Livres Beaux-Arts

 

004201248Eugen Gabritschevsky
1893-1979
éditios Snoeck

juillet 2016
Collectif

Le projet est coproduit par trois institutions, qui l’accueilleront tour à tour : la maison rouge à Paris de juillet à septembre 2016, l’American Folk Art à New York d’octobre 2016 à janvier 2017, et enfin la Collection de l’Art Brut à Lausanne de février à juin 2017. Généticien ayant souffert de schizophrénie à l’âge de 35 ans, il a été interné pendant plus de 45 ans, période durant laquelle il a produit une oeuvre très importante. Cette oeuvre reconnue très tôt par Dubuffet et Daniel Cordier est aujourd’hui dans d’importantes collections (MNAM, CAB de Lausanne.), mais il n’y a pas eu de grande monographie depuis 1987, ni d’ouvrage sur le travail depuis 1990. Cette exposition comportera environ 250 peintures ou dessins (de petit format).

_

canvasLouis Stettner

Ici ailleurs

éditions Centre Pompidou et éditions Xavier Barra, juin 2016

Présentée jusqu’au 12 septembre 2016 dans la Galerie de photographies du Centre Pompidou, l’exposition Louis Stettner. Ici Ailleurs donne à voir huit décennies d’une production riche, puissante et poétique.
La monographie éditée par le Centre Pompidou et les éditions Xavier Barral regroupe toutes les séries importantes de Louis Stettner : de la première photographie de son jardin prise à la chambre 20 x 25 en 1938, à sa dernière série dans les Alpilles (2014), travail graphique autour des arbres. Le livre présente aussi des oeuvres inédites, comme la série des pêcheurs espagnols Pepe et Tony, ou ses images de l’Amérique des années 1980.

_

ernst-couvLa femme 100 têtes
Max Ernst

Avec un avant-propos d’André Breton
éditions Prairial, juin 2016

Publié en 1929, La femme 100 têtes est le premier des trois grands « romans-collages » de Max Ernst. Pour élaborer ce « poème visible » qui s’apparente au cinéma et à la lanterne magique, l’artiste allemand a puisé à la fois dans les revues scientifiques et les romans-feuilletons du XIXe siècle. Breton, qui l’a préfacé, y voyait le « livre d’images de ce temps où il va de plus en plus apparaître que chaque salon est descendu au fond d’un lac ». Desnos, qui lui consacra un article, y trouvait « un goût de meurtre et de sang ». C’est en tous les cas un chef-d’œuvre du surréalisme que les éditions Prairial rendent à nouveau disponible, pour la première fois depuis soixante ans.

_

été 2016

Stéphane Blanquet – Art Moura – Juanita Leonard – Ruth Kohler

en couverture Stéphane Blanquet
Artiste actuellement montré à la Halle Saint Pierre dans l’exposition l’Esprit Singulier.

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *