Collection Cérès Franco

PROJECTION

COLLECTION CÉRÈS FRANCO,
PARCOURS D’UNE FEMME ATYPIQUE

Film de Clémence Hardouin

Dimanche 26 février 2017 à 15h – entrée libre

Halle Saint Pierre – à l’auditorium

Synopsis
Pendant plus de 50 ans, Cérès Franco a rassemblé des œuvres de l’art populaire, de l’art naïf brésilien, d’artistes autodidactes ou encore d’artistes se réclamant du courant de la Nouvelle Figuration. Cette Collection, constituée de plus de 1500 œuvres, rassemblée dans deux maisons-musées à Lagrasse dans les Corbières, devait être accueillie par le Musée des Beaux Arts de Carcassonne en 2013.
J’accompagne Cérès alors qu’elle prépare cette donation au Musée des Beaux Arts de Carcassonne. C’est l’occasion pour elle de présenter ses artistes, et de me confier son histoire. Ce film est un hommage au parcours de cette visionnaire, un hommage à ma grand-mère.
– Clémence Hardouin

COLLECTION CERES FRANCO, PARCOURS D’UNE FEMME ATYPIQUE
Documentaire/ Couleur / 52 min / 1.85 / 2014
un film de Clémence Hardouin
produit par Maryline Charrier / Senso Films

Présentation de Cérès Franco
Après avoir étudié l’histoire de l’art à l’Université Columbia et à la New York School de New York City, Cérès Franco, brésilienne (Borba Farinha),  part pour l’Europe afin de compléter sa formation, par la visite des principaux musées. En 1951, elle s’installe définitivement en France, et collabore comme critique d’art des journaux de son pays. En 1962 elle organise sa première exposition de peinture à Paris, rue de Seine, où pour marquer une différence de formes, outre celle des contenus, elle demande à ses premiers artistes de travailler sur un format ovale ou rond. La première exposition s’appellera l’œil de Bœuf, et ce nom deviendra le logo des diverses expositions qu’elle réalisera, tant en France que dans d’autres pays, et deviendra le nom de sa propre Galerie d’Art de la rue Quincampoix, ouverte en 1972 . Son travail à partir de cette galerie sera vite reconnu.

Elle a soutenu les artistes représentatifs de la Nouvelle Figuration, néo-expressionnistes et naïfs essentiellement authentiques, reprenant la tradition des premières époques de Dubuffet ou du Groupe Cobra (elle a exposé Corneille et Lucebert). Elle a entrepris un grand travail de recherche et a découvert des créateurs originaux, autodidactes et anticonformistes, précurseurs de nouvelles formes, auxquels à plusieurs reprises elle a donné une première chance en exposant leurs œuvres : Jaber, un tunisien bohème de Beaubourg, ou Chaïbia, la première femme peintre du Maroc, pour exemples. Rustin, Grinberg, Macréau, Paella Chimicos, Yvon Taillandier, Eli Heil, Jean Marie Martin. De nombreux artistes avec lesquels elle a participé, depuis de nombreuses années, à la FIAC et qui ont fait partie de la dotation du Fond National d’Art Contemporain de France. Elle a réuni une des collections les plus singulières au monde, constituée de plus de mille cinq cents pièce d’un art qu’elle aime et auquel elle croit.

Cette collection se trouve actuellement en partie exposée dans le village de Montolieu (11), après avoir été longtemps à Lagrasse (11), dans deux maisons familiales transformées en musées.