Goran Stojcetovic

ATELIER DE DESSIN PERFORMATIF
avec
Goran STOJCETOVIC

Mardi 3 juillet 2018 de 11 heures à 18 heures – salle d’exposition

Artiste présenté dans l’exposition Turbulences dans les Balkans
Accès à l’atelier avec le ticket d’entrée de l’exposition

Halle Saint Pierre

PRÉSENTATION DE L’ATELIER

L’atelier est gratuit et tout le monde peut participer.

Tous les visiteurs de l’exposition Turbulences dans les Balkans sont invités à participer à la séance de dessin animée par l’artiste ć.
Les participants pourront ainsi partager leurs impressions sur l’exposition et les problématiques que celle-ci soulève.
Ils peuvent échanger et laisser leurs traces sur le papier avec des mots écrits, des histoires ou des dessins.
À la fin, toutes ces interventions se transformeront en un seul et unique dessin. L’objectif final de l’atelier étant de créer une image forte, faite de nombreuses petites touches et d’histoires personnelles réunies.

La session d’atelier durera toute la journée. Il n’est pas nécessaire de s’inscrire, les visiteurs peuvent rejoindre le groupe à tout moment. Aucun talent pour le dessin n’est demandé. Les participants n’ont pas besoin non plus d’accessoires particuliers de dessin, cependant les crayons et stylos en leur possession sont les bienvenus.

Le dessin réalisé sera laissé en cadeau à Halle Saint Pierre.

Notice biographique

Goran Stojcetovic est né à Skopje, en ex-République yougoslave de Macédoine.
Son parcours n’est pas simple mais plutôt complexe et riche en expériences significatives qui l’ont conduit à son engagement pour l’art brut.

Il passe sa jeunesse au Kosovo, partagé entre désir d’étudier l’art et la musique et le rejet des normes sociales et de l’autorité.Il exprime sa révolte dans l’addiction à l’alcool, les combats de rue et les problèmes avec la police.

Il entre à l’Académie d’Art de Pristina puis à partir de 1997, s’intéresse vivement à l’analyse psychologique de l’expression artistique.

Suite aux bombardements de l’OTAN en 1999, il quitte le Kosovo et obtient le statut de réfugié. Il considère que cette période a été la plus productive de sa vie, car elle a conduit à « la renaissance du désir ».

Sa rencontre avec l’artiste Danijel Savovic, ancien élève des Beaux-Arts de Belgrade,  qui l’initie aux théories de Paul Klee, sera déterminante, ils entament une collaboration artistique fructueuse, notamment avec l’exposition « Projet Zero » organisée à l’Institut de développement culturel de Belgrade en 2002.

Deux ans plus tard Goran est invité par l’académie des Beaux-Arts de Belgrade à organiser des ateliers dans le camp pour orphelins de Sremska Kamenica, activité qu’il poursuivra par la suite auprès de jeunes handicapés à Belgrade.

Dans le même temps il poursuit ses recherches en psycho-analyse de l’expression artistique et expérimente les techniques d’automatisme et libre association à travers le dessin, la peinture, la photographie  et la performance.

Il travaille aussi pour le Théâtre Populaire de Pristina à Kosovska Mitrovica pour lequel il réalise des décors.

En 2013 il fonde le groupe Art Brut Serbia. Il collabore étroitement avec le collectif d’artistes  » Matrijarsija » (présenté par la Halle Saint Pierre à plusieurs reprises dans le cadre de l’exposition Turbulences dans les Balkans).

Depuis 2015 il dirige un atelier d’art brut à la clinique psychiatrique de l’Académie médicale militaire de Belgrade.

En collaboration avec la galerie Stab à Belgrade, il crée en 2016 le premier Salon d’Art Brut des Balkans.