Francis BEREZNE

Francis BEREZNE
Les Hystériques
Sur une proposition de Gisèle Grammare
exposition du 2 au 20 mars  2017

sans-titre-1
Vernissage le jeudi 2 février, 18h-21h – entrée libre

Rencontre  autour de l’œuvre de Francis BEREZNE
Dimanche 19 février à 15 heures – entrée libre

Halle Saint Pierre
– à l’auditorium

PROGRAMME DE LA RENCONTRE

Modérateur de la rencontre Guy BEREZNE
*14h 45 : accueil,  projection des dessins inspirés par la planche XXIX de l’iconographie photographique de  La Salpêtrière.

*15h : ouverture, présentation de la rencontre.

*15h15/15h30 : Hystérie extrait, texte inédit de Francis BEREZNE
Lecture par Marie IRACANE, comédienne.

*15h30/15h50 : Peindre l’hystérie ?
Communication de Gisèle GRAMMARE.

*15h50/16h15 : échange avec le public.

*16h15/16h30 : Le dit du brut extrait, texte de Francis BEREZNE
Lecture par Marie IRACANE.

*16h30/17h10 : Table  ronde :
Guy BEREZNE, Odile DEMONFAUCON, Gisèle GRAMMARE, Jean-Paul KITCHENER.

*17h10 : échange avec le public et conclusion autour du verre de l’amitié.


Francis Bérezné, Le marcher de l’art, 2010

À fréquenter les photos d’un collaborateur de Charcot, il apparaît qu’on classe les malades, les crises, comme on classait les plantes. Le médecin, photographe à la Salpêtrière, porte sur les modèles le regard d’un botaniste qui découvre un spécimen, qui l’enferme ensuite dans son herbier.
Le résultat force l’admiration. Des femmes extraordinairement vivantes, noyées dans un flot de draps, de linges blancs, souffrent, jouissent, rient, se lamentent, s’extasient, tirent la langue, les yeux révulsés, prennent parfois la pose devant l’objectif.
J’expérimente ces photos, en les peignant pour leur beauté, parce qu’elles parlent de la condition humaine, du sort fait aux femmes, à la folie, parce qu’une réflexion de Gilles Deleuze mérite d’aller les voir de près. Dans Logique de la Sensation, un essai sur la peinture de Francis Bacon, Deleuze tire une pensée de Bacon du côté de la clinique, les formes, les couleurs, touchent directement les nerfs, d’où le philosophe, un peu simplement, conclut à une hystérie de la peinture.
Le théâtre de l’hystérie me permet d’approfondir le travail d’après photos, d’exalter le spectre des couleurs, qui sert à peindre la chair. L’existence, bouleversée, assignée, recluse, révoltée, bourrée d’éther, assassinée parfois, jaillit du fond noir, du linge, et des draps blancs, s’incruste à la manière de la modernité.

 

*

FRANCIS  BEREZNE (1946 / 2010)
Les Hystériques

Au sein d’une abondante production plastique comptant des centaines de peintures et des milliers de dessins sur papier réalisés dans des techniques variées, souvent mixtes, Les Hystériques occupe une place prépondérante et constitue un ensemble pictural majeur de l’œuvre plastique de Francis Bérezné. L’artiste s’est appuyé sur les photographies prises à l’Hôpital de la Salpêtrière lors des célèbres leçons publiques données par Jean-Martin Charcot.
Entre 2002 et 2008, Francis Bérezné expérimente la forme qui lui permettra d’exprimer ce qu’il ressent à la vision des photos de malades de Charcot. Il lui arrive d’effectuer pour sa recherche une centaine de dessins de format raisin, à partir d’une seule photo de malade.
Une série de grandes toiles sur fond noir est l’aboutissement de plusieurs années de travail, dont seule une partie fait l’objet de cette exposition, fut présentée une autre fois en 2010, à l’initiative de Jean-Paul Kitchener à Sainte-Anne de La Palud, peu avant la disparition de Francis Bérezné.
Existerait-il une presque concordance des temps, telle une convergence du hasard, entre la thèse de Georges Didi-Huberman, L’invention de l’hystérie, datant de 1982, rééditée par les Éditions Macula en 2014, revue et enrichie d’une postface de l’auteur, Des images et des maux,  et le temps de ces deux expositions 2010 /2017?
L’ouvrage interroge les pratiques qui avaient cours à la Salpêtrière, à l’époque de Charcot, pour tenter de traiter l’hystérie. Dans les célèbres « leçons du mardi », on découvre la théâtralité stupéfiante du corps hystérique de malades en crise, peu d’images photographiques en sont restées. Freud fut un témoin de ce spectacle de l’hystérie que Charcot mettait en scène. S’écriront là les débuts de la psychanalyse dans une relation à l’image.
Une actualité se poursuit, entre art et hystérie, des photographies de Charcot, à la peinture de Francis Bérezné, où se présente aussi le spectacle métaphorisé d’une tragédie personnelle, traversée par la folie.

– Gisèle GRAMMARE, janvier 2017.

tableaux-tris198

Francis BEREZNE a publié quatre livres aux éditions La chambre d’échos, entre 1999, et 2006 : La mémoire saisie d’un tu, Le dit du brut, La vie vagabonde, J’entre enfin.

Autobiographie

 

fbJe suis né à l’hôpital Beaujon, à Clichy-sous-Bois, un an après la fin de la Deuxième guerre mondiale. C’est dire que ma vie est marquée par la joie de vivre qui éclate après ces terribles années, par le désespoir qui naît des horreurs qu’on découvre à ce moment, et par l’angoisse de mes parents, qui ont vécu quatre ans dans la peur.

J’ai commencé à peindre très jeune. La première huile que j’ai faite à onze ans, est une toile qui représente la Sainte-Victoire depuis les terres rouges de Baureceuil, où j’ai passé plusieurs années de suite mes vacances de Pâques.

Devant le goût que je manifeste pour la peinture, et une certaine habileté, mon père m’inscrit à l’atelier des moins de quinze ans au Musée des Arts Décoratifs. Très vite je serai orienté sur l’atelier de modelage, où je fais preuve d’un certain talent. Mais j’aurais voulu continuer à peindre.

Je pratiquerai la sculpture encore longtemps. Comme assistant de Valentine Schlégel, céramiste et sculpteur, comme enseignant aux Beaux-Arts de Paris dans les années soixante-dix. Mais en 72, après une bouffée délirante, je deviens fou. Je veux dire que je connaîtrai vingt ans d’errance, de misère, et d’hospitalisations diverses.

Les choses iront mieux pour moi au début des années 90. Je retrouve un atelier où je reprends mes recherches picturales de façon continue. En même temps je poursuis des études de lettres à l’Université.

En 2003, je m’installe à la campagne, où je vis et je travaille aujourd’hui.

J’ai notamment exposé à l’espace Concept, à Villejuif, dans la galerie Trafic, à Ivry-sur-Seine, et aux ateliers de la vis sans fin, à Sainte Anne de la Palud.

J’ai publié quatre livres à « La chambre d’échos », entre 1999, et 2006. La mémoire saisie d’un tu, Le dit du brut, La vie vagabonde, et J’entre enfin. Un cinquième est prévu pour 2010.

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer