, avec la même intensité, la même brutalité.
Nous ne travaillons pas sur des textes naturalistes car nous ne croyons pas à cette vision d’un monde que la langue maîtriserait. Il nous semble bien trop complexe, vaste, fou, mystérieux.
Nous sommes friands d’écritures qui ouvrent des espaces de mystère, de perte, de sensibilité inhabituels. Le spectateur participe entièrement au spectacle, il le fabrique. Nous lui proposons des pistes mais lui seul fait le voyage.
C’est aussi ce que nous travaillons dans nos ateliers, nos options théâtre, transmettre ou plus simplement (re)donner l’envie de jouer et de retrouver cet état primaire qui nous constitue et qu’il est bon de se rappeler.
Le Théâtre du Verseau est une grande famille d’artistes, comédiens, écrivains, créateurs son et lumière, rassemblée par la nécessité de faire vibrer langues et images poétiques.

La compagnie est co-dirigée par Philippe Labaune et Leïla Brahimi depuis 2011.
Elle existe depuis maintenant près de trente ans et a connu de nombreuses vies.

*

Les textes MistAKE et Le blanc au point rouge sont publiés aux éditions Ypsilon
Remerciements à Sylvie Mongin Algan, Jean-Louis Touraine, le Nth8, l’Ensatt

Création du 27 mars au 1er avril 2017 au Lavoit Public à Lyon
Production du Théâtre du Verseau avec l’aide de la Ville de Lyon

Le Théâtre du Verseau

Philippe Labaune et Leïla Brahimi
3, place Meissonier 69001 Lyon
06.12.03.25.30 / 06.26.55.16.87
theatreduverseau@gmail.com